Par quel bout commencer ?? (apprenti)

  • Auteur de la discussion BertoHO
  • Date de début
BertoHO
BertoHO
Ouvrier
25 Sept 2018
428
Créteil 94
  • Auteur de la discussion
  • #1
Bonsoir la Communauté

Pour équiper mon mini-tour Unimat SL, j'ai acheté une petite tourelle porte outils (2 outils), mais le "bloqueur" (j'ai mis sa photo juste ci-dessous) a son trou central trop large (10mm) alors que je vais utiliser une vis de 6mm : afin de rester bien "dans l'axe", je veux donc réaliser ma vraie première pièce ... Refaire ce "bloqueur" avec un trou plus petit...

20181105_181126b.jpg


>> cette pièce vient se loger DANS la manette à gauche de la photo ci-dessous (on aperçoit son extrémité dépasser) :
TourelleMaintienD_Outils_1b.jpg


et là, les vraies questions arrivent !

> j'ai un bout de rond d'alu pour y tailler cette pièce
>> mais par quel bout commencer ??
- Hypothèse 1 : en premiere opération : percer à 6 mm, puis usiner le "collier" à 22mm , puis finir par réduire l'extérieur ?
- H 2 : commencer par usiner le collier, puis le "tube", puis finir par percer le "trou central" ??

Quelle est la meilleure méthode ??
Merci de vos conseils
 
Dernière édition:
Dodore
Dodore
Compagnon
27 Oct 2008
16 665
F-69400 villefranche sur saone
Un "bloqueur " c'est quoi?
Il me semble qu'un dessin de la piece à faire ( parce que je suppose que tu veux usiner une piece) serait bienvenu
Par contre si c'est une piece qui va " bloquer" il vaudrait mieux prendre de la ferraille
 
Roland DENIS
Roland DENIS
Compagnon
9 Sept 2010
1 724
vendee
Bon il faudrait que je te forme comme apprenti sur le tas !!! mais bon ce genre de piece et a prendre au complet c'est a dire un bout plus long pris en mandrin par un petit bout ( ou un long) usiner la piece complete , cad, touner le petit diamètre ,le plus gros derrière faire l'alesage et tronconner en legere surlongueur ensuite prendre par le petit diametre et finir la longueur de la collerette voila quand on a l'habitude c'est pinutss bonne suite
 
celtic14
celtic14
Compagnon
12 Déc 2009
1 762
Mons (Belgique)
Bonsoir a tous
Je suis de l'avis de Dodore mieux vaut utiliser de l'acier
cordialement
Henri
 
BertoHO
BertoHO
Ouvrier
25 Sept 2018
428
Créteil 94
  • Auteur de la discussion
  • #5
Merci de vos réponses :wink:

1 : la pièce à réaliser : c'est celle de la première photo : L=52mm, D ext Collerette : 22 mm, D ext de la partie longue : 16mm ; C'est la pièce "centrale" de la manette qui bloque le porte outil sur le chariot

2 : je prends un rond d'alu car la tourelle est déjà en alu ... et que pour moi, commencer avec l'alu est probablement plus facile ...

3 : Ok Roland, j'ai pigé , et j'ai le bout d'alu plus long et plus gros que la pièce à usiner ( :wink: )
>> En 1er : une fois le bout d'alu installé dans le mandrin 3 mors, j'usine le gros diamètre, à 22, sur toute la longueur
)>> en 2 ème : puis j'usine au petit diamètre sur la longueur attendue de 45mm (la collerette fait 7mm d'épaisseur)
>> en 3 è : alésage (avec un simple foret de 6mm, je n'ai que ça) sur 55
>> en 4 è : on coupe , un chouia plus long, à 53 mm
>> en 5é : dressage des 2 faces, pour obtenir le 52 attendu
>> en 6é : on fait de belles arrêtes aux 2 bouts
>> en 7è : bière !

>> je m'y mets dans 2 jours, mais vu que le moteur du SL doit s’arrêter toutes les 10mn (il chauffe), et qu'il y a de l'épaisseur à enlever, j'en ai probablement pour la journée !

je mettrai les photos du produit fini ...
et en place dans son porte outils .
8-)
 
Dernière édition:
SuperSpinach
SuperSpinach
Ouvrier
2 Nov 2017
375
Bonjour,

Tu peux faire un dressage avant de couper la pièce afin d'avoir une meilleure perpendicularité.
Et pareil pour l'ébavurage. Tu peux en faire 1 avant le découpage.

Bonne soirée.
 
