determiner dureté de la matiere

  • Auteur de la discussion franck67
  • Date de début
F
franck67
Compagnon
22 Déc 2011
1 446
  • Auteur de la discussion
  • #1
salut
j'ai de la matiere mais je ne connais pas sa provenance ( recuperer chez un ferrailleur ) , ce sont des plaques d'acier de 10 mm de 15 mm et de la 20 mm
comment pourrais je connaitre la durete de cette ferraille avec des moyens " que tout un chacun " peut avoir dans son atelier? vous avez un truc ?
sachant que je ne cherche pas de la precision , j'aimerais déjà savoir si c'est du mou, du mi-dur , du dur .... pour bien sur voire ce que je peux en faire et ensuite determiner mes conditions de coupe
merci de votre aide
franck
 
KITE
KITE
Compagnon
25 Déc 2008
3 311
Pas de Calais
La lime et le pointeau.
Il faut surtout comparer avec les nuances que l’on connait..
Plus facile à dire qu’à faire!

Mais je vais laisser la place aux spécialistes qui ne manquent pas ici.
 
F
franck67
Compagnon
22 Déc 2011
1 446
  • Auteur de la discussion
  • #3
ah oui tiens , genre une masse que je laisse tomber d'une hauteur " connu " sur plusieurs types de ferraille et mesurer l'empreinte .... il me faudrait de la matiere " connu " alors .... mais premiere idee déjà interressante ( et j'y ai meme pas pensé comme quoi toujours bon de demander a ceux qui ont de la bouteille ) merci KITE

edit : j'ai du 15cdv6 et du XC48 sur l'etagere par exemple en acier ..
 
g0b
g0b
Compagnon
20 Jan 2014
1 593
FR-31
Tu es en train de réinventer les tests de dureté :)
 
KITE
KITE
Compagnon
25 Déc 2008
3 311
Pas de Calais
Déjà, un coup de pointeau, avec le même marteau, dans les mêmes conditions et avec la même force sur 2 aciers différents vont donner une marque différente (profondeur et diamètre).
Ça reste très empirique.
 
F
franck67
Compagnon
22 Déc 2011
1 446
  • Auteur de la discussion
  • #6
Tu es en train de réinventer les tests de dureté :)
oui c'est en pensant a ca justement ( mes cours en terminal ,la lecture de l'empreinte de la bille , Rockwell il me semble non ? )
 
C
couros
Compagnon
27 Août 2012
571
85100 les sables d'OLONNE
Je pense à un pointeau automatique, on à toujours la même pression
Couros
 
F
franck67
Compagnon
22 Déc 2011
1 446
  • Auteur de la discussion
  • #10
Je pense à un pointeau automatique, on à toujours la même pression
Couros
excellente idee
je viens " vite fait " de faire un test avec du bronze aviation ( je connais pas la designation exact mais c'est pas du cochonium ) , de l'alu, du 35NCD16 , de l' XC38 et ma ferraille
et effectivement déjà a l'œil nu on voit bien la difference , je vais ce soir recuperer la loupe sur pied de ma femme pour " mesurer" ca ...
le 35NCD16 est considere comme dur non ?

mais j'y pense j'ai aussi du tube inox ... ca c'est du dur ...
 
g0b
g0b
Compagnon
20 Jan 2014
1 593
FR-31
35ncd16, oui, c'est du dur.
L'inox, si c'est du 304/316, non, contrairement à la croyance , c'est tout mou.
 
F
franck67
Compagnon
22 Déc 2011
1 446
  • Auteur de la discussion
  • #12
35ncd16, oui, c'est du dur.
L'inox, si c'est du 304/316, non, contrairement à la croyance , c'est tout mou.
ah bein oui , j'avais un a priori la dessus ... je viens de regarder la Rm effectivement 2 fois moins que le 35ncd16 .... ceci dit tout mou c'est un peu exagere lol ..
 
g0b
g0b
Compagnon
20 Jan 2014
1 593
FR-31
Non, je n'exagère pas. Le 304 a un Re à 150MPa et un Rm à 500MPa. Alors qu'un acier mi dur genre XC38 à un Re à 300 et un Rm à 500.
Quand le Re est très proche du Rm, c'est un ressort
Quand le Re est très éloigné du Rm, c'est du chewing gum.
 
F
franck67
Compagnon
22 Déc 2011
1 446
  • Auteur de la discussion
  • #14
qu'est ce qui explique alors qu'avec l'inox le percage est toujours bien plus dur a faire alors ?
merci pour tes infos tres interressante
 
g0b
g0b
Compagnon
20 Jan 2014
1 593
FR-31
L'usinabilité, c'est autre chose... Le problème principal de l'inox, c'est qu'il conduit très mal la chaleur à coté d'un acier "classique" (La différence est énorme, y'a un facteur 3 ou 4 en terme de conductivité thermique !) . Du coup, la chaleur dégagée au niveau de la zone de coupe s'évacue très mal, et localement, la température monte beaucoup. A tel point que le HSS du forêt perd ses caractéristiques de dureté à cette température et s'use alors très vite.

Après, il y a d'autres facteurs qui rentrent en compte. Comme il est mou, la coupe ne se fait pas très bien : le métal à tendance à beaucoup se déformer (Re faible) avant de se découper (Re bcp plus élevé). Si ton arrète de coupe est pas bien affutée (cf usure décrite ci dessus), c'est un peu comme si tu essayais de couper du chewing gum avec un couteau à beurre, c'est galère.
 
La dernière réponse à ce sujet date de plus de 6 mois
Haut