Présentation : un poudreux chez les métallos…

  • Auteur de la discussion Enhabdec
  • Date de début
Enhabdec
Enhabdec
Nouveau
Bonjour à tous, :-D

Âgé de bientôt 70 ans, à la retraite depuis mai 2010, j'ai été, pendant plus de vingt ans journaliste spécialisé en histoire militaire ancienne…

Je suis un passionné d'armes à feu à silex et à percussion, tireur à la poudre noire et j'aime pratiquer la mécanique armurière (réparation, amélioration des qualités mécaniques, embellissement des finitions).

Depuis quatre ans, j'étudie en détail les cartouches combustibles pour revolvers utilisées pendant la guerre de Sécession… Je les reconstitue à l'identique, ainsi que les boîtes qui les contenaient. Il s'agit d'un travail de re-création « archéologique » pour lequel j'utilise des matériaux et des techniques d'époque…

Quel rapport avec un site consacré l'usinage des métaux, me demanderez-vous ? :shock:

Et bien, pour confectionner les enveloppes en papier de mes cartouches, j'utilise des mandrins en acier de forme tronconique autour desquels j'enroule l'enveloppe pour la former et la coller. Le problème, c'est que je travaille en faisant de nombreux essais et que chaque prototype nécessite un mandrin différent du précédent en ce qui concerne les dimensions.

Voici à quoi cela ressemble :

[div=left]
44110.jpg
[/div]

Or, commander, et obtenir dans des délais raisonnables, des mandrins de ce genre coûte cher et prend toujours un temps fou : les sociétés qui font de l'usinage de précision n'aiment guère ce genre de travail qui ne rapporte pas assez, ou le vendent très cher, ou encore, n'ont pas de temps à y consacrer…

Quelques amis bien intentionnés m'ont quelquefois fait des promesses (sans que je leur ai demandé quoi que ce soit), du genre « c'est rien du tout, je vais te faire ça gratuitement »… Vous devinez que j'attends toujours les mandrins « généreusement » promis… :mad:

J'ai donc décidé de franchir un seuil inconnu pour moi : je vais me lancer dans le tournage de mes mandrins, afin de ne plus dépendre de personne…

J'envisage d'acheter un tour de modélisme, le PD 230/E de chez Proxxon qui, d'après sa fiche technique, me conviendrait parfaitement, vu que les pièces que j'ai à tourner n'excèdent pas 14 mm de diamètre et 50 mm de longueur.

Je suis persuadé que, pour la majorité d'entre vous, le tournage d'un tronc de cône est une opération banale, mais pour moi qui suis un parfait novice en la matière, cela représente un défi à relever… Je vais donc essayer de me procurer quelques ouvrages vraiment très basiques afin d'apprendre le B-A BA

Voilà… Pardonnez-moi d'avoir été aussi long… J'espère que vous voudrez bien m'accueillir dans votre communauté dans laquelle j'espère trouver quelques précieux conseils…

D'avance merci…
:-D
 
vax
vax
Modérateur
Bonsoir et bienvenue,

ah la poudre noire...

Il existe aussi pour se former une série de vidéos canadienne d'une très grande valeur pédagogique.
Elles sont assez facile à trouver sur Youtube.
La page d'accueil est ici : http://www.youtube.com/user/LESPRODUCTIONSMAL/featured

Le Proxxon est un bon petit tour, cher pour ce qu'il est mais c'est l'apanage des outils de modélisme !
Pourquoi ne pas réaliser ces mandrins en Téflon ou autre plastic durs ? Ils sont assez résistant aux collage ce qui devrait aider pour sortir facilement l'étuis...
 
jajalv
jajalv
Administrateur
Bonjour et bienvenue parmi nous.

Et bienvenue au club des anciens dont je fais partie.
Les armes anciennes: merveilleuse passion !
N'hésitez pas à vous documenter et à poser vos questions dans les rubriques concernées.

