Futur atelier de plastik

Plastik

Ouvrier
13 Juin 2016
336
Toulouse, France
Il n'y aura pas de sous-sol, la pente du terrain est trop faible pour que ca se fasse facilement.
Par contre il y aura bien un vide sanitaire sous la maison, mais je ne sais pas encore si il sera également sous l'atelier et le garage.

La rochelle, a priori je suis parti pour faire le plafond suffisamment haut pour en faire une. Donc pour l'instant c'est prévu!
 

Moi37

Compagnon
9 Novembre 2007
623
Tours
Bonjour, si j'avais du terrain, je me lancerais bien dans l'aventure. J'avais déjà étudié une construction indépendante, mais le peu de surface libre n'est pas compatible. De plus, une cave creusée par l'ancien proprio à l'encontre de tout bon sens coure sous quasi toute cette superficie.... Inconcevable de construire dessus à moins de la combler....

J'avais retenu quelques points clés:

Une surface plus modeste de l'ordre de 25m2, une toiture plate pour optimiser tout le volume et pour permettre une hauteur sous plafond intéressante, à savoir 3 à 3,50m afin d'intégrer deux solides IPN pour prévoir un palan sur rail.

Question électricité, j'envisageais le passage au 380 tri, pour la partie habitation, la distribution toute récente a été refaite avec beaucoup de marge sur les longueurs de fils et la répartition du tableau pensée pour cette modification au vu de faciliter l'équilibrage des phases, là où ça coince (un peu) c'est qu'il faut un abonnement avec fort ampérage pour faire tourner le gros électro 220V, il y a bien la solution plus facile, mais coûteuse à l'usage d'un abonnement tri juste pour l'atelier, tout en restant mono pour l'habitation et là, c'est le financier de la maison qui bloque. Pour pallier à ça l'option variateur n'est pas à écarter.
Pour la distribution de mon actuelle zone de travail, j'avais commencer à faire une distribution à la "domestique" avec des prises disposées comme à la maison. J'ai finalement abandonné ce principe, trop pénible à modifier en fonction des "migrations" des machines. Donc maintenant, tout coure en apparent sous tubes à la limite du plafond et je fais descendre mes repiquages.

C'est une bonne idée de penser ça dès la construction en l'intégrant à l'habitation. On regroupe l'atelier et l'habitat sur le permis, on creuse et coule les fondations en même temps et on construit tout ensemble, gage d'une cohésion sérieuse plutôt que d'accoler à l'existant, toujours source de défauts dus au travail toujours différent d'un bâtiment par rapport à l'autre. De même bien intégré au reste de la maison, ça ouvre un potentiel d'augmentation de la surface donnant une vraie plus-value.

Champimatic parle, à raison, des fenêtres. Il a raison, de la lumière, de la lumière, de la lumière!!!!! Y'en a rarement de trop. Par contre en nocturne, elles ne servent plus à rien et devront de toute façon être secondées par un confortable éclairage général.

Tu parles de travail bois et métal, les deux activités diffèrent pas mal.
Le bois imposant une espace propre afin d'éviter toute souillure ou vieille huile crado, de plus ça génère de la poussière qu'il faut bien filtrer afin de ne pas pourrir les machines pour métal qui, elles, n'apprécie pas cette poussière piège à humidité et qui se complaisent plutôt dans le gras.
 

Moi37

Compagnon
9 Novembre 2007
623
Tours
Oui, ça se fait, fréquemment même, ça veut aussi souvent dire recommencer à tout remuer sur le terrain et de devoir refaire les abords de la maison aussi. Si l'extension est sur l'arrière, ou proche limite propriété, l'accès peut être plus compliqué après coup et destructeur pour la belle pelouse.
Sûr aussi que lancer une construction est pour tout le monde déjà assez "coûteux" et que l'intégration d'un atelier n'est pas à la portée de tous. Cependant, question coût, c'est moins cher de le prévoir dès le début tant que les engins ainsi que les artisans sont là. Une telle pièce de plus ne nécessite presque que le gros oeuvre.
Une option intermédiaire est aussi possible, à savoir prévoir les fondations (voire la dalle qui servirait provisoirement de terrasse) de cet atelier et ne bâtir dessus qu'après-coup histoire de limiter les travaux lourds.
Nous avions un temps envisager de changer de maison et lançant notre propre construction et c'est ce que j'avais retenu. La partie atelier aurait eu de forte chance d'être typée ossature bois, pour le côté "chantier propre" et par son mode de construction abordable avec mes compétences.
Après chacun voit selon ses possibilités, j'en conviens, notre ami a l'air d'avoir intégré son futur atelier dans son financement puisque cet atelier est prévue entre maison et garage et c'est vraiment tant mieux pour lui. Perso j'aurais choisi l'inverse surtout si ces deux pièces communiquent par portes de service avec la maison histoire d'éviter de distribuer copeaux et poussières un coup dans la voiture, un coup dans le salon.
 

