Historique DUFOUR

T

TRD

Compagnon
Un début d'article trouvé sur le net.

En fait, c'est le début de la fin de Dufour le célèbre fabricant de fraiseuses.

"
Le dépôt de bilan de l'entreprise Dufour illustre les difficultés d'une firme contrainte d'innover dans des conditions périlleuses

" G. Dufour, machines-outils " : une vaste usine en briques rouges boulevard Chanzy à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Derrière la façade proprette, un peu rétro, 25 000 mètres carrés d'ateliers silencieux. L'entreprise a déposé son bilan le 15 juillet. La veille, les sept cents salariés - dont plus de la moitié sont des immigrés - s'étaient mis en grève parce qu'ils n'avaient pas touché la paie du 30 juin. Ils ont reçu leur lettre de licenciement vers le 1er août.
Depuis lors, des équipes de syndicalistes de la C.G.T. et de la C.F.D.T. se relaient jour et nuit pour occuper les locaux.

Par JEAN BENOIT. Publié le 12 août 1980 à 00h00 - Mis à jour le 12 août 1980 à 00h00
Temps deLecture 7 min.
Article réservé aux abonnés
Étrange destin que celui de cette affaire familiale fondée il y a plus d'un demi-siècle par Gaston Dufour - humble artisan devenu, par ses propres moyens, un important industriel. " Avec le vieux Dufour, expliquent les ouvriers, c'était pas la joie, parce que c'était un patron du dix-neuvième siècle, mais l'usine marchait bien. "
Dans les années 60 - celles de l'expansion - Gaston Dufour n'arrivait pas à répondre aux commandes. Il fabriquait alors uniquement des fraiseuses classiques, le tout-venant des machines-outils. Une caractéristique de l'entreprise : les stocks représentent - lourd handicap dans la période actuelle - jusqu'à neuf mois du chiffre d'affaires annuel, contre une moyenne de quatre à cinq mois dans les autres usines de machines - outils. " Pas rentable, Dufour ? Mais on a tenu le coup jusqu'il y a cinq ans ! ", s'écrie M. Yves Tanguy, le délégué syndical C.G.T.
La concurrence allemande et japonaise, mais surtout l'apparition de la crise, en 1974, causent les premières difficultés. Le bilan accuse une perte d'environ 1 million de francs en 1976, 3,5 millions de francs en 1977, 3 millions de francs en 1978, année où la société prend cependant une importante participation (près de 50 %) dans une fonderie de la Sarthe : l'usine Fatz, une centaine d'ouvriers, à La Ferté-Bernard, elle-même en déficit cumulé de 7,5 millions de francs de 1976 à 1979.
Un atout : la " machine éternelle "
Il y a deux ans, le " vieux " meurt à la tâche. Son fils, M. André Dufour, reprend les rênes, entouré de cadres qui, pour la plupart, sont sortis du rang. Grand, maigre et sanguin, les cheveux taillés en brosse, le nouveau patron est un homme énergique et ambitieux, doublé d'un excellent technicien. Il n'entend nullement laisser taxer son entreprise de " canard boiteux ", à l'heure où s'opèrent de profonds bouleversements dans le secteur de la machine-outil frappé par les restructurations. En parfaite convergence avec les consignes du ministre de l'industrie, où l'on prône l'innovation technologique, il crée de toutes pièces, avec un bureau d'études squelettique, une fraiseuse " à banc fixe ", la T-7000. C'est une énorme machine qui peut supporter des pièces d'acier d'un volume d'un mètre cube et pesant jusqu'à cinq tonnes. Au contraire des fraiseuses à console bâties sur un pied, la fraiseuse à banc fixe repose entièrement sur le sol, ce qui accroît la stabilité de l'ensemble : les techniciens de Dufour l'appellent " la machine éternelle ". Autre atout : la fraiseuse est couplée avec un ordinateur qui, une fois programmé, commande toutes les opérations, effectuées à l'aide d'un change-outils automatique, sans intervention humaine, et avec une précision d'usinage de sept microns (sept millièmes de millimètres), chiffre assez fantastique que l'on espère porter à cinq microns, loin devant les machines étrangères du même type.
 