A bientôt sur le forum.

jajalv
 
Y
Yakovlev55
Compagnon
Bonjour et bienvenue
Tu as un beau parcours, et ta démarche de vouloir faire tes mandrins est parfaitement compréhensible, et sera sans aucun doute très bénéfique. Concernant ton choix de tour, tout en sachant qu'il a les capacités pour réaliser tes mandrins, et que par ailleurs c'est une très jolie machine, il pêche par deux ou trois points: le passage de broche, la longueur de prise du mandrin et le guidage du chariot porte outil, même si ce dernier point est moins important*. Aussi longtemps que tu tourneras des pièces cylindriques ces points ne seront pas des handicaps, mais pour la partie conique, tu sera amené à tourner en l'air c.a.d ta pièce sera tenue dans le mandrin par la partie cylindrique, et dépassera des mors de toute sa longueur. Du coup l'effort de coupe provoquera une flexion importante de la pièce, et la faible profondeur des mors ne permettra pas de la maintenir correctement. Tu ne peux pas non plus rentrer la partie cylindrique plus profondément dans le mandrin, l'alésage de ce dernier étant assez faible. On peut bien sur tourner conique en montage mixte, (mandrin et pointe) mais on est obligé de sortir fortement l'outil du porte outil, ce qui, du fait du porte à faux et du guidage un peu faible du porte outil*, provoquera un usinage de moindre précision.
Rassure toi, avec de la patience et en prenant des petites passes, le travail reste réalisable, mais une machine très légèrement plus grande serait mieux adaptée, en tout cas bien plus confortable. Je pense que si pour le même prix, tu pouvais acheter d'occasion un EMCO Compact 8, ta vie serait grandement facilitée.
Cordialement
Martin
PS, je sais que je suis un parfaitement vendu à EMCO :prayer: , mais ici je pense qu'en toute objectivité ça serait une bonne solution.
 
vax
vax
Modérateur
C'est sur que les remarques de Martin sont toutes à prendre en compte.
Tu trouveras aussi des membres du forum pour te réaliser ces pièces, il y a une section demandes-fabrication-sous-traitance

Avec l'expérience, une bonne machine d'occasion est toujours préférable pour nos besoins non industriels !


Te trouver une petite machine avec un passage de broche supérieur à tes besoins serait vraiment très utile pour toi.
 
N
nanarddranan
Apprenti
Bonjour ENHABDEC,
Sujet très intéressant, que je vais suivre assidûment, pratiquant le tir et la poudre noire.
Par contre pouvez vous joindre des photos de la fabrication des boites et de l'étiquetage, sujet aussi très intéressant.
Bonne journée.
Bernard.
 
vax
vax
Modérateur
On pourrai peut-être déplacer le sujet dans la section "Armes" ?... Je fais la demande.
 
C
cefero
Ouvrier
bonjour, et bienvenue chez nous. l'armurerie et un domaine passionnant. mais effectivement si tu mets un doigt dans l'engrenage du tournage je te conseil de choisir un tour plus polyvalent car il te sera utile également dans la restauration de tes armes. a+
 
Jipé 87
Jipé 87
Modérateur
Bonjour,
Bienvenue ami poudreux !
Je suis heureux de te retrouver ici, où tu trouveras, j'en suis sûr, les réponses à tes questions sur l'usinage.
 
Enhabdec
Enhabdec
Nouveau
Bonjour à tous,

Merci de votre accueil…

@ Vax : merci pour le lien vers les vidéos d'apprentissage de Marc Lécuyer, ce Canadien fou comme je les aime… Un type dont la passion est de transmettre son savoir ! Génial… De plus, il est clair, parfaitement didactique et il a de l'humour… Bref, un pédagogue hors pair… J'ai commencé de visionner ses vidéos, c'est un régal…

Pour répondre à ta suggestion concernant la matière de mes mandrins, il faut savoir que j'ai quand même réussi à en faire fabriquer quelques-uns, mais qu'ils ont été confectionnés en acier inox. Cela peut paraître bizarre, mais il y a une explication… Au début, pour coller mes enveloppes, j'utilisais du silicate de sodium, un produit utilisé au XIX e siècle (et encore maintenant) pour coller le papier et le carton. Or, si ce produit colle le papier vite et bien, il présente un inconvénient : il attaque l'acier, le laiton ou l'aluminium… En revanche, il n'attaque pas l'inox… C'est la raison pour laquelle j'ai utilisé ce métal.

