1. Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.

Tournage d'un vilebrequin

Discussion dans 'Tournage' créé par YvesP, 23 Septembre 2014.

  1. YvesP

    YvesP Compagnon

    Messages:
    872
    Inscrit:
    14 Novembre 2012
    Localité:
    Paris
    Tournage d'un vilebrequin
    Bonjour

    Je suis actuellement en train de tourner un vilebrequin pour un moteur V8

    J'ai commencé par percer des centres aux deux extrémités d'in rond d'acier à l'argent un peu plus long que la teille finale.
    J'ai ensuite placé ce barreau entre deux pointes.
    Il y avait 3/100 de mal-rond au comparateur
    J'ai donc descendu le barreau à la cote est rattrapé ce mal-rond.
    Je suis actuellement a 1/100 entre la mesure prise au comparateur au plus prés de la poupée fixe et celle au plus prés de la poupée mobile.
    Je suppose que je ne suis pas mal et que ce centième correspond à la tolérance de mon tour.
    J'ai tracé toutes les dimensions de palier et autres mesures mais voila je suis bloqué car je dois faire deux décentrages pour tourner les palier.
    Je dois donc percer deux autres trous de centrage de chaque coté et c'est bien la que je suis bloqué.

    Vilo 1.JPG

    Ces trous doit doivent être face à face deux par deux et positionnés sur un meme axe.

    Je vais donc vois ire comment je compte faire et vous me direz si ma méthode vous semble bonne ou pas et si vous en connaissez une meilleure.

    1/ Je vais commencer par démonter le barreau du tour et enlever le Toc
    Je suppose que je ne prends aucun risque en otant le toc je retrouverais mes centres sans probleme ?
    Je suppose par contre il est important au moment de remonter mon barreau sur le tour de le remettre dans le même sens pour ne pas accentuer le 1/100 de mal-rond ?

    2/ Je vais fixer mon barreau sur deux Vés sur le marbre et tracer un diamètre a chaque extrémité
    C'est entre autre une de mes craintes, le risque étant de ne pas passer exactement par le centre
    Comment vous y prendriez vous ?

    Vilo 2.JPG

    Je compte tangenter mon trusquin sur l’extrémité de mon barreau Faire mon zéro et de descendre le trusquin de la valeur du rayon. de mon barreau.
    Mais ensuite comment tracer les nouveaux centres ?
    En effet pour tracer ces nouveau centres je dois faire faire au barreau une rotation de 90°
    Comment vous y prendriez vous ?

    Merci pour votre aide

    Pour ceux que cela i nteresse, voila une photo du carter que je dois encore polir

    Carter 1.JPG

    Cdlt
    Yves
     
  2. ilfaitvraimentbeau

    ilfaitvraimentbeau Compagnon

    Messages:
    7 521
    Inscrit:
    20 Novembre 2007
    Localité:
    Près de Rouen
    Tournage d'un vilebrequin
    Re: Tournage d'un vilbrequin

    acier à l'argent ! je connais l'acier au plomb, mais à l'argent ! tu es bien riche ! :wink:
    je pense qu'il s'agit de la traduction de silver steel, autrement dit de l'acier au chrome, 100 C 6 genre stub...
     
  3. nanarddranan

    nanarddranan Apprenti

    Messages:
    79
    Inscrit:
    28 Mai 2011
    Localité:
    59
    Tournage d'un vilebrequin
    Re: Tournage d'un vilbrequin

    Bonjour YvesP,
    Je ne peux pas malheureusement te conseiller, mais je vais suivre, avec beaucoup d'impatience, l'évolution de ta construction, je vois que c'est déjà bien parti.
    Bravo et continue.
    Bernard.
     
  4. YvesP

    YvesP Compagnon

    Messages:
    872
    Inscrit:
    14 Novembre 2012
    Localité:
    Paris
    Tournage d'un vilebrequin
    Re: Tournage d'un vilbrequin

    Oui c'est bien ca
    La traduction etait bonne mais apparemment uniquement littéralement :-D
    *
     
  5. vax

    vax Modérateur

    Messages:
    3 484
    Inscrit:
    5 Mars 2008
    Localité:
    Guipavas (près de Brest)
  6. ludique

    ludique Ouvrier

    Messages:
    398
    Inscrit:
    7 Novembre 2011
    Localité:
    BOURGES
  7. YvesP

    YvesP Compagnon

    Messages:
    872
    Inscrit:
    14 Novembre 2012
    Localité:
    Paris
    Tournage d'un vilebrequin
    Re: Tournage d'un vilbrequin