Dodore
Dodore
Compagnon
27 Oct 2008
16 665
F-69400 villefranche sur saone
Je ne suis pas sur d'avoir tout compris
Mais pour fixer la tourelle je ferais simplement une rondelle
Comme sur ce lien
avec cette image ( reponse #14 )
image-jpeg.jpg

Et sur le haut une autre rondelle plus épaisse celle là pourra avoir un jeu plus important et sufisament épaisse pour ne pas se déformer
 
BertoHO
BertoHO
Ouvrier
25 Sept 2018
428
Créteil 94
  • Auteur de la discussion
  • #9
Dodore : je "fabrique" juste la pièce centrale de la tourelle, au bon diamètre de la vis qui va la serrer sur le chariot, je ne change pas le système

D'ailleurs, c'est parti, ça "copeaute" (barreau à bout carbure + huile de coupe ) :

20181106_113806b.jpg


... à la folle vitesse de pénétration de 0,5 dixième à chaque passe ... Encore 4 mm à usiner ... je vous laisse calculer le nombre de passes :mrgreen:

> là, le copeau est plutôt de la limaille (mais la surface est bien douce et lisse !)
> j'ai essayé une pénétration à 1/10é : ça a un peu brouté en début de passe, le copeau était plus "consistant"
> à 1,5/10é, le copeau, plus long, "s'enroulait" sur plusieurs centimètres, mais ça "semblait" souffrir ...

Faut peut-être que je modifie la vitesse moteur ?
8-)
 
Dernière édition:
Dodore
Dodore
Compagnon
27 Oct 2008
16 665
F-69400 villefranche sur saone
C'est bien mon problème ... Je ne suis pas sur,.... ou plutôt ...., je n'ai pas compris ce que tu veux faire pour fixer ta tourelle
 
Quark21
Quark21
Compagnon
24 Jan 2015
915
Grenoble
... à la folle vitesse de pénétration de 0,5 dixième à chaque passe ... Encore 4mm à usiner ... je vous laisse calculer le nombre de passes :mrgreen:

> là, le copeau est plutôt de la limaille
> j'ai essayé une pénétration à 1/10é : ça a un peu brouté en début de passe, le copeau était plus "consistant"
> à 1,5/10é, le copeau, plus long, "s'enroulait" sur plusieurs centimètres, mais ça "semblait" souffrir ...

Faut peut-etre que je modifie la vitesse moteur ?
8-)
Je pense juste que ton outil n'est pas adapté.
L'as-tu affuté ? (les barreaux avec plaquette acrbure brasée le sont rarement quand ils sont neufs).

Sinon, vu la taille de ton tour, tu devrais passer au HSS, avec un bon affutage.
Dans l'alu, je serais surpris que tu n'arrives pas a prendre au moins un mm de passe !

Si tu n'est pas équipé pour affûter, tu peux aussi prendre un outil a plaquette et une plaquette spéciale alu (arretes tranchante et polies).

Quark
 
BertoHO
BertoHO
Ouvrier
25 Sept 2018
428
Créteil 94
  • Auteur de la discussion
  • #12
Merci Quark de ton retour
Effectivement, je n'ai même pas regardé l'outil (je le croyais "prêt à servir") : immédiatement reçu, hop, je l'ai mis au boulot !
Erreur, donc ...
Actuellement , pour l'affutage, j'ai juste des pierres (douces, grains fins) à aiguiser les couteaux...
> je peux passer l'outil dessus, jusqu'à obtenir une face polie, en respectant son angle de coupe : :?:

Pour les outils à plaquette, il faut que je vois ça de près, actuellement ce sont des - petits - barreaux de 6x6 ... Pas sur qu'un porte plaquette "standard" ne soit trop haut par rapport à la contre-pointe ... (avec un barreau de 8x8, la pointe de l'outil est trop haute...)

Dodore : regarde la 2é photo du début, ça va t'aider à visualiser la pièce que j'usine :wink:
 
Dernière édition:
Dodore
Dodore
Compagnon
27 Oct 2008
16 665
F-69400 villefranche sur saone
Non non je ne suis pas très doué mais je ne visualise pas , ça n'a pas d'importance puisque tu sais ce que tu veux faire , et c'est bien ça le plus important !
Bonne continuation
 
SULREN
SULREN
Compagnon
27 Jan 2009
3 228
FR-31 Communauté des Hauts Tolosans
Bonjour,
@BertoHO
Le titre de ta discussion est :
« Par quel bout commencer ?? (apprenti) ».
Comme je ne suis moi-même qu’un amateur je me permets de te donner mon avis, sans vouloir jouer les vieux c..s donneurs de leçon, et tant pis si je me fais houspiller par un autre membre du forum. :spamafote:

Quand je te vois faire, je vois exactement les erreurs que je faisais quand j’ai acheté en 1970 mon Unimat SL, le même mini tour que le tien.

J’ai tout de suite essayé de tourner du gros, en duralumin bien sûr, mais avec les outils Unimat, pas comme toi avec du carbure.
Bien sûr ça coupait, parce qu’on coupe du dural avec n’importe quoi, presque avec une truelle.
Mais déjà sur l’acier de construction je « ramais grave » et je n’obtenais que des états de surface déplorables. Si je tournais un petit diamètre, un petit clou par exemple, il se tordait et montait sur l’outil.
J’essayais d’imiter (sans aucun succès) les horlogers qu’on voyait dans des reportages télé, chariotant de l’acier dur, de 1 ou 2 mm de diamètre, en tournant de la main gauche à faible vitesse la poupée de leur tout petit tour, et en tenant de la main droite, à main levée, leur outil (burin) appuyé sur un support d’outil (rest tool)…..et leur loupe, collée à l'œil, à 2 cm de l'extrémité du burin……..
………et on voyait le copeau se dérouler très lentement en long tortillon, sans effort comme si on déroulait une peau d’orange ou qu’on coupait du beurre.
J’ai longtemps cru que ces vidéos étaient des « fake ».

