Tours haulin : son histoire.

  • Auteur de la discussion alain91n
  • Date de début
A
alain91n
Apprenti
21 Oct 2009
61
  • Auteur de la discussion
  • #1
Je suis le fils du concepteur des Tours Haulin. Et je suis tombé sur ce site par hasard.
Il s'agit de Emile Linz qui a pris sa retraite dans le Var. Il est agé de 85 ans. Et toujours passionné par la machine-outil.

Personnellement, j'ai un peu travaillé dans l'usine d'Ormesson(91) en 71-73 comme petit boulot pour un étudiant en Maths. Puis je me suis dirigé vers l'enseignement. J'habite dans l'Essonne, donc les contacts avec mon père se font plutôt par téléphone.

Je n'ai pas de documents, je dois donc faire confiance à ma mémoire.

Mon père est un travailleur immigré de ... Suisse (d'où le patronyme). Il s'est installé en région parisienne à Maisons-Alfort et a rencontré ma mère fin des années 40. Je suis né en 1951.
L'histoire a donc commencé fin des années 50. Cela faisait longtemps que mon père bricolait à la maison en plus de son travail. Il avait un petit atelier au fond du jardin. C'est là qu'il a conçu le tout premier Haulin dans les années 55 (?).
Mais il n'avait pas les moyens de le développer. il s'est donc associé avec une entreprise (de papeterie ?) à Charenton dirigée par Mr Hauducoeur (orthographe non garantie) qui a apporté le local et les capitaux intiaux. Dans les années 59, la production a donc démarré dans un garage attenant à la papeterie.

Hauducoeur + Linz -> Haulin :) pour la marque.

Voilà donc pour le début de cette histoire.
 
A
alain91n
Apprenti
21 Oct 2009
61
  • Auteur de la discussion
  • #2
La production artisanale a donc démarré et s'est bien développée au cours des années 60. Il faut dire qu'avec le boum économique de l'époque le carnet de commandes était bien rempli ! Et, à l'époque, ce tour était considéré comme supérieur à ses concurrents, même des plus gros. Mais si au niveau technique mon père était à l'aise, au niveau manager et finances c'était pas terrible. De plus, il avait un "foutu" caractère.
Il s'est fâché avec Hauducoeur fin des années 60 et la production a émigré dans un garage fin des années 60. Puis, l'espace étant trop restreint, dans un "grand" atelier à Ormesson (ancien entrepôt de 600 m2) l'année de mon bac en 1969. Mais les finances étaient toujours bancales. Et pourtant le produit était bon et la demande était là !
Mon père avait pris 2 nouveaux associés mais ne s'entendaient guère avec eux.
 
A
Guest
Bonjour, :-D

ça c' est formidable que vous preniez le temps de nous raconter l' histoire d' une telle entreprise.

C' est plus passionnant que les docs commerciales :wink:

Puis je me permettre de vous contacter en mp, j' aurais un proposition à vous faire.

cordialement,

Alproc :drinkers:
 
e**d
e**d
Compagnon
14 Jan 2008
583
France
Bonjour alain91n,

je connais bien cette machine pour l'avoir utilisé en tant que professionnelle et maintenant en tant que bricoleur .C'est une super petite machine,précise et rigide facile a loger et de tres bonne qualité de construction .

C'est sympa de votre part de nous raconter l'histoire de cette machine, mais également de nous parler de sont concepteur.

Bravo a votre père pour cette réalisation.
 
A
alain91n
Apprenti
21 Oct 2009
61
  • Auteur de la discussion
  • #5
Je reprends. A cette époque en 1971, quand j'ai commencé à y travailler à mi-temps (le reste en fac) comme chauffeur-livreur-magasinier la production battait son plein : pratiquement 1 machine par jour. Avec une trentaine d'ouvriers.
L'organisation était plutôt approximative, les locaux pas terribles (un nid à courant d'air) peu de documentation pour les processus d'approvisionnement ou de fabrication, mais le travail était fait et bien fait. Tout était transmis oralement. Surtout le "savoir-faire".

