amélioration étau à chanfreiner sur proxxon mf70

  • Auteur de la discussion lion10
  • Date de début
lion10
lion10
Compagnon
7 Mai 2010
4 725
  • Auteur de la discussion
  • #1
Bonjour

Bricolant dernièrement une réalisation je remarquai qu’un étau à chanfreiner acquis au cours d’un vide maison en septembre 2019 avait une différence notable avec un étau à main. Ce dernier dispose d’une vis de serrage alors que le premier en est dépourvu.
IMG_4988 - Copie (Medium).JPG

_SCF5571 (Small).JPG

Par conséquent cet étau après avoir été partiellement dérouillé à l’acide était mis de coté. Du fait de l’absence de vis de serrage il faut positionner la pièce dans l’étau à chanfreiner puis ensuite positionner l’étau à chanfreiner dans l’axe de serrage de l’étau d’établi pour serrer finalement la pièce prise entre les mors du petit étau à chanfreiner.


La réalisation a consisté à améliorer cet étau en y mettant une vis de serrage. Pour ce faire des travaux de perçage, de désassemblage et de fraisage de l’étau pour y fraiser un logement pour une vis TRCC furent menés à bien. Pour la facilité du serrage le choix fut fait d’adapter un écrou papillon de bonne taille. Quelques ajustements impliquèrent de menus travaux de filetage manuel et de tournage. L’utilisation de scelle roulement en tant que résine anaérobique de collage se révéla encore une fois utile, cette fois ci pour corriger des erreurs ou adapter un composant mécanique.


Perçage des 2 bras de l’étau :

L’étau assemblé l’axe du trou de 8 mm destiné à y faire passer une vis de serrage fut reporté à l’équerre à chapeau et l’étau fut percé sans erreur trop importante concernant l’alignement des 2 trous de 8 mm.

Désassemblage des 2 bras de l’étau :

Une première tentative de frappe de la goupille se révéla infructueuse. Aussi après quelques essais de frappe sans succès sur une enclume je décidai de percer la goupille.
Quelle ne fut pas ma surprise devant l’impossibilité de percer cette goupille et ce même avec un foret neuf ou très peu utilisé auto-centreur affuté à 130 degrés réputé avoir du mordant.
Tout au plus je réussis à percer cette goupille d’a peine 2 mm.
_SCF5572 (Small).JPG


Après cet échec de perçage, je retentai une épreuve de frappe et la goupille fut chassée très facilement. Avec du recul je me demande si celle-ci ne tourna pas à mon insu dans son logement pendant le perçage ou si un début de perçage ne la débloqua pas.

=> Sans aucun doute une petite presse avec un cric de voiture avec un montage aurait rendu la tâche bien plus facile et je notai cela dans une liste.

Fraisage de l’empreinte pour l’encastrement de la vis TRCC :

Il fallut donc fraiser une empreinte carrée dans un bras de l’étau à chanfreiner.
Pour ce fraisage assez conséquent sur une petite fraiseuse Mf70 je montai donc le bras de l’étau perpendiculairement à la table.
IMG_5494 (Small).JPG

Ma fraiseuse étant encore posée provisoirement sur un ancien présentoir en bois de magasin, époque à laquelle des rayonnages métalliques ne les avaient pas encore remplacées, je ne disposais pas d’une surface métallique pour y poser des embases magnétiques de comparateur. De plus je décidai de réaliser ce fraisage à main levée sans trop surveiller les volants d’avance de la table. Au final ma lumière carrée fut trop grande et la section carrée de la vis y tourna.

Il faut noter que l’usage d’une fraise pointue ne formait pas un contour avec des cotés verticaux facilitant la mesure avec le pied à coulisse.
_SCF5568 (Small).JPG

=> Je notai qu’il me faudrait idéalement une DRO faite maison sur cette fraiseuse ou un socle métallique agrandi pour y fixer des embases magnétiques de comparateur.

Correctif suite à lumière carrée trop grande :

Je décidai donc de créer une vis TRCC M8 avec un écrou carré en stock de dimensions ajustées à la lumière réalisée précédemment sur l’étau.
Maintenu sur un vieil étau Castor Polyrex fixé sur la table de la fraiseuse Mf70, je fraisai donc l’écrou carré.
IMG_5495 (Small).JPG

=> Après fraisage avec l’étau Castor je constatai une marque en pointillé perpendiculaire à la table de fraisage, mais je ne sais dire si c’était à cause du serrage de l’étau Castor ou du bras de l’étau lors de l’opération précédente directement sur la table.
Je notai ce problème qui devra m’inciter à la plus grande prudence, à la réalisation d’un petit étau moins lourd ou toujours l’utilisation de l’étau castor mais avec une semelle lisse sans aspérité du au brut de fonderie.


Je reperçai par la suite l’écrou à 7.5 mm afin qu’il puisse s’enfiler dans la vis M8 et passer au dessus de son filetage M8.

=> Je notai qu’il me faudrait regarder de plus près les tolérances sur les vis, le diamètre du filetage et d’autres données de constructions, une première analyse me montra des discordances entre différents livres. Ce sera l’objet d’une autre discussion.

