1. Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.

Remise en route Toupie Chambon année 60

Discussion dans 'Machines a bois' créé par Alex_T31, 21 Avril 2017.

  1. Alex_T31

    Alex_T31 Ouvrier

    Messages:
    372
    Inscrit:
    21 Novembre 2015
    Localité:
    Agen
    Remise en route Toupie Chambon année 60
    Salut à tous.

    Je ne comptais pas à la base faire de sujet à proprement parler concernant une toupie que j'ai récupéré là où je travaille, car je la pensais opérationnelle, avec rien de bien intéressant à raconter ...

    Mais vu certains détails, et n'ayant vu aucun sujet concernant le démontage complet et détaillé d'une toupie Chambon, je vais faire un sujet, en cas que ça serve un jour.

    Alors la 1ère chose, c'est qu'il faut de la motivation, et surtout, du levage, au moins une chèvre et des grosses (grosses j'ai dit !!!) cales.

    Etat des lieux:

    1/ Motorisation :

    Il y avait un moteur SOMER 4cv 3000 tr/mn en 400 V / 700 V pour le démarrage étoile / triangle.

    20170409_135547.jpg

    Je n'avais jamais branché de petit boitier de démarrage comme ça, c'est pas compliqué. Le principe de câblage :
    a/ ENLEVER les barrettes de couplages sur les bornes du moteur (hyper important) (si elles y sont)

    b/ normalement on est face à 6 fils disposés et nommés ainsi :
    U V W
    Z X Y dans cet ordre.

    20170408_201758.jpg

    Alors il faut câblé U1 V1 W1 du boitier de démarrage étoile / triangle respectivement sur U V W du moteur, et U2 V2 W2 sur X Y Z , donc ne pas se tromper au niveau des bornes du moteur.

    A ce stade, je faisais disjoncter l'arrivée au niveau de mes canalis.
    Pour savoir si le pb ne venait pas d'une fuite de masse, j'ai débranché la masse (à ne pas faire je sais, mais je connaissais les risques, donc je me tenais bien à 5 m de la machine), et le moteur se lance, puis me fait sauté le différentiel de toute la baraque !

    Un coup de testeur moteur au boulot, le moteur est grillé. Il avait déjà été rebobiné, au démontage, je m'aperçoit 1/ que ça sent le barbeuc grillé 2/ que 2 enroulement sur 3 ont complétement fondu à l'intérieur 3/ il y a du vernis d'isolement partout de chez partout.

    Je change donc le moteur pour un équivalent, je remonte le tout et tout fonctionne à merveille.

    20170413_110157.jpg 20170413_110734.jpg Ici on voit bien les U1 V1 W1 et U2 V2 W2, plus facile à câbler du coup !

    20170413_121743.jpg

    L'autre moteur est au rebobinage en ce moment, je lui changerai les roulements.

    2/ Mécanique :

    L'arbre tourne bien, par contre, un sale bruit de quelque chose qui tape sévère quelques part à l'intérieur du fourreau de l'arbre ... Je remet sévèrement en question le système de freinage. Il ne fonctionne pas, et rien ne touche l'arbre sur la course de la pédale.

    Alors je graisse bien tout pensant que les roulements étaient à sec. Toujours ce bruit. Idem avec du dégrippant. Je me lance donc dans le démontage complet de la machine , je suspecte que le ferrodo de freinage est resté coincé entre l'arbre et le fourreau. Par la même , je changerai les roulements.

    Alors le démontage, il faut savoir qu'avant ces machines étaient montées à l'envers, donc tout rentre par le dessous de la machine.
    D'où le moyen de levage, le mien était pas assez gros pour retourner la titine. Je l'ai donc calé de plus en plus haut avec la chèvre pour avoir assez de course pour sortir le fourreau.

    Ce fourreau est guidé par un alésage sur la partie haute, ainsi que par des queues d'arondes, c'est beau, mais qu'est-ce que c'est chiant à sortir !
    20170415_120112.jpg 20170415_120104.jpg

    Aller c'est pour la bonne cause, et puis, c'est d'une rigidité à toute épreuve.

    Je désosse tout pour ne laisser que la manivelle de monter descente.

    20170415_120120.jpg

    C'est un couple spiro-conique, l'écrou pour la vis carrée est serti dans la roue sans fin, elle-même montée entre butées à billes et rondelles ressorts style Belleville. Franchement, je vois ça, et je me dis sur le coup que ça vaut vraiment le coup de la réparer. 60 ans elle a la machine, les dents ne sont pas abîmées du tout, les queues d'aronde en parfait état, c'est juste dingue.