    Bonjour
    Oui bien sr que je connais le travail du Zap
    c'est même ce sujet qui m'a donné envie de faire des moteurs :wink:

    En plus pour info je suis en train de faire ce moteur sur le tour sur lequel ZapJack a commencé son RR puisque lorsqu'il a changé c'est moi qui lui ai acheté sa machine et qui ne le regrette pas :wink:

    Je voulais avoir des infos sur des points que le Zap ne mentionne pas tellement ils vous paraissent évident vous qui êtes soit du métier soit dans l'usinage depuis bien longtemps :wink:

    Du reste si il passe par la il sera le bienvenu et je lirais ses réponses avec le même interet que ses sujets :wink:
     
  8. stanloc

    stanloc Compagnon

    Messages:
    4 366
    Inscrit:
    29 Octobre 2012
    Tournage d'un vilebrequin
    Re: Tournage d'un vilbrequin

    Bonsoir Yves,
    Je ne me souviens plus quel étau de fraiseuse tu avais acheté mais avec un étau comme celui-ci (souviens toi je t'en avais vanté les avantages car j'en ai trois) tu pourrais te faciliter la vie pour tes traçages.
    http://www.otelo.fr/fr/catalogue/etaux-rectifieur-sans-vis/otmt-0011440503-skg.html
    En effet si tu serres ta barre dans un tel étau tu peux en le basculant obtenir ta rotation de 90°
    Sinon il existe aussi des Vés de traçage avec étrier qui peuvent t'apporter une solution.
    Peut-être pourrais-tu brider d'une manière sûre ta barre sur tes Vés et ainsi pouvoir les basculer.
    Stan
     
    Dernière édition par un modérateur: 16 Avril 2015
  9. YvesP

    YvesP Compagnon

    Messages:
    872
    Inscrit:
    14 Novembre 2012
    Localité:
    Paris
    Tournage d'un vilebrequin
    Re: Tournage d'un vilbrequin

    Bonjour Jean

    Effectivement j'ai suivi ton conseil et j'ai un tel etau pas tres grand certes mais suffisant pour ce que j'en fais.
    le plus souvent vu sa taille et ses cotés rectifiés je l'utilise pour serrer une piece dans puis serrer ce petit etau dans un plus gros me permetant comme pour faire une reprise être certain que ma pièce est a nouveau serrée dans la même position ce qui est tres pratique.

    Je n'avais pas pensé a l'utiliser pour ce job mais en attendant vos réponses j'ai mis en place un systeme proche de celui que tu me propose avec des vés.
    Mes vés ont deux trous j'y ai glissé deux barreaux de dans ces trous pour les réunir et serré le barreau avec un serre joint du coup je peux faire pivoter mes vés de 90° donc mon vilo :-D

    Voir les photos

    Vilo3).jpg

    Vilo4.jpg

    PS
    J'ai refais le montage vite fait pour les photos mais sur le montage original les vés etaient bien a plat sur le marbre ce qui n'est pas le cas sur les potos



    Cdlt
    Yve
     
  10. ZAPJACK

    ZAPJACK Compagnon

    Messages:
    2 159
    Inscrit:
    4 Juillet 2010
    Localité:
    Namur (B)
    Tournage d'un vilebrequin
    Re: Tournage d'un vilbrequin

    salut Yves,
    Pour info, c'est sur ton Super7 que le vilebrequin du V12 à été taillé!!!
    Attention toutefois, cela cognait tellement que j'ai préférer usiner les manetons à la fraiseuse.
    Pour en revenir à ton problème, il suffit de fraiser deux méplats de part et d'autre du vilebrequin brut.
    De telle sorte, tu a tes repères de MàZ.
    LeZap
    4.jpg
     
  11. chrisbur99

    chrisbur99 Apprenti

    Messages:
    167
    Inscrit:
    8 Février 2014
    Localité:
    58200
    Tournage d'un vilebrequin
    Re: Tournage d'un vilbrequin

    Pour définir 2 paires de centres supplémentaires calés à 90 degrés et de distance égale vis à vis des 2 points de centre initiaux, Il y aurait la méthode à Mimile, laquelle, avec un peu de soin, pourrait être (amha) plus précise que l'emploi du trusquin : cette méthode prend du temps et suppose l'emploi de pas mal de petits accessoires de fraisage, mais ne nécessite ni fraiseuse, ni plateau diviseur.

    La Méthode, la voici :

    - après avoir tourné le morceau de brut et transformé celui-ci en un joli cylindre (*) comme indiqué ci-dessus par d'autres intervenants, on bride l'arbre lisse ainsi obtenu dans 2 vés parallépipédiques dont les faces latérales sont supposées parfaitement orthogonales (toujours comme indiqué-ci dessus).

