Besoin de conseil pour une fonderie bronze

piragol
Nouveau
16 Janvier 2018
13
  • Auteur de la discussion
  • #1
Bonjour à tous,
Je suis agriculteur, prospecteur de loisir avec un détecteur de métaux, déclarant en DRAC, et je sors des champs tous types de matériaux : plomb, zinc, alu, laiton, cuivre, bronze, etc....
Je collecte le tout depuis des années, et l'aboutissement logique à cette dépollution des sols réside dans le recyclage de tous ces matériaux.
Je souhaite donc me créer un four de fusion au propane en conséquence afin de valoriser au mieux toutes ces dizaines de kgs de déchets non ferreux que je sors de terre chaque année.
J'ai un compresseur de 200 litres qui vient de rendre l'âme, et je me disais logiquement que je pourrais le transformer en four de fusion au propane...
Néophyte, mais bon apprenti, je viens devant vous chercher une méthodologie pour en réaliser un qui soit sécurisé et surtout fonctionnel.
J'ai bien évidemment parcouru nombre de forums depuis quelques mois avant de choisir le votre, lequel me semble animé par un esprit participatif assez fort.
Je vais aller mesurer cette cuve, et solliciterais de votre part conseils pour cette réalisation.
Un grand merci à vous,
Bruno
 
Dodore
Compagnon
27 Octobre 2008
13 590
F-69400 villefranche sur saone
Bonjour , je sais que faire une fonderie de bronze c'est pas facile ... Je ne l'ai jamais fait
Il faudrait déjà savoir ton but .. Si c'est pour te distraire eventuelement pour essayer de faire un sculpture tu peux t'essayer n'est â peut près les seules choses que tu pourras faire
Si c'est pour faire des pièces mécaniques qui demande des caractéristiques Bieber déterminée ça va être très dificile parce qu'il faudra donner la composition exact et les caractéristique mécanique de ton produit
J'ai recherché sur le forum ce qui avait sur la "couler bronze" il y a tout ça
https://www.usinages.com/search/3685988/?q=Couler+bronze&o=relevance&c[node]=67
Tu as aussi en bas de page plusieurs liens en relation
Bonne lecture et bon courage
 
piragol
Nouveau
16 Janvier 2018
13
  • Auteur de la discussion
  • #3
Mon objectif est purement de couler des lingots en bonnes formes, je n'ai hélas pas de compétences culturelles et artistiques : ce sont là des choses innées à travailler dont je suis totalement dénué, ce qui me permets d'autant plus de les apprécier d'une façon générale que je sais en être à mille lieues de les réaliser.

cuve gonfleur.jpg
 
Dodore
Compagnon
27 Octobre 2008
13 590
F-69400 villefranche sur saone
Oui bien sûr mais l'art accepte tout solide ou pas solide et meme beau ou moche.. C'est une apreciation
Par contre la mécanique la robinetterie ou autre n'accepte pas "l'à peu près " et tu auras des difficultés pour produire des matériaux conforme pour être utiliser dans l'industrie avec une composition bien défini et des qualités mécanique conforme à sa destination
Un bronze de robinetterie ou d'ameublement ( poignée de porte ) est différants d'un bronze de palier de machine
Si c'est juste pour te distraire ... Pourquoi pas , mais si tu veux avoir un petit bénéfice il faut pas trop y compter
 
piragol
Nouveau
16 Janvier 2018
13
  • Auteur de la discussion
  • #5
Merci pour vos réponses.
Pour vous donner une idée, rien qu'en ramassant les métaux en champs cette année, j'en suis à 55 kgs de plomb à schrappnel, une quinzaine de plomb divers.
Je dois avoisiner les 15 kgs d'alu, les 10 kgs de cuivre divers, 15 de ceintures d'obus ( non explosif), 5 de balles ( inertes ), 35 de laiton et bronze, 5 de zinc....
Je collecte aussi les canettes en alu ( quelques gros sacs de canettes écrasées ), etc...
C'est donc effectivement pour ma distraction, et dans l'idée de me créer des lingotins pour gagner de la place.
J'envisage d'utiliser des creusets de type A25, aussi je souhaiterais savoir quel espace laisser entre le creuset et l'isolation du fût pour le passage de l'air chaud ?
Je pensais découper un des bases pour faire un couvercle et l'autre pour créer un fond plat qui serait soudé sur une plaque carrée avec roulettes.
Est-il judicieux, en terme de chauffe, de réduire la hauteur du fût ?
Merci !
 