T

TRD

Compagnon
En fait, Romain l’avait peut-être deviné, j’ai trouvé ça en cherchant l’histoire de la société Vernier a La Trinité.

Je voudrai eclaircir cette histoire de FV3S gravee 1998 qui m’a autant surpris que lui. Tout ce que j’ai pu etablir, article de presse à l’appui, c’est que Vernier existait encore en 1994. Et n’existe probablement plus de nos jours (2019) puisque Syderic Cazeneuve commercialise des pièces détachées.

Si quelqu’un a des infos, je prends.

Je serai bientot a la retraite. Peut-être l’occasion d’aller faire une descente chez Cazeneuve. C’est a 30 km de chez moi.

J’ai travaillé 20 ans en face, chez Calor. Et je n’ai jamais eu le temps de traverser la rue.


:francai:
 
Dernière édition par un modérateur:
F

FB29

Rédacteur
Bonjour,

Par chance les bâtiments existent toujours (en 2018, date de la photo) :-D ...

Sans titre.png


Vue aérienne montrant l'ensemble des bâtiments:

Sans titre.jpg


Cordialement,
FB29
 
Y

yvon29

Compagnon
Bonjour

Les quelques groupes restants arriveront sans doute à tenir, à la limite en s'agglomerant entre eux...

À Moret, ici, il y avait les Zinno, comprendre les Innovations Mécaniques...
Il n'en reste rien... si ce n'est une rue au nom fondateur dans le lotissement où se trouvaient l'usine....

Mon beau-père a commencé au sablage , en a fini en 98 , cadre à la gestion des rechanges. Ilse souvient encore des « tranches » de numéros des plans....
Bon, à la fin, ça avait changé deux fois de nom....

Il a plein d'anecdotes, mais pas une photo ni publications, pub etc,.. et quand je demande, personne n'en a...

Il faut absolument préserver l'histoire de telles sociétés qui ont été un partie du coeur historique des villes ( bon Moret_Loing_&_Orvanne est une ville médiévale, mais quand même !)
 
D

Dimitwi

Nouveau
Bien triste article ... et quel dommage d'avoir perdu tout ces savoirs en mécanique...
 
R

Romain 63

Compagnon
Bonjour, ca me fait penser a GSP a Chateaudun, une friche industrielle qui va de main en main pour cause de dépolution couteuse..

J'ai quelques photos
 
L

la bricole 76

Compagnon
bonjour

après visionnage de la vidéo c'est triste cette friche ..

ont pense aux ouvriers ainsi qu'aux fondateurs qui ont mis tant de sueur et pour certains une vie complète de labeur

c'est dommage

et c'est hélas pas la seule
 
Dernière édition:
R

rabotnuc

Compagnon
bonjour,
On ne peut que regretter ces fermetures d'entreprises, mais il est très difficile de durer et de s'adapter.
Moi, ce qui m'attriste encore plus c'est que Dufour, comme Ernault, Somua, Alcera , gambin, vernier(fraiseuse) n'apparaissent même pas dans la liste Lathes.co, qui est un peu un site de référence, ça sent l'oubli en douceur. Si on pouvait fournir un historique de chacune de ces marques, peut-être cet "oubli" pourrait être réparé?
cdt
Etienne
 
V

vieuxfraiseur

Compagnon
:smt039 bonjour,
j'avais passé pour CAP sur une G.Dufour sans automatique...

 
F

FTX

Compagnon
Bonjour

Toujours passionnant les histoires d'industrie. Je me trompe si je dis que toutes les marques de machine outils mortes sont celle qui n'ont pas démarré le passage à l'air numérique assez tôt.

Ftx
 
V

Vaucansson

Nouveau
Bonjour,

Je vous fais part de quelques éléments un peu épars recueillis de droite et gauche. Bien sûr cela est incomplet, mais si cela vous met sur la voie d'autres infos à communique, nous sommes tous preneurs.

L'entrepris daterait de la fin des années 1920, mais je n'ai actuellement pas de preuve de la date d'existence avant sa mention dans l'annuaire industriel de 1938 comme fournisseur de machines-outils et d'étaux, aux 137 et 139 bd Chanzy à Montreuil-sous-Bois (cf Gallica). Je n'ai pas vraiment cherché pour l'instant à remonter plus loin.