    (*) avec des défauts de concentricité et de cylindricité qu'on espère les plus faibles possibles - avant tournage de l'arbre, l'emploi préalable d'un cylindre étalon de mesure pour vérifier l'alignement de la contre-poupée n'est peut-être pas un luxe ici

    A l'aide de grosses cales Stevenson, ou de petits cubes de fraisage, on monte à la perpendiculaire l'une de l'autre, et grosso-modo alignés dans le sens de la longueur, deux plateaux de fonte rainurés (mini-plateaux pour mini-fraiseuse, style SIEG), ces plateaux étant assimilé chacun - rêvons un peu - à un marbre rectifié : on dispose ainsi d'un repère orthogonal où nous allons pouvoir déployer notre petit matériel.

    Par ailleurs on définit un bloc-outil d'un genre un peu spécial, en bridant le corps - supposé cylindrique, mais sans plus - d'un petit moteur de broche : moteur solide, mais de diamètre pas trop gros, afin qu'il soit possible de le brider proprement et sans déformations le long de deux "vés" contigus (**), le but de l'opération étant d'obtenir un bloc d'usinage à la fois compact et mobile;

    (**) vés de préférence identiques aux deux "vés" porte-pièce


    L'axe de broche sera équipé d'un foret à centrer monté en pince, de préférence le même foret à centrer que celui utilisé pour les 2 points de centre initiaux.

    Ensuite,il s'agit d'élever l'axe de broche à la hauteur d'un des 2 points de centre existant, à l'aide de cales étalons, feuilles de clinquant, etc ... Objets aussi plans que possibles (pas de cales voilées, please) et que l'on glissera sous les vés qui supportent l'arbre, ou sous les vés qui supportent le moteur de broche, selon la hauteur respective de l'un ou l'autre bloc. L'élévation correcte est obtenue lorsqu'on arrive à un jeu nul (en rotation) en tournant à la main le bloc d'usinage, lequel s'appuiera alors parfaitement (ou presque) sur le plateau inférieur de notre repère orthogonal;

    Une fois confondus le point de centre existant et la pointe du foret à centrer, l'axe de broche étant supposé désormais parallèle au plan de référence horizontal (= le plateau-support en fonte, rectifié), à l'aide d'autres cales étalons il suffit de décaler en profondeur (donc : selon l'axe Y) le bloc moteur d'usinage par rapport au bloc des vés porte-pièces, pour obtenir la distance voulue entre le nouveau point de centre désiré et le point de centre existant. Puis l'on bride consciencieusement les vés porte-pièces, et l'on fait glisser à la main - fermement mais doucement - le bloc moteur d'usinage, le long de la face d'appui constituée par le plateau de fonte vertical, pour créer un nouveau point de centre à la cote voulue.

    Pour obtenir un autre point de centre à 90 degrés du précédent, il suffit de procéder comme cela a été indiqué plus haut, en tournant de 90 degrés les vés porte-pièce. Notons qu'avec cette méthode on peut créer des points de centre un peu ou l'on veut sur la face de l'arbre préalablement dressée en bout, sans même avoir à tourner les vés porte-pièces de 90 degrés entre 2 opérations de pointage, puisqu'en jouant à la fois sur la cote Z (hauteur) et sur la cote Y (profondeur) à l'aide de cales étalons additionnelles (et d'une calculatrice de poche), on pourrait parfaitement créer trois, cinq ou six paires de points de centres également répartis sur deux cercles de même diamètre, un sur chacune des faces dressées en bout d'arbre, afin d'usiner ensuite les portées de vilebrequin d'un moteur qui ne serait pas seulement multi-cylindres, mais aussi multi-temps (et non pas à 4 temps).
     
  12. chrisbur99

    chrisbur99 Apprenti

    Messages:
    167
    Inscrit:
    8 Février 2014
    Localité:
    58200
    Tournage d'un vilebrequin
    Re: Tournage d'un vilbrequin

    Taillage d'un vilebrequin - autre approche :

    - dès lors qu'on a droit à l'assistance d'une fraiseuse, et qu'on peut donc tailler (à l'aide de vés de serrage à faces rectifiées) 2 groupes de 2 méplats parfaitement parallèles à chaque extrémité de l'axe de vilebrequin, alors on peut raccorder avec une grande précision angulaire (*) les 2 extrémités de l'axe à des flasques de grand diamètre (**) , lesquels vont pouvoir servir de porte-pièce réutilisable, pour toutes les opérations d'usinage des portées de vilebrequin.