Dodore
Compagnon
27 Octobre 2008
13 590
F-69400 villefranche sur saone
Merci pour vos réponses.
Pour vous donner une idée, rien qu'en ramassant les métaux en champs cette année, j'en suis à 55 kgs de plomb à schrappnel, une quinzaine de plomb divers.
Je dois avoisiner les 15 kgs d'alu, les 10 kgs de cuivre divers, 15 de ceintures d'obus ( non explosif), 5 de balles ( inertes ), 35 de laiton et bronze, 5 de zinc....
Je collecte aussi les canettes en alu ( quelques gros sacs de canettes écrasées ), etc...
C'est donc effectivement pour ma distraction, et dans l'idée de me créer des lingotins pour gagner de la place.
J'envisage d'utiliser des creusets de type A25, aussi je souhaiterais savoir quel espace laisser entre le creuset et l'isolation du fût pour le passage de l'air chaud ?
Je pensais découper un des bases pour faire un couvercle et l'autre pour créer un fond plat qui serait soudé sur une plaque carrée avec roulettes.
Est-il judicieux, en terme de chauffe, de réduire la hauteur du fût ?
Merci !
Qu'est ce que tu sèmes pour récolter des métaux ... Mais les canettes c'est pas de la même époque ....:)
 
cr3m
Apprenti
9 Janvier 2009
69
nantes
Bonjour

Un four pour fondre du bronze, c'est un beau projet. Un creuset A25, c'est environ 200mm de diamètre. Un passage pour l'air chaud, la préhension du creuset c'est au minimum un ou deux cm, et un peu plus pour être à l'aise ce ne serait pas du luxe. Il ne reste pas grand chose pour l'isolation avec votre cuve de compresseur.
Pour être efficace, un four doit conserver la température au niveau du creuset, et pas rayonner comme un radiateur. Les bons réfractaires font de mauvais isolants et vice-versa. Pour fondre du bronze, le métal doit monter à plus de 1200°, donc la température du four sera encore supérieure. J'ai du mal à trouver des infos sur ce sujet, mais le peu que j'ai trouvé laisse entendre que la flamme d'un brûleur gaz serait autour de 1800°, peu de réfractaires résistent à cette température. Ça implique un choix :
- réfractaire isolant de qualité (laine céramique, briques isolantes) mais cher et/ou attention au poussières de fibres minérales.
- réfractaire médiocre ou isolant médiocre (ciment fondu, brique réfractaire de GSB ) en augmentant l'épaisseur ou en le changeant souvent.
et quitte à le changer plus souvent : terre + paille hachée (chercher banko sur internet) isolant médiocre et réfractaire médiocre mais dans votre cas, prix imbattable ! Encore utilisé par les bronziers Africains traditionnels.

l'autre point clé d'un four, c'est son brûleur.

A gaz :
Brûleur à air induit : (desherbeur, yaco) puissance faible à moyenne, mais atmosphère réductrice donc bonne pour le creuset.
brûleur a air pulsé : nécessite une soufflerie, puissance élevée si bien réglé, atmosphère neutre ou réductrice si bien réglé, mais obtenir ce bon réglage est difficile.
A liquide :
Bruleur babington ou a siphon avec un compresseur, brûle un peu n'importe quoi (huile, fioul...). Je connais mal.
Électrique : simple, efficace, atmosphère légèrement oxydante, facile à régler avec des régulateurs du commerce. L'isolation doit être particulièrement soignée car la puissance est faible.
A charbon : un trou dans le sol une soufflerie, difficile de faire plus simple.
Ce que j'ai personnellement vu faire ou essayé :

réfractaires:
- sable de fonderie avec un % d'argile augmenté : réfractaire ok, isolant médiocre, utilisé dans un cubilot en 20cm d'épaisseur 1500°+.
- map + sciure: isolant correct, réfractaire médiocre, on peut mettre des creusets de plus en plus grands :) car s'érode lentement mais sûrement. 10cm. Utilisé dans mon four alu avec un brûleur beaucoup trop puissant.
- ciment fondu + billes d'argiles : en cours de test, réfractaire semble ok mais isolant médiocre, aucune idée de la tenue dans le temps, testé pour un four 1300°.
- perlite + silicate de soude : pas testé jusqu'au bout, un échantillon a commencé à fondre avec mon petit chalumeau a gaz...
- placoplatre (testé pour faire un couvercle) a tenu 5min avec mon brûleur (trop puissant)
- fermacel (couvercle) a tenu une une fusion d'alu entière avec mon brûleur (trop puissant)