Selon le catalogue 1942 des fabrications du comité d'organisation chargé de l'industrie des machines-outils, Gaston ne fabrique à cette date que des fraiseuses à console à commande à main et à broche horizontale (table de 520*155). Il travaille également sur un prototype de machine à broche verticale. Elle ne produit aucune machine à commande automatique.

En 1950, Gaston Dufour est une SARL au capital de 100.000 F.

En 1951, selon une source de la Direction des Industries mécaniques et électrique, le personnel de l'usine de Montreuil fait, en 1951, partie des sites dont le personnel peut être maintenu à son poste en cas de guerre. Cela concerne 150 personnes. Je ne sais pas si cela correspond à la totalité des effectifs de l'entrepris ou uniquement le (ou une partie du) personnel technique.

Selon une statistique de 1957 transmise par le syndicats des constructeurs de MO, Gaston DUFOUR est le premier fabricant français de fraiseuses avec 667 fraiseuses produites (soit 1122 tonnes). Les 2 suivants sont SAVIEM (ex SOMUA) et L'Alsacienne avec respectivement 510 machines (1023 T.) et 253 machines (949 T.) Au travers de ces chiffres , on voit, ce qui ne surprendra personne ici, que DUFOUR réalisait plutôt de petites machines et que l'Alsacienne était spécialisé sur de gros modèles.

Dans le cadre du Plan Méca, Gaston DUFOUR était pressentie par les pouvoirs publics pour constituer avec Vernier et GSP l'un des deux pôles qui devaient se charger de la fabrication des centres d'usinages. Cela ne s'est pas fait, souvent parce que les entreprises elles-mêmes ne l'ont pas acceptée.

Le 15 juillet 1980, la société Fraiseuse Gaston Dufour S . A . R . L ., fabrication de machines.outils et la société des établissements Gaston Dufour S . A . R. L,., bureau d'études et de recherches, gestion financière, occupaient au total 682 salariés, déposent leur bilan.
Par jugement en date du 16 juillet 1980, le tribunal de commerce de Paris a prononcé leur mise en règlement judiciaire. Les salariés des deux sociétés ont été liciencés par le syndic le 30 juillet et le montant des salaires et des indemnités de licenciment et de congés payés a été réglé par le fonds national de garantie de salaires. Le tribunal de commerce a ordonné une expertise pour apprécier les facteurs de productivité de cette entreprise en vue de sa reprise éventuelle par un tiers. (extrait de la réponse du gouvernement au député à l'assemblée nationale M. Paul Quilés, le 08 novembre 1980). Cette faillite serait consécutive aux études engagées pour la mise au point de la fraiseuse T-7000.

Alain

PS) Il a existé une société Dufour industrie, créée en 1981, au 70 rue des soins à Montreuil. Je pense qu'il y a un lien entre les deux sociétés mais je ne sais pas lequel. En 1982, le directeur développement de cette dernière était André Renard.
 
G

Gaston Dufour

Nouveau
Bonjour à tous!
je viens de découvrir ce que ce blog écrit, de faux, sur l'historique des fraiseuses de mon grand père Gaston,Dufour.
il existe 1 source fiable, la seule, où vous trouverez tout l historique, dans les faits, aux GREFFES
des chambres de commerce et de l industrie.
puisque cette histoire vous passionne, alors écrivez des des informations justes.
j'ai également envoyé un mail à : inventaire-patrimoine@iledefrance.fr dans ce sens.

merci pour lui!
 
O

osiver

Compagnon
Je ne comprends pas pourquoi vous êtes autant remonté.
S'il y a des éléments faux, puisque vous êtes apparemment aux premières loges pour connaître la vérité, allez-y, corrigez.

De plus, les aspects juridiques de l'histoire de l'entreprise ne sont peut-être pas les plus passionnants pour nous, par contre si vous avez des informations techniques sur la conception, la production, les projets de Dufour, là on prend ! 8-)
 
B

Bricoleur_69

Compagnon
Bonjour

Toujours passionnant les histoires d'industrie. Je me trompe si je dis que toutes les marques de machine outils mortes sont celle qui n'ont pas démarré le passage à l'air numérique assez tôt.

