Arrivée de ma Vernier FV3S

13 Février 2010
349
- Arrivée de ma Vernier FV3S
#1
Après pas mal de péripéties lors du déchargement, ma FV3S est à l'abri dans l'atelier, mais pas encore à sa place.

J'ai pu avoir plus d'infos sur cette histoire de date de naissance en 1998. En fait, la machine a vingt ans de plus, mais elle a été rétrofittée. Et c'est cette date qui est sur la plaque du bâti.

IMG_0563.jpg


J'ai eu du mal à la soulever pour la décharger du camion. Je la décollais, mais comme on l'avait prise en bout de fourches et assez mal équilibrée, il manquait un peu de force pour passer par-dessus la ridelle du camion parce qu'elle se levait de travers. Elle est sacrément lourde. On a fait craquer une élingue de 3 tonnes (d'occasion et d'âge inconnu, mais en bon état apparent au début de la manoeuvre.)

J'ai essayé d'enlever la tête pour gagner une centaine de kilos, mais je n'y suis pas parvenu parce que je n'ai pas pu la faire pivoter. Il faisait -2 ° dehors, et la nuit allait arriver. On n'a pas trop eu l'envie de faire durer le plaisir pour comprendre... J'ai remonté la bride de la tête et finalement, on a réussi à l'attraper de manière mieux centrée avec une chaîne de manutention et à la lever. Il fallait tout...

Ce soir, à froid, je suis en train d'essayer de comprendre pourquoi je n'ai pas pu pivoter la tête. La dernière Vernier dont je me suis servi, c'était en 1978. Depuis le temps, j'ai oublié comment je faisais... Mais en y réfléchissant un peu, je me demande si ce ne sont pas les tenons d'entrainement de la broche horizontale qui gênaient la manoeuvre. ça paraît logique. Quand les tenons sont verticaux, on ne peut pas pousser la tête à gauche, et quand on ne peut pas pousser la tête à gauche, la queue d'aronde de gauche s'oppose à la rotation de la tête.

Pour l'instant, la bécane et encore enchaînée au Clark, donc je ne peux pas vérifier. Et puis je n'ai pas trop envie de retourner ce soir dans la glacière...

Question 1 : faut-il obligatoirement mettre les tenons d'entrainement dans une position horizontale pour pousser la tête vers la gauche avant de la tirer vers soi, comme je le pense ?

Question 2 : Y a t'il un repère à l'arrière de la machine ou sous la tête qui permet de savoir que les tenons sont à l'horizontale si c'est nécessaire ?
Sur la photo, la broche est dans la position angulaire où je n'ai pas pu pivoter la tête, ça devrait être parlant pour les spécialistes.
 
17 Mai 2008
1 536
Ain, au pays des oiseaux
- Arrivée de ma Vernier FV3S
#2
Bonsoir,
Oui en effet, il faut que les tenons soient à l'horizontale pour facilement dégager la tête.
Pour le poids elle pèse 2,5 Tonnes, quand je n'avais que la chargeuse, j'en ai déplacé sur 2 roues... .
La photo ne veut pas dire grand chose, il suffit que la tête ait été démontée, et l'on ne repère pas forcément les dents des spiro coniques... . Ca n'a pas vraiment d'intérêt... . En général, je me mets sur point mort, et je fais tourner la broche de la tête à la main jusqu'à obtenir le "point de dégagement".
N'hésites pas si tu as des questions, ou veut venir voir la mienne au besoin, c'est pas si loin..
Pour la date c'est ça, 1998 me paraissait anormal. Je dirais qu'elle est un peu plus ancienne que la mienne par rapport aux leviers blancs et rouges.
Y a t il les grandes plaques "Vernier" sur le coulisseau supérieur?
Joli machine en tous cas, elles ont des défauts, mais je les aime bien.
Bonne soirée.
 
Dernière édition:
J'aime: tractofan68
13 Février 2010
349
- Arrivée de ma Vernier FV3S
#3
Merci Romain,

Je m'en doutais... mais à chaud, sur le camion avec la nuit qui menaçait d'arriver (et la rosée qui va avec...) je commençais à m'inquiéter et à ne plus avoir toute ma tête. En plus, je me suis aperçu que j'ai oublié l'étau à Annecy. Et cet étau, je l'ai promis à gars qui a racheté mon ancienne fraiseuse.

