Visite chez un top reconstructeur allemand spécialisé Schaublin Leinen : Ruemema !

D
deckelite
Compagnon
1 Mai 2008
1 210
  • Auteur de la discussion
  • #1
Bonjour à tous.

Pour diverses raisons, ça fait un bon bout de temps que je n’avais pas posté mais mon intérêt pour l’usinage et les machines outils est toujours intact et je voudrais vous faire partager une visite extraordinaire que j’ai faite il y a quelques jours chez un top- reconstructeur allemand spécialisé dans les tours Schaublin (135 150 160) et Leinen : Ruemema (ou Rümema)

J’y avais déjà fait un tour l’année dernière pour la première fois, mais beaucoup trop rapidement à mon goût. J’avais néanmoins parlé de ma visite à quelques amis ici en France et il se trouve que l’un d’entre eux était à la recherche d’un petit tour de très haute qualité. A cette époque, il envisageait l’achat d’un Schaublin 125, car il lui semblait que ce modèle était le compromis parfait en termes de taille et de qualité pour ses besoins.

Il avait commencé à considérer toutes les machines à la vente sur le net et visité tous les marchands possibles, mais était toujours revenu déçu.

Toutes les machines qu’on lui présentait étaient des machines d’occasion qui avaient déjà vécu – et pour certaines, bien vécu – et pas une ne lui avait donné le sentiment qu’il pouvait l’acheter sans réserves, en ayant une totale confiance dans la qualité et la précision de ce qu’il aurait.

Et quand je dis qu’il cherchait une machine de très haute qualité, je parle d’un budget de 15 à 18.000 euros HT, soit déjà un budget très conséquent pour un petit tour conventionnel.

Je lui parlai donc du travail de Rüdiger Kramer, l’homme derrière Ruemema.

Au premier abord, le prix des machines qu’il propose a de quoi refroidir, mais en y pensant et si on a le budget, on réalise qu’on peut y réfléchir.

18.000 euros pour une machine d’occasion toujours plus ou moins « dans son jus » achetée sur la parole d’un marchand, ou un peu plus pour un Leinen entièrement reconstruit à neuf.

Peut-être que ce n’était pas si dingue après tout.

Donc après un échange de mails, les choses se précisèrent et nous allâmes à Oberhausen Rheinhausen, Allemagne, pour voir un Leinen DLZ140 de chez Ruemema.

Expérience !

Notre rencontre commença autour d’un bon café, à discuter machines, ce qui est toujours une bonne manière de commencer une bonne journée !

Nous avions profité de l’occasion pour revoir d’autres amis sur place et malgré l’enjeu de notre visite, l’atmosphère était tout à fait détendue et amicale.

Rüdiger Kramer est un hôte incroyablement chaleureux et agréable, qui vous met totalement à l’aise dès la première minute.

Après notre second café, vint le moment de descendre à l’atelier et de regarder le Leinen qui nous avait amené là de plus près.

Lors de visite, Rüdiger nous expliqua qu’il venait juste de finir le nettoyage complet de deux tours Leinen (operation préparatoire au début de la reconstruction), et que l’atelier était donc complètement sale et désorganisé par rapport à une période plus « normale ».

Hum….

J’aimerais bien que mon atelier soit sale à ce point !


[div=none][div=none] IMG_1947_zpsxokoxkgg.jpg [/div][/div]


[div=none][div=none] IMG_1948_zps58b9s3xd.jpg [/div][/div]


[div=none][div=none] IMG_1847_zps8vpiq2c7.jpg [/div][/div]


[div=none][div=none] IMG_1851_zps3yhjlcqs.jpg [/div][/div]


[div=none][div=none] IMG_1944_zps5urp0lx6.jpg [/div][/div]


[div=none][div=none] IMG_1843_zpszgiu72id.jpg [/div][/div]

Le Leinen DLZ140 nous attendait, dans un coin de l’atelier, branché et prêt pour l’inspection. Poser les yeux sur une machine Ruemema fait toujours un sacré effet.

Autant dire que certains d’entre nous avaient clairement beaucoup de mal à dissimuler leur excitation…

[div=none][div=none] IMG_7468.jpg [/div][/div]

Tout y est propre et impeccable comme le serait du materiel medical, jusqu’au dernier boulon. Absolument PAR-FAIT.