Un peu plus tard, mes recherches m'ont amené à découvrir que Colt n'avait utilisé que de la gomme arabique pour coller ses enveloppes de cartouches ; cette gomme étant en solution aqueuse, elle n'attaque pas les métaux précités et je pense réaliser mes futurs mandrins en aluminium.

J'ai peur que le plastique dur ou le Téflon ® , même s'ils sont plus faciles à usiner, ne me permette pas d'obtenir une précision aussi bonne qu'avec du métal. Néanmoins, merci de la suggestion…

Quand à faire réaliser mes pièces par des membres du forum, c'est une possibilité que je retiens…

@ Yakovlev55 : Avec un pseudo pareil, tu doit avoir des origines russes ou te passionner pour l'aviation de chasse soviétique de la Seconde Guerre mondiale… Quoi qu'il en soit, merci de tes conseils avisés concernant le choix du tour à acheter… Si je me suis tourné vers le PD 230/E de chez Proxxon, c'est parce qu'il n'est pas trop cher (actuellement, moins de 800 €, port compris en le commandant directement en Allemagne) et qu'il l'air d'être de bonne qualité… Mais de toutes façon, je pense que je m'en tiendrai à la confection de pièces très basiques, n'ayant pas le temps de me lancer dans du compliqué : j'ai trop de travail avec les différents projets que j'ai simultanément entrepris dans le domaine de la poudre noire et comme je les mène souvent de front… Pour des pièces plus complexes, je pense que je suivrais la suggestion de Vax, j'irai faire un tour du côté de la section Demande de fabrication-sous-traitance.

@ Nanarddranan : heureux de retrouver des poudreux ici… Je travaille sur la refabrication des cartouches et de leurs boîtes depuis maintenant trois ans… C'est long, car je tiens à m'approcher le plus possible de la perfection… Je n'ai pas encore terminé, mais le résultat final est pour bientôt… Voici un petit aperçu de ce que cela va donner :

[div=left]
peter-10.jpg
[/div]
Deux de mes premiers essais de reconstitution de cartouches combustibles Colt, calibre .36

peter-11.jpg

L'un de mes premiers essais de reconstitution d'une boîte de 6 cartouches combustibles Colt, calibre .36

peter-12.jpg

La même, ouverte


@ Jipé 87 : Bonjour Jipé… Plaisir partagé… J'avais déjà compris, sur le forum que nous fréquentons tous les deux, que tu étais « de la partie » concernant l'usinage…
D'ailleurs, ton excellent sujet sur la « maquette » qui t'as permis de te faire confectionner une paire de lunettes de tir à ta vue va m'être extrêmement utile… Je dois bientôt changer mes lunettes de vue et je vais en profiter pour me faire confectionner des lunettes de tir en utilisant ta méthode… Merci d'avoir partagé cette astuce très utile…
 
G
Guydo67
Compagnon
Bonjour Enhabdec,

Je suis béotien et simplement curieux dans le domaine.

Une cartouche telle que tu la présentes contient de la poudre dans le papier ? et allumant la poudre (avec un silex?) cela fait partir la balle en plomb ?

Merci Guydo
 
vax
vax
Modérateur
Merci à toi de partager tes premiers résultats.

Je proposait d'usiner les matrices en téflon UNIQUEMENT pour favoriser le "démontage" après collage. Si tes étuis ne restent pas collés à la matrice pas la peine de changer ce qui fonctionne !