Ftx

Un petit bémol tout de même assez tôt peut être mais j'ai eu la première commande numérique Dufour en 1979 équipée du directeur Feutrier.
Puis passer sur Num 750 F lorsque l'on a été foudroyé dans les fin année 80 . Je crois que c'était sur une base De Dufour 264 (ou plutot 624 mais c'est loin ) mais il faudrait que je retrouve des Photos . Je ne vous dis pas le coût de l'achat pour un Lycée Technique à l'époque .
Ni de son avenir après 1999.
 
Dernière édition:
M

Marc le Gaulois

Compagnon
Je vais peut-être dire des conneries, mais une, je dit bien, UNE! des conneries, n'est t'elle pas de ne plus faire gravir des échelons aux "petit qui entre dans une entreprise? exemple, commencer comme sableur et finir en haut du podium , ce directeur de Renault qui avait commencé a l'établie, ce chauffeur d'entreprise finissant chef du personnels dans une boite de plusieurs centaines de bonhomme.
Je sais , il y en a qui diront d'un air moqueur "oui! on sait! tu l'a déja dit! avant s’était mieux" n'empêche que!!maintenant tu entre comme petit, tu repart comme petit , aucun responsable ne veut voir la valeur du type, ils veulent un max de gars payé au smic , a qui ils torpillent le courage et n'en vois que par les diplômes (je n'ai pas dit que les diplômes ne servaient a rien :smileyvieux:) seulement ,a l'école on apprend pas a remarquer un gars qui bosse bien et qui fera un bon chef dans quelque année, on apprend pas non plus a aimer sa boite, a dire bonjour aux manœuvres, a donner des primes aux plus méritant etcetc.
Ah si! on leur a appris a faire des annonces d'embauche , du genre" cherche smicard, très motivé " et aussi des lettres de licenciement:sad:
avant quand tu allait bouffer avec ton commis, dans le resto, personne ne pouvait dire qui était le supérieur , tellement ils étaient simple , maintenant ça bombe le torse ," et moi!moi! mes gars , bla bla bla" (oui ! c'est bon! on t'a entendu, c'est toi le chef, pauv c....:lol:.
Donc! de l'humain? ce serait de con?:shock:
Je vais y aller de ma petite phrase de vieux con "oui! s'était bien mieux avant, mais comme je vais bientôt mourir, plus de témoins de cette vie"
Et on te donnera des miettes camarade, ou comme j'ai vu en Inde , un petit gâteau dans un papier alu de marque Pims (véridique) tout ça parce que s'était l'ouvrier du mois:smileyvieux:le gars a dit merci et son p... de patron est remonté dans son beau 4x4.
En attendant toute les boites qui se casse la gueule, c'est rarement la faute du patron qui a fondé cette boite car souvent ils savent ce qu'est un homme de valeur.
Mais ce n'est que mon avis bien sur et je comprend très bien qu'un jeune de 20 , 40, ou même 50 voient les choses différemment, puisqu'ils n'ont pas connu la période "s était mieux avant" :lol:.
Merci a tous pour ce sujet et les très bonnes interventions plus instructive que la mienne.

Marcus
 
G

guy34

Compagnon
Avé , Marcus ,
tous les ouvriers du monde te comprennent ; et le monde passé avait les limites de leurs coins géographiques , évidemment sans cet ogre d'internet ..... ; le monde actuel doit se battre au mondial et les décideurs se décider par rapport aux concurrents , accessibles niveau prix immédiatement ; la viabilité des affaires est donc à ce prix , à moins de pouvoir imposer l'excellence et le luxe , et dans ce cas la valeur du prix est secondaire ( Ferrari , Vuitton , Porsche et j'en passe );
conclusion les banquiers sont aux manettes , et les jeunes sont " formatés " pour ; les ouvriers ? ah oui , il y en a encore ..... ils veulent quoi au juste ?????
pour un équilibre dans une boîte , il faudrait une partie technique prédominante du plus bas jusqu'au dirlo , et adossée la partie " affaires et fric " à qui on demande conseil .......
on tourne comme des toupies le pied enfoncé dans l'embrayage si on se prend le chou dans ces histoires .....
A+++++
 
M

Marc le Gaulois

Compagnon
Je ne comprends pas pourquoi vous êtes autant remonté.
S'il y a des éléments faux, puisque vous êtes apparemment aux premières loges pour connaître la vérité, allez-y, corrigez.

