Fer à souder électrique 300 Watts, conception défectueuse?

A
Alex31
Compagnon
Bjr

j'ai un PB similaire avec un fer 40W (1er prix :nawak:)

les 1ères utilisations, ça va, mais après, une couche de calamine(?) se forme, et la transmission de chaleur ne se fait pas, au point de ne pas arriver à fondre du fil de 1mm

et grattant, j'arrive au cuivre de la panne (la partie hors de la cartouche chauffante), mais c'est pas vraiment mieux

quelle patte thermique peut-on mettre pour améliorer la conduction, et éviter cette calamine?

avez-vous une recette maison de patte thermique ? 400°C?

20210302_165813.jpg
 
M
metalux
Compagnon
et grattant, j'arrive au cuivre de la panne (la partie hors de la cartouche chauffante), mais c'est pas vraiment mieux

quelle patte thermique peut-on mettre pour améliorer la conduction, et éviter cette calamine?

une panne de fer a souder qui n'est pas traitée est une vraie mer.. impossible de faire de belles soudures sans a chaque fois enlever cette calamine, et rien ne peut y remédier, de plus la panne s'use a vitesse grand V avec les décapants
 
serge 91
serge 91
Lexique
j'ai des doutes sur le manchon en alu, il va falloir le chauffer lui avant la panne et ça augmente la surface de refroidissement!
 
FB29
FB29
Compagnon
Faut changer de fer et en prendre un avec une panne nickelée. Elle était non protégée à l'origine ? ou c'est la protection qui est partie ?

Je vois que l'on trouve des fers de 40W à partir de 10 €, même dans une grande marque comme Castolin. Les pannes semblent traitées. Pour la tenue dans le temps, ça reste à voir.

Quand elles sont correctement traitées elles sont inusables. J'ai un fer Philips de plus de 40 ans qui a fonctionné des journées entières des années durant et la panne est toujours en état (l'extrémité tout du moins).
 
Dernière édition:
E
enguerland91
Compagnon
De nos jours pour souder proprement des composants électroniques il faut aller chez Radiospares et y acheter des pannes de fers WELLER et les installer sur vos fers à panne en cuivre. Il faut prendre des pannes pour fers à régulation électronique
 
Dernière édition:
Y
Yvan Delaserge
Compagnon
J'ai fait quelques mesures de température sur le fer à souder. Je voulais voir comment évoluaient les températures en différents points de l'appareil.

Sachant que pour les soudures de plomb, d'étain ou d'argent, il faut une température égale ou supérieure à 350 °C.

On sait aussi que pour les soudures de composants électroniques sur circuit imprimé, la température idéale de chauffe est comprise entre 370 et 420 °C.
Mais si la soudure est de type « sans plomb », elle nécessite une température de panne plus élevée, car le point de fusion de la soudure sans plomb est plus élevé.

Mais un fer de 300 W n'est guère conçu pour des soudures sur circuit imprimé. Plutôt pour souder des tôles. C'est en tout cas pour cet usage que je l'ai acheté.

Bref, voici les résultats des mesures:

températures sur le fer à souder.jpg


Comme prévu, on voit que c'est la pièce en alu qui chauffe le plus rapidement et qui atteint les températures les plus élevées.
En effet, elle est au contact direct de l'intérieur du corps de chauffe. Elle ne peut donc dissiper de la chaleur qu'en direction de la panne.
Au contraire du corps du fer à souder, qui se trouve quant à lui, en contact direct avec l'extérieur du corps de chauffe.
Tant la pièce en alu que le corps du fer à souder reçoivent probablement la même quantité de chaleur de la part du corps de chauffe, mais le corps du fer à souder dissipe, sur toute sa surface, directement cette chaleur vers l'air ambiant, ce que la pièce en alu ne peut pas faire.
L'évolution de la température de l'extrémité de la panne est la plus intéressante. On voit qu'après un démarrage plus lent, elle tend à rattraper celle de la pièce en alu. Les deux devraient voir leur température se stabiliser vers 650 degrés, donc environ 200 de plus que le corps du fer à souder.