ça me mets bien les boules de devoir faire 350 km pour un truc qui ne me servira jamais. Mais une promesse, c'est une promesse...

Et moi, je veux garder mon Sagop et mon Dolex à vés.

Pour les plaques, une photo vaut mieux qu'un long discours.

Image1.jpg
 
J'aime: Romain 63
13 Février 2010
349
- Arrivée de ma Vernier FV3S
#5
Dans l'immédiat, je n'envisage que le remontage des accessoires qu'on a virés pour le transport : lunettes, tablette porte-outils et bien sûr les vidanges et un graissage complet. j'ai déja reçu 30 litres de lubrifiant pour ça. Et puis un redémarrage de la lub parce que cette marchine a fait de l'usinage à sec (ce qui en soit est plutôt rassurant vu que les Vernier sont comme les chats : elles n'aiment pas l'eau...)

Et, justement, je vais lui mettre la bavette en alu de la Huré parce que j'ai horreur des coulures de liquide de coupe partout dans l'atelier. Elles sont inévitables avec mon gros Sagop qui est bien plus long que la largeur de la majorité des tables (exception faite de celles des MU6.) Et peut-être une seconde bavette pour éviter les entrées de liquide dans la console si je trouve un moyen de l'adapter sans que ça gène le fonctionnement. Avec un conduit de redescente vers la bâche. Ou alors, monter l'étau à 90 °. comme cette machine a une longue course de longitudinale, c'est peut être pas si idiot que ça. Quelqu'un a déja essayé?

Peut-être tarauder les trous de fixation du bâti (diamètre 20,5) pour mettre des pieds filetés en M24 pour faciliter la mise à niveau. Quelqu'un a essayé ? Il faut pour ça agrandir un peu les trous d'origine. Il faut donc que j'arrive à passer ma grosse perceuse portative Silex à ras du bâti et surtout que je trouve un aide pour tenir le monstre avec moi. Ces perceuses-dynausores ont un couple à t'arracher un bras. Un foret de 21, quand ça bloque dans un trou de 160 mm de profondeur, ça te file un de ces retours de manivelle... Ce serait nettement mieux si j'avais dans mes placards une fraise deux tailles longue de 21 ou 21,5. Au moins, la deux-tailles n'a pas de tenon et elle peut patiner dans le cône morse de la perceuse si le couple est trop fort. Et si c'est une quatre dents, le risque de blocage est nettement plus limité qu'avec un foret.

Pour l'instant, le plus gros défaut que je trouve à la Vernier par rapport à ma Huré, c'est la course transversale. Ma petite Huré avait 350 mm de course en transversal. C'était vraiment confortable (et rare sur une machine d'environ 1500 kg). Et ça je sais que je le regretterai. J'aurais vraiment aimé une FV380. Mais c'est vraiment trop gros pour mon petit atelier, trop lourd par rapport à mes moyens de manutention. Et probablement assez rare en bon état parce que ces bécanes ont dû faire beaucoup d'ébauche lourde.

Autre regret : la visu ND780 de cette FV3S, c'est surement du top (enfin j'espère vu le prix auquel elle est commercialisée par Heidenhaim...) , mais si j'ai bien compris, elle a des règles non-standard '(entrées 1V et 11µA). Sur la Huré, j'avais des règles TTL qu'on trouve partout pour dix fois moins cher que les vraies règles Hedenhaim. Et là, rien que la visu vaut plus cher que ce que j'ai payé la bécane. ça me mettrait bien les boules de casser une règle...
 
13 Février 2010
349
- Arrivée de ma Vernier FV3S
#8
Finalement, la broche de ma perceuse de charpente est trop grosse pour passer sans interference avec le bâti à l’arrière. Et en plus, je n’ai pas de fraise de 21 de 160 mm.

Donc, pour les pieds, j’ai fait comme Romain : tiges filetées de 20 mm avec des ecrous et de grosses rondelles dessous.