brûleur à injection (mon brûleur) probablement le plus simple de tous, difficile d'obtenir une atmosphère réductrice, puissance élevée à très élevée, simple a construire sur un coin de table, nécessite une soufflerie, brûle un peu n'importe quoi (le mien a déjà avalé de l'huile végétale brute, du white spirit, du combustible pour appareil de chauffage, de l'huile de friture usagée non filtrée, et un mélange improbable d'huile rance et d'essence) Mise en route spécifique. voir "the brute" waste oil burner
 
serge 91
Lexique
18 Février 2010
5 380
FR-91 Brétigny sur Orge
Bonjour,
Trois questions,
1/ Sur quelle surface collectes-tu des quantités pareilles?
2/ As-tu penser à la quantité de bouteilles propane nécessaires pour fondre tout ça?
3/ Que feras-tu des lingots obtenus?
Une remarque,
70 Kg de plomb, bonjour la pollution aux métaux lourds! Et on se plaint des nanogrammes de glyphosate:-D
Un conseil,
Attention à la fonte du zinc, les vapeurs sont toxiques!
 
phil135
Compagnon
15 Septembre 2012
1 409
france, essonne, nord
un creuset de 200 mm ... tu vas tout fondre en une ou deux fois. et après ?
et quand tu auras 20 kg de métal en fusion au bout de la perche (cuivre= densité 9 , en 2 litres tu es déjà à 18 kg , et à plus de 1000°C), en amateur ça commence à être d'une sécurité un peu "chaude"
je me dis que plus petit sera plus facile à réaliser et à utiliser

effectivement les oxydes de zinc vaporisés sont toxiques, et pour le plomb ce n'est pas mieux : bosser dos au vent et ne pas surchauffer

tu es dans quelle région pour que l'histoire t'ait offert une telle ressource métallurgique ? (positivons)
 
Dernière édition:
piragol
Nouveau
16 Janvier 2018
13
Bonjour à tous,
Je vais tenter de répondre à chacun :
Serge 91 et phil135 : Je suis dans l'Aisne, et par chez moi il y a eu une bataille en 14 et une autre en 18, avec utilisation d'obus à schrappnels ( billes de 11 gr de plomb durci d'arsenic ou antimoine ) qui explosaient en hauteur pour un effet parapluie sur les poilus.
Par endroits, ces billes de plomb se trouvent tous les 30 cm, ce qui représente effectivement une pollution inéluctable qui rendra toute eau non potable. Il y a aussi les explosifs ( 2 gr de mercure par obus tiré, et quantité de perchlorates ).... Je confirme donc que les nanogrammes de glyphosates ne sont que des effets de prestidigitation pour cacher une réalité effarante !
Concernant les vapeurs toxiques du zinc et du plomb, pour ne citer que ces 2 matériaux assez nocifs, j'y suis sensibilisé d'où l'idée de mettre le four sur roulettes de type caddie pour choisir l'exposition la plus logique pour les fusions.

cr3m : Je ne m'en cache pas, c'est en effet un projet qui me tenait à coeur depuis quelques mois et revenait régulièrement me titiller !
Concernant le brûleur, j'envisage un brûleur à propane ( extérieur ) de type DFPPROF ou DFCPROF en vente sur Devil-forge ( la parité euro-dollar, pour une fois qu'elle joue en ma faveur... )
http://devil-forge.com/dfprof-series/41-dfcprof-kit.html
http://devil-forge.com/dfprof-series/41-dfcprof-kit.html
Concernant un creuset A25, cela donne effectivement un diamètre de 22 cm, auquel on rajoute 2 *1.5 sur votre renseignement pour la préhension et circulation de l'air, soit un total de 25 cm pour le puits de chauffe.
Cela ne me laisse donc plus que 15 cm, donc une épaisseur de 7.5 cm en isolation, ce qui n'est pas beaucoup !
Un creuset A 16 me donnerait un puits de chauffe de 21.5 cm, soit 9.75 cm d'isolation.
J'ai vu aussi que les bétons réfractaires denses résistaient aux hautes températures mais n'isolaient pas, et que les bétons réfractaires légers isolaient mais ne résistaient pas.
Pas simple à concilier, en effet, et je me perds encore dans le type de béton idéal !
Je me demandais d'ailleurs si je n'aurais pas intérêt à faire la sole et le couvercle en béton réfractaire dense type Firecrete 3x et le reste en béton réfractaire isolant type firelite 2800 LI...
 