Il faudra que je fasse des mesures sur un laps de temps supérieur, pour voir effectivement à quelles températures, on a une stabilisation.
Après ce fonctionnement de 20 minutes, je constate que le cuivre de la panne a noirci, ça, c'était prévu.
Mais j'ai été surpris de voir que la pièce en alu a noirci, elle aussi.
C'est une bonne chose, car la transmission de chaleur entre le corps de chauffe en la pièce alu se fait entre autres par radiation infra-rouge. La transmission par radiation sera meilleure si la pièce en alu est de couleur noire, que si elle était brillante comme un miroir.
 
FB29
FB29
Compagnon
Sachant que pour les soudures de plomb, d'étain ou d'argent, il faut une température égale ou supérieure à 350 °C.

On sait aussi que pour les soudures de composants électroniques sur circuit imprimé, la température idéale de chauffe est comprise entre 370 et 420 °C
Les deux devraient voir leur température se stabiliser vers 650 degrés
On a un écart de 200 °C entre la température requise et celle obtenue, c'est beaucoup :smt017 ? ... il peut y avoir le risque de brûler le décapant avant qu'il ait eu le temps d'agir ? ...
 
luc cammas
luc cammas
Compagnon
une fois j'ai fait une panne avec un morceau d'électrode de rechargement ( molybdène )et je peux vous affirmer que l'étain fond très bien
 
Jope004
Jope004
Compagnon
J'ai fait quelques mesures de température sur le fer à souder. Je voulais voir comment évoluaient les températures en différents points de l'appareil.

Sachant que pour les soudures de plomb, d'étain ou d'argent, il faut une température égale ou supérieure à 350 °C.

On sait aussi que pour les soudures de composants électroniques sur circuit imprimé, la température idéale de chauffe est comprise entre 370 et 420 °C.
Mais si la soudure est de type « sans plomb », elle nécessite une température de panne plus élevée, car le point de fusion de la soudure sans plomb est plus élevé.

Mais un fer de 300 W n'est guère conçu pour des soudures sur circuit imprimé. Plutôt pour souder des tôles. C'est en tout cas pour cet usage que je l'ai acheté.

Bref, voici les résultats des mesures:

Voir la pièce jointe 691501

Comme prévu, on voit que c'est la pièce en alu qui chauffe le plus rapidement et qui atteint les températures les plus élevées.
En effet, elle est au contact direct de l'intérieur du corps de chauffe. Elle ne peut donc dissiper de la chaleur qu'en direction de la panne.
Au contraire du corps du fer à souder, qui se trouve quant à lui, en contact direct avec l'extérieur du corps de chauffe.
Tant la pièce en alu que le corps du fer à souder reçoivent probablement la même quantité de chaleur de la part du corps de chauffe, mais le corps du fer à souder dissipe, sur toute sa surface, directement cette chaleur vers l'air ambiant, ce que la pièce en alu ne peut pas faire.
L'évolution de la température de l'extrémité de la panne est la plus intéressante. On voit qu'après un démarrage plus lent, elle tend à rattraper celle de la pièce en alu. Les deux devraient voir leur température se stabiliser vers 650 degrés, donc environ 200 de plus que le corps du fer à souder.

Il faudra que je fasse des mesures sur un laps de temps supérieur, pour voir effectivement à quelles températures, on a une stabilisation.
Après ce fonctionnement de 20 minutes, je constate que le cuivre de la panne a noirci, ça, c'était prévu.
Mais j'ai été surpris de voir que la pièce en alu a noirci, elle aussi.
C'est une bonne chose, car la transmission de chaleur entre le corps de chauffe en la pièce alu se fait entre autres par radiation infra-rouge. La transmission par radiation sera meilleure si la pièce en alu est de couleur noire, que si elle était brillante comme un miroir.
Bonjour
650°C : On se rapproche dangereusement de la température de fusion de l'aluminium.
 
Y
Yvan Delaserge
Compagnon
Les craintes se confirment! Le fer atteint, par endroits, malheureusement, la température de fusion de l'aluminium.
FONDU.jpg


La pièce intercalaire en aluminium a atteint le point de fusion par endroits et s'est déformée (flèche).

Exit donc l'aluminium.

Je vais réaliser une nouvelle pièce permettant de fixer la panne du fer au corps du fer à souder. Elle sera en acier, façonnée à partir d'un écrou M20.
 
Y
Yvan Delaserge
Compagnon
Voici le schéma du nouveau montage.
NEW.jpg


Comme la panne fournie avec le fer à souder est trop courte, elle n'atteint pas le fond de la cavité du corps de chauffe, j'ajoute un morceau de tube en cuivre, pour aider à récupérer quelques calories.