    20170415_120204.jpg 20170415_120348.jpg 20170416_122430.jpg

    Donc je dévisse petit à petit, en ayant au préalable élingué l'ensemble "arbre + fourreau" de manière à ne rien casser. Il y a une butée en bout de vis, vissée, à enlever au préalable bien sûr, afin de chasser l'ensemble.

    20170415_120129.jpg 20170416_122355.jpg

    Bon je n'étais pas assez haut, j'ai donc carrément levé la machine et calé le fourreau au sol. Résultat :

    20170417_143043.jpg

    Un jolie fourreau !!!!

    Vous voyez la lumière là ? Et bien il y avait du monde dedans.
    Le ferrodo suspecté était bien bloqué dedans, mais aussi, un bout du téton de l'axe de blocage de l'arbre !

    A savoir aussi que le blocage de l'arbre est simplement un axe sous la manivelle que l'on vient pousser pour que le tétons se cale dans une des 2 rainures en demi-lune sur l'arbre ( 12 mm d'épaisseur ...), simple, méga efficace, à condition de ne pas appuyer sur le bouton de démarrage une fois l'axe bloqué xD (ce qui a du se produire).

    Donc je reviens avec des photos pour la suite. L'arbre a été chassé du fourreau. J'y ai bien enlevé les intrus, et les roulements sont démontés, ils sont bien en fin de vie.

    Les nouveaux devraient arriver tout à l'heure, donc je continue le reportage, j'ai aussi de quoi refaire le système de freinage.
    A toute.

    20170416_122346.jpg
     
  2. Albusine

    Albusine Nouveau

    Messages:
    43
    Inscrit:
    18 Décembre 2016
    Remise en route Toupie Chambon année 60
    Bonjour,

    C'est vraiment du gros travail en perspective, moyen de levage obligatoire :shock:. Les vieilles machines sont géniales : c'est simple, efficace, increvable (, réparable) !
    Je suis impressionné par le système de levé de l'arbre ... Je possède une toupie indépendante Signal à poser sur un stand, arbre de 30, table de 40*50 cm, env 50 kg sans le moteur. Un petit modèle donc :mrgreen:. Le système de monter/descente est similaire aux fourreau + broche + cabestan d'une perceuse à colonne avec une visse qui vient verrouiller l'arbre en position.

    J'ai hâte de voir la suite :).
     
  3. Alex_T31

    Alex_T31 Ouvrier

    Messages:
    372
    Inscrit:
    21 Novembre 2015
    Localité:
    Agen
    Remise en route Toupie Chambon année 60
    Yop content que ça te plaise :) C'est vrai que la simplicité des machines anciennes est agréable, on comprends vite, bien que le dos en prend un coup ahah :)
    Je reviens donc avec la suite.
    Des photos pourries, désolé, sur le moment j'ai toujours l'impression que ça le fait, quand je suis devant l'ordi, aie aie aie !

    Une vue d'ensemble de la ligne d'arbre :
    20170424_193801.jpg

    20170424_194039.jpg 20170424_194103.jpg

    Il y a des joints spi de chaque côtés des roulements, dans les alésages du fourreau, et dans les chapeaux aux extrémités.
    Celui du bas est à cage métallique.
    Petite remarque concernant les roulements du haut.

    Ces roulements sont à cage céleron à une rangée de billes à gorges profondes et grand jeux (pour ceux qui cherchent, c'est type "6211" TB P6 C3). Il y en a 2 en haut, montés avec un clinquant cylindrique entre chaque, et un écrou SKF que l'on serre sur la bague extérieure du roulement le plus haut.Celui du bas vient en butée avec une espèce de rondelle creusée à l'intérieur. Un grand diamètre pour buter avec la bague externe, un petit diamètre pour la bague interne. Les épaulements sont décallés légèrement.
    En fait, avec ce montage, vu que ce sont des C3 grand jeux pour hautes vitesses, on se ramène à un montage en "O" pour la reprise d'efforts radiaux. Je ne savais pas du tout que l'on pouvait faire ça avec des rangées de billes à contacts radiaux !

    Enfin, le système de frein, à refaire. On m'a donné ce bout de "ferrodo", c'est une matière synthétique tressée de fils en laiton. C'est un peu souple, assez pour prendre la forme. Un coup d'acétone pour dégraisser, collage à la néoprène, et perçage + lamage pour noyer le rivet 100% Alu ( même la tige !) dans le ferrodo.

    20170424_192938.jpg

    20170424_193007.jpg

    Voilà, la suite pour le remontage d'ici peu !
     
