Projet en cours ... Grandes dimensions : Elle bouge !

  • Auteur de la discussion Lezard
  • Date de début
V
vres
Compagnon
J'avais au départ choisi un filtre pour une longueur mini d'impulsion de 9.6us (52Kpps), et j'ai du passer à 4.8us (104Kpps) au moment où j'ai activé le DoubleStep : comme les signaux étaient devenus plus courts, plus rien ne passait le filtre et les moteurs ne bougeaient plus.
En désactivant le filtre aujourd'hui pour faire un essai, il semble donc bien que les moteurs reçoivent des signaux parasites...
J'ai fait réaliser les câbles de signal par une boîte spécialisée, pour éviter les problèmes éventuels qui auraient pu venir de la "qualité" de mes connections, je pars donc de l'idée que les câbles eux-même sont OK.

Il me semble que les drivers acceptent jusqu'à 500kpps.
Si ce n'est pas indiscret on peut avoir une photo du câblage et un schéma ?
 
V
vres
Compagnon
Sinon, j'étais tellement content de voir ma bécane marcher à nouveau à peu près comme prévu que je me suis laissé emporter par l'enthousiasme, jusqu'à finir par casser ma 1ère petite fraise en étant un peu trop agressif

Du moment que la machine n'a pas souffert ... :siffle:
 
L
Lezard
Ouvrier
>Il me semble que les drivers acceptent jusqu'à 500kpps.

Je crois qu'ils peuvent aller plus haut, mais pour l'instant, je suis sur l'entrée 'low-speed' en mode 'open-collector', donc limité à 200 Kpps.

478852


J'avais donc choisi la valeur de filtre qui éliminerait tout ce qui était plus rapide que les impulsions générées par la CN, selon le tableau ci-dessous :
478853


> Si ce n'est pas indiscret on peut avoir une photo du câblage et un schéma ?
Pas de problème, quelles seraient les photos les plus utiles ? Je les ferai demain, et j'en profiterai aussi pour terminer/mettre à jour les schémas concernés....
 
E
el patenteux
Compagnon
Faut pas exagérer,en 10 ans j'ai casser 3 fraises.
Mon fournisseur de fraises spécialisées recommande fortement de changer le collet de la broche lorsque ca arrive.
Aussi de le remplacer tout les 500 heures.
 
L
Lezard
Ouvrier
Bonsoir,

J'ai fait encore qq essais en mode DoubleStep, mais cela ne marche pas, j'ai toujours une perte de signaux. Je vais donc laisser tomber cela pour l'instant, et me "contenter" d'une vitesse max de 200 mm/s. En désactivant DoubleStep, les drives reçoivent exactement le compte de pulses attendu pour un déplacement donné, et reviennent aussi exactement à leur position de départ.

J'ai ré-essayé aussi de supprimer les filtres d'entrée des signaux step/dir pour voir, et bizarrement je n'ai pas eu le même phénomène (moteurs qui bougent tous seuls) qu'hier. Mystère... Hier, mon voisin, avec qui je partage la ligne électrique, faisait de la soudure au MIG. Est-ce que cela peut être une explication ?
Quoi qu'il en soit, j'ai remis en place les filtres.

J'ai aussi fini de mettre à la masse le blindage des câbles de puissance des servos et de la broche, dans l'armoire. Dans la photo ci-dessous, c'est le jonc d'alu au bas de l'armoire, vissé sur la plaque de fond qui est à la masse. Les blindages sont aussi à la masse côté moteurs.
20190605_191518.jpg


Le cablage n'est pas top, il y notamment pas mal de petits cables qui se baladent autour des interfaces de connexion des drives. J'ai utilisé ces interfaces (en vert) au départ car c'est bien pratique pour tester des branchements facilement, mais c'est plutôt encombrant. Il existe aussi des connecteurs à vis que l'on peut monter directement sur les sorties CN1 des drives, je passerai peut-être à cela plus tard.
Le PC est pour l'instant hors de l'armoire, d'oû le câble d'alim., de connection // et d'alim USB qui se baladent, et ajoutent un côté "pittoresque" :oops: à la chose.

On voit aussi la petite BOB basique utilisée pour l'instant. J'ai ajouté un relais en dessous pour commander les ENABLE des drives en 24v

@CNCSERV : toutes les commandes sont en 24v, sauf les signaux Step/Dir qui sortent de la BOB en 5v, et restent en 5v jusqu'à l'entrée des drives.

20190605_191530.jpg


Il y a encore un peu de boulot : ajouter un sectionneur général, sortir les 2 boutons (un reset et un autre qui permet de shunter la boucle qui détecte les fins de course, alarmes drives etc... afin de permettre de reprendre la main sur la CN)
J'ai un petit bornier sur le chassis de la machine, où arrivent tous les fins de course, home, ARU etc... ce qui m'a permis de tout passer dans un seul gros cable pour faire la liaison armoire<->machine. Ce cable arrive dans la goulotte en haut à droite, sur le bornier de l'armoire.