Je vais mettre une couche de ruban fibre de verre (voir ci-dessus) entre l'écrou M20 modifié et l'assemblage panne + tube en cuivre.
 
J
Joel48
Ouvrier
Bonsoir,
Je viens de tomber par hasard sur ce sujet. Je crois que le fond du problème c'est la panne en cuivre trop petite en diamètre et surtout en longueur. Sans doute peut-on en refaire une à partir d'un rond de cuivre (pas en laiton!!), mais qui ne rentre pas trop juste dans le tube en céramique, sinon il va l'exploser.
Pour ma part après X déconvenues finalement très couteuses, j'ai fini par acheter un Weller de 200 W Magnastat, et là c'est le pied. Il tient sa température sans faiblir ni cramer la soudure, car trop chaud, c'est foutu.
A mon avis 300 W c'est pour la tôle zinguée, par exemple. Ou alors les grosses épaisseurs en cuivre/laiton. Le chalumeau est peut-être plus indiqué.
Il y a également d'excellents fers de puissance américain chez un fournisseur dont je n'ai pas le nom sous la main, mais je le retrouverai si cela vous intéresse.
Cordialement
JP
 
Y
Yvan Delaserge
Compagnon
Voici l'aspect de la fusion du coeur du réacteur!

FONDU2.jpg


C'est Tchernobyl à domicile!

Il faut toujours apprendre de ses erreurs. En l'occurrence, j'apprends que l'aluminium ne se liquéfie pas instantanément lorsque la température de fusion est atteinte. C'est pourtant ce que l'on m'avait dit en ce qui concerne le soudage de pièces en aluminium.
Ici, on voit clairement que seulement une partie de la pièce s'est liquéfiée. L'autre partie s'est déformée. Elle est donc devenue malléable, mais pas liquide.

A part ça, le corps de chauffe du fer à souder en a profité pour dégager, lui aussi.
Heureusement, il me reste l'autre fer à souder. J'espère que je vais pouvoir en faire quelque chose.
 
J
Joel48
Ouvrier
Bonjour,
Résultat logique!! Il faut une panne en cuivre qui reçoive toute la chaleur produite par la résistance. Sinon cette puissance thermique n'est pas absorbée par la panne en cuivre, et d'une part ça ne chauffe pas celle-ci correctement et d'autre part cela détruit la résistance chauffante.............
Donc une panne rentrant jusqu'au bout du fourreau en céramique sur lequel s'enroule la résistance est indispensable.
Si le deuxième fer à souder est équipé de la même panne trop courte, ça ne marchera toujours pas.
A vous de voir.
www.americanbeautytools.com
1615387233140.png

Regardez sur ce site les produits et explications techniques sur les méthodes de soudage (sans chalumeaux) ci dessus photo copiée sur leur catalogue en PDF.
Cordialement
Joel PETIT
 
patduf33
patduf33
Administrateur
Bien sur qu'il marche bien, je m'en suis servi plus de deux heures ce week end sans aucun problème de surchauffe, mais je l'ai laisser comme il est vendu :wink:
 
Y
Yvan Delaserge
Compagnon
Bonjour,
Résultat logique!! Il faut une panne en cuivre qui reçoive toute la chaleur produite par la résistance. Sinon cette puissance thermique n'est pas absorbée par la panne en cuivre, et d'une part ça ne chauffe pas celle-ci correctement et d'autre part cela détruit la résistance chauffante.............
Donc une panne rentrant jusqu'au bout du fourreau en céramique sur lequel s'enroule la résistance est indispensable.
Si le deuxième fer à souder est équipé de la même panne trop courte, ça ne marchera toujours pas.
A vous de voir.
www.americanbeautytools.com
Voir la pièce jointe 692898
Regardez sur ce site les produits et explications techniques sur les méthodes de soudage (sans chalumeaux) ci dessus photo copiée sur leur catalogue en PDF.
Cordialement
Joel PETIT
Je suis bien d'accord.
En enfilant simplement un morceau de tube en cuivre sur la panne, on augmente à la fois son diamètre et sa longueur.
Il devient maintenant possible de fixer la panne en utilisant la pièce annulaire livrée d'origine avec le fer à souder et on obtient quelque chose de mécaniquement parfaitement stable.
TUBE.jpg


J'ai eu la chance de trouver dans mon bric-à-brac du tube en cuivre dont le diamètre interne est 1/2 mm supérieur au diamètre externe de la panne.
Le diamètre externe de ce tube est encore inférieur de 3 mm au diamètre interne de la cavité du corps de chauffe.
Il serait bien sûr préférable d'avoir une pièce de cuivre correspondant exactement au diamètre externe de la panne et au diamètre interne de la cavité du corps de chauffe, mais ça devrait fonctionner comme ça. Je vais passer aux essais.
 
