Advertisements

Historique DUFOUR

TRD
TRD
Compagnon
13 Février 2010
854
Rhône Alpes
  • Auteur de la discussion
  • #1
Un début d'article trouvé sur le net.

En fait, c'est le début de la fin de Dufour le célèbre fabricant de fraiseuses.

"
Le dépôt de bilan de l'entreprise Dufour illustre les difficultés d'une firme contrainte d'innover dans des conditions périlleuses

" G. Dufour, machines-outils " : une vaste usine en briques rouges boulevard Chanzy à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Derrière la façade proprette, un peu rétro, 25 000 mètres carrés d'ateliers silencieux. L'entreprise a déposé son bilan le 15 juillet. La veille, les sept cents salariés - dont plus de la moitié sont des immigrés - s'étaient mis en grève parce qu'ils n'avaient pas touché la paie du 30 juin. Ils ont reçu leur lettre de licenciement vers le 1er août.
Depuis lors, des équipes de syndicalistes de la C.G.T. et de la C.F.D.T. se relaient jour et nuit pour occuper les locaux.

Par JEAN BENOIT. Publié le 12 août 1980 à 00h00 - Mis à jour le 12 août 1980 à 00h00
Temps deLecture 7 min.
Article réservé aux abonnés
Étrange destin que celui de cette affaire familiale fondée il y a plus d'un demi-siècle par Gaston Dufour - humble artisan devenu, par ses propres moyens, un important industriel. " Avec le vieux Dufour, expliquent les ouvriers, c'était pas la joie, parce que c'était un patron du dix-neuvième siècle, mais l'usine marchait bien. "
Dans les années 60 - celles de l'expansion - Gaston Dufour n'arrivait pas à répondre aux commandes. Il fabriquait alors uniquement des fraiseuses classiques, le tout-venant des machines-outils. Une caractéristique de l'entreprise : les stocks représentent - lourd handicap dans la période actuelle - jusqu'à neuf mois du chiffre d'affaires annuel, contre une moyenne de quatre à cinq mois dans les autres usines de machines - outils. " Pas rentable, Dufour ? Mais on a tenu le coup jusqu'il y a cinq ans ! ", s'écrie M. Yves Tanguy, le délégué syndical C.G.T.
La concurrence allemande et japonaise, mais surtout l'apparition de la crise, en 1974, causent les premières difficultés. Le bilan accuse une perte d'environ 1 million de francs en 1976, 3,5 millions de francs en 1977, 3 millions de francs en 1978, année où la société prend cependant une importante participation (près de 50 %) dans une fonderie de la Sarthe : l'usine Fatz, une centaine d'ouvriers, à La Ferté-Bernard, elle-même en déficit cumulé de 7,5 millions de francs de 1976 à 1979.
Un atout : la " machine éternelle "
Il y a deux ans, le " vieux " meurt à la tâche. Son fils, M. André Dufour, reprend les rênes, entouré de cadres qui, pour la plupart, sont sortis du rang. Grand, maigre et sanguin, les cheveux taillés en brosse, le nouveau patron est un homme énergique et ambitieux, doublé d'un excellent technicien. Il n'entend nullement laisser taxer son entreprise de " canard boiteux ", à l'heure où s'opèrent de profonds bouleversements dans le secteur de la machine-outil frappé par les restructurations. En parfaite convergence avec les consignes du ministre de l'industrie, où l'on prône l'innovation technologique, il crée de toutes pièces, avec un bureau d'études squelettique, une fraiseuse " à banc fixe ", la T-7000. C'est une énorme machine qui peut supporter des pièces d'acier d'un volume d'un mètre cube et pesant jusqu'à cinq tonnes. Au contraire des fraiseuses à console bâties sur un pied, la fraiseuse à banc fixe repose entièrement sur le sol, ce qui accroît la stabilité de l'ensemble : les techniciens de Dufour l'appellent " la machine éternelle ". Autre atout : la fraiseuse est couplée avec un ordinateur qui, une fois programmé, commande toutes les opérations, effectuées à l'aide d'un change-outils automatique, sans intervention humaine, et avec une précision d'usinage de sept microns (sept millièmes de millimètres), chiffre assez fantastique que l'on espère porter à cinq microns, loin devant les machines étrangères du même type.
 