  4. vax

    vax Modérateur

    Messages:
    4 619
    Inscrit:
    5 Mars 2008
    Localité:
    Guipavas (près de Brest)
    Remise en route Toupie Chambon année 60
    Merci pour le reportage, je crois bien que j'ai exactement la même à l'atelier !
    Tu as la pédale de frein aussi ?
     
  5. Alex_T31

    Alex_T31 Ouvrier

    Messages:
    372
    Inscrit:
    21 Novembre 2015
    Localité:
    Agen
    Remise en route Toupie Chambon année 60
    Ahaha la question qui fache !
    Helas non elle n'y était pas quand je l'ai prise, j'ai bien cherché, j'ai pas trouvé. Je vais devoir m'en faire une.
     
  6. Alex_T31

    Alex_T31 Ouvrier

    Messages:
    372
    Inscrit:
    21 Novembre 2015
    Localité:
    Agen
    Remise en route Toupie Chambon année 60
    J'ai finit de remonter le gros de la toupie, me voici donc avec quelques photos.

    Bon bien sûr je n'ai pas toutes les étape mais en gros :

    En 1er : remontage des 2 roulements du haut avec les rondelles ondulées ressorts . On met le tout dans le fourreau et on sert l'écrou SKF pour bien les mettre en fond.

    20170425_190643.jpg

    20170425_192911.jpg

    3 / remonter le roulement du bas, il y a d'abord un joint spi à cage métallique. Il est important de serrer l'écrou SKF afin d'être sûr d'avoir le roulement du bas à sa place. J'explique pourquoi un peu plus bas.

    20170425_191238.jpg 20170425_191243.jpg
    20170425_192630.jpg

    4/ on remonte les flasques avec les joints Spi


    20170425_192720.jpg
    20170425_192919.jpg 20170425_194353.jpg

    Mise en place du fourreau dans le bâti.

    1/ Elinguer le bâti.
    20170427_104830.jpg
    2/ Mettre le fourreau dessous avec ses poulies, c'est mieux, ça tourne et ça tient debout tout seul :D

    3/CALER le bâti assez haut. C'est le plus délicat, ici on voit pas trop mais je suis bien à 50 cm du sol facile. Le pose du bâti fut rude, surtout à cause de mon empilement pourri de poutre en I, mais ça l'a fait avec un peu de patience.

    20170427_111954.jpg
    4/ Elinguer le fourreau et le remonter tranquilement en le faisant passer dans les glissières, dans la vis et dans l'alésage supérieur.

    20170427_112511.jpg

    5/ Remettre en place le système de renvoi d'angle + écrou vis carré, remonter temporairement la manivelle et remonter le tout.

    20170427_120819.jpg

    20170427_120829.jpg

    6/ Rémonter le lardon de la glissière et le régler. Pour le réglage, serrage légers des vis de fixations du lardon, serrage à fond des vis de pression qui rattrapent le jeux au cul du lardon (donc désserage ici), et on déssere d'1/5 de tour. Pour le moment ça ira. L'idéal à mon avis c'est de caler un comparateur entre l'arbre et la table et de peaufiner le réglage de manière à avoir le moins de variations possible sur toute la course de montée / descente de l'arbre. Ou alors pour rattraper l'équerrage entre l'arbre et la table, ou les deux, je m'y suis pas penché encore.

    Voilà en gros, le reste c'est relativement simple.

    Concernant l'écrou SKF. Sur le moment je l'avais serré après avoir mit le roulement du bas. Du coup j'avais toujours de sales bruits une fois la machine branché moteur remonté ! J'ai corrigé ceci en me tournant une bague au diamètre de la bague intérieur du roulement du bas, calée entre la poulie et le roulement donc. Un bon serrage et le roulement est bien venu à sa position. L erésultat est une machine sans un pet de vibrations, même à 9000 tr/ mn ! Encore heureux vu le prix des roulements en celeron ....

    La suite : le système de frein !
     
  7. Alex_T31

    Alex_T31 Ouvrier

    Messages:
    372
    Inscrit:
    21 Novembre 2015
    Localité:
    Agen
    Remise en route Toupie Chambon année 60
    Donc, le frein.

    0/ perçage + lamage au centre du ferrodo pour le rivet Alu
    1/ collage du ferrodo à la néoprène dans un étau avec un bout de ferraille cylindrique afin d'épouser la forme au mieux (j'avais un diamètre 40 je crois).
    2/ Vite mettre le rivet alu tant que la néoprène tient, car cette matière, c'est pas si souple que ça et ça a tendance à vouloir reprendre sa position ! 20170428_140406.jpg 20170428_140410.jpg

    Mon rivet étant trop court, j'en ai remit un plus petit de l'autre côté afin qu'il s'écarte dans celui en Alu.