Le problème est que mon père était plus soucieux de la qualité que de la rentabilité.

Un exemple que vous devez bien connaître : le principe des barres avec le trainard et sa réserve d'huile et le système de double joint pour empêcher toute pénétration de saleté. Un des nouveaux associés voulait simplifier tout cela au prétexte que les barres duraient trop longtemps et coutaient trop chères ... Il est vrai que lorsque j'avais une trentaine de barres dans le coffre je faisais gaffe. Freinage violent interdit !

L'usinage des barres était aussi un processus couteux. Le fournisseur d'acier était auber et duval. Avec une qualité d'acier bien spécifique. Très cher. Elles étaient ensuite tournées pour être amenés à la cote puis je les transportais à l'autre bout de Paris (Nanterre) pour le traitement de surface (nitruration de mémoire pour une dureté et une résistance maximale). Mon père avait abandonné le traitement classique cémentation plus trempe car le résultat n'était pas à la hauteur selon lui. Les barres "travaillaient". Ensuite retour à l'atelier pour une séance de rectification avant assemblage.
Autre point : les assemblages des coulisses étaient faits par grattage à la main (souvent par mon père lui-même ou un ouvrier spécialisé qu'il avait formé) et non rectifiés. Pour une qualité incomparable.

J'en reste là pour le moment. Sinon, si vous voulez me contacter pas de problème.
 
A
Guest
Bonjour, :-D

Je suis passionné d' histoire industrielle et je pense qu' il y aurait à faire avec la marque Haulin.

Votre père étant toujours de ce monde, ce serait l' occasion rêver pour mettre noir sur blanc cette épopée industrielle.

Un ouvrage pourrait être envisagée avec photographies.

Cela ferait bien des heureux :wink:

On trouve couramment ce type d' ouvrage en Angleterre ou aux états-unis mais en France on écrit rien sur les belles entreprises Françaises.

Voilà je vous lance l' idée dites moi ce que vous en pensez.

cordialement,

Jm Barbe
 
M
Modeste
Apprenti
6 Juin 2008
197
Cher Nord
Bienvenue !

Bonjour Alain et bienvenue parmi ce forum de passionnés.

Si les modérateurs de ce forum me le permettent, je vous déclare membre d'honneur et j'espère que votre démarche servira d'exemple à d'autres.

Je n'ai qu'un bien banal tour chinois, mais c'est avec boulimie que je dévore les récits de remise en état de mécaniques anciennes.

Continuez à nous faire rêver si vous avez des anecdotes ou des photos sur ces ateliers du siècle passé.

Modeste
 
demoniakteam
demoniakteam
Compagnon
17 Jan 2008
2 437
Doubs
:eek: C'est noel avant l'heure!

Merci beaucoup de nous faire partager sa! Étant fan et possesseur d'un Haulin.. Je ne peu qu'apprécier!

Sur le forum le Haulin se "répand" il y a pas mal de possesseur..

On attend la suite avec impatience..

Cordialement

Charles
 
S
STUB37
Apprenti
23 Juil 2009
137
37
Bonjour Alain
et encore merci à vous pour nous faire partager la formidable épopée technique de votre père.
je ne possède pas de Haulin mais je vais désormais regarder ces machines avec beaucoup plus d'attention.

cordialement
jean michel
 
jajalv
jajalv
Administrateur
22 Août 2007
11 824
Rhône-Alpes-Auvergne
Bonsoir à tous,

C'est merveilleux d'avoir les témoins d'une super production.

Peut-être que Monsieur Emile LINZ pourraient nous apporter plus de précision, plus de détails, plus d'anecdotes, et...
des photos.

Merci beaucoup pour l'histoire !
 
A
Anbantoine64
Compagnon
20 Jan 2009
517
Aquitaine
Genial, maintenant on à les fabriquant en direct sur le forum !! ^^

Comme l'a dit STUB37 moi aussi je ferai plus attention à ces petits tours !!
 
