Finition et cotes

YvesP
Compagnon
14 Novembre 2012
1 471
89150 Jouy
  • Auteur de la discussion
  • #1
Bonjour

Aujourd'hui j'aimerais aborder avec vous une phase importante de la fabrication d'une pièce. Je veux parler de sa finition et de comment ou plutôt de quand atteindre la cote finale. Quand je parle de cote finale je veux parler de sa cote quelque soit la marge de tolérance acceptée et donc ne parler que de la cote à atteindre.

Pour que cela soit plus parlant je prendrais comme exemple le simple cubage d'un parallélépipède rectangle ayant pour cotes finales

Exemple.jpg


Imaginons que plusieurs phases d'usinage doivent êtres faites après le cubage de la pièce. Cela veut dire que cette pièce devra être sérrée plusieurs fois dans divers étaux et risque d'en prendre la marque.
Pour éviter cela je laisse 2 ou 3/10 sur les cotes finales extérieurspour faire une petite passe de finission une fois la pièce achevée. Mais cela veut aussi dire que ma pièce est plus grande durant toutes les phases d'usinage etdonc que cela doit être pris en conpte pour chaque phase (pour les perçage notament) les perçages peuvent ne pas être pile à leur place à cause de cette surcote et cette surcote doit êtreprise en compte pour chaque ytaçage et pointage. Il faut aussi se rappeller quelle est la surface de référence qui a servi au traçage pour que cette surcote soit enlevée sur les bons cotés.

Bien sur cela rend chaque opération plus délicate quelles ne le sont réellement et bien sur peuvent entrainer certaines erreurs dramatiques sur la cote finale.

Donc quelle méthode me conseillez vous ?
Usiner à la cote sans me soucier des marques que les différentes opérations suivantes peubent générer ou faire comme je viens de l'expliquer mais en restant tres prudent ?

Merci pour vos réponses

Cdlt
Yves
 
moufy55
Modérateur
23 Novembre 2010
3 033
FR-55 Sud-Meusien
:smt039 Yves,

Moi, pour cette pièce, je cube toutes les faces du brut jusqu’à obtenir les cotes finales et parallèles de 50x70x30
Puis, je la remets à plat pour faire les perçages et, alésage.

Si la pièce m’impose de laisser une surcote, ce qui est rare, je prends un diviseur simple qui m’arrange pour déduire, ou souvent +0,10
 
YvesP
Compagnon
14 Novembre 2012
1 471
89150 Jouy
  • Auteur de la discussion
  • #3
Merci pour cette réponse Rémy

L'avantage avec ta méthode c'est que le plus souvent 1/10 reste dans la cote de tolérance et que même si le serrage de la pièce a généré des marques il y a encore 5/100 de chaque coté qui peuvent encore être enlevé sans grand risque. Le tout est de savoir quelle est la tolérance du centre des perçages. Mais ta réponse est déjà une bonne piste

Merci

Cdlt
Yves
 
Dodore
Compagnon
27 Octobre 2008
13 070
F-69400 villefranche sur saone
Comme @moufy55 je fais le prisme aux cotes puis les perçages
Je n’ai jamais vu une pièce marquée par les mors , sauf si on ne prends aucune précaution au montage
Si par hazard il faut faire des opérations , genre trempe et rectification apres le perçage
On fait une nouvelle cotation de la pièce en cours d’usinage pour pouvoir obtenir la pièce finale. c’est , dans ce cas le travaille du préparateur dans la gamme d’usinage qui fait de nouveaux plans avec des nouvelles cotes pour tenir compte de ces contraintes
 
moufy55
Modérateur
23 Novembre 2010
3 033
FR-55 Sud-Meusien
Si la pièce est marquée par les mors, c’est que tu as monté un étau d’établi, sur ta fraiseuse :mrgreen:

En fait, la difficulté et donc la question est ailleurs, ce que tu veux, je le veux aussi:
C’est comment être sûr que ma fraise usine à 70,00, si je rentre 0->70,00 sur ma visu ou verniers.
C’est de suite moins simple... :wink:
 
YvesP
Compagnon
14 Novembre 2012
1 471
89150 Jouy
  • Auteur de la discussion
  • #6
En faite comme vous le faites remarquer ce que je veux c'est une pièce aux cotes
Je n'ai pas de "préparateur" et je dois tout faire par moi même mais les pièces marquées j'en ai pas mal sans pour autant monter un étau d'établi. Il est vrai que cela arrive plus fréquemment sur mon tour. Les mors 'durs ont des espèces de griffes sur leurs surfaces de serrages qui laissent invariablement des marques sur la pièce.