J
Joel48
Ouvrier
Bonjour,
Je suis d'accord, je pense qu'il faut laisser un peu de jeu.
Cordialement
JP
 
Y
Yvan Delaserge
Compagnon
Voici le résultat du premier essai.

TEMP2EF.jpg

On voit que l'extrémité de la panne atteint sa température de croisière au bout de 15 minutes environ. C'est plus rapide qu'avec la pièce en alu. A aucun moment, la panne n'atteint les 500 degrés, comme avec le premier fer.

L'évolution de la température du corps du fer est intéressante. On voit qu'elle diminue de la 12e à la 30e minute. Je me demande pourquoi. La "mise en route"? C'est la première fois que le fer a été branché.

Quoi qu'il en soit, on voit que vers la 30e minute, les températures des trois points de mesure: corps, pièce annulaire de fixation de la panne et extrémité de la panne, sont à des températures très voisines. C'est plutôt bon signe, je trouve.

Le fer a été débranché à la 30e minute. On voit la redescente des températures comme attendu.
 
Y
Yvan Delaserge
Compagnon
A titre de comparaison, voici les températures mesurées sur un fer à souder de 100 W que je possède depuis des décennies.

FER100W.jpg


On voit plusieurs différences avec les observations faites sur le fer de 300W:

1) Les températures atteintes sont bien plus basses: 300 à 350 degrés. C'était 450-500 degrés pour le fer 300 W.
2) Ces températures "de croisière" sont atteintes déjà après 10 minutes. Il fallait 12-15 minutes pour le fer de 300 W.
3) C'est l'extrémité de la panne qui atteint les températures les plus élevées. Cela provient vraisemblablement d'un contact optimal entre le corps de chauffe et la panne. Cela reste le point principal à améliorer dans le cas du fer 300 W.

Pendant que je réalisais ces mesures, j'ai eu la curiosité de mesurer la différence de température entre la partie étamée de l'extrémité de la panne et une autre partie de la panne, proche mais couverte d'oxyde. On voit que la différence atteint une cinquantaine de degrés. A 250 degrés, on comprend pourquoi la soudure ne fond pas.

On sait qu'il faut une température égale ou supérieure à 350 °C pour faire fondre l'étain. La température idéale de chauffe est comprise entre 370 et 420 °C. Et davantage si la soudure est de type « sans plomb ».

On voit aussi d'assez fortes variations sur les courbes. Les mesures faites avec le thermocouple varient pas mal selon le point précis où on l'applique.
 
J
Joel48
Ouvrier
Bonsoir,
Très intéressantes ces données. Ce qui me surprends c'est la température du ''manche''. Comment tenez vous ces fers ?
Cordialement
JP
 
Y
Yvan Delaserge
Compagnon
Bonsoir,
Très intéressantes ces données. Ce qui me surprends c'est la température du ''manche''. Comment tenez vous ces fers ?
Cordialement
JP
Je les tiens evidemment par la partie en bois du manche. Les mesures concernent la partie metallique du manche. Je cherchais a savoir a quelle temperature est soumise la partie en bois du manche.
C'est tres astucieusement concu! Le gradient de temperature sur quelques centimetres de metal est impressionnant. On passe de plus de 600 degres a une centaine de degres seulement. La partie en bois ne brule pas!
 

Sujets similaires

C
Réponses
27
Affichages
5 387
Charly41
C
B
Réponses
22
Affichages
1 748
Beber70
B
fertun
Réponses
39
Affichages
10 097
fertun
fertun
H
Réponses
3
Affichages
9 288
harmful
H
c.phili
Réponses
85
Affichages
26 325
wika58
wika58
FB29
Réponses
84
Affichages
29 782
FB29
Kesuny
Réponses
8
Affichages
9 864
amurianum
amurianum
P
Réponses
58
Affichages
61 479
jajalv
jajalv
Haut