Vapomill
Vapomill
Compagnon
28 Fev 2007
2 005
FR-56 Est Morbihan
Merci beaucoup Alain!
C'est vraiment un rêve éveillé pour moi et beaucoup d'autre ici!
Un geste de pure bonté de ta prt en plus!
Merci mille fois!
Amitiés, Bertrand.
 
S
Samifred
Compagnon
27 Sept 2009
1 068
Bonjour Alain,

Très émouvant ce récit, j'y suis presque... merci beaucoup.

Tenez-nous au courant de la suite, nous sommes tous impatient.

Cordialement.
Samifred
 
noirvodka
noirvodka
Compagnon
1 Mai 2007
981
dans mon atelier
Bonsoir,

Merci Alain de nous faire revivre l'aventure de ton père.
Je possede un tour Haulin que j'ai entierement restauré et pour moi c'est un excellent petit tour tres peu encombrant avec de bonnes caracterisques et d'une précision tout à fait remarquable.
J'ai l'occasion de visiter de tres nombreux ateliers professionnels et 9 fois sur 10 il y a un petit Haulin dans un coin de l'atelier pour faire les bricoles et tout les gens qui bossent dessus en sont tous tres satisfait.
Continue de nous raconter la suite de l'histoire de ton père, je pense que nous sommes tous tres impatient.

A+
noirvodka
 
phil916
phil916
Compagnon
22 Août 2007
5 603
Le pays du Comté
Merci pour ce récit
votre papa à toute mon admiration et à double titre;
Il a contribué par la qualité de ses machines à la renommée mondiale de l'industrie Française et comme si ça ne suffisait pas il était même gratteur, un très dur et très beau métier !
Dite lui à l'occasion que des pro et amateurs ici se passionnent pour ses superbes machines et pour le grattage de précision.

au plaisir de vous lire
 
F
FRED85
Apprenti
2 Sept 2008
148
COTE OUEST
Bonsoir et merci alain de nous documenter sur nos machines fetiches;

pensez vous pouvoir recuperer des photos qui ont trait avec l usine et la conception des machines?

mon tour est dans la famille depuis 1965 et un de mes parents connaissant bien un tourneur qui travaillait chez HAULIN , il s appelait Daniel, je tairait son nom par principe

nous sommes ici tous tres friant d info concernant la marque et c est avec plaisir et delectation , que nous attendons vos prochains posts ;

tres cordialement
 
A
alain91n
Apprenti
21 Oct 2009
61
  • Auteur de la discussion
  • #17
Je vous remercie tous pour votre accueil chaleureux.
Je reprends mon récit demain. Malheureusement, tous les documents et les rares photos ont à ma connaissance disparu.
 
punchy
punchy
Compagnon
3 Déc 2007
1 610
Bordeaux
Hâte de lire la suite comme tout le monde :-D

Je n'ai pas de Haulin mais il y en a un dans la boite ou je bosse.

Merci beaucoup alain91n et surtout continue.

:wink:
 
A
alain91n
Apprenti
21 Oct 2009
61
  • Auteur de la discussion
  • #19
J'en étais resté quand la fabrication s'est installée à Ormesson(91) en 1968. Et quand j'y travaillais à mi-temps de 71 à 73.
A cette époque donc l'entreprise était en grande difficulté, et le choc pétrolier qui a ralenti l'activité économique lui a porté le coup de grâce. Mon père a donc été contraint de céder l'entreprise et la marque à un de ses ex-revendeurs. Qui a donc repris la production. Mais en négligeant d'appliquer toutes les techniques de fabrication mises au point. Du coup la qualité des tours a baissé. Ensuite, j'ai obtenu mes diplômes et je suis parti enseigner les maths en Afrique. Je sais vaguement que la marque a changé de propriétaire avant de cesser.
Mais mon père avait monté entre temps (début des années 70) une autre entreprise "Tours E.LINZ". C'était le "grand frère" du petit Haulin, plus gros, plus puissant. Avec des barres de 70 mm au lieu de 55 (chiffres de mémoire). On en trouve chez des marchands d'occasion.