Au premier coup d’oeil, on réalise immédiatement que chaque pièce, jusqu’à la dernière vis, a été démontée, nettoyée, inspectée et vérifiée, et remplacée ou reconstruite.

[div=none][div=none] IMG_7469.jpg [/div][/div]


[div=none][div=none] IMG_7471.jpg [/div][/div]


[div=none][div=none] IMG_7473.jpg [/div][/div]

Après le premier contact habituel consistant à tourner les manivelles pour jauger la bête et plutôt que de parler des heures autour de la machine, Rüdiger Kramer nous proposa de faire tous les tests et mesures de la feuille de réception et de remplir celle-ci par nous-mêmes.

Et c’est ce que nous fîmes.

Je dois dire que lire les mesures sur une feuille de réception est une chose, mais réaliser soi-même les tests pour la remplir en est une autre. Faire les choses soi-même mets les valeurs des mesures en perspective bien mieux que ne le fait n’importe quel rapport.

Donc Rüdiger nous fournit tout l’équipement dont nous avions besoin, comparateur au micron Mahr Millimess, mandrins de contrôle pour la contrepointe, micromètre digital Mahr (au micron également), et de la matière.

J’ai remarqué un détail qui montre clairement la qualité du travail : Rüdiger ne nous a pas fait la démonstration de la machine. Il nous a laissé faire ce qu’il y avait à faire nous-mêmes.

C’est une grosse différence car sur une machine de moindre qualité, on sait bien qu’il y a des « trucs », une manière de faire pour obtenir tel ou tel résultat.

Un opérateur connaissant la machine peut facilement faire les choses de telle sorte qu’il se rapproche des valeurs qu’il a envie d’avoir. Des détails dans la manière de conduire la machine, choisir la profondeur de passe, serrer plus ou moins tel ou tel blocage.

On sait tous bien comment on s’accommode des petits défauts de nos machines pour faire ce qu’on veut.

Eh bien pas dans ce cas.

La qualité de la machine sort presque l’opérateur de l’équation. Dans une certaine mesure bien sûr, mais vous voyez ce que je veux dire.

Donc Rüdiger nous laissa devant la machine, et tout faire nous-mêmes.

Je dois avouer que nous dûmes vérifier que le pointeau du comparateur touchait bien la pièce à palper en plusieurs occasions !

Nous testâmes le parallélisme des glissières, leur équerrage, le faux rond de la broche, et procédâmes à tous les tests pour remplir le Prüfprotokoll ci-dessous :


[div=none][div=none][/div][/div]


[div=none][div=none][/div][/div]

Par exemple, nous testâmes l’action du blocage du quill de la contrepointe en le palpant avec le comparateur et en serrant le levier de blocage en appliquant différentes fortes.

L’aiguille du comparateur refusa de bouger. Même pas UN micron !

Nous avions peine à y croire mais en effleurant le support avec le bout du doigt, l’aguille faisait littéralement des bonds d’un bout à l’autre de l’échelle…

Ca montre quand même quelque chose.
 
Dernière édition:
D
deckelite
Compagnon
1 Mai 2008
1 210
  • Auteur de la discussion
  • #2
[div=none] IMG_1825_zpszh1zlc33.jpg [/div]

Vint ensuite le moment de tester la machine pour voir comment elle coupait du vrai metal…

Nous montâmes une barre de 4140 (je crois que ce doit être l’équivalent de 42 cd4) d’environ 40mm de diamètre et dépassant d’environ 200mm du mandrin *en l’air*.

En procédant à différentes passes de finition, nous n’avons pas été capables de mesurer plus de quelques microns de variation au diamètre, sur toute la longueur, quoique nous fassions.

L’outil utilise était un porte-plaquettes tout bête utilisant de la DCMT si je me souviens bien.

Les mesures du dernier essai donnèrent la même valeur d’un bout à l’autre de la barre sur le micromètre digital. La MEME valeur, au micron.

Peut-être encore plus impressionnant, nous essayâmes de prendre les passes les plus faibles possible.

Nous fîmes divers essais en descendant jusqu’à 1/100ème au rayon (toujours avec du carbure) et même si l’état de surface était moins bon qu’avec des passes plus réalistes, la valeur de passe définie sur la visu se retrouvait systématiquement et exactement en moins sur le diamètre de la pièce en fin de passe.