    (*) par exemple : via de petits barraudages rectifiés, clavetés alternativement sur une extrémité de l'arbre et un flasque afin de lier ces pièces en rotation: les barraudages étant de section carrée, un flasque reste ainsi bien perpendiculaire à l'extrémité de l'arbre qu'il entraîne

    (**) typiquement : côté poupée de tour, même diamètre que le plateau de tour, ou un peu plus réduit - côté contre-poupée, le diamètre de flasque sera nettement plus faible, sous peine de gêner les déplacements du traînard

    Equipés chacun d'un point de centre (***) ces flasques seront associés chacun à 2 plateaux dotés de glissières orthogonales usinées dans la masse (****) , ce qui permettra à chaque flasque de coulisser vis à vis de l'arbre selon 2 axes orthogonaux (X,Y) : en imposant à l'aide de 2 jeux de cales miniatures identiques (insérées à plat, et associées à des pions de centrage) un même décentrement en (X,Y) de l'arbre à ses deux extrémités, par substitution des jeux de cales on va pouvoir usiner successivement chaque groupe de portées de vilebrequin, ceci avec une bonne précision angulaire ... Et la distance qui convient, vis à vis de l'axe de rotation.

    (***) points de centres qui se substituent donc aux "points de centre" initiaux de l'arbre à usiner

    (****) queues d'aronde, ou - beaucoup plus simple : trous oblongs, taillés avec une fraise flûte

    On obtient donc un espèce de montage "en tambour" : ce procédé peut sembler lourd - c'est vraiment un montage d'usinage "spécial vilebrequins" - mais s'il faut faire tourner un moteur à 12000 T/mn sans trop de vibrations, ce genre de préalable n'est peut-être pas inutile. Le résultat devrait être de toutes façons meilleur qu'en définissant le calage angulaire à l'aide de points de centres inscrits de manière plus ou moins habile sur un diamètre d'arbre finalement assez réduit.

    Au passage, on supprime le toc d'entraînement, puisque c'est l'un des flasques qui sera utilisé comme toc ...

    Et si l'on accepte de conserver les 4 méplats d'extrémité après usinage des portées de vilebrequin, il devient relativement facile de retoucher au Tour les portées en question, en cas de grippage ...
     
  13. YvesP

    YvesP Compagnon

    Messages:
    872
    Inscrit:
    14 Novembre 2012
    Localité:
    Paris
    Tournage d'un vilebrequin
    Re: Tournage d'un vilbrequin

    Merci pour ces réponses et ces conseils de pro
    Mais le probleme est bien la
    Je n'ai pas compris un traitre mot des explications données dans le premier message de chrisbur99
    Son second message etait déja plus clair mais les mots choisis ne me permettent pas de me faire une idée précise sur ce qu'il essayait de m'expliquer
    Donc est il possible que soit lui soit l'un de vous ayant compris ce langage me fasse un dessin ou une photo pour me rendre ces explication accessible car je ne suis pas un pro et plutôt m'ophite. Ce que je connais en mécanique je l'ai apris en pratiquant et en lisant vos réponses qui sont habituellement limpides :mad:

    J'ai eu en lisant ces messages d'avoirs mis la traduction automatique sur mon PC car c'est un peu comme avec une traduction Google :-D
    on comprend les tous mots mais pas le sens de la phrase 8-)
    Merci a vous

    Cdlt
    Yves
     
  14. chrisbur99

    chrisbur99 Apprenti

    Messages:
    167
    Inscrit:
    8 Février 2014
    Localité:
    58200
    Tournage d'un vilebrequin
    Re: Tournage d'un vilbrequin

    Au départ, je venais de relire la Saga du Merlin V12, telle que l'avait écrite Zapjack : la façon dont il avait défini sur son vilebrequin (avec une relative précision) de multiples points de centre (en bout d'arbre) m'intriguait beaucoup.

    Idem pour la façon dont il avait dégrossi l'usinage des portées, avec ce souci - lancinant - des empilages de cotes, toujours source d'erreurs ...

    Donc, je me suis dit : outre une virtuosité éblouissante, si Japzack s'en sort, c'est aussi parce qu'il dispose sur sa fraiseuse Schaublin d'une DRO fiable et accessoirement d'un excellent diviseur ... Et, s'il ne pouvait pas fraiser à l'horizontale, il avait par contre la possibilité de démonter le plateau de la fraiseuse, sans perdre la possibilité d'une translation selon 3 axes ;

    Maintenant, pour usiner un vilebrequin, quand on dispose en tout et pour tout d'un petit tour chinois et d'une petite fraiseuse chinoise de rien du tout (style Sieg X2) qu'est-ce qu'on peut faire ?