Mors.jpg



Alors je monte des feuilles de laiton de 3/10 entre chaque mors et la pièce mais du coup j'ai toujour peu que la pièce flambe a cause de ce type de montage.
 
rabotnuc
Compagnon
16 Avril 2008
3 989
fr-50cherbourg
bonjour,
en principe les mors lisses (mors fixe serré) garantissent la répétabilité du positionnement, ce qui ne peut être obtenu avec des mors qui marquent. Hormis le pb des marquesn, ton systeme oblige à faire 2 fois un cubage précis, avec en plus le risque (la certitude?) de décaler le positionnement des perçages. Donc même avis que Mouffy, le pb reste la prise d'origine quand on mesure une cote. La visu, une fois prise les origines, règle normalement le pb, à condition de ne pas deplacer la pièce.
 
damy
Compagnon
3 Mai 2011
1 478
le Vexin
En conventionnel ou en Cn ?
en conventionnel il faut créer le cubage a la cote et ensuite perçage (donc plusieurs maniement)
en Cn , sur le brut prévoir une surepaisseur sur la cote de 30 ex(un debit de 55*75*40)
serrer ce débit en étau fermement en laissant dépasser de " 33 a 34 mm"
créer l'origine ,surfaçage face dessus,contournage extérieur 50*70 sur une hauteur de 32 (attention aux mors de l'étau),pointage ,perçage.
le tous sans démonter et se dérégler.Ensuite retourner la pièce et retirer le talon en assurant la cote de 30 .:-D
 
g0b
Compagnon
20 Janvier 2014
1 194
Plutot que de te torturer l'esprit à laisser des surépaisseurs (qu'il faudra bien de toute facon finir par usiner... donc ton problème de marques de bridage ne fait qu'être reporté !), il faut mieux faire en sorte de ne pas laisser de traces de bridage. Dans un étau (en fraisage), ca veut dire bien nettoyer l'étau (si il y a un copeau entre le mors et la pièce, c'est marque assurée), en tournage (ou prise en mandrin sur plateau tournant en fraisage), aussi bien sur, on nettoie soigneusement les mors, et si la matière est tendre (alu), idéalement, tu te prends une seule fois sur le brut sans démonter ta pièce, comme ca tu n'as plus qu'un tronconnage/dressage à faire pour finir la pièce (ce qui est plus facile à réaliser sans marquer la pièce car tu peux intercaler une protection entre les mors et la pièce sans pb de précision. sinon, mors doux ou montage avec un mandrin à pince, ou... Mais en général, y'a toujours un moyen de s'en sortir :)
 
Dodore
Compagnon
27 Octobre 2008
13 070
F-69400 villefranche sur saone
Je comprend bien que tu n’ai pas de préparateur sous la main pour te faire une gamme
Mais tu changes de casquette et tu te nommes « préparateur » et tu fais une gamme avec des cotes d’usinage intermédiaire (avec tolérances) pour assurer les cotes finales

Pour le tour effectivement il y a deux solutions pour ne pas marquer la pièce
Soit de la faire en totalité .... attention... sans démonter , et de tronçonner
Soit d’utiliser des mors doux (plusieurs discussions dans le forum)
 
Dernière édition:
serge 91
Lexique
18 Février 2010
5 112
FR-91 Brétigny sur Orge
De toute façon, la "finition" exige d'avoir une (ou plusieurs) surfaces de référence "définitives". Et donc protégées de tout marquage.
Dans le cas de ton dessin, soit deux faces, soit deux trous.
Dans le cas de ta photo (fort différent)soit trous de centre, soit "cylindre" et mors doux ou "virtuel" (axe du tour en mors durs)
 
joumpy
Compagnon
8 Octobre 2009
1 390
38: Grenoble
Il y a souvent plusieurs façons de procéder...
Par exemple, si tu laisse de la surép, tu peux finir en rectif aussi.
La bonne gamme d'usinage, c'est celle qui te permet de faire le maximum de pièces dans la journée.
Donc si la fraiseuse CN est utilisée sur une pièce avec un temps d'usinage long, tu passes sur fraiseuse conventionnelle et rectif.
Evidemment, le lendemain, la fraiseuse CN est dispo et la bonne gamme d'usinage n'est plus la même.
Il faut aussi l'info qui te permet de faire une pièce seulement le lendemain pour optimiser l'utilisation des machines.
Pas simple les gammes et l'ordonnancement!
 
yvon29
Compagnon
31 Juillet 2012
2 982
FR-77250 Fontainebleau
Bonjour

Pour les mors durs de tour, c'est supposé serrer di brut, ou un cylindre ébauché
Trois bouts de tôle de pref métal mou, alu, cuivreux....

Pour la pièce avec trois trous
Usiner une face
faire des points de centre
Percer tarauder les 3
Boulonner sur une plaque ( par ex un bout d' étiré plat )
Visser le bloc en interposant un grande rondelle à chaque vis
Fixer ça sur la table
Usinage des 5 faces

Reprendre la pièce en mandrin,
Percer/ alésage des trois trous
Si besoin palper au pepita le point de centre fait auparavant et que tu auras fait plus grand que le taraudage....

Si sous les rondelles ça a fait des marques, mets une feuille de carton entre les rondelles et la pièce....
 

Dernières discussions

Haut