Il a fallu l’arrivée d’Internet et que je tombe sur le site d’un horloger américain (Mr Smith) qui expliquait comment couper « comme du beurre », avec un outil au carbone (même pas du HHS) de l’acier et même de l’acier très dur, et avec un bel état de surface.
Bon sang mais c’est bien sûr !!!!! Je lui aurais presque envoyé une Dom Perignon Vintage, si j’avais eu son adresse !

Et très vite j’ai réussi à faire ce qui est sur la photo ci-dessous, (que j’ai déjà montrée) tourner à moins de 2/10 mm de diamètre l’acier trempé d’une aiguille de machine à coudre de marque allemande Schmetz, ou de la corde à piano, ou du HSS,…..

Fais toi un support de burin à main, monte la pièce dans le mandrin de perçage (surtout pas dans le 3 mors : interdit par sécurité), à faible vitesse, n’utilise que des outils en HSS, pas du carbure, en forme de burins horlogers, et apprends l’affûtage PARFAIT, les angles de coupe, à sentir la matière, à dérouler les tortillons qui sortent sans effort de la pièce, juste en la léchant avec l’arrête du burin (à 2/10 mm de diamètre ça casse ou ça se tort à la moindre pression sur la pièce).
Ensuite tu passeras aux étapes suivantes, à l’affûtage des outils de tourelle, à leur utilisation (angles de coupe, etc) et enfin à l’apprentissage de l’outil carbure.
Les horlogers conseillent de suivre ce processus de formation et les modélistes doivent s’inspirer plus des horlogers que des Usineux sur du gros.
Mais "c'est vous qui voyez…" ! comme dit R. Laspalès.

Si tu avais acheté un gros tour ou une CNC, et pas un Unimat SL, cette formation ne serait quand même pas inutile, mais tu pourrais t’en passer, en appliquant les manuels d’utilisation.
Les grosses passes avec des plaquettes carbure sur de gros tours, c’est finalement plus facile.

TournagePivot.jpg
 
Dernière édition:
BertoHO
BertoHO
Ouvrier
25 Sept 2018
428
Créteil 94
  • Auteur de la discussion
  • #15
Bonjour Sulren
Merci beaucoup de tes conseils (j'ai l'impatience d'un gamin avec ce SL :roxxx:, mais il va falloir que je passe par les bonnes étapes de formation !!)

Du coup, je vais aller chercher des sujets portants sur l'affutage et les burins d'horlogers : (ce forum est une mine d'or !!)
> un premier lien : comment affuter (GB)
> Affutage de micro-burins d'horlogers
> Burins à main...
> ...

Ya du boulot :tumbsupe:
 
rebarbe
rebarbe
Modérateur
24 Juin 2009
5 094
91
Perso j'aurais chemisé la pièce d'origine avec un tube Ø10mm ext et Ø6mm inter et ça aurait fait le café :wink:
Mais je comprend que tu veuille faire du copeau utile avec ton nouveau tour, c'est humain :lol:
 
SULREN
SULREN
Compagnon
27 Jan 2009
3 228
FR-31 Communauté des Hauts Tolosans
Re,
En effet, pour faire vite et simple avec des tubes de cuivre de plomberie: un tube 6/8 emmanché dans un tube de 8/10.
Je le fais souvent. Il faut ajuster un peu les diamètres à la toile émeri.
Ou en laiton, en achetant des tubes qui s'emmanchent les uns dans les autres chez L'Octant (utiles pour faire des axes concentriques nombreux, en horlogerie astronomique, par exemple).

@BertoHO:
Mais rebarbe à raison, il faut en même temps qu'on apprend la théorie faire un peu de copeaux, même fastidieux et foireux, pour se faire plaisir.
On n'est plus à l'époque où on apprenait la musique aux enfants en leur faisant faire 4 ans de solfège (aride!) avant de pouvoir poser les doigts sur un clavier ou une corde.
Mets toi donc au violon, même si pour le temps présent ça "grince" un peu.

EDIT:
Là par exemple il est difficile de s'en sortir en faisant ses axes concentriques qu'avec des tubes cuivre, même en partant du 4/6 et en allant jusqu'au 18/20.

William_Pearson_Orrery.jpg
 
Dernière édition:
BertoHO
BertoHO
Ouvrier
25 Sept 2018
428
Créteil 94
  • Auteur de la discussion
  • #18
J'avais pensé aux tubes de plomberie, mais je n'en ai pas sous la main ... (encore des bouts de trucs à rajouter à ma boite à bazar :siffle:)
Et puis, effectivement, j'ai envie d'apprendre et de comprendre , et de faire des essais, pour "sentir" la réalité de ces actions de coupe de métal... C'est tout nouveau pour moi

De plus, réaliser cette pièce correspond , aussi, à garder à cette tourelle son aspect initial .
Donc :
1 : Je vais changer la vitesse moteur, pour réduire à 940 TM, ainsi l'outil aura "plus de temps" pour couper l'alu : ça me permettra aussi de "voir" la différence...
2 : Ensuite je vérifierai l'affutage de l'outil carbure (un paramètre modifié à la fois), et à nouveau Essai
3 : ensuite ce sera la pénétration : je passerai à 5/10é, photo des copeaux, et si OK j'essaierai 1mm (et photo des copeaux) !