Il avait aussi conçu une automatisation de ses tours avec un programmateur. Il en a vendu quelques dizaines. Elles étaient réputées pour leur capacité à faire des pièces complexes en série pour un coût très inférieur à celui des commandes numériques.

Il avait aussi conçu un "monstre" avec des barres de 120 mm. J'ai vu cette machine à l'oeuvre : c'était réellement impressionnant de puissance, maniabilité et précision. Faute de moyens seulement 2 ou 3 de ces machines furent terminées.

Mais la crise économique emporta aussi cette entreprise. Alors que le potentiel était là.

A plus tard.
 
demoniakteam
demoniakteam
Compagnon
17 Jan 2008
2 437
Doubs
Intéressant tout sa..

Tu sais ou on finis ces machines?

Aurais tu des photos?

Merci beaucoup!
 
A
alain91n
Apprenti
21 Oct 2009
61
  • Auteur de la discussion
  • #23
La lecture des brevets ci-dessus me rappelle plein de souvenirs. Entre autres celui que mon père a déposé en Suisse en prenant mon grand-père comme mandataire : Fred LINZ. Mon grand-père est d'ailleurs venu en France quelques temps vers les années 1970 pour aider mon père dans la réalisation des plans du Tour LINZ (avec barres de 70 mm donc).
Mon père aimait bien son "petit" HAULIN mais il avait énormément investi de son temps pour en faire le grand frère qui corrigeait certaines imperfections. Mais, en fait, son idée était de conserver le HAULIN pour tous les petits travaux que vous connaissez et de décliner des versions du LINZ pour faire de la production intensive.
Il avait donc conçu une version avec copieur et une autre qu'il appelait "cycle automatique". Et c'est vrai que c'était impressionnant de voir la machine enchainée les mouvements. Pour cela il y avait principalement un vérin pour pousser le trainard et un autre, perpendiculaire pour le petit chariot. J'en ai livré plusieurs aux 4 coins de la France.

Mon père a été contraint d'abandonner toute production faute de moyens dans les années 1975-76.
En fait, il n'était pas ingénieur mais autodidacte. Il avait le don de création, comme un artiste (l'image vient de clients ou fournisseurs de l'époque). Mais très peu en gestion. Dommage, car si toutes ses idées avaient pu être exploitées on aurait encore une belle industrie de la machine outil en France.
En regardant les photos sur votre forum je retrouve l'ambiance de l'atelier de mon père. Typiquement un garage ou une annexe en parpaings bruts où une seule chose importe : la mécanique.
En lisant les fils idoines sur votre forum je vois que vous êtes aussi passionnés que lui pour la "belle ouvrage". Lui non plus ne comptait pas ses heures.
Je me rappelle un soir, ou mon père m'avait demandé de livrer une machine dans le Jura avant midi. En arrivant donc le soir à l'atelier le tour n'était pas fini ! Il a été prêt à 3-4 heures du matin, chargé dans l'estafette et livré pile poil à l'heure. Je devais revenir avec le chèque, avant la fermeture de la banque. Mais, heureusement, le client a eu pitié de moi : il a appelé le banquier pour lui certifier que j'avais bien le chèque. J'ai donc pu revenir tranquillement après 2-3 heures de sommeil.
D'ailleurs je suis allé plusieurs fois dans le Jura du coté de Nantua ou Bellegarde. A l'époque c'était un coin ou la densité d'ateliers de mécanique (et de clients) était impressionnante !

Souvent mon père travaillait le dimanche, seul donc. Et pourtant quand j'allais le voir l'atelier bourdonnait. Il gérait seul 3 ou 4 machines. Typiquement 1 ou 2 fraiseuses, la rectifieuse et la tailleuse de pignons.