Il y a aussi un relais de sécurité qui fait sauter les relais de puissance des axes et de la broche en cas d'ARU. Les relais en bleu servent à commander la pompe de refroidissement de la broche, le frein du moteur Z etc...

20190605_191537.jpg
 
Dernière édition:
V
vres
Compagnon
Je ne pense pas que ta carte soit en collecteur ouvert, mais plutôt en sortie TTL.
Je prendrai plutôt le 0V en commun.
 
L
Lezard
Ouvrier
> Je prendrai plutôt le 0V en commun.
Est-ce que tu peux expliquer ?
 
V
vres
Compagnon
Tu passes 1 0V par driver et non un seul commun qui fait les 4 drivers.
 
V
vres
Compagnon
C'est des 74xx245 donc sorties TTL. Dans leur exemple il mettent le 5V en commun, moi je préfère quand c'est le 0V pour avoir le pulse sur un flanc montant. Normalement ça doit se configurer sur le pilotage.
 
V
vres
Compagnon
Le 75HC245 à une sortie proche de 5V mais si un circuit sort 4.5V et que le commun est à 5V, l'opto a déjà 0.5V à l'état non actif.
 
L
Lezard
Ouvrier
Bonjour, désolé pour l'interruption des programmes de mon côté, je viens de passer 2/3 jours sur la route.

@CNCSERV : Sur le bornier de la BOB, il y a 2 plots 5v, 1 "PC GND", et une borne pour chaque Step et Dir. Donc pour le moment j'ai mis le 5V en commun sur les entrées 43: Pulse et 36: Sign des 4 drives, et relié les 41: /Pulse et 37: /Sign aux bornes respectives de la BOB.

Tu veux dire que l'on pourrait mettre la borne GND de la BOB sur les entrées 41:/Pulse et 37:/Sign des 4 drives, et relier les 43: Pulse et 36: Sign des drives aux bornes respectives de la BOB ?

Tu passes 1 0V par driver et non un seul commun qui fait les 4 drivers.
Quelle est la différence entre /Solution A : mettre les entrées 41:/Pulse et 37:/Sign des 4 drives en cascade avec une seule liaison en bout sur la BOB, et /Solution B : tirer 4 liaisons directement entre la paire 41:/Pulse et 37:/Sign de chaque drive et la borne GND de la BOB ?

je préfère quand c'est le 0V pour avoir le pulse sur un flanc montant. Normalement ça doit se configurer sur le pilotage.
Dans la config de LinucCNC, on peut demander à inverser le sens d'un pin du parport. Est-ce à cela que tu fais référence ?

Sinon, le câblage actuel a l'air de bien fonctionner, tant que je n'essaie pas d'utiliser le DoubleStep : cela consiste à faire un reset de certains pins du parport à chaque cycle, pour éviter d'avoir à mettre un pin à 1 sur un cycle, et à 0 sur un deuxième cycle. On peut donc avec DoubleStep émettre un pulse pour chaque cycle, au lieu d'un pulse tous les 2 cycles (c'est du moins ce que j'en ai compris). Le problème c'est que visiblement cela bégaie un peu, et certains pulses sont perdus entre la CN et la réception par les drives. (Il pourrait y avoir aussi une inversion du Dir sur certains pulses, ce qui reviendrait à fausser le compte final, tel que je le vois sur le monitoring des drives, mais je ne vois pas pourquoi cela se passerait sur un mouvement dans une direction donnée)


Quelle amélioration pourrait-on attendre de cette inversion de la logique du câblage ?

Merci pour vos conseils !
 
L
Lezard
Ouvrier
Bonjour à tous,

Je réactive ce fil après de longs mois d'inactivité ici : la CNC fonctionne (presque) bien, et je songe maintenant à compléter/terminer la construction. Au menu :
- fabrication de 2 tables de travail :
- une grande table à dépression pour travailler en mode routeur
- une plus petite table à rainure pour le travail du métal
- graissage centralisé
- protection des glissières et VAB par des soufflets
- tête de fraisage A/B pour travailler en 5 axes, un jour, peut-être, si Dieu le veut :)

Sur le sujet du graissage, je voudrais mettre en place un système centralisé, pour graisser à intervalles réguliers les patins de guidage et la VAB, en mode automatique, régulièrement. L'idée est bien sûr de garder les éléments sensibles lubrifiés, mais aussi de limiter l'entrée de poussière en gardant toujours les patins bien chargés en huile. (Est-ce une si bonne idée ?) Cela me permettrait aussi de passer à l'étape Soufflets, qui rendront immanquablement les points de graissage actuels moins accessibles.