J'ai pas mal cramer de P.N. étant jeune, essentiellement avec des .36 et un .44 (j'ai eu aussi l'occasion de tirer avec un .45), mais j'ai toujours eu envie de tester le tir longue distance avec ces carabines à long canon hexagonaux (Ha les rêves de "gamins"...). A l'époque on étaient heureux d'être malades, on avalaient les tubes d'Homéopathie (ceux ave le petit tube en verre à l'intérieur) avec plaisir... "Chic ! Et une dose de plus ! ". Ici la P.N. là la semoule pour faire la bourre...

Les cartouches que tu réalises sont elles ouvertes avant insertion ? Ou utilises-tu des armes qui sectionne le papier en refermant la culasse ?

Rien que les boites c'est un sacré travail... As-tu un peu automatisé l'usinage du support en bois ?
 
Enhabdec
Enhabdec
Nouveau
Bonjour Guido,

Ces cartouches en papier combustibles contiennent effectivement de la poudre. Elles sont destinées à des revolvers à percussion dont la mise à feu s'effectue par l'intermédiaire d'une capsule en cuivre contenant du fulminante de mercure.

La cartouche est introduite dans la chambre du barillet par l'avant, comme ceci :
colt1811.jpg


Puis on tourne le barillet pour amener la pointe de la cartouche sous le refouloir :
colt1810.jpg


Ensuite, à l'aide du levier de chargement, on pousse la cartouche à fond dans la chambre :
colt1812.jpg


À l'arrière du barillet chaque chambre est surmontée d''une cheminée destinées à recevoir une capsule de fulminante.
Ci-dessous, les capsules mises en place :
dsc_0110.jpg


C'est le chien du revolver qui, en venant frapper la cheminée, fait détonner la capsule de fulminante dont le feu est transmis dans la chambre du barillet et provoque l'explosion de la charge de poudre contenue dans la cartouche, ce qui propulse la balle dans le canon par l'action des gaz.

Si ces cartouches sont dites « combustibles », c'est parce que leur enveloppe en papier est censée brûler en laissant le moins de résidus possible dans les chambres. Afin de favoriser la combustion de l'enveloppe des cartouches, leur papier est traité à l'aide d'une solution de salpêtre.

En espérant avoir répondu à ta question…
 
Enhabdec
Enhabdec
Nouveau
Bonsoir Vax,

Je n'ai aucun problème de collage des étuis sur le mandrin en cours de confection, surtout avec la gomme arabique. Donc l'alu me conviendra parfaitement…

Je ne me suis pas encore attaqué aux armes longues et je n'ai pas encore confectionné de cartouches pour les Sharps. Je pense que c'est à cette arme que tu fais allusion en évoquant le sectionnement de la partie arrière de la cartouche à l'aide du tranchant du bloc de culasse…

Mes cartouches sont uniquement destinées aux revolvers et il est inutile de les sectionner avant de les charger. La minceur du papier utilisé pour les confectionner (4/100 e ) permet une mise à feu sans aucun problème… Et j'ajoute que les cartouches que j'utilise pour le tir sont enduites de collodion, ce qui facilite encore plus la mise à feu.

En ce qui concerne les boîtes, j'ai conçu une sorte de gabarit en métal à plaques interchangeables (une par modèle de boîte) qui me permet de percer les trous dans les blocs de bois avec une grande régularité. Mais je suis encore en phase d'essai en ce qui concerne l'épaisseur des parois qui sépare chaque alvéole…
 
G
Guydo67
Compagnon
Merci Enhabdec pour ces explications avec photos qui m'ont apprises quelque chose.

Guydo
 
N
nanarddranan
Apprenti
Chapeau bas.
Et merci pour les photos et explications. En plus tu possèdes un Le Mat.... veinard.
Tiens nous au courant de la suite.
Bernard.
 
Tourblanche
Tourblanche
Compagnon
Hé Bonjour !