Incroyablement précis et répétible.

Plus encore, le retour du traînard à la case départ SANS reculer l’outil ne donnait lieu à aucune coupe et ne laissait aucune trace sur la pièce…

Ca aussi, ça doit bien montrer quelque chose…





[div=none] IMG_1821_zps6o1lpczr.jpg [/div]

Ce qui est bien avec Rüdiger Kramer, c’est qu’il connaît ses machines dans le moindre detail et que de ce fait, il est capable de comprendre exactement les besoins de ses clients et de les conseiller de la meilleure manière pour leur permettre de tirer le meilleur de leur tour.

Par exemple, il nous a longuement détaillé les différentes sortes de roulements de broche montés sur les Leinen DLZ140 et sur les Schaublin 135 et 140, et même les différences de montage entre les Schaublin 135 des premières génération montés avec des roulements NN et les plus récents et 150, montés avec des roulements à billes à contact oblique.

Il nous a expliqué comment et pourquoi les roulements NN offrent une plus grande rigidité à la broche, mais sont moins capables de hautes vitesses que les autres.

Nous avons parlé de la difficulté de régler finementle jeu radial des roulements NN.

Le Leinen a une broche montée sur roulements à aiguilles.

C’est un montage qu’on connaît bien sur les fraiseuses Deckel, mais c’est la première fois que je voyais ça sur un tour.


[div=none] Leinen%20spindle%20bearings_zpsk0nqembx.jpg [/div]

Ces roulements ont des gorges au niveau de la cage extérieure.

Quand on serre la cage dans son boîtier, ces gorges permettent une légère contraction qui va réduire le jeu avec les aiguilles.

Je demandai à Rüdiger Kramer s’il utilise un appareillage spécial pour mesurer et régler le jeu, mais apparemment, non. Tout est dans l’expérience acquise et le savoir faire.

Malgré tout l’équipement de contrôle et de vérification dont il dispose, l’expérience reste le maître mot.


[div=none] IMG_1935_zpszsgoldbk.jpg [/div]


[div=none] IMG_1920_zps1maox2i4.jpg [/div]


[div=none] IMG_7513.jpg [/div]


[div=none] IMG_7515.jpg [/div]

A ce propos, Rüdiger nous a raconté qu’à ses débuts, alors qu’il avait presque fini une machine et la faisait tourner pour le rodage final, il lui arriva une petite mésaventure…

Le tour tournait (!) depuis un bon bout de temps dans une pièce éloignée du centre de l’atelier, et tout à coup, il l’entendit caler complètement sur l’espace d’une seconde.

Là, c’est de l’expérience qui rentre à la rubrique « pas assez de jeu »…

Comme on peut l’imaginer, la différence entre trop ou pas assez ne se mesure pas en dixièmes, ni même sans doute en centièmes.

On ne parle pas d’un bricoleur qui aurait trop serré l’empilement de broche avec une clef à griffe et une rallonge de deux mètres, mais de quelqu’un taquinant l’extrême limite qui va faire la différence entre une machine de très haute précision et… une machine.

C’est ce qui est super avec Rüdiger Kramer. C’est un gars absolument PAS-SION-NE qui vit son travail à 1000% et qui prendra tout le temps nécessaire pour comprendre les besoins de son client et sortir la bonne solution, le bon conseil.

Pendant la journée que nous avons passée sur place, il y a eu de bonnes séances de brain-storming autour de quelques problèmes que mon ami voulait aborder avant de finaliser.

Toutes les questions ont été abordées absolument librement, et il y a été répondu de manière hyper instructive.



[div=none] IMG_1897_zpstiqtwyfo.jpg [/div]


[div=none] IMG_1899_zpsxk13htth.jpg [/div]


[div=none] IMG_1907_zps0e9sfewd.jpg [/div]


[div=none] IMG_1903_zpslq9ae7t8.jpg [/div]

Rümema est en mesure de répondre à ces questions parce que Rüdiger Kramer maîtrise tous les aspects de la reconstruction. (Rümema ou Ruemema a pour origine “Rüdiger Metall Maschinen”).

Il nous a montré comment il pratique la micro-soudure pour combler les gripures ou coups sur les bancs, avant de les rectifier sur place sur sa rectifieuse de glissières.

