préparation avant soudure

Filippo_ng33
Nouveau
14 Octobre 2016
37
  • Auteur de la discussion
  • #1
Bonjour à tous,


j'aurai besoin de vous conseil pour une préparation avant soudure. C'est la 1er fois j'ai à réaliser des pièces pour un châssis mécano soudé. Je sais que la soudure engendre des déformations et qu'il est donc nécessaire de prévoir des surépaisseur a reprendre après usinages.
Pourriez-vous me conseiller sur les surépaisseurs à prévoir en général. De plus j'aurai une question, si l'on doit souder un plot (rondelle) sur une platine par exemple, est-il preferable de réaliser l’opération de perçage (Ø10H7) ou de taraudage (M16) avant ou après soudure?

Si vous avez des conseils, documents, photos ou autres qui puisse m'aider à mieux appréhender l'usinage avant/après soudure je vous en remercie.Voir la pièce jointe 302859
 
gégé62
Compagnon
26 Février 2013
2 594
Harnes (Pas de Calais)
pas facile de répondre sur un problème aussi vaste, qui justement est un très bon exercice et à mon avis requiert beaucoup d'expérience.
A mon avis il ne faut laisser à usiner après soudage que les surfaces / trous / alésages dont la précision requise l'exige, car oui, le soudage amène des déformations. Certaines n'affecteront pas la fonction, et dans ce cas l'usinage peut être fait avant. Un montage mécano-soudé n'a pas la rigidité d'une pièce monolithique, et il faut éviter les opérations après soudage qui engendreraient de gros efforts de coupe, comme le dressage de faces, ou ne laisser qu'une finition, en ayant pris soin de brider comme il faut l'ensemble au moment du soudage.

Pour ton montage, il me semble que la précision concerne l'alésage des deux trous principaux, en diamètre et alignement. Laisser 1.5 mm au rayon devrait être suffisant, prévoir l'usinage des deux en même temps (barre d'alésage), ou en tous cas sans démontage. Je ne vois pas où est la référence, si la position de ces alésages est définie avec précision, il faut aussi une face de référence usinée après soudage, sur une portée suffisante. Mais il ne devrait pas y avoir beaucoup de déformation là-dessus, surfaçage de 1mm doit suffire.

C'est un avis, à confirmer avec le contexte, souvent j'ai besoin de connaitre l'usage qui est fait ensuite avec les pièces, j'ai vu pas mal de plans où la précision demandée n'était pas utile, dans ce cas ça se discute avec l'auteur....
 
Filippo_ng33
Nouveau
14 Octobre 2016
37
  • Auteur de la discussion
  • #3
Bonjour gégé62,

merci pour toutes ces infos elles me seront très utiles.

Connaitrais-tu ou aurais en ta possession des documents portent sur la soudure et l'usinage. Je cherche a me "former" sous ces pratiques afin de bien préparer mes pièces avant et après soudure.

Si avec ton exerience tu as remarqué certaines choses (usinage a ne surtout pas faire avant soudure, surépaisseurs usuelles....) merci de m'en faire part. Je pense que je vais me faire une sorte de livret préparation soudure en m'appuyant sur expérience de gens.

merci encore
 
Gerardpich
Compagnon
10 Décembre 2012
651
FR-22Guingamp
N'hésites-pas à aller faire un tour sur le site "soudeurs.com", il y a pas mal d'informations utiles dans les onglets techniques.
 
Filippo_ng33
Nouveau
14 Octobre 2016
37
  • Auteur de la discussion
  • #5
Merci pour le site, je vais le visiter pour voir.

Dans quels cas peut-on observer des déformations?
D'après votre expérience, à partir de quel tolérances est-il nécessaire de laisser une surép. et ou?
 
gégé62
Compagnon
26 Février 2013
2 594
Harnes (Pas de Calais)
Dans quels cas peut-on observer des déformations?
Quand on a bien compris la cause des déformations, ça aide beaucoup.
La déformation est la conséquence du refroidissement du métal. Si on considère la soudure encore liquide: pas d'effort. Mais dès qu'elle se refroidit, elle acquiert une certaine solidité, elle est donc capable de transmettre un effort à l'assemblage, or à ce moment le métal veut se contracter, tout simplement par l'effet contraire de la dilatation quand on chauffe...Il y arrive donc un moment où l'assemblage est dans un état franchement solide, mais encore très chaud. Entre ce moment (quelques secondes après la soudure) et l'ensemble complètement refroidi, des déformations vont tendre à se faire , dans le sens d'une traction de la soudure sur elle-même.

Toute déformation au soudage est due à cette cause, et par conséquent on peut prévoir très souvent ce qui peut se passer, et donc anticiper. Prévoir des surépaisseurs d'usinage, c'est bien, mais empêcher les déformations, ou les compenser en disposant les pièces de façon astucieuse, c'est mieux.

Donc, il s'agira de (pas hexaustif....je ne suis pas soudeur) :
-bien brider les pièces à assembler, dans le sens qui empêchera le déplacement (que l'on doit prévoir) et ne libérer qu'après refroidissement. Si une pièce est bien arrimée, elle ne peut pas se déplacer.
-remplacer une soudure continue par une suite de petits cordons, si la résistance le permet.
-procéder le + possible par pointage préalable. Les pointages sont des bouts de soudure assez costauds pour figer la forme de l'assemblage, mais trop peu volumineux pour imposer leur désir de déformation, si les pièces sont bridées.
-penser à l'effet d'amplification du genre "bras de levier" exemple, souder un profilé carré de 25 mm en bout, en ayant laissé un petit jeu comme il se doit. Si on soude un coté d'abord, cette soudure se comportera comme une charnière quand on soude le coté opposé....et 1 mm sur 25, ça fait plusieurs degrés, c'est de travers !

il y a sûrement d'autres choses à dire, et d'autres que j'ignore, mais tout cela demande à être connu, une fois qu'on connait les bases, c'est surtout une question de réflexion.
 
La dernière réponse à ce sujet date de plus de 6 mois
Haut