Un tournage de la vis TRCC M8 me permit de supprimer la partie carrée d’origine, j’en profitai aussi pour réduire de quelques millimètres le diamètre de la tête de vis.
_SCF5573 (Small).JPG

Je reconstituai ensuite la vis TRCC en collant au scelle roulement l’écrou carré usiné.
_SCF5564 (Small).JPG


Intégration de la vis de serrage avec le 2ème bras de l’étau :

Afin de permettre l’ouverture de l’étau la vis devait passer au travers du deuxième bras de l’étau facilement.
Dans un premier temps j’agrandis le trou initial le passant de 8 à 9 mm. Mais la création d’une lumière fut inévitable. Je fraisai donc le bras de l’étau afin que la vis puisse passer quand l’étau était écarté. Comme la pièce était épaisse par rapport à la hauteur du tranchant de la fraise je dus procéder en 2 fois en retournant la pièce. Le bras de l’étau était fixé dans l’étau Castor Polyrex.
IMG_5496 (Small).JPG

Je constatai que j’atteignais vraisemblablement les limites de la fraiseuse car l’étau fut assez lourd et encombrant compte tenu de la taille de la table de la fraiseuse.
Opérant toujours avec une petite fraise de diamètre 2 mm environ les fraisages furent assez longs par passe de 0.5 mm en profondeur au maximum. En plus la fraise que j’utilisais qui me permettait de plonger était plutôt de forme pointue et non cylindrique avec une coupe au centre, mais j’en avais peu dans cette taille.

La lumière fut ensuite terminée par un moyen plus conventionnel pour l’amateur, par un travail d’ajustage à la lime puisque la fraiseuse fit disjoncter le compteur soudainement. Des investigations viendront par la suite.
_SCF5567 (Small).JPG


Création de l’écrou papillon pour la vis de serrage de l’étau :

Comme je n’avais pas d’écrou papillon en M8 suffisamment gros afin d’avoir plus de serrage et m’inspirant du modèle monté sur mon petit étau à main, je décidai de faire un écrou papillon M8 à partir d’un M10.

Je tournai donc maintenu sur une tige filetée un écrou M8 épais pour le transformer en petite entretoise ronde taraudée de diamètre externe 12 mm. Ensuite je perçais l’écrou papillon pour y loger cette entretoise collée au scelle roulement.
_SCF5563 (Small).JPG

Je ne fis pas ici de calcul d’ajustement pour ce montage préférant réaliser à l’instinct un assemblage pas trop serré mais compensé par du scelle roulement. J’ai toutefois conscience que ce produit corrige qu’une certaine marge d’erreur comme s’est indiqué dans ses spécifications.

Je découvris que l’écrou papillon M10 en stock était vraisemblablement en laiton malgré une finition extérieure grise. Ce qui engendra quelques complications en phase de perçage

J’avais entrepris le perçage au diamètre 12 dans un premier temps avec une perceuse moins performante dans mon sous sol et avec un maintien très moyen et je constatai un engagement du foret.
=> Le lendemain je décidai donc d’utiliser ma grosse perceuse à colonne et je rencontrai de nouveau des problèmes, le cône porte mandrin tomba par 2 fois alors que d’ordinaire il tient bien. Je notai donc ce problème afin d’investiguer plus tard et pris une solution de contournement pour finaliser ce projet.

Pour finir les quelques mm restant sur la longueur de la pièce je jouai donc la sécurité et la découverte d’une nouvelle technique en décidant d’aléser avec des alésoirs machines à la main en m’approchant par étape successive du diamètre 12 mm ayant une quantité certaine d’alésoirs.

=> Je notai qu’il me faudrait trouver à l’avenir une solution plus rationnelle pour utiliser mes alésoirs machine pour mieux les maintenir autrement que par l’extrémité du tenon dans un tourne à gauche. Je notai également que j’avais utilisé ces alésoirs dans de mauvaises conditions puisque le diamètre de perçage ne fut pas optimal et ces alésoirs machines sont durs à engager de part leurs extrémités cylindriques moins coniques par rapport à un alésoir à main.

QUEL AVENIR POUR CET ETAU A CHANFREINER :

L’usage dira si oui ou non le temps passé aura été utile ou pas. Le projet est finalisé sauf rupture d’une des liaisons collées à l’usage.
_SCF5570 (Small).JPG

Cet étau à chanfreiner sera utilisé je pense ponctuellement, mais je peux remarquer qu’il est plus lourd que le petit étau à main pesant 720 g contre 410 g rendant son usage moins pratique.

Je remarque aussi que les bras de l’étau sont en pente, idéalement il aurait fallu que la largeur soit identique ce qui améliorerait le serrage entre les mors de l’étau puisque la surface d’appui serait plus grande.
_SCF5569 (Small).JPG

Mais je n’ai pas les moyens de mener ce travail de fraisage et cela restera dans l’état.

cdlt lion10
 
Dernière édition:
jeandupont
jeandupont
Compagnon
6 Déc 2015
1 434
Haute-saône
Bonjour ,

Pourquoi l'avoir détourné de sa fonction normale :smt017 c'est dommage en fait ce truc te permet à l'origine de faire un chanfrein à 45° sur un plat en limant justement " à plat " :mrgreen:
 
brise-copeaux
brise-copeaux
Compagnon
5 Jan 2007
10 278
Rouen Normandie-76- ou Bagnole de l'orne -61-
Maintenant ta bonne mine :-D comme tu le teins ton étau :smt017...puisque tu ne peux plus le mettre dans un étau normal.
 
lion10
lion10
Compagnon
7 Mai 2010
4 725
  • Auteur de la discussion
  • #4
bonsoir. Rien est perdu j'ai juste a démonter la vis. Ceci dit je pense plus m'en servir comme un étau à main. Cdlt lion10
 
Haut