Il utilise un équipement de micro-soudre sous loupe binoculaire que je n’avais jamais vu auparavant, avec un métal d’apport à base de nickel, pour éviter la formation de spots durs dans la fonte.

Effectivement, les glissières rectifiées sortent absolument parfaites, alors que j’ai déjà expérimenté ce genre de points durs sur des tables réparées avec du métal d’apport, et que je peux vous dire que RIEN n’en vient à bout.

La rectif de glissières est une machine que Rüdiger Kramer a lui-même révisée et installée dans son atelier, sous sa maison (encore un autre signe de son engagement personnel, de son sacerdoce… il travaille là où il vit, et vit au boulot !)

Il nous a expliqué qu’il prend jusqu’à une semaine pour rectifier un banc de tour, laissant la fonderie reposer entre chaque passé pour obtenir la meilleure qualité possible…

[div=none] IMG_1878_zps8xe7pffj.jpg [/div]

Il utilise aussi une grosse affûteuse universelle Walter pour les petits boulots.

Inutile de préciser que chaque machine de l’atelier est incroyablement belle et propre et révèle un soin et une attention pour le moindre détail.

[div=none] IMG_1845_zpsgn5vjdes.jpg [/div]


[div=none] IMG_1853_zpsupjkptn3.jpg [/div]

Pendant qu’on y était, nous avons aussi eu l’occasion de jouer avec un Schaublin 135 juste fini.

Ayant un 150, qui est à la base la même machine, je connais bien ce tour.

Je sais le bruit qu’il fait, comment se comporte chaque manivelle, chaque levier, je connais les vibrations qu’on peut ressentir à certains régimes…

Eh bien juste démarrer cette machine fut encore une expérience !

Tout était si doux et si net, si libre et si rigide à la fois.

L’entraînement était si parfait à toutes les vitesses, silencieux… et les vibrations. Quelles vibrations ?

Ma machine n’est pas en si mauvais état mais là, il n’y a aucune comparaison possible.

Peut-être que je n’aurais pas dû poser la main sur ce 135…

[div=none] IMG_1905_zpsyugwnrwx.jpg [/div]


[div=none] IMG_1936_zpsrqhngqu1.jpg [/div]


[div=none] IMG_1939_zpsdeftsff1.jpg [/div]

Comme vous pouvez l’imaginer, la validation de l’achat du Leinen fût acquise bien avant la fin de la journée.

Je n’avais aucun doute en allant à Oberhausen et je l’avais dit à mon ami : si tu es assez intéressé pour aller voir la machine, emmène ton chéquier parce qu’il est certain que tu l’achèteras.

Alors pour finir, je dirais que je sais bien que le prix de ce genre de machine ne les destine pas à tout le monde, et je sais parfaitement que l’on peut sortir un boulot extraordinaire sur des tours plus que moyens, et mon propos n’est aucunement de faire de l’élitisme.

Les gars qui m’impressionnent le plus sur ce forum sont en général des gens qui sortent des merveilles avec trois fois rien, donc ne me faites surtout pas dire ce que je n’ai jamais dit.

MAIS, mais, mais, mais, quand on aime la belle mécanique, les machines de Ruemema ne peuvent pas laisser insensible et on ne sort pas tout à fait d’une telle visite comme on y est allé.

C’est ce que je voulais vous faire partager.



[div=none] IMG_7526.jpg [/div]
 
Dernière édition:
romain
romain
Compagnon
17 Mai 2008
1 818
Ain, au pays des oiseaux
Bonsoir,
Ah oui... ça calme. Qu'est ce que c'est beau! Je suis vraiment admiratif. Ca remet les idées en place, et c'est là qu'on se dit qu'on est vraiment débutant!
Arrive t il tout de même a bien vivre de ce magnifique travail. Mais j'ai bien compris que chez ce genre de personne, le travail est d'abord fait par plaisir et par passion.
Dans tous les cas, merci de ce partage.
 
