Général Moteur Dahlander les reconnaître, formules...

  • Auteur de la discussion osiver
  • Date de début
osiver
osiver
Compagnon
On a souvent l'occasion de rencontrer des moteurs Dahlander sur nos machines. Seulement lorsqu'il faut les reconnaître les plaques ne sont pas toujours explicites, loin de là, et les informations quand elles sont lisibles peuvent varier d'un moteur à l'autre. D'où certaines difficultés à bien les identifier et à les raccorder. Il y a bien-sûr une tonne de documents sur le Net fournissant tous les détails voulus par exemple ICI.

J'essaie ci-dessous de donner une rapide synthèse pour une identification. Tous les éléments validés ajoutent à la confiance, ceux précédés d'un * sont impératifs pour un moteur Dalhander mais en l'absence de plaque il faut compléter :

* - moteur triphasé
* - une seule tension indiquée sur la plaque 220V ou 380V (400V) le plus souvent
* - 2 vitesses dans un rapport 1 à 2, par exemple 2800t/mn / 1400t/mn ou 1500t/mn / 750t/mn
* - au moins 6 fils de puissance au bornier ou 6 fils sortis en l'absence de bornier
- pas de barrette au bornier. Exceptionnellement on pourrait rencontrer (bidouillage) des barrettes figeant le moteur en grande vitesse en couplage étoile comme les moteurs bi-tension
- présence sur la plaque d'un signe Δ ET d'un double YY

*- continuité (résistance faible mais pas nulle) entre toutes les bornes ou tous les fils sortis

En complément, un moteur dahlander présente la particularité suivante permettant une confirmation sur un moteur en bon état. En mesurant de façon précise (multimètre précis calibre 200OMEGA, bons contacts des pointes de touche sur les borne/fils) la résistance entre les différentes bornes prises 2 à 2 on doit trouver 3 valeurs correspondant aux formules ci-dessous . Par exemple 4OMEGA, 6,4OMEGA et 7,2OMEGA pour une impédance Z de 4,8OMEGA

formule_dahlander.png

La plus petite valeur mesurée correspond à 1/2 côté du triangle (ex: 1U-2U ou 1U-2W), la valeur mesurée intermédiaire à un côté du triangle ou deux milieux (ex: 1U-1V ou 2V-2W) et la plus grande valeur mesurée à 1 sommet et le milieu opposé (ex : 1U-2V)
On peut ainsi à partir d'une des trois valeurs déterminer Z et vérifier que les deux autres formules donnent bien les valeurs mesurées à moins d'1OMEGA près.
 
Dernière édition:
tyio
tyio
Compagnon
Sinon ça fonctionne avec le principe du pont diviseur de tension inverse je suppose ?

 
osiver
osiver
Compagnon
Ça relève plutôt de la mise en parallèle ou en série de résistances. Ici la résistance en courant continu des bobines Z . :wink:
La première formule est Z en parallèle avec (5 Z en série) : Z x (5 x Z) / (Z + (5 x Z))
 
tyio
tyio
Compagnon
Ah oui y’a aussi cette règle là :) je vais potasser :)
En tout cas ingénieux :)
 
gustavox
gustavox
Compagnon
la classe !

super tuyo ca metiterait meme un article sur le site !! c'est une question recurrente

je pense aussi a la presence d'un inter 1-0-2 qui pourrait mettre la puce a l'oreille ? mais c'est peut etre un demarreur etoile triangle ...

aussi une liste de machines "typiques" ou on rencontre frequemment un bi vitesse (j'ai vu une rabodego de 5kw) et au contraire les outils ou on peut ecarter ce type de moteur (perceuse de 500w)

felicitations

cdt gus
 
osiver
osiver
Compagnon
J'y ai pensé et écarté (pour l'instant ? ) l'aspect commutateur 0-1-2 et aussi la commande par contacteurs car ça engendrerait des confusions avec les autres moteurs bi-vitesses ou les commutations AV/AR sans parler des commutateurs à un seul sens de rotation et six positions 0-1-2-0-1-2.
Mais c'est vrai que ça peut mettre la puce à l'oreille face à un moteur inconnu. En particulier quand un commutateur à cames comporte 4 galettes (niveaux) de 2 contacts chacun. :wink:
 
LOZACH
LOZACH
Ouvrier
Bonjour,
Sur mon tour LW130 le moteur est un Dahlander bi vitesse 220V tri
LOZACH
 

Sujets similaires

Haut