Bref, le plan de travail de demain est en cours de réflexion ! :7hus5:
 
Dernière édition:
BertoHO
BertoHO
Ouvrier
25 Sept 2018
428
Créteil 94
  • Auteur de la discussion
  • #19
Résultats, après environ 6 heures de boulot !

- d'abord, affutage manuel des outils, avec les moyens du bord, en veillant au respect des angles et en cherchant un poli miroir ...
20181107_112607b.jpg


Hum, les copeaux s'améliorent, certains atteignent quasiment 10 cm ...
20181107_112817b.jpg


Perçage central, vieille mèche de 6 mm réaffutée avec le petit mandrin dans la poupée mobile + huile de coupe toutes les 30 secondes ...
je n'ai pas compté le nombre d'aller/ retour pour nettoyer les copeaux intérieurs et huiler ... mais c'était beaucoup ...
Il a aussi été plusieurs fois nécessaire de repositionner la pièce avec le comparateur...
20181107_130119b.jpg


D'après les calculs, la partie "utile" est percée ...
20181107_132607b.jpg


On attaque les finitions ... d'un coté seulement ...
20181107_134423b.jpg


car, là, c'est retour à la mimine, et on utilise TOUTE la longueur de la lame ...
(je n'ai pas su faire autrement... ?)
20181107_135640b.jpg


il est temps de comparer ...
20181107_142915b.jpg


le résultat , glissement doux sous l'ongle :
20181107_142937.jpg


Des heures de tournage, ça en fait, de la limaille ...
20181107_145926b.jpg


Y'en a PARTOUT : "Bonjour les coups de balais"

Ah oui, tout ça pour quoi ?
Ben, pour ça :
20181107_143702b.jpg


Merci de tous vos conseils, j'ai essayé de les mettre en pratique :smileJap::smileJap:

8-)

PS : prochain travail : réaliser une poulie pour aller sur l'axe du futur nouveau moteur (de 500 Watts, avec variateur !) du SL : j'ouvrirai un sujet dédié (faut que je trouve une plaque d'alu de 6mm d'épaisseur pour supporter le moteur et l'adapter à la broche du SL... )
 
Dernière édition:
Castor24
Castor24
Compagnon
13 Mar 2017
912
Périgord noir
Bonjour,

Je me permet de vous indiquer qu'en horlogerie, on ne tourne de pivot comme celui montré par Sulren, pour un diamètre de 2/10, qu'en entre pointe en entrainement par toc.
D'autre part, pour avoir une qualité de surface correcte et une tenue dans le temps, on ne travaille que sur des aciers trempés revenu au bleu, si l'on veux faire un travail de qualité correct.

Voici les raisons:
Pourquoi entre pointes et toc ?
Pour que le corps de l'axe qui va porter roue et pignon soit concentrique avec le pivot.
Pour maintenir le pivot et éviter qu'il ne casse.


Pourquoi trempé revenu ?
Pour avoir une résistance minimum à l'usinage: réduire le risque de torsion de la pièce comme arrivé à SULREN .
Pour avoir une qualité de surface "nickel".
Pour avoir une résistance à l'usure à l'utilisation.
Revenu pour ne pas avoir un pivot trop cassant et pour permettre un usinage plus facile.

Généralement, on utilise du Stub (100cr6).
Pour l'amateur, la difficulté étant d'avoir le matériel pour faire ce traitement, il était possible de trouver ce genre d'acier, livré trempé revenu. Je ne sais si l'on en trouve encore, voir les fournisseurs par exemple Fisseau et Cochot (http://www.schwartzmann.com), il y en a d'autre.

Ceci implique un outil particulièrement soigné au niveau affûtage, dégrossi à la pierre India, fini à l'Arkansas.
On ne se préoccupe pas des angles, puisque c'est la main qui va le régler en cours de coupe.

Petite précision d'importance, on travaille avec le burin à la main, ce qui permet de sentir la pression exercée sur la pièce. Au début on casse, parce qu'on n'a pas encore "une main", mais au fil du temps en commençant par du gros et en descendant petit à petit en diamètre on y arrive.
Tous mes copains d'école y sont arrivés, c'est juste une question de travail pour obtenir cette sensibilité, ce que nous appelons avoir "une main".
Mes plus petits pivots faisaient 7/100 de diamètre et il y a forcément des gars meilleurs que moi, qui ont du descendre en dessous.

P.S. Il me parait impossible d'arriver à tourner avec un tour qui n'a pas de variateur de vitesse très fin et on line (mon tour a une pédale commandée au pied permettant d'ajuster la vitesse).