Cette machine était d'ailleurs essentielle. Tous les pignons des tours étaient faits dessus. A partir de barres d'acier brut préalablement sciées et tournées. Après je les emmenais au traitement thermique à l'autre bout de Paris. Puis ils avaient une dernière étape de rodage.

Je vais en rester là pour ce soir. Si vous avez des questions à me poser n'hésiter pas. Mais évidemment pas de technique pure car je n'ai pas hérité du don de la mécanique !
 
demoniakteam
demoniakteam
Compagnon
17 Jan 2008
2 437
Doubs
Peu etre pas mécano.. m'enfin quand meme.. C'est deja assez technique!

Moi j'ai quelques petites questions;

Combien de tour de chaques type avez vous produits?

Le Haulin version mécano soudé, etait il réalisé par lui également?

As tu des photos des modèles de productions (ceux plus gros que le linz)?

Quel défaut corrige le linz?

Merci BEAUCOUP!
 
Vapomill
Vapomill
Compagnon
28 Fev 2007
2 005
FR-56 Est Morbihan
Bonsoir!
Passionnante l'histoire des productions de M.Linz!
Surtout Alain, ne manque pas de transmettre tout notre respect à ton père!
Alors moi, j'ai une question ; te rappelles tu si les pignons de la petite boîte entre la broche et la boîte Norton était bruyante sur les tours neufs? Sur mon petit ELP 5024, sur les deux vitesses les plus élevées c'est difficilement supportable, a tel point que je me demande si ils n'auraient pas été remplacés par d'autres n'ayant pas le bon angle de contact (20° d'origine m'a-t-on dit)
Deuxième question, tiens, en voyant les brevets indiqués par FTHI, le copieur montré sur la pub du ELP est-il déjà de la conception de ton père?
Troisième question et puis je m'arrête! :wink: Il me semble que les Haulin sur base fonte étaient les ELB5024, et que ceux sur base acier étaient les ELP5024, est-ce que tu confirmes?
Peut-être ne le sais tu pas, mais sur un site anglais : http://lathes.co.uk/haulin/ ,ton tour est salué pour son esthétique très recherchée! Et c'est vrai que je le trouve très beau!
Merci pour tous ces détails et pour cette histoire captivante!
Amicalement, Bertrand.
 
A
alain91n
Apprenti
21 Oct 2009
61
  • Auteur de la discussion
  • #26
Je n'ai pas les chiffres exacts aussi je me contente d'une évaluation.
Autant que je me rappelle (j'avais 10 ans) la production de Haulin au début était de l'ordre de 5 par mois. Puis elle a augmenté progressivement jusqu'à 30 par mois dans les années 70. La marque a été cédée dans les années 74-75, après je ne sais pas du tout.
En prenant une moyenne de 10-15 par mois sur les 15 ans ou mon père contrôlait la production cela fait dans les 1000-2000 machines.
Pour le LINZ cela se compte en quelques dizaines pas plus.
Pour le très gros avec des barres de 120 mm 2 ou 3.

La version mécano-soudée a été mise en place par mon père quand des difficultés sont apparues avec le bâti fonte : obligation d'avoir du stock, long délais de la part de la fonderie, stock volumineux. Alors qu'avec les tôles on avait un fournisseur à 10 km : en 2-3 jours on avait les tôles prédécoupées, stockées à plat.
Les autres pièces de fonderie (poupée, trainard, contrepointe ...) posaient moins de problème. Et puis on préférait les stocker qq mois avant usinage pour éviter qu'elles "travaillent".
Le Linz, par rapport au Haulin, est une machine de production plus intensive. D'ailleurs une fois la production lancée mon père s'est rendu compte que le Haulin conservait quand même ses qualités que vous connaissez bien : petit, maniable, costaud.
Le Linz est nettement plus gros, plus lourd, plus encombrant. Mais beaucoup plus puissant. Ce n'est pas le même usage.
Pour les petits défauts du haulin, c'était ceux que voyaient mon père qui était perfectionniste. Mais cela dépasse les limites de mes compétences.