Je suis heureux de te retrouver ici :partyman:
 
Y
Yakovlev55
Compagnon
Bonjour,
Juste un petit mot pour Enhabdec, tu t'en sortiras surement avec ton tour Proxon, avec un peu d' astuce ou peut faire des merveilles.
Un mot aussi concernant mon pseudo, je ne suis pas fan d'aviation de guerre, mais d'un seul et unique avion, qui est le YAK55, c'est un avion de voltige dont je suis tombé amoureux, dès la première photo que j'en ai vu, et depuis, je ne peux m'empêcher d'être ému, chaque fois que j'en vois un. C'est aussi un modèle que j'ai utilisé de longues années dans mon passé de modéliste avec lequel je participais à des compétitions.
Tout en n'ayant aucun gout pour tirer avec une arme à feu, j'aime bien l'arme en tant qu'objet, pour sa beauté, et sa technicité. Une question, as-tu fabriqué la boite avec les cartouches, de toutes pièces? franchement si c'est les cas, je serai scotché.
Cordialement
Martin
 
patduf33
patduf33
Administrateur
Bonsoir Enhabdec

Pas mal les cartouches beau boulot, petite question ajoute tu de la semoule ou une bourre entre la poudre et le projectile ?
Tu utilise exclusivement des ogives ou bien utilise tu aussi des balles ?

Pat
 
JP2
JP2
Compagnon
Dans le vocabulaire armurier, l'ogive n'est qu'une partie du projectile communément appelé balle.

Il existe des balles sphériques, cylindro-côniques, cylindro-hémisphériques, ogivales ...

Amicalement, JP2.
 
patduf33
patduf33
Administrateur
Merci JP2, je suis un bleu dans la poudre noire :-D Mais j'essais d'apprendre les bon termes :wink:

Pat
 
Enhabdec
Enhabdec
Nouveau
@ Tourblanche : bonjour cousin canadien… Je suis également content de te retrouver ici…

@ Yakovlev55 : il se trouve que l'un de mes amis russes de Saint-Petersbourg est un ancien pilote de la patrouille de voltige russe. Il a certainement dû voler sur Yak 55… Il est actuellement directeur du département pyrotechnique des studios de cinéma Lenfilm… Concernant les boîtes de cartouches, la réponse est oui, je les fabrique de toutes pièces : j'ai procédé à de très longues recherches, j'ai réussi à acheter des boîtes (vides) originales d'époque aux États-Unis, ce qui m'a permis d'avoir les dimensions exactes, puis j'ai conçu, dessiné et fait réaliser les outils nécessaires (gabarit de perçage et fraises de forme) pour les faire moi-même. J'ajoute que j'ai poussé le vice jusqu'à faire refaire, à la main, du papier de chiffon par un des derniers artisans papetiers français afin d'avoir un papier d'emballage exactement semblable à celui de l'époque (épaisseur, texture, couleur). Les boîtes terminées sont recouvertes d'une couche d'un vernis identique à celui utilisé à l'époque, le shellac.

@ Patduf33 : merci du compliment… Mes cartouches ne contiennent ni semoule, ni bourre. Elles sont strictement identiques à celles fabriquées à l'époque (entre 1859 et 1873) et sont composées d'une enveloppe en papier combustible remplie de poudre (Suisse n° 3) et d'une balle de forme cylindro-ogivale en plomb pur coulée dans un authentique moule Colt d'époque. Ci-dessous, les éléments de confection de mes cartouches : moule à balles, balles, enveloppes en papier traité au salpêtre pour les rendre combustibles, mandrin pour former les enveloppes et cartouches terminées. Tu remarqueras que le moule Colt peut également délivrer une balle sphérique (cf. la remarque de JP2).

peter-10.jpg
 
Tourblanche
Tourblanche
Compagnon
J'ajoute que j'ai poussé le vice jusqu'à faire refaire, à la main, du papier de chiffon par un des derniers artisans papetiers français afin d'avoir un papier d'emballage exactement semblable à celui de l'époque (épaisseur, texture, couleur)