Bon courage,
 
SULREN
SULREN
Compagnon
27 Jan 2009
3 228
FR-31 Communauté des Hauts Tolosans
Bonjour,
@Castor24 :
Bonjour et merci pour tes commentaires. Mais je pense que tu as mal interprété ce que j’avais écrit et je tiens donc à faire quelques petites rectifications. Désolé.

Je me permet de vous indiquer qu'en horlogerie, on ne tourne de pivot comme celui montré par Sulren, pour un diamètre de 2/10, qu'en entre pointe en entrainement par toc.
La photo de micro-tournage d’une aiguille de machine à coudre que j’ai montrée ci-dessous n’était pas du tout du tournage de pivot pour horlogerie, pas plus que celles que j’avais montrées dans la discussion ci-dessous au post #6 :
https://www.usinages.com/threads/emco-compact-5-et-acier.115471/#post-1372078

C’était de l’entraînement (il y a une dizaine d’années) à tourner différentes qualités d’aciers trempés et même du HSS, parce que j’en ai besoin dans certains cas de micro-mécanique (hors horlogerie), par exemple pour façonner des outils dans des barreaux de HSS sans avoir à leur faire subir un revenu, ou de tourner de la corde à piano, etc.

En horlogerie, même si je ne suis qu’un amateur, j’ai un lot de barres en acier à tampons de Bergeon (revenu bleu) et je me suis entraîné dessus aussi, ……bien sûr (ci-dessous). Et pour faire de l'horlogerie j’aurais plutôt choisi cela qu’une aiguille de machine à coudre.
J’ai gardé quelques photos de ces entraînements (dans un répertoire « Pivots », au vu de la taille des pièces) principalement pour moi-même,…… histoire de voir si avec l’âge je ne perds pas trop la main……et vérifier si j’ai encore le droit de conduire une petite machine d’usinage. :-D


Acier Tampons.jpg


En ce qui concerne le tournage entre pointes :
Dans la discussion ci-dessous avec BerthoHO :
https://www.usinages.com/threads/fabriquer-un-porte-pinces-er-pour-unimat-sl.115565/
au post 11 j’ai écrit :
« J’ai fait cela un jour, à l’ « arrache » comme d’habitude, dans une chute d’alu, parce que j’en avais besoin pour du travail en pince (non horloger; en horloger je fais plutôt de l’entre-pointes) ».

Mais je fais aussi de l’entre-pointes pour du tournage non horloger ou dans d’autres buts. Par exemple, pour réaliser cette petite fraise à pointer à partir d'un vieux foret carbure micro-grain. Pour des raisons de concentricité, étant donné que je n’ai pas d’affûteuse High Tech comme certains, j’ai façonné la pointe par affûtage entre "pointe et plaque à trous"….et sur ma petite machine à deux balles.
L'extrémité à 3 facettes à 120°, fait à peine 0,5 mm de diamètre.

P1020971 RD2.jpg


Ceci implique un outil particulièrement soigné au niveau affûtage, dégrossi à la pierre India, fini à l'Arkansas.
C’est ce que je fais pour les burins HSS, of course, mais ce n’est pas applicable aux petits burins carbure nécessaires pour usiner du HSS.

Au passage, je suis surpris que tu n’aies pas réagi au post #19 de BerthHO quand il parle d’affûtage « poli miroir » de ses outils carbure avec des pierres qui me semble être de l’émeri et pas au moins au carborandum, sinon au diamant. Je m’apprêtais à lui en faire la remarque, mais je pense que tu es mieux placé que moi pour être son conseiller et même son professeur.

J’attends donc avec impatience, parce que comme BerthoHO, je ne demande qu’à apprendre. (Il est allé voir lui aussi le cours de Madman sur ce sujet,….mais Madman dispose d’affûteuses de course, hors de portée des amateurs lambda).

On ne se préoccupe pas des angles, puisque c'est la main qui va le régler en cours de coupe.
Là dessus je suis 100% d’accord, et je n’arrête pas de conseiller aux amateurs comme moi et aux débutants comme BertoHO (voir mes posts adressés à lui) de commencer par du tournage à main, pour bien sentir la matière et comment on la coupe.

P.S. Il me parait impossible d'arriver à tourner avec un tour qui n'a pas de variateur de vitesse très fin et on line (mon tour a une pédale commandée au pied permettant d'ajuster la vitesse).
J’ai des broches à vitesse variable commandée par pédale, mais il me semble que pour du micro-tournage on peut se contenter de bons jeux de poulies pour ajuster la vitesse. Tu vas donner des regrets aux horlogers du XVIIIe (« ah….si la variation de vitesse m’était contée » !).