On n'a pas l'impression mais en passant de 55 à 70 le poids des barres est pratiquement le double (70/55 au cube). Je m'en suis coltiné suffisamment des 2 modèles pour apprécier la différence ! Et tout à l'avenant.
Quand au très gros avec des barres de 120 mm elles étaient heureusement creuses ! Mais la poupée était monstrueuse. Il fallait un palan pour la manipuler.

J'ai retrouvé l'adresse de l'atelier sur le net:
http://www.hotfrog.fr/Entreprises/Tours-E-Linz
Curieux, sachant qu'il a disparu en tant qu'atelier de mécanique depuis plus de 30 ans !
J'ai fait une erreur plus haut : il s'agit du 94 et non du 91 (où j'habite).
Sinon, je vais voir si j'arrive à retrouver des documents.
 
A
alain91n
Apprenti
21 Oct 2009
61
  • Auteur de la discussion
  • #27
Vapomill a dit:
Alors moi, j'ai une question ; te rappelles tu si les pignons de la petite boîte entre la broche et la boîte Norton était bruyante sur les tours neufs? Sur mon petit ELP 5024, sur les deux vitesses les plus élevées c'est difficilement supportable, a tel point que je me demande si ils n'auraient pas été remplacés par d'autres n'ayant pas le bon angle de contact (20° d'origine m'a-t-on dit)
Est-ce la "boîte d'avance" (le terme me revient en mémoire) ?. Là aussi, je suis un peu limite, mais il me semble qu'effectivement le tour était bruyant aux hautes vitesses. Mon père critiquait la production après qu'elle a été reprise car les repreneurs avaient modifiés certains processus. J'estime la rupture vers les années 74-75. Il se peut donc que les machines postérieures soient moins bien.
Mais était-il objectif ?
Je crois que c'est un des points qu'il avait amélioré sur le Linz.

Vapomill a dit:
Deuxième question, tiens, en voyant les brevets indiqués par FTHI, le copieur montré sur la pub du ELP est-il déjà de la conception de ton père?
Oui, il a tout conçu, à part le "palpeur" qui venait d'une boîte suisse (SIG ?). En fait c'était à la base le même système de vérins hydrauliques que sur le cycle automatique. Mais pour un tout autre usage.

Vapomill a dit:
Troisième question et puis je m'arrête! :wink: Il me semble que les Haulin sur base fonte étaient les ELB5024, et que ceux sur base acier étaient les ELP5024, est-ce que tu confirmes?
Alors là je sèche ! J'avoue que je n'ai jamais su la référence ! Mon père parlait du "petit" haulin, du "moyen" (pour le Linz), et du "gros". Cette référence était probablement une initiative d'un de ses associés.
A plus tard !
 
demoniakteam
demoniakteam
Compagnon
17 Jan 2008
2 437
Doubs
Merci pour ces précisions!

Le Linz me tentait deja mais la sa y est j'en veu un!

Aurais tu des photo des "gros" avec les brres creuses?J'avoue qu'ils m'intriguent...

A tout hasard vous reste t il des machines,pièces ou accessoires?

As tu les plans de constructions?

Merci encore!
 
Vapomill
Vapomill
Compagnon
28 Fev 2007
2 005
FR-56 Est Morbihan
Salut!
Merci Alain de toutes ces précisions!
D..team, Je crois qu'il reste encore un peu de place sur le plateau de Saclay. Dépêches-toi sinon, tu ne trouveras plus de zone constructible suffisamment vaste pour y installer ta collection de bécanes! :wink:
Amitiés, Bertrand.
 
J
jef2a
Compagnon
2 Mar 2008
559
Région Parisienne
Merci alain pour tous ces eclaircissement !

mais tu m'intrigues car je viens de prendre le diametre des barres de mon haulin et elles font 48 mm de diametre !!!

Aurais je une raretée ??

A+ et merci encore !
 
Haut