    20170428_140444.jpg 20170428_140735.jpg

    Le système de retour de la pédale : mon ressort ne donne pas assez de course, je dois m'en procurer un autre.
    20170428_140822.jpg 20170428_140957.jpg

    Soudure + reprise au tour du téton qui était trop court (et oui, j'avais trouvé l'ancien bout à l'intérieur du fourreau xD)
    20170428_150318.jpg

    Voilà rien de bien incroyables, mais bon, si ça peut aider, la suite bientôt avec la machine complète et l’entraîneur qui fait un bruit vraiment étrange !
     
  8. matocaz

    matocaz Compagnon

    Messages:
    991
    Inscrit:
    24 Janvier 2009
    Localité:
    Calvados
    Remise en route Toupie Chambon année 60
    Bonjour,
    L'essentiel est de partager ton aventure, (ou ta promenade!),:smt023
    Bonne continuation.
     
  9. Albusine

    Albusine Nouveau

    Messages:
    43
    Inscrit:
    18 Décembre 2016
    Remise en route Toupie Chambon année 60
    Bonjour,


    Haha je viens enfin de comprendre le fonctionnement du frein :lol:.
    C'est assez simple mais vraiment malin :7hus5: !

    Tu penses refaire la pédale de freinage ou te suffire d'une poignée sur la face avant ?
    Par curiosité, comment est le freinage avec ce système : doux, brutal, rapide, lent, bruyant ? Est-ce plus efficace qu'un frein moteur ?

    C'est vraiment un beau boulot.


    Cordialement,
    Paulin.
     
  10. Alex_T31

    Alex_T31 Ouvrier

    Messages:
    372
    Inscrit:
    21 Novembre 2015
    Localité:
    Agen
    Remise en route Toupie Chambon année 60
    Héhé heureusement que j'ai une chèvre à disposition quand même, sinon la machine serait hors service :(

    Et ouai le système de frein est tout simple ! Un pivot plus ressort de rappel avec un ferrodo en direct sur l'arbre . Il faut penser à regarder de temps en temps quand même histoire de se situer par rapport au rivet ...
    Pour la pédale, j'ai pas prit de photos, mais il y a un trou qui traverse l'axe de pivotement, et 2 taraudages à la perpendiculaire de ce trou pour bloquer la pédale. Il suffit de se tourner donc un axe, le rentrer dans le trou et le fixer avec 2 vis pointeau. Au bout de l'axe, une tôle pour y poser le pied et ça fonctionne.
    Après il n'y a pas de contacteur d'arrêt du moteur. Donc en gros on éteint la machine et on freine pour être sûr que ça tourne plus si on est amené à manipuler quelque chose autour de l'arbre.
    J'ai un pote qui s'est prit légèrement les doigts après avoir coupé le moteur, genre l'arbre tournait encore, rien de grave, mais ça l'a calmé :/ Le frein est juste là pour ça, arrêter net lorsqu'on coupe le moteur.
    Ducoup ça s'arrête en quelques secondes, 2 ou 3, c'est plutôt agréable à utiliser :)
     
  11. Albusine

    Albusine Nouveau

    Messages:
    43
    Inscrit:
    18 Décembre 2016
    Remise en route Toupie Chambon année 60
    Bonjour,


    Et en plus c'est efficace à l'usage ! 2 ou 3 secondes, c'est génial :). L'utilisation cumulé d'un moteur freiné, ceux avec une partie frein de l'autre côté du ventilateur, avec ce frein manuel en arrêt d'urgence doit être diaboliquement efficace ! 8-)

    Sur ma cacaouette, je prendrais un variateur de fréquence, au lieu de changer le moteur (tri) au profit d'un monophasé, principalement pour bénéficier de la résistance de freinage. Comme cela, même si un jour pour une raison X ou Y, je ou quelqu'un d'autre oublie la dangerosité de l'animal, le moteur sera automatiquement freiné après avoir couper son alimentation. Jouer la sécurité sur ce type de machine est indispensable :smt083.

    D'ailleurs sur ce point, prendre un variateur plus gros permet d'avoir une capacité de courant (dans la partie courant continu) plus grande et donc d'installer des résistances de freinage plus importante (résistance en ohm plus faible => plus de courant => plus de puissance absorbée) pour arrêter d'autant plus rapidement le portes-outils. Surtout avec les variateurs chinois dont les prix ne sont pas beaucoup plus important quand on monte en puissance.


    Cordialement,
    Paulin.
     