Et je termine en ajoutant que mes interventions sur les discussions de BerhoHO n'avaient pour but que de faire partager mon petit savoir à plus débutant que moi ….et SURTOUT qui n'a à sa disposition qu'une petite machine de modéliste. Sinon, il serait facile de le faire rêver en lui donnant les liens vers les machines "de guerre" de l'Industrie Horlogère Suisse.
Mais je suis moi-même très demandeur de voir les PROS faire l'effort de poster leurs reportages afin de nous faire bénéficier de leur immense expérience. :smileJap:
 
Dernière édition:
BertoHO
BertoHO
Ouvrier
25 Sept 2018
428
Créteil 94
  • Auteur de la discussion
  • #22
Eh ben les Garçons, vous travaillez dans le mini-minuscule ! :lol:
>>> Pourquoi n'ouvrez-vous pas un sujet dédié aux méthodes et techniques de tournages horlogères (quitte à y recopier vos présents échanges) ? Vos propos peuvent intéresser d'autres membres

En modélisme ferroviaire, qui est mon objectif, je ne pense pas "descendre" à si fin ...

Un mot sur le poli-miroir : j'ai utilisé cette expression car je regardais le poli de la pointe carbure de l'outil, et frottais jusqu'à ce "que ça brille", ce qui me semblait un résultat correct pour affiner le métal et l'angle de coupe (je n'ai pas le bon vocabulaire) : et le résultat était visible à l'oeil .
J'ai commandé des pierres à aiguiser, jusqu'à 3000, pour les futurs barreaux en HSS.
 
Dernière édition:
Castor24
Castor24
Compagnon
13 Mar 2017
912
Périgord noir
Bonjour Sulren,

Effectivement, tu ne précises pas dans ton post qu'il s'agit d'une aiguille, ni d'un pivot d'ailleurs, mais ma déformation professionnelle m'a enclin à penser pivot. Donc pas de soucis là dessus.

Concernant le Stub revenu bleu, si tu en as trouvé, que ce soit du Bergeon ou par un autre fournisseur, c'est très bien. Ca permet de s'affranchir d'un four à trempe et à revenu, des bains de sel etc.

Je n'ai pas lu ton post, concernant le travail en pince à l'arrache comme tu dis, je n'ai réagi qu'en voyant ce post ci et j'en ai profité pour communiquer deux trois choses...J'ai un peu d'expérience dans ce domaine, car j'ai terminé mes cinq ans d'éducation horlogère (micro-mécanique option horlogerie pour être précis) il y a 46 ans et j'ai pensé que ces deux trois conseils seraient utiles aux lecteurs du forum.

Concernant les angles d'affûtage, je te remercie d'être d'accord avec moi.
Quant aux outils carbure et leur affûtage, c'est qq. chose que je n'ai jamais utilisé en horlogerie, (j'utilise bien sur des plaquettes carbure pour mon tour de mécanicien).

Pour la vitesse variable du tour, je parle de tour d'horloger à pivoter, c'est à dire avec un burin à la main. Sur de l'acier Stub TR, si on ne peut faire varier la vitesse, il y a fort à parier que l'on va brunir, donc impossible de couper à un certain moment => casse.

Concernant les machines, je fais partis d'une génération qui n'a pas connu en formation et pendant des années de pratique, les machines très précises et très coûteuses dont tu parles et donc je suis formé à m'en passer. L'affûtage est à la main et par exemple, le carré d'un remontoir de montre pour le pignon coulant c'est à la lime à carré et donc à la main aussi, avec une planéité au demi-centième et dans un support en bois de buis, rien de très coûteux.
Pourtant nos pièces étaient contrôlées au projecteur de profil et au binoculaire grossissant je ne sais plus combien de fois, mais bien plus que les loupes X5 et X10 qu'on avait à notre établis.

J'espère que les conseils et informations que j'ai donné en #20 serviront à ceux que le sujet intéresse , c'est ma seule préoccupation,

a+
Castor
 
Dernière édition:
SULREN
SULREN
Compagnon
27 Jan 2009
3 228
FR-31 Communauté des Hauts Tolosans
Re,
@Castor24 :
J’avais bien précisé vers le milieu du post #14 qu’il s’agissait d’une aiguille de machine à coudre et même allemande, histoire d’insister sur la dureté de l’acier. J’y ai dit :
« Et très vite j’ai réussi à faire ce qui est sur la photo ci-dessous, (que j’ai déjà montrée) tourner à moins de 2/10 mm de diamètre l’acier trempé d’une aiguille de machine à coudre de marque allemande Schmetz…….. »

Mais j’aurais dû dire qu’il s’agissait juste d’un exercice de micro-usinage et pas d’un pivot d’horlogerie, et comme je fais souvent référence aux horlogers, on pouvait penser que c’était le cas.
De plus, il vaut mieux recevoir trop de critiques, fussent-elles quelquefois excessives, que de passer à côté de judicieux conseils.
Donc pas de soucis, on ne va pas s’attarder la-dessus.

Concernant le stub revenu bleu, j’en ai toujours d’avance, pour le cas où, mais je refais de moins en moins de pivots. En qualité d’amateur je ne révise des garde-temps que pour moi, ou ma famille, parfois un ami. Tout ce monde là ayant beaucoup vieilli les besoins ont bien chuté. Je fais maintenant surtout de la réparation en petite-mécanique, pour mes besoins, mais je tiens à garder la main le plus longtemps possible en horlogerie.