De plus, les aspects juridiques de l'histoire de l'entreprise ne sont peut-être pas les plus passionnants pour nous, par contre si vous avez des informations techniques sur la conception, la production, les projets de Dufour, là on prend ! 8-)
Il n'a pas l'air si remonté que ça, :wink: Si il y a eu, une ou plusieurs interventions fausses, ce n'est pas la faute forcement de celui qui les a donné, il a eu le mérite de faire des recherches .
Maintenant ce cher Gaston a le droit de nous éclairer , ce serait bien:)
J'ai trouvé plein de fausse information sur ma "boite" sur un forum, et là ce n'était que 100 % de connerie lancé par un vrais je sais tout, et là! mon Marcus , il était remonté:smt076et 8 ans après je le suis encore:smt077 donc, il y a remonté et remonté (a la Marcus)

Marcus
 
L

la bricole 76

Compagnon
bonjour

c'est bien dommage pour la fin de cette entreprise
si vous avez des infos fiables
il serait très sympa de les partager avec passionnés que nous sommes de l'histoire de DUFOUR
nombreux sont parmi nous a avoir travaillés ou fait leurs apprentissages sur ces machines
et beaucoup en ont sauvé de la destruction
c'est un patrimoine industriel
bien sur ce n'est pas une cathédrale ou un chateau
mais ces machines on fait partie de l'industrie française et mondiale

merci de nous éclairé sur cette entreprise
 
Q

Quoidautre

Nouveau
J'ai bien connu les faiseuses Dufour pour avoir passé tous mes examens sur cette machine, je me souviens qu'on se bousculait pour prendre une Dufour lors des examens car elle était de maniement très facile .
Puis 15 ans après je suis devenu fournisseur dans 3 domaines, les tarauds, les fraises-meres et surtout les arbres longs porte-fraises fabriqués à St Etienne.
De toute ma carrière commerciale (45 ans) c'est la seule société où l'acheteur avait interdiction de recevoir les représentants.
J'avais le droit une fois par an d'être reçu par le directeur technique. Les contacts avec l'acheteur ne se faisaient que par téléphone et courrier. J'ai travaillé avec Dufour de 1975 jusqu'à sa fermeture.
 
M

MIC_83

Compagnon
Bonojur à tous et toutes,
Je vais peut-être dire des conneries, mais une, je dit bien, UNE! des conneries, n'est t'elle pas de ne plus faire gravir des échelons aux "petit qui entre dans une entreprise? exemple, commencer comme sableur et finir en haut du podium , ce directeur de Renault qui avait commencé a l'établie, ce chauffeur d'entreprise finissant chef du personnels dans une boite de plusieurs centaines de bonhomme.
Je sais , il y en a qui diront d'un air moqueur "oui! on sait! tu l'a déja dit! avant s’était mieux" n'empêche que!!maintenant tu entre comme petit, tu repart comme petit , aucun responsable ne veut voir la valeur du type, ils veulent un max de gars payé au smic , a qui ils torpillent le courage et n'en vois que par les diplômes (je n'ai pas dit que les diplômes ne servaient a rien :smileyvieux:) seulement ,a l'école on apprend pas a remarquer un gars qui bosse bien et qui fera un bon chef dans quelque année, on apprend pas non plus a aimer sa boite, a dire bonjour aux manœuvres, a donner des primes aux plus méritant etcetc.
Marcus
Marcus, ça s'appelle l'évolution ou un cap a été fixé à une époque (1980) pour prioriser le "tertiaire" avec un "dédain" affiché pour le travail manuel pendant des dizaines d'années, avec le déclin de l'industrie lourde et des pans complet dans différents secteurs anéantis (textile, chantiers naval, métallurgie/sidérurgie, chaudronnerie, Machines-outils ...).