Dernière édition:
serge 91
Lexique
18 Février 2010
5 380
FR-91 Brétigny sur Orge
Re,
Pas simple à concilier, en effet,
Non, effectivement,
A mon avis de non-spécialiste, donc à voir par eux.
Une couche, relativement fine de "dense"( car il faut le chauffer presque autant que le creuset)
Une couche plus épaisse de "léger", déjà un peu isolant.
Une couche d'isolant résistant à la chaleur( genre fibre céramique).
La tole.
Et autant d'isolant qu'on veut à l'extérieur...
Après, c'est pour une tole Ø 400, dans un fut de 200 l, on met tout dedans :-D
Petit détail, les températures théoriques de fusion doivent être dépassées, sinon ça solidifie des la sortie du four.
 
Fred69
Compagnon
2 Décembre 2008
4 108
F-69 sud-ouest Lyon
Je me demande si tu n'aurais pas intérêt à construire ton four à partir d'une bouteille de gaz vide, donc plus petit, pour optimiser la montée en température.
Pour l'isolation tu peux utiliser la brique JM26 par exemple.
Le bruleur tu peux le fabriquer pour pas grand chose (plan sur le forum).
Pour la pulsation d'air (indispensable à mon avis) tu peux utiliser un décapeur thermique. La petite vitesse suffit.
 
cr3m
Apprenti
9 Janvier 2009
69
nantes
Bonjour

C'est avant tout une question de budget. L'ensemble de ma fonderie à base de débrouille et de récup m'a coûté bien moins cher que le brûleur que vous envisagez. Des sites de matériel : https://www.usinages.com/threads/adresses-et-liens-utiles-pour-loutillage-de-fonderie.34046/ pourront vous procurer un réfractaire isolant de qualité, voire un ensemble complet de fonderie bronze. Mais pourquoi ne pas faire des essais à faible coût avant ? Surtout si le probleme est juste de faire des lingots. Vous pourriez envisager de commencer avec un truc bricolé, mais économique ? Une fonderie alu est beaucoup plus simple et rend déjà de grands services. Puis tenter de fondre du bronze, même si ça doit détruire votre bricolage, une fois les autres problémes résolus. Il ne restera plus qu'a améliorer le matériel pour la fonte du bronze (probablement le réfractaire, si vous optez dès le départ pour un bruleur surpuissant :smt002) Puis, quand vous avez du métal liquide, pourquoi ne pas envisager d'en faire quelque chose de sympa ? une statuette en platre ou une cochonnerie en plastoc provenant d'un supermarché, une fois moulée en alu ou en bronze, ça prend une tout autre gueule :smt055. Et ça devient un "simple" :smt083 problème technique, pas une question de dons artistiques :smt064. D'accord une cochonnerie, même en bronze, restera une cochonnerie, mais il y a surement moyen de trouver quelque chose de sympa ou d'utile à mouler. Une fonderie opérationnelle, sur une exploitation agricole, je parie que vous lui trouverez très vite des usages... Et quand les usages sont trouvés, qu'on a un peu d'expérience, il est beaucoup plus facilde de cerner ses besoins. Et là, ça peut avoir du sens d'acheter du matériel de qualité pour coller au mieux aux usages. Dans mon cas, j'ai construit un brûleur pour pouvoir un jour fondre de la fonte avec. J'ai ensuite construit un four vite fait pour pouvoir le tester, et parceque j'avais besoin de quelques petites pieces en alu. Bilan, mon brûleur est complètement disproportionné vis a vis de mon four. Le brûleur, au minimum de sa puissance, fond de l'alu avant d'avoir atteint son régime de fonctionnement normal. Le creuset en acier (de récup) en prend pour son grade à chaque fois car le réglage minimum me donne une atmosphere très oxydante. En contrepartie, mes premiers essais m'on coûté 0€. L'âge du bronze, c'est 3000 avant JC. Ils n'avaient pas de béton réfractaire, pas d'électricité, pas de creusets en acier ou en graphite. Une petite vidéo pour vous inspirer ?
Cordialement
 
La dernière réponse à ce sujet date de plus de 6 mois
Haut