Si ça peut servir à d’autres , maintenant que j’ai terminé la mise sur pieds, je me dis que j’ai été bien idiot de ne pas avoir pensé que j’aurais pu agrandir les trous du bâti avec un alésoir à main de 21 avant de tarauder à M24.

2CA320B2-D0BD-4D52-85F4-58F86A4334E6.jpeg
 
- Arrivée de ma Vernier FV3S
#11
Bonjour,
Enfin, je suis assez grand et n'ai pas à me baisser souvent sur la Vernier. Surtout tiges filetées boulonnées des 2 cotés, ça évite de gigotter et on peut bien régler le niveau. J'avais fraisé 2 plats pour les tenir à la clef pour serrer les écrous sans souci, on voit sur une des photos de la mienne.
La volée libre est bien utile pour la prendre par dessus, moi je les déplaces par dessous, il faut par contre rouler doucement... .
Premiers copeaux pour bientôt...
 
17 Décembre 2016
294
- Arrivée de ma Vernier FV3S
#13
salut perso vu que tu est équipé d un chariot et que la hauteur au sol ne te gène pas je la fixerai sur un châssis adapte a la fraiseuse afin de pouvoir la prendre avec les pales . ce serais aussi haut que ces ( échasses) en tiges filetés mais au moins pour la déplacer ou nettoyer hormis de remettre a niveau l ensemble après l opération le top...
 
13 Février 2010
349
- Arrivée de ma Vernier FV3S
#15
Ah, je vous ai bien eu avec mes pieds-échasses... Mais Romain n'est pas loin de la vérité.

Elle est réglée très haut parce que je suis en train de faire les vidanges. Et pour passer mon bac de vidange sous la vidange du vérin de table je n'avais pas d'autre choix. Ensuite, je vais passer deux transpalettes ou des rouleaux de 150 pour l'amener à sa place. c'est un endroit où il y a une mezzanine, donc pas de possibilité d'aller à cet endroit en la suspendant aux fourches du Clark.

De toutes façons, le Clark ne peut pas négocier le virage du Graziano. Je n'en avais pas parlé, mais j'ai un gros Graziano SAG 508. 508 mm au-dessus du banc maintenus sur deux mètres de longueur et 700 à ras de la poupée fixe. C'est aussi un jouet de 3 tonnes. Je voudrais éviter d'avoir à le sortir de l'atelier pour mettre la fraiseuse en place. parce que si je veux le sortir, il faut que je déplace une montagne d'autres machines... Donc, maintenant, je ne vais plus utiliser le Clark.

Quand j'en aurais fini avec la mise en place, elle sera réglée plus bas qu'actuellement. C'est moins dangereux. Ma première fraiseuse était une grosse Gambin. La tête était très haute. Souvent, je travaillais avec la table à la hauteur du visage. ça peut paraître sympa, mais un jour, je suis rentré en rapide dans la pièce et j'ai pris une dent de fraise dans les dents (les miennes.) ça m'a un peu refroidi avec le travail à la hauteur du visage.

Pour revenir à la Vernier, aujourd'hui, vidanges et courroies. J'ai été obligé de fabriquer une clé pour démonter les bouchons en plastique

IMG_0575.jpg


Et j'en ai remplacé plusieurs par des bouchons acier six-pans creux.

IMG_0574.jpg


Très bonne nouvelle, les huiles extraites des carters étaient toutes claires sans boue, ni copeau et sans mayonnaise. Dans tous les carters, j'ai mis moins d'huile que les capacités indiquées dans la notice. Une fois le redémarrage fait, je vérifierai les niveaux.

Par contre, il y a un truc qui me gêne beaucoup plus, c'est le petit carter sous la table à gauche. Il est censé contenir 0,6 litre et je n'arrive pas à y mettre plus de deux seringues de 50 cm3. Quelqu'un aurait une idée ?

J'ai trouvé le remplissage du graissage centralisé très mal fichu. J'ai ajouté un coude pour pouvoir remplir plus facilement. Puisque ce graissage est à huile perdue, il faudra le remplir souvent.

IMG_0573.jpg


La journée est vite passée...