De nos jours un bon ouvrier reste un bon ouvrier car il devient difficile de le remplacer, pour un chef c'est beaucoup moins vrais. :-D

Néanmoins, la tendance commence à s'inverser car on manque cruellement de main d’œuvre hyper qualifiée dans pas mal de secteurs et les salaires redeviennent attractif mais voilà, quid de la formation pour "palier" à ces manques, vu le niveau scolaire guère reluisant et les sommes englouties dans la formation pour adulte, ou il y règne un grand n'importe quoi !

L'âge d'or est terminé, la concurrence déloyale est accepté et acté, même en automatisant au maximum un process on n'arrivera jamais dans ce pays aux prix pratiqués par la Chine ou tout est planifié pour anéantir la concurrence sur le long terme !

Avé, Marcus . :-D
J''espère que l'on ne sera plus là pour voir ça.
Bonne préparation pour les fêtes à venir dans ce contexte de merde ou nous nous trouvons avec cette pandémie.

Bien cordialement
Michel
 
M

Marc le Gaulois

Compagnon
:smt022 :smt022 :smt022 :smt022 :smt022 :smt022 :smt022 :smt022 :smt022 :smt022
Bonne préparation de fêtes itou:sad:.
Cordialement :).

Marcus
 
V

Vapomill

Compagnon
Salut !
Un souvenir concernant Dufour :
On est en 1981 ou1982 et j'écoute France-Inter.
La radio annonce que les banques ont refusé d'avancer les fonds pour produire la grosse fraiseuse CN
Pour la première fois tout le monde a fait la grève sur le tas du patron aux ouvriers en passant par l'encadrement.
Je ne sais plus d'où je tiens que les banques espéraient une juteuse opération immobilière, mais que la famille a toujours refusé de vendre.
Peut-être que notre ami Gaston Dufour pourrait nous en dire plus, mais il se peut qu'il soit contraint de rester discret.
En tous cas, la casse de notre industrie mécanique a bel et bien été décrétée par nos chers énarques !
A l'Allemagne l'industrie, à la France l'agriculture et le tertiaire...
Cordialement, Bertrand
 
J

JJL57

Ouvrier
Bonjour
Je ne pourrai pas vous apporter beaucoup d'eau a votre moulin.
Par contre aux alentours de l'année 1965 j'avai un professeur d'atelier au LTE de Champigny/marne qui avait noué des contacts avec des entreprises pour nous les faire visiter. J'ai eu ce privilège entre autres de visiter l'usine de Montreuil.
Après la visite MR Dufour est venu saluer notre professeur et nous parler de son entreprise et de ses objectifs. A cette époque l'usine tournait à plein régime.
Ce qui était spectaculaire pour nous c'était les tailleuses d'engrenages, les brocheuses, toutes ces machines que nous avions pas dans les écoles parce que trop coûteuses.
Je me souviens aussi de l'atelier peinture ou les gens faisaient un vrai travail de carrossier, à poncer les mastic et les apprêts. Nous avions vus trop de choses en une apres midi pour garder suffisamment de souvenirs précis. Dommage que les smartphone n'existaient pas à l'époque.
 
L

la bricole 76

Compagnon
bonjour pas de nouvelles infos sur la société
 

Sujets similaires

U
Réponses
2
Affichages
9 803
phil21
phil21
coco du 01
Général Dufour F50
Réponses
6
Affichages
4 718
coco du 01
coco du 01
L
Réponses
4
Affichages
12 289
KITE
R
Réponses
17
Affichages
5 762
copeaudacier
C
A
Réponses
15
Affichages
9 061
tournele
tournele
P
Réponses
20
Affichages
12 478
Paulctx
P
P
Réponses
81
Affichages
14 101
Alex31
A
Florian 46
Général DUFOUR F59
Réponses
28
Affichages
24 167
laboureau
laboureau
olivier311
Réponses
0
Affichages
9 649
olivier311
olivier311
B
Général DUFOUR 21T
Réponses
8
Affichages
7 714
bricoleur13
B
vax
Réponses
11
Affichages
3 248
vax
J
Réponses
11
Affichages
5 191
Castor24
Castor24
Père-Pendiculaire
Réponses
11
Affichages
3 682
Père-Pendiculaire
Père-Pendiculaire
B
Réponses
28
Affichages
2 133
hazet
H
Haut