Pourquoi ne suis-je pas étonné ? :wink:
 
ramses76
ramses76
Ouvrier
je prends le train avec un peu de retard..
Bienvenu au club des poudreux bricoleurs et bravo pour ces reproductions. J’ai pas mal travaillé sur la cartouche combustible pour révolver de type Colt ou Remington Navy. Comme PN et PSF tirent ensembles dans mon club, mon souci était plus de suivre la cadence des sorties de marquage des résulats à la cible que l’authenticité des cartouches. Débutant dans le domaine, j’ai tourné quelques mandrins en alliage d’aluminium avec un tour d’établi. Comme j’utilise le chariot supérieur orientable pour faire la section cônique, le principal problème a été de contrôler le jeu de la glissière (seulement 110 mm de long sur le mien) sur toute sa course sans la bloquer et la régularité de l’avance. L’utilisation d’une contre-pointe tournante évite le risque de fléchissement. J’utilise un comparateur pour régler la tangente de l’angle du chariot qui est de l’ordre du 1 %.
Peut-être pourras-tu répondre à cette question si tu as la chance de posséder un Colt d’époque: la précison des ogivales étant vite affectée par la moindre déformation de l’ogive, je me suis démandé si la forme du refouloir d’un Colt authentique coiffait l’ogive sans en déformer la pointe ou si cette forme d’obus de l'ogine était-elle faite pour se déformer en épousant l'intérieur du refouloir et obtenir un bon sertissage, si on peut dire, du plomb dans la chambre.

Bonne journée à tous
 
Enhabdec
Enhabdec
Nouveau
Bonsoir Ramsès76,

Merci de me faire partager ton expérience concernant le tournage des mandrins, mais en ce qui me concerne, il va falloir que j'apprenne tout depuis le début car je n'ai aucune expérience dans le domaine du tournage…

Pour répondre à ta question, j'ai effectivement la chance de disposer d'un Colt 1851 Navy d'époque et je confirme que l'extrémité du refouloir affecte bien la forme de l'ogive des balles utilisées pour confectionner les cartouches en usage pendant la guerre de Sécession (voir les photos que j'ai postées un peu plus haut).

Je confirme également que cette forme en ogive n'empêche pas totalement un certain écrasement de la balle lorsqu'elle est forcée dans la chambre. Ceci étant écrit, lorsque j'ai commencé de reconstituer les cartouches Colt, je n'étais motivé que par le côté historique… Je voulais recréer des cartouches de manière archéologique afin qu'elles soient le plus fidèles possibles à la réalité… C'est la raison pour laquelle j'ai utilisé d'authentiques moules Colt d'époque pour couler mes balles…

Une fois les cartouches reconstituées, je les ai fait tester par un ami qui est un excellent tireur… et il m'a dit qu'il n'avait jamais utilisé de balles aussi précises… Ce qui prouve que les balles cylindro-ogivales, même légèrement écrasées par le refouloir, peuvent permettre d'obtenir d'excellents résultats…

Comme quoi les anciens savaient y faire… :wink:
 
ramses76
ramses76
Ouvrier
Bonsoir Enhabdec

Merci pour ta réponse. J'ai toujours été intrigué par cette forme très pointue de la balle longue d'origine en cal. 36 . Le moule Lee 375-130 produit une balle beaucoup plus arrondie. On remarque que les balles sorties de ton moule ont une ceinture cylindrique suffisamment longue pour bien les centrer dans la chambre. Le refouloir de ton Colt, arme en suberbe état, est bien centré sur l'ogive et si la déformation au chargement ne crée pas un faux-rond, la précision ne m'étonne pas du tout.
J'ai remarqué que la balle ogivale d'une réplique en laiton très courante de ton moule n'avait quasiment pas de section cylindrique et aucune gorge de graissage, ce qui est assez curieux. Tu trouveras sur ce forum des dizaines de conseils et tutoriels pour apprendre à te servir d'un tour.

Au plaisir de te lire.
 