Le débutant
Le débutant
Compagnon
16 Sept 2013
2 721
Cotes d'Armor 22160, (à coté de la France ...)
Bonsoir
merci, et bien plus, pour ce merveilleux partage. Combien cela me fait plaisir de voir qu'il existe
encore des individus capables de telles prouesses, et amoureux de leur métier/passion. On ne voit
pas assez de "reportage" comme le tien, et c'est bien dommage ! ....et bien évidement "chapeau à ce Monsieur" pour ce qu'il obtient grâce à son savoir et sa maitrise :prayer::smt038
Cordialement
 
didbaba
didbaba
Compagnon
29 Mai 2011
1 430
Indre et Loire
Bonsoir deckelite.
Un petit bout de rêve. De belles photos, un texte agréable, un atelier magnifique... Que demander de plus, à part que ce soit plus fréquent ?

Merci.
 
Dernière édition:
osiver
osiver
Compagnon
7 Sept 2013
12 037
Ah oui ! Super expérience ...
Je serais curieux de voir ce qu'il pourrait tirer d'un tour chinois, disons comme ceux de DAMATO.
Bien sûr son temps vaut de l'argent et il ne le fera jamais. Sans aucun dénigrement de son talent, partir de machines d’excellente conception et fabrication, ça aide 8-)
 
FB29
FB29
Compagnon
1 Nov 2013
8 763
FR-29 Brest
Bonsoir,

Magnifique reportage et bel hommage à cet artisan talentueux :prayer: !!

On en redemande :wink: !

Cordialement,
FB29
 
yoyoyia
yoyoyia
Compagnon
24 Nov 2007
520
Cannes 06
Merci pour ce beau reportage.

Yoyoyia
 
springer
springer
Compagnon
12 Avr 2011
1 240
cantal
bonjour le reportage est aussi parfait que les machines présentées . :tumbsupe:
Merci et bravo .
 
FTX
FTX
Compagnon
14 Mai 2008
1 273
37
Un plaisir pour les yeux ce reportage. Je ne me lasse pas de tels aventures.

Le prix de ces machines refaites sont ils moins important que l équivalent en neuf calcule avec inflation. Je pense que oui?

Ftx
 
B
boby67
Ouvrier
29 Août 2011
459
Strasbourg
Bonjour à tous,

Absolument magnifique, ça fait chaud au cœur de savoir qu'il existe des personnes capables de faire ou refaire des machines aussi précises et parfaites .
Excellent reportage.

Salutations cordiales
 
msieuryoyo
msieuryoyo
Compagnon
12 Mar 2007
1 423
Béziers
Bonjour,

Merci Deckelite pour cet excellent reportage.
Un atelier qui fait rêver, des machines qui donne envie, et un très grand homme !!
Et tout cela raconté de bien belle façon. On en redemande.

Ça fait plaisir de voir qu'il y a de tels passionnés de mécanique avec un tel savoir faire.

Il semblerait que Ruemema n'est composé que d'une personne: Rüdiger Kramer.
Personne n'étant éternel, tout ce savoir ne risque-t'il pas de disparaître ?

Petit clin d'oeil : quasiment tout est vert réséda, jusqu'à l'horloge :lol:
 
MIC_83
MIC_83
Compagnon
15 Jan 2008
3 398
FR-83
Bonjour à tous et toutes,

Sacré reportage avec de très belles photos, une narration parfaite et bien construite, bref, bien dans ton tempérament Étienne.
Tu peux te reconvertir dans le reportage industriel pour redonner l'envie à nos "jeunes".

Merci pour ce partage d'un passionné de belles mécaniques qui semble bien vivre de son métier.
Mais ne pas oublier qu'il est dans un pays ou la technique est toujours au centre de l’économie pas comme chez nous !
Dans ces conditions, ça aide beaucoup !

Au plaisir de se voir un de ces quatre.
PS: J'ai comme une 'impression qu'un Schaublin 135 va bientôt faire un voyage d'Allemagne en Ardèche !
 
HBX360
HBX360
Compagnon
29 Avr 2008
3 190
FR-07000 Ardèche
Bonjour Etienne,
Merci pour ce super reportage.
Il me semble que les deux colonnes au centre de l'atelier sont des colonnes de pont élévateur pour voitures. On voit bien les patins caoutchouc au bout des bras. A quoi cala peut il bien lui servir. Lever des machines ?
Cordialement
Christian
 
seb31
seb31
Ouvrier
16 Fev 2016
272
32
J'apprécie le reportage, les photos. L'atelier est plus propre que ma chambre d'ado.

Merci pour le partage
 
noirvodka
noirvodka
Compagnon
1 Mai 2007
986
dans mon atelier