Fred69

Compagnon
2 Décembre 2008
3 898
F-69 sud-ouest Lyon
... pour le côté "chantier propre" ...
On peut aussi construire en agglo de béton ou en bloc de béton cellulaire, ce n'est pas plus compliqué. Seul la réalisation des enduits est fastidieuse.
Pour le fonctionnement du bâtiment ce sont le plan de masse, l'orientation et les accès qui sont déterminant.
Chez moi les machines à bois c'est dehors, donc gestion de la poussière résolue.
Fred
 

Moi37

Compagnon
9 Novembre 2007
623
Tours
Allez, après j'arrête....
Pour "l'électrique", j'en ai profité quand j'ai remanié l'électricité de la maison pour faire un coffret de protection dédié à l'atelier seul et situé dans celui-ci.Il protège la totalité de celui-ci exception faite de l'éclairage au plafond. Ainsi quand je quitte MON espace, je coupe toute l'alimentation directement au tableau, je n'ai plus d'inquiétude à savoir si j'ai bien coupé ceci ou cela et lorsque je suis trop gourmand, je ne fais plus disjoncter que l'atelier, Madame râle ainsi beaucoup moins. (Sauf pour la lumière que j'oublie quasi systématiquement.....)
 

Plastik

Ouvrier
13 Juin 2016
336
Toulouse, France
J'ai un peu avancé, sur le sujet.
J'ai fait rajouter un velux sur les plans, je pense mettre une double porte intérieure entre garage et l'atelier pour pouvoir faire entrer les grosse machines par le garage et sans avoir de seuil a franchir.
Dans l'atelier en lui même il y aura aussi un accès vers l'extérieur mais qui donne sur l'arrière du terrain. J'ai pas encore vraiment décidé comment sera cet accès: porte simple, baie vitré, porte de garage, a voir...
Pour l'electricité , je n'en suis pas encore là mais je prévois effectivement d'avoir une ligne séparé qui me permettra de tout couper en même temps.
 

gégé62

Compagnon
26 Février 2013
2 456
Harnes (Pas de Calais)
Pour le prix du triphasé:
Le tri n'est pas plus cher que le mono à puissance donnée. Le problème est que si on passe en tri, il faut en général s'abonner pour une puissance supérieure, sinon on est très limité en intensité maximale, et les appareils puissants en mono (four, lave-linge, lave-vaisselle) vont faire disjoncter l'installation. Exemple pour 9 kW, en 230V cela autorise 40A, on peut (à la limite) les utiliser tous en même temps. La même puissance en tri : 13 A, ce qui ne permet pas, en principe, plus de 2860W entre le neutre et l'une des phases.

En résumé, ce que coûte le triphasé, c'est, en supposant que le tri arrive déjà en limite de propriété, au compteur :
- le déplacement du préposé ERDF (80€ je crois) pour les nouveaux paramètres d'abonnement
- le surcoût d'abonnement, par exemple environ 120/150€ par an pour avoir 15kW au lieu de 9 kW. C'est mon cas actuellement.
Il est préférable aussi d'équilibrer les phases entre ces gros appareils, ce qui peut engendrer des travaux.
 

Plastik

Ouvrier
13 Juin 2016
336
Toulouse, France
Merci beacucoup gégé pour ces "precisions précises" ! Je comprend maintenant mieux la raison de l'écart de prix.

Je reviens sur le sujet de la résistance du sol à la charge, a priori, l'atelier sera sur vide sanitaire avec de base la meme résistance que celle prévu pour un garage (cad qui peut accueillir une voiture sans probleme) .
Je me dit que c'est déja relativement confortable et suffisant pour y rentrer sans trop me poser de question des "petites" machine (jusqu'a 500kg environ)

Si je veut aller plus loin et rentrer du plus gros, typiquement 2-3t, il va falloir que je regarde de plus près et très probablement que je fasse renforcer la dalle.
Est-ce que certains d'entre vous connaissent les critères qui sont habituellement utiliser dans un atelier? J'imagine qu'il doit y avoir une charge admissible en kg par m².
 

cr-_-

Compagnon
29 Septembre 2009
747
FR-31 Plaisance du touch
Bonjour,

de mémoire une dalle "garage" c'est 500kg/m2 contre une "habitation" à 250kg/m2, les grosses machines ne prennent pas qu'un m2 un bouzin de 2T il lui faut bien ses 4m2 donc ça passe, par contre il ne va pas falloir trop tasser tout ça,

Après il y a toujours la possibilité de demander une résistance à 750kg/m2 ou plus mais ça risque d'alourdir la facture
Une autre solution est peut être de réduire la portée des poutres du hourdis au lieu d'avoir 6m tu fais monter un mur dessous à 3m et là tu devrais pouvoir bien charger le sol
 

Plastik

Ouvrier
13 Juin 2016
336
Toulouse, France
ok du coup, si on repart sur ton exemple d'une machine de 2t sur 4m² cela veut dire qu'on est pile à la limite de la charge admissible (500 * 4)?
La dalle "standard" parrait donc un peu juste, d'autant plus que l'hypothèse des 4m² de la machine me parait plutot optimiste.
Je viens de regarder par exemple pour une fraiseuse schaublin 53N: 2t1 pour une emprunte au sol de 1.93x1.56 = 3m²..
 

testi

Ouvrier
15 Janvier 2014
274
Deux-Sèvres & Correze
le pont roulant c'est royal si tu peux le prévoir d'origine ...
à défaut prévoir une fixation costaude pour une future potence (poutre béton armé verticale dans un mur et reprise sur les chainages avec des tiges filetées en place), ça coûte pas trop cher et ton dos te dira merci un jour !