Récupération fluide de refroidissement sur Celtic12

seb31
Ouvrier
16 Février 2016
272
32
  • Auteur de la discussion
  • #1
Bonjour tout le monde,

Je possède un celtic 12 comme sur la photo et j'aurais voulu mettre ma pompe pour le refroidissement. Sauf que.....comment je le récupère (le liquide)car je possède le même bâti que sur l'image joint.
Avez vous une idée de comment je peux faire ?

Merci à vous tous
seb

Celtic12.jpg
 
Yozgain
Ouvrier
5 Novembre 2015
389
ardèche (07) près d'Annonay
Salut, en cherchant bien sur le bac tu doit avoir je pense une sorte de bouchon de vidange, le cas échéant avec un jolie tour comme celui ci tu ne devrait pas trop avoir de mal a faire une sorte tige fileté avec un bon épaulement en haut et creuse à l’intérieur puis lisse au bout en bas sur laquelle tu viendras brancher ton tuyau de retour liquide vers la pompe...
Et je le redis, jolie machine !
 
Landsmànn
Ouvrier
13 Mars 2016
340
Bonjours , la plupart des tours que j'ai pratiqué stockaient le liquide de coupe dans la structure du tour ( celle qui n'est pas sur le dessin ) . Le liquide est distribué grâce à la pompe qui est plongée dans le réservoir , ce même liquide après avoir été utilisé tombe dans le bac ou il est évacué par gravité dans le réservoir voila pour mon expérience à plus
 
seb31
Ouvrier
16 Février 2016
272
32
  • Auteur de la discussion
  • #5
Merci à vous
Par comment savoir où je perce le bâti ? Car le structure est plate donc je devrais attendre que le liquide rejoigne le trou et que pour le peu j'ai une contre pente même infime ça risque d'être long et je ne voudrais pas que la structure du tour baigne en permanence ?

Bonne soirée
Seb
 
Zoulazoulà
Apprenti
25 Février 2017
128
Bonjour,

J'ai croisé quelques tours de cette époque, type Ernault-Somua, Cazeneuve, Alcera.. généralement le bac en tôle est pris en étau entre les chaque coffret en fonte, et le banc du tour, il n'est pas simple d'accéder à cette pièce de tôlerie.
J'ai cette configuration sur ma fraiseuse Aciera F3.

Si c'est bien de la tôlerie emboutie, et que son épaisseur n'est pas trop conséquente (3 à 4, peut être 5 mm maxi), il me semble possible de caler par en dessous une belle pièce de bois dur avec un V fait à la fraiseuse ou même à la meuleuse, maintenu sur l'envers du bac avec un jeu de cric et de chandelles réglables en hauteur, et par le dessus avec une gouge large de 20 à 30 mm, à rebords bien adouci au backstand ou au disque à lamelles, pour tapoter doucement au maillet le long d'une ligne de tracé (il y a des lasers à lignes qui aident beaucoup pour ça) de manière à "repousser à froid" ce qui te servira de rigole de collecte, un peu comme avec un évier...

Vu l'embouti par encorbellement de pratiqué sur les rebords, cette tôle me semble être en son milieu à l'état proche du recuit, il me semble possible de la travailler ainsi.

La seule difficulté, c'est de pouvoir repousser de manière homogène malgré le bâti au dessus.

Il existe des peintures époxy qui polymérisent assez bien et qui permettent d'avoir un bel état de surface de manière à pouvoir collecter facilement le liquide de coupe teinté d'huile épaisse.

Si tu arrives à mieux canaliser la jaja avec ce repoussage, il me semble utile de miser sur un bidon avec pompe, Optimachines et ses concurrents en vendent pour pas très cher...

Il y a des plans pour construire des pompes péristaltiques qui fonctionnent très bien et pour pas cher, il faut remplacer un bout de tuyau à force et surtout éviter que de la limaille soit comprimée entre le tuyau et les rouleaux du rotor.

Sinon même un chouette réservoir d'essence plat (type Twingo ou ceux des monospaces type 806 / 807, si tu veux un peu de volume d'avance), récupéré à la casse marche très bien, la crépine submillimétrique est même fournie à la pompe :p

Je ne connais pas ton usage et ton expérience dans l'industrie, attention aux liquides de coupe : trop chargés en bactéries on peut choper une sacrée infection en cas de blessure au sang.
Les huiles minérales destinées à la lubrification ont des composés cancérigènes, même quand elles sont neuves.

Il existe des ptites pastilles de bactéries inoffensives qui foisonnent dans le liquide de coupe, elles bouffent les graisses, font un rot de temps en temps (lol) et surtout elles laissent pas la place disponible zaux vilaines bactéries...

stratégie du gazon anglais. La société suisse Glaser et d'autres vendent ce genre de ptites merveilles, à base de Pseudomonas.

"Avec Pseudomonas, fini les zodeurs dégueulasses !"

Huhu ^^
Bien à toi et bravo d'employer cette belle machine-outil !
 
Dernière édition:
La dernière réponse à ce sujet date de plus de 6 mois
Haut