Enhabdec
Enhabdec
Nouveau
Bonsoir Ramsès76,

À de rares exceptions près, tous les moules modernes produisent des balles à nez arrondi ou plat… Il existait un fabricant américain qui avait produit certains moules à balles cylindre-ogivales, mais il a fermé ses portes il y a trois ou quatre ans…

Pour ce qui est des répliques actuelles des moules Colt, pas une — et j'insiste bien — pas une n'est conforme à la réalité historique, que ce soit dans leur forme extérieure ou dans la forme des cavités. Même les moules Colt de Seconde Génération, pourtant estampillés COLT'S PATENT ne sont pas corrects ! Je possède des moules Colt authentiques dans tous les calibres et lorsqu'on les compare à leurs copies italiennes, les différences sautent aux yeux immédiatement… Je pense que cela a été conçu exprès afin d'éviter les faux, mais ce n'est qu'une hypothèse…

Le moule Colt d'origine de calibre .36 destiné au Colt 1851 Navy, mais également au 1861 Navy, délivrait une balle cylindro-ogivale pointue assez allongée dont la base (le talon) avait un diamètre légèrement inférieur au calibre afin de faciliter l'introduction dans les chambres du barillet. En revanche cette balle ne possédait pas de gorge de graissage. Le moule produisant cette balle a été livré avec chaque 1851 ou 1861 jusqu'en 1873.

Mais il faut savoir que pour confectionner les millions de cartouches de calibre .36 que Colt a produit au cours de la guerre de Sécession, il a utilisé une balle du type de celle délivrée par le moule du 1862 Police laquelle était plus courte que celle du 1851, mais elle possédait un talon rétreint et… une gorge de graissage. En effet, on s'était aperçu aux cours d'essais conduits en 1860 que la lubrification des balles étaient absolument indispensable pour éviter d'emplomber les canons. Aussi bizarre que cela puisse paraître, on avait négligé ce détail auparavant…
 
G
Guydo67
Compagnon
Enhabdec, je reviens un peu sur ce sujet pour son aspect PN. En effet j'ai décidé de passer le pas et de manipuler maintenant.

Est-ce que tu as un profil de tes balles et les dimensions exactes, puisque tu sembles dire que ce que l'on trouve maintenant comme moule ne correspond pas à l'original.

Merci d'avance, Guydo
 
Okapi
Okapi
Compagnon
As-tu essayé le silicate en place de la gomme arabique pour l'assemblage ?
C'était surtout une question de rapidité de prise lorsque je faisais de la cartouche de Chassepot, pour le tir à la cible bien sur, donc une consommation assez conséquente.
Pour ce qui est des formes de cartouches militaires PN américaines d'époque mi XIXème-début XXème, Tourblanche doit sans doute en avoir déjà vues, la fabrication du "moule"en bois par les soldats sur le terrain était souvent plus que grossière, lorsque j'allais aux US il y a une vingtaine d'années j'en avais vu notamment lors d'une exposition à Camp Perry, à l'époque j'ai travaillé à l'exportation de la PN avec Michel Fiaux aux US et on avait aussi accès à des collections privées plutôt démentes, ces collectionneurs avaient des exemples de cette époque, dommage que la photo numérique n'ait pas existé…
Je vais quand même regarder dans ma bibliothèque s'il me reste quelque chose de cette fabrication originale de cartouches, j'ai vendu quasiment tout avec les armes, il ne me reste que les moules à balles.
 

Sujets similaires

L
Réponses
27
Affichages
927
Alpazen
Alpazen
T
Réponses
10
Affichages
702
simon74
simon74
yvon29
Réponses
5
Affichages
2 037
Dodore
Dodore
A
Réponses
12
Affichages
1 375
didou
Vélobois
Réponses
18
Affichages
3 228
Vélobois
Vélobois
P
Réponses
35
Affichages
1 371
piapiapia
P
Polskleforgeron
Réponses
18
Affichages
3 007
Polskleforgeron
Polskleforgeron
Haut