Quant aux outils carbure et leur affûtage, c'est qq. chose que je n'ai jamais utilisé en horlogerie
Le premier horloger qui m’a appris le tournage horloger via Internet (cet américain Mr Smith) et les horlogers avec lesquels je suis en contact sur les forums d’horlogerie depuis une quinzaine d'années, disent quasiment tous qu’on peut tout faire en horlogerie de restauration avec des burins en acier au carbone, et de nos jours en HSS. Ils ne mettent pas en avant le burin carbure, en tous cas pas pour les débutants. Et je trouve qu’ils ont raison, d’où mon conseil en ce sens à BerthoHO.

Et paradoxalement, c’est un ingénieur travaillant dans l’industrie horlogère qui m’a donné le goût du burin carbure. Je ne veux pas le citer ici. Il m’a envoyé un jour des micro-fraises carbure hors d’usage, qui avaient servi à faire de minuscules creusures à l’intérieur des incablocs. Leur pointe était cassée mais les autres faces parfaitement affûtées coupaient l’acier trempé comme du beurre.
Je ne m’en sers pas pour du tournage courant même sur l’acier. Je préfère le burin HSS qu’on repasse régulièrement et facilement sur une India puis une Arkansas.

Le burin carbure est plus difficile à bien affûter, il est fragile aux chocs et aux vibrations.
Mais lui seul peut attaquer l’acier trempé. Dans certains cas, afin de façonner un nouvel outil, je veux usiner l’acier trempé sans lui faire subir un recuit préalable, puis une trempe à la fin, histoire de gagner du temps et d’éviter de mal de retremper. Les aciers alliés sont plus compliqué à tremper que l’acier au carbone. Il faut connaitre leur processus de trempe en fonction de leur nuance. On a vite fait de se planter.
De plus, on a dans nos récupérations plein de micro-foret carbure (à queue de 3,2 mm) et de micro-fraises carbure cassées, qui ne demandent qu’à revivre une nouvelle vie comme burin de tournage.

Je n’ai appris l’usinage et l’horlogerie qu’en autodidacte, comme hobbies, rien de professionnel. C’était à travers des ouvrages au début, puis avec des Pros sur les forums.

Les Pros ne sont d’ailleurs pas toujours d’accord entre eux, surtout les horlogers. J’ai assisté à des discussions vraiment violentes, sur telle ou telle solution. Le tournage entre pointes, par exemple, plutôt qu’en pince, ou la réalisation de goupilles au roule-goupilles, plutôt qu’en pince, s’envenimaient souvent.
J'ai une préférence pour le tournage entre-pointes pour les mobiles en horlogerie. Il m'assure une meilleure concentricité, surtout sur ma machine qui n'est pas du tout de la classe de précision des tours horlogers, même si je lui ai ajouté bon nombre d'accessoires adaptés à la situation quand je fais sur elle du travail d'horlogerie, et pas de modélisme ou de micro-mécanique.
 
Dernière édition:
Castor24
Castor24
Compagnon
13 Mar 2017
912
Périgord noir
Sulren,

N'ayant jamais utilisé de burin carbure, je ne les critique pas, je ne sais pas ce que ça vaut. J'ai appris d'une manière et il m'a fallut des années pour maîtriser, maintenant, c'est peut être mieux dans certain cas avec certain alliage.

Je ne sais pas ce que tu entends par travailler de l'acier trempé sans faire de recuit puis une trempe, ni pour quelle pièce c'est destiné...

Je suis en train de restaurer un tour à pivoter Lorch 6mm, quand j'aurai terminé (ouuuu c'est pas demain), je ferai voir le résultat.

Pour l'instant voilà le bébé, là c'était l'inventaire. Je dois recevoir d'ici qq. jours les anodes de Nickel pur pour refaire le nickelage du tour:

IMG_2208.JPG


Mais actuellement, je suis plutôt sur du plus volumineux, ma future presse d'atelier...pas vraiment de la micro-méca avec ces UPN de 120 !
IMG_2759.JPG
 
SULREN
SULREN
Compagnon
27 Jan 2009
3 228
FR-31 Communauté des Hauts Tolosans
Bonjour,
@BerthoHO

Eh ben les Garçons, vous travaillez dans le mini-minuscule ! :lol:
…………………….
En modélisme ferroviaire, qui est mon objectif, je ne pense pas "descendre" à si fin ...
La plupart des pièces que tu réaliseras en modélisme ferrroviaite seront de plus grosses taille, mais je suis sûr que tu seras quelquefois confronté à du tout petit, toi aussi : goupilles, etc.
J’ai souvent vu ici des modélistes demander comment tourner de la corde à piano, par exemple.