J'aimerais donc avoir des retours d'expérience sur ce sujet, qui a réalisé quoi, ce qui marche / ne marche pas etc... Par ex., je viens de voir sur la Bay ce genre de pompe de lubrifiant, est-ce que qq'un a utilisé ? fiabilité ?

Sinon, et pour montrer que la machine fonctionne vraiment (:wink:) des photos d'un moule réalisé dernièrement :
20200416_193721.jpg

20200421_211921.jpg


A bientôt vous lire,
Merci
 
G
gaston48
Compagnon
Sur le sujet du graissage, je voudrais mettre en place un système centralisé, pour graisser à intervalles réguliers les patins de guidage et la VAB, en mode automatique, régulièrement. L'idée est bien sûr de garder les éléments sensibles lubrifiés, mais aussi de limiter l'entrée de poussière en gardant toujours les patins bien chargés en huile. (Est-ce une si bonne idée ?) Cela me permettrait aussi de passer à l'étape Soufflets, qui rendront immanquablement les points de graissage actuels moins accessibles.

J'aimerais donc avoir des retours d'expérience sur ce sujet, qui a réalisé quoi, ce qui marche / ne marche pas etc... Par ex., je viens de voir sur la Bay ce genre de pompe de lubrifiant, est-ce que qq'un a utilisé ? fiabilité ?
La difficulté dans un graissage centralisé est de délivrer la bonne quantité d'huile aux bons endroits et quand il le faut.
A partir d'une seule pompe et une distribution en étoile, tu peux être en présence de perte de charge très variable
sans précaution tout peut partir à un seul endroit
la première solution est d'équilibrer les pertes de charge en insérant des restricteurs avec l’inconvénient, avec le
temps, qu'ils se bouchent...
l'autre solution est d’insérer des pompes relais. Ce sont des seringues à la capacité prédéfinie dont le piston est
propulsé par un ressort, plus quelques valves. Concrètement la pompe principale charge très rapidement toutes
les seringues à saturation, puis se coupe ensuite chaque seringue va délivrer sa dose tranquillement au rythme
qu'elle veut en fonction des pertes de charge en aval.
Concernant la périodicité, tu as tous les X temps ou tu as après une certaine distance parcourue par les axes
ou le premier axe qui a parcouru telle distance.
 
L
Lezard
Ouvrier
Bonjour @gaston48,

La difficulté dans un graissage centralisé est de délivrer la bonne quantité d'huile aux bons endroits .... l'autre solution est d’insérer des pompes relais. Ce sont des seringues à la capacité prédéfinie dont le piston est propulsé par un ressort, plus quelques valves.
J'ai trouvé sur le Net des espèces de distributeurs à tiroirs (par ex. SKF SPVS) qui envoient une quantité controlée de lubrifiant sur chacune de leurs sorties à tour de rôle, est-ce de cela dont tu parles ?

Je commence à voir que le sujet est plus complexe que ce que j'avais imaginé de prime abord. En résumé, ce que j'aimerais faire : avoir une lubrification centralisée automatique pour :
- les 12 blocs des guidages linéaires des axes X, Y et Z, tous équipés de graisseurs filetés M6x0.75
- l’écrou de la VAB du Z et les roulements à chaque bout de la vis : pas de graisseurs pour l'instant, je pense donc ajouter des perçages/taraudages M6x100 standards
- les 3 pignons ( 2 pour X, 1 pour Y) des crémaillères, qui tournent à l'air libre.

Pour la distribution, je nage : je vois différents types de composants :
- distributeurs progressifs : si j'ai bien compris, on configure le distributeur voulu en combinant N éléments, avec le choix pour chacun d'un certains volume distribué à chaque cycle
- des doseurs volumétriques qui se montent en bout de ligne et ont chacun leur réglage individuel
- des 'injecteurs réglables'
Ces 3 types de composants ont l'air de faire plus ou moins la même chose, mais je me doute bien que cela ne doit pas être exactement le cas. Comment choisir ?
 
Dernière édition:
L
Lezard
Ouvrier
Bonjour,

Merci @Djviper16 , je viens de parcourir les messages traitant du graissage sur ton fil, ce que j'en retiens, c'est la nécessité d'avoir bien une unité de distributeur par point de graissage.
Bravo pour ta machine :supz:, réalisation impressionante, je suis loin d'être à ce niveau de technicité
 
Djviper16
Djviper16
Compagnon
ce que j'en retiens, c'est la nécessité d'avoir bien une unité de distributeur par point de graissage.
Oui sinon tu as un point qui fait entrée d'air, et l'autre ou ça coule...
Merci, la tienne aussi (réalisation :lol: ) est impressionnante par sa taille surtout.
 