  12. Alex_T31

    Alex_T31 Ouvrier

    Messages:
    372
    Inscrit:
    21 Novembre 2015
    Localité:
    Agen
    Remise en route Toupie Chambon année 60
    Bonsoir, je reviens vers vous car je me retrouve avec encore un sifflement très aigu vraiment violent, j'aimerai savoir comment corriger cela sachant que j'ai inspecté quelques pistes.

    Déjà, je me souviens qu'au début ça me le faisait. J'avais corrigé tout cela en mettant de la graisse en haut et en bas, mais vraiment beaucoup de graisse, à tel point que la rotation devenait plutôt dure. Ça pénait au démarrage, mais après une bonne minute ça redevenait tendre sous la main ^^

    Je rajoute que j'ai bien prit soin, au remontage, de bien graisser chaque roulement, bien à l'intérieur des chemins de roulement en faisant tourner etc .. Mais il semblerait que ça ne suffise pas.

    Là je suis sur la question du rodage, qui apparemment se fait sur les roulements de précision. Ici se sont des cages céleron gorges profondes + jeu C3 , donc ça fait quand même pas mal de jeu pour de la précision.
    Le bruit vient à mon avis du roulement du bas, car c'est vraiment très très chaud à la main, à peine tenable, après 15 minutes de fonctionnement à vide, à 6000 tr/mn.

    Bon j'ai plus de graisse j'irai en prendre demain, mais il en restait vraiment pas mal à l'intérieur du logement (j'ai démonté le flasque afin de voir si c'était sec ou pas ..).
    Donc j'aimerai vos avis, car à part remettre de la graisse comme un salaud, et faire tourner à vide, puis en remettre dés que le bruit revient, etc etc je vois pas trop quoi faire.


    PS : j'ai remarqué une chose en enlevant le flasque du bas + poulie. Je bloque l'arbre en rotation, avec mes 2 doigts, j'arrive à faire tourner dans le vide la cage + billes ensembles, sans faire tourner les bagues int ou ext. Je suspecte vraiment que le sifflement vienne de ça. Est-ce normal ?

    Merci
     
  13. Albusine

    Albusine Nouveau

    Messages:
    43
    Inscrit:
    18 Décembre 2016
    Remise en route Toupie Chambon année 60
    Bonjour,


    Tu as peut-être deux problèmes distincts :

    D'une part le sifflement. J'ai eu une phase Hi-Fi dans laquelle j'ai fait mes propres enceintes et il y a bien fallu que j’apprenne les bases. Si c'était un bruit purement mécanique, tu devrais avoir une fréquence grave : moteur 50hz avec démultiplication de 1 à 6 selon le montage donc tu devrais avoir des sons de 50 à 300 hz => on est très loin des aigus ou de sifflements.

    Ce qui provoque des bruits aigus sur les machines à bois est le cisaillement de l'air. Dans le cas d'une dégauchisseuse, l'air suit l'arbre porte outils et se retrouve cisaillé à chaque fois que l'espace porte-outils <=> tables est réduit, cad au passage des fers. C'est le moment où la section d'air qui peut passer est très fortement réduite. C'est pour éviter les sifflements en découlant que l'on a produit des tables "crantées". La baisse de la section est bien moins importante et cela fait nettement moins de bruit !

    Ici une image de machine robland : [​IMG]

    Je pense que tu as ce problème avec l'ouverture au niveau du frein. L'air est happé dans le tout petit interstice entre la broche et son logement.

    Il faudrait qu'un autre possesseur puisse te confirmer que ce bruit est bien présent tout le temps.

    Si le problème vient bien de là, le plus simple serait d'installer un système de brosse (comme un balai) pour empêcher l'air de suivre l'arbre.


    D'autre part le roulement. J'ai eu le même genre d'inquiétude que toi sur ce point. J'ai finalement suivi les recommandations de mon grand-père :
    - machine à bois = pas besoin de précision => jeux large
    - si roulement de précision ou étanche = rodage le temps que le roulement se "face" => donc je roulement force puis chauffe, la graisse se fluidifie, elle protège moins le roulement de l'usure, le roulement s'use en se "faisant" et par miracle plus il se "fera" moins il y aura de résistance moins il chauffera et plus la graisse restera visqueuse et préviendra l'usure .... :smileyvieux:

    J'ai eu du mal à y croire quand il m'a raconté cela ... mais dans la boite où il était, c'était comme cela et les roulements neufs étaient montés le vendredi et se rodaient tout le WE (à vide) avec le service de gardiennage qui venait jeter un oeuil de temps en temps :lol:.

    Depuis j'ai bien moins d'inquiétude :smt003.


    Cordialement,
    Paulin.
     
Chargement...

Partager cette page