    Au fil de cette lecture, une idée émergeait : au moins pour une petite série de pièces, comment atteindre une cote de manière répétable, sans avoir à la chercher systématiquement à la manivelle, et au DRO ?

    Autrefois, avant la généralisation des Centres d'usinage "universels" et de leur fameuse "tolérance zéro", un très grand nombre de pièces mécaniques étaient fabriquées comme suit : on ne comptait pas trop sur une habileté - celle de l'opérateur sur machine - mais plutôt sur la fiabilité de tel ou tel montage d'usinage particulier ... D'où (pour des pièces pas trop compliquées) emploi systématique de piges et de cales pour définir/obtenir les cotes à atteindre.

    D'où l'idée - ici - d'un mécanisme de décentrement opérant en 2 dimensions, dédié à l'usinage des petits vilebrequins ... Par rapport aux 2 points de centre initiaux, usinés sur l'arbre, le décentrement selon 2 axes perpendiculaires X et Y (le fameux "référentiel orthogonal" ) permet de définir un calage angulaire qui sera exclusivement fixé par des cales plates et des piges cylindriques que l'on déplace puis verrouille le long de lumières parallèles, fraisées dans la masse de plateaux circulaires eux-même montés en sandwich, sachant que l'amateur doit pouvoir usiner lui-même les plateaux, les cales et les piges: plus besoin d'inscrire "en dur" dans le métal différents jeux de points de centre, cela permet d'exclure le traçage au trusquin (trop peu précis) mais aussi le plateau diviseur de précision (très cher, s'il faut compter le prix des accessoires);

    Pour mémoire :

    - le minimum que sache faire une fraiseuse (bien réglée) c'est : usiner 2 faces parallèles (par rapport à une cale rectifiée, bridée sur plateau, la face de la cale servant de plan de référence)

    - puis : usiner 2 faces perpendiculaires, de préférence par retournements successifs de la pièce, elle-même calée vis à vis d'un référentiel XY préalablement ajusté à l'aide d'une équerre rectifiée (*) et, dans le cas particulier ou la pièce usinée est une pièce de révolution (exemple : un arbre usiné au tour) : emploi systématique de Vés rectifiés du commerce (pour être certain d'obtenir un bon parallélisme, ou une bonne perpendicularité, entre 2 lamages successifs);

    (*) avec une fraiseuse chinoise, ne pas trop compter sur l'orthogonalité des déplacements en XY de la petite table en fonte : le truc des chinois, c'est plutôt : perpendicularité entre l'axe Y et l'axe Y , OK, mais définie à un demi-degré près ... Et je ne parle même pas du jeu des lardons (cas vécu)

    - le minimum que sache faire un tour (bien réglé) c'est : usiner des pièces de révolution, cylindriques ou coniques, et les dresser en bout avec une bonne perpendicularité par rapport au grand axe. Donc, quand on dispose d'un morceau de stub et d'un micromètre d'extérieur, et qu'on usine systématiquement entre pointes (**) on doit pouvoir confectionner des piges dont le diamètre sera ajustable au centième près, même si l'état de surface final est nettement moins génial que sur le morceau de stub rectifié d'origine en usine;

    (**) exit l'emploi de toute espèce de mandrin, à cause des erreurs de concentricité et de cylindricité que le mandrin est susceptible d'introduire

    Une fois que l'on dispose de ces 2 types d'objets (piges circulaires et coniques, cales rectangulaires à faces parallèles) on va pouvoir définir des distances et des équerrages, donc : usiner des cotes par addition ou retrait de cales et piges diverses et variées, sans trop se soucier des jeux de manivelle ...

    Dans le même ordre d'idées, l'emploi d'une butée fixée sur le banc de tour permettrait de définir la position des tourillons le long du vilebrequin, et ceci exclusivement à l'aide de cales de butée, pré-usinées par l'amateur.
     
  15. YvesP

    YvesP Compagnon

    Messages:
    872
    Inscrit:
    14 Novembre 2012
    Localité:
    Paris
    Tournage d'un vilebrequin
    Re: Tournage d'un vilbrequin

    Super merci
    Mais je reste convaincu qu'un petit dessin aiderait a la compréhension de l'ensemble

    Cdlt
    Yves
     
Chargement...
Articles en relation
  1. Adrian Lyon
    Réponses:
    13
    Affichages:
    1 094
  2. tranquille
    Réponses:
    12
    Affichages:
    1 172
  3. lysergic
    Réponses:
    11
    Affichages:
    1 531
  4. stanloc
    Réponses:
    88
    Affichages:
    4 583
  5. ilyes
    Réponses:
    24
    Affichages:
    6 422

Partager cette page