Un mot sur le poli-miroir : j'ai utilisé cette expression car je regardais le poli de la pointe carbure de l'outil, et frottais jusqu'à ce "que ça brille", ce qui me semblait un résultat correct pour affiner le métal et l'angle de coupe (je n'ai pas le bon vocabulaire) : et le résultat était visible à l'oeil .
Ma remarque sur le « poli miroir » ne portait pas sur le terme lui-même, ce serait sans importance et de plus il se trouve que c’est le terme correct. Beaucoup parlent de poli miroir en matière d’affûtage.
Mais il ne suffit pas que les faces d’un outil soit polies miroir pour qu’il coupe bien. Ce sont les arrêtes qui doivent être parfaites.
Quand on observe une arrête sous binoculaire en l’éclairant bien on ne doit pas la voir briller. Si elle brille, c’est qu’elle est arrondie. Quand elle est ultra aigüe elle ne brille pas, elle est invisible……et on a atteint l’affûtage horloger.

Je me suis juste permis de douter qu’avec des pierres qui semblaient être de l’émeri tu aies pu atteindre sur du carbure une telle arrête…..surtout si tu as fait cela à main levée. On a vite fait d’avoir une arrête ronde « comme un genou ».
Il faut être un expert pour faire cela à main levée. Perso je préfère utiliser un guide d’affûtage.
Mais ce n’est pas du tout pour dénigrer. C’est pour t’inciter à faire mieux, étant donné que tu te présentes comme « apprenti ».

@Castor24
Je ne sais pas ce que tu entends par travailler de l'acier trempé sans faire de recuit puis une trempe, ni pour quelle pièce c'est destiné...
Pour moi travailler de l’acier trempé signifiait dans cette discussion : tourner, percer, dans l’état où elle est, une pièce réalisée dans un acier prenant la trempe, qui a été trempée et sans lui faire subir un revenu autre que celui que son fabricant a pu faire.
Ce peut être un outil, un barreau d’acier d’outillage, des clous à béton, de la corde à piano,……, des axes de mouvement de Paris, etc.
J’ai fait cela à titre d’entrainement, mais c’était pour répondre à des besoins futurs, de réparation, de fabrication d’outils, etc.

Je dois recevoir d'ici qq. jours les anodes de Nickel pur pour refaire le nickelage du tour:
Belle machine !!!!
Il y a du travail, mais cela en vaut la peine.
Fais nous un reportage du nickelage, nous avons des choses à apprendre. Merci d’avance.

Cordialement.
 
BertoHO
BertoHO
Ouvrier
25 Sept 2018
428
Créteil 94
  • Auteur de la discussion
  • #27
Trouvaille du WE : un bel outil à main, à manche Poire :
OutilPoire1.jpg

Marque sur la lame : ressemble à 1 feuille d'érable ? + "JB"? LAVY
- le "point de coupe" (?) a 2 angles, le final est très fin
Je vais lui poser une rondelle de tuyau de plombier sur sa collerette, le bois (de buis ?) est fendu en 2 endroits (sous l'effort ? La lame sort facilement du manche : est-elle dans sa bonne position sur la photo ?
->>> outil pour bois ou pour métal (laiton?) ??
8-)
 
SULREN
SULREN
Compagnon
27 Jan 2009
3 228
FR-31 Communauté des Hauts Tolosans
Bonjour,
Il n'a pas un manche habituel pour burin d'horloger.
Il a une poire, mais pas aplatie comme celle des burins de graveur, et l'outil lui même n'est pas un burin de graveur;
Pour le bois et pour tourner les gros diamètres (je n'en fais pas donc connais peu) les manches sont plus longs. Pour le métal en tournage à main levée, ou en tournage au repoussé, les manches sont longs aussi.
Il servait peut-être pour le bois, en petits diamètres…..mais la poire est plutôt utilisée pour appuyer (comme les graveurs) que pour guider comme en tournage.
 
Dernière édition:
rebarbe
rebarbe
Modérateur
24 Juin 2009
5 094
91
C'est une échoppe ou une onglette de bijoutier.
Pour le savoir il faudrait une vue de la section de la lame.
Ca sert pour la gravure ou pour repousser et former les "grains" quand on serti une pierre.
La forme du manche est variable, boule, poire, boule aplatie...etc Ca dépend du gars qui bosse avec et de ses préférences.
 
Tier-I
Tier-I
Compagnon
20 Nov 2011
1 334
FR- 03420 MARCILLAT EN COMBRAILLE
Bonjour,
Trouvaille du WE : un bel outil à main, à manche Poire :
Ceci serait une échoppe de graveur principalement. Il existe plusieurs noms pour cet outils selon les professions, les régions ou voir même pays.
En général, le nom d'onglette est réservé aux lames qui ont des "joues", côtés bombés.
Pour ce qui est du sens, la photo montre une chose étrange : Le nom du fabricant serait à l'envers car sut toutes celles que j'ai en ma possession, le nom ce trouve en haut et l'affûtage ce fait dans ce sens.
Là, on pourrait croire que l'affûtage a été fait à l'envers soit par erreur, soit par volonté...
En ce qui concerne le manche, en général pour la gravure, il est découpé, aplatit, limé sur le dessous afin de permettre une approche plus aisée de la matière sans gêne.
Pour ce qui est de l'affûtage, il a deux angles de coupes approximativement : 25/30° et 5/7°. De toute manière, on adapte ces angles en fonction du travail, du métal et de l'opérateur.

Thierry
 
Haut