Advertisements
TRD
TRD
Compagnon
13 Février 2010
854
Rhône Alpes
  • Auteur de la discussion
  • #4
En fait, Romain l’avait peut-être deviné, j’ai trouvé ça en cherchant l’histoire de la société Vernier a La Trinité.

Je voudrai eclaircir cette histoire de FV3S gravee 1998 qui m’a autant surpris que lui. Tout ce que j’ai pu etablir, article de presse à l’appui, c’est que Vernier existait encore en 1994. Et n’existe probablement plus de nos jours (2019) puisque Syderic Cazeneuve commercialise des pièces détachées.

Si quelqu’un a des infos, je prends.

Je serai bientot a la retraite. Peut-être l’occasion d’aller faire une descente chez Cazeneuve. C’est a 30 km de chez moi.

J’ai travaillé 20 ans en face, chez Calor. Et je n’ai jamais eu le temps de traverser la rue.


:francai:
 
Dernière édition par un modérateur:
yvon29
yvon29
Compagnon
31 Juillet 2012
3 258
FR-77250 Fontainebleau
Bonjour

Les quelques groupes restants arriveront sans doute à tenir, à la limite en s'agglomerant entre eux...

À Moret, ici, il y avait les Zinno, comprendre les Innovations Mécaniques...
Il n'en reste rien... si ce n'est une rue au nom fondateur dans le lotissement où se trouvaient l'usine....

Mon beau-père a commencé au sablage , en a fini en 98 , cadre à la gestion des rechanges. Ilse souvient encore des « tranches » de numéros des plans....
Bon, à la fin, ça avait changé deux fois de nom....

Il a plein d'anecdotes, mais pas une photo ni publications, pub etc,.. et quand je demande, personne n'en a...

Il faut absolument préserver l'histoire de telles sociétés qui ont été un partie du coeur historique des villes ( bon Moret_Loing_&_Orvanne est une ville médiévale, mais quand même !)
 
Romain 63
Romain 63
Compagnon
23 Avril 2013
1 284
FR-28 Perche
Bonjour, ca me fait penser a GSP a Chateaudun, une friche industrielle qui va de main en main pour cause de dépolution couteuse..

J'ai quelques photos
 
la bricole 76
la bricole 76
Compagnon
21 Août 2014
1 543
76 bord de mer entre terre et mer
bonjour

après visionnage de la vidéo c'est triste cette friche ..

ont pense aux ouvriers ainsi qu'aux fondateurs qui ont mis tant de sueur et pour certains une vie complète de labeur

c'est dommage

et c'est hélas pas la seule
 
Dernière édition:
R
rabotnuc
Compagnon
16 Avril 2008
4 292
fr-50cherbourg
bonjour,
On ne peut que regretter ces fermetures d'entreprises, mais il est très difficile de durer et de s'adapter.
Moi, ce qui m'attriste encore plus c'est que Dufour, comme Ernault, Somua, Alcera , gambin, vernier(fraiseuse) n'apparaissent même pas dans la liste Lathes.co, qui est un peu un site de référence, ça sent l'oubli en douceur. Si on pouvait fournir un historique de chacune de ces marques, peut-être cet "oubli" pourrait être réparé?
cdt
Etienne
 
F
FTX
Compagnon
14 Mai 2008
796
Bonjour

Toujours passionnant les histoires d'industrie. Je me trompe si je dis que toutes les marques de machine outils mortes sont celle qui n'ont pas démarré le passage à l'air numérique assez tôt.

Ftx
 
Advertisements
Haut