E
el patenteux
Compagnon
Pourquoi ne pas mettre une petite selenoidvalve par point de lubrification et partir une séquence qui les fait un par un?
 
L
Lezard
Ouvrier
Bonjour,

Pourquoi ne pas mettre une petite selenoidvalve par point de lubrification et partir une séquence qui les fait un par un?
C'est peut-être possible, mais cela parait plus complexe. Il faudrait garder tout le système sous pression tout le temps, et ouvrir les points de graissage à la demande ? Je n'ai pas encore vu de système de ce type, je pense que la pratique doit être de se caler plus ou moins sur les points à graisser le plus fréquemment, et accepter un peu de perte de lubrifiant sur les autres.
 
E
el patenteux
Compagnon
Déja de centraliser les axes individuellement c'est déja pas mal,as-t-ont vraiment besoin d'automatiser?
 
L
Lezard
Ouvrier
as-t-ont vraiment besoin d'automatiser?
C'est sûr que ce n'est pas indispensable d'automatiser, on peut se contenter de centraliser les points de graissage. L'avantage principal que j'y vois, c'est de pouvoir ensuite 'planquer' les graisseurs derrière les soufflets de protection anti-poussière sans avoir de problème d'accès par la suite.
Maintenant, une fois que cette étape est franchie, il est quand même bien tentant d'ajouter une pompe et d'éviter les oublis... ou les coups de fatigue ! J'ai déjà fait des usinages qui ont duré plusieurs heures, une lubrification automatique prend aussi tout son sens dans ces cas-là je crois.
 
Djviper16
Djviper16
Compagnon
J'ai acheté une petite pompe automatique chinoise, qui fonctionne très bien.
Il y a cependant un inconvénient, c'est qu'elle injecte de l'huile toute les x minutes, que la machine soit en mouvement ou non.
C'est à dire que si la machine est allumée mais que tu ne t'en sers pas la pompe injecte quand même.
Perso il n'est pas rare que je laisse ma machine en "veille", par exemple lorsque je vais manger, ou lorsque je fais une pièce importante qui dure plusieurs jours et que je ne veux pas perdre mes origines pièce.
Un copain a refait entièrement la carte électronique avec un arduino pour que le comptage ne soit actif que lorsque la broche tourne.
Sinon je serais parti sur une lubrification centralisée mais avec une pompe manuelle.
 
L
Lezard
Ouvrier
si la machine est allumée mais que tu ne t'en sers pas la pompe injecte quand même.
On doit pouvoir solutionner ça assez simplement, par ex. en ajoutant un relais qui pourrait être commandé soit indépendamment, soit couplé à la M/A de la broche. Dans ce cas, la pompe fonctionnerait selon sa tempo intégrée, mais seulement si la broche est ON. Je suis sous LinuxCNC, je suis sûr que l'on doit pouvoir trouver une solution adaptée.
 
Djviper16
Djviper16
Compagnon
On doit pouvoir solutionner ça assez simplement, par ex. en ajoutant un relais qui pourrait être commandé soit indépendamment, soit couplé à la M/A de la broche. Dans ce cas, la pompe fonctionnerait selon sa tempo intégrée, mais seulement si la broche est ON. Je suis sous LinuxCNC, je suis sûr que l'on doit pouvoir trouver une solution adaptée.
Sauf que si tu programmes la pompe pour injecter de l'huile disons toutes les 6h et que tu l'éteins au bout de 5h30, quand tu vas la rallumer le compteur va repartir de 0.
C'est pour ça que mon pote m'a refait carrément toute la carte. Même si on éteint la pompe (ou coupure de courant), il y a détection de la perte d'alimentation et un super condensateur continue d'alimenter l'arduino le temps d'enregistrer la valeur, et quand on rallume ça repart où ça en était.
 
L
Lezard
Ouvrier
quand tu vas la rallumer le compteur va repartir de 0.
C'est pas faux. Il faudrait donc voir s'il est possible d'incrémenter un compteur dans LinuxCNC, qui serait enregistré et pourrait donc être relu à la mise en route de la machine... A voir. Sinon, ta solution à base d'Arduino a l'air bien, ce serait peut-être l'occasion pour moi de faire un premier projet Arduino.
Je vais d'abord me concentrer sur la mise en place du système par lui-même, et je verrai ensuite les moyens d'améliorer la commande, en gardant toutes ces idées sous le coude.

Dans tous les cas, ce sera mieux que le graissage...irrégulier pour le moins :hum: que j'applique pour le moment !
 

Sujets similaires

3
Réponses
4
Affichages
1 767
3catsmouillés
3
tooof
Réponses
29
Affichages
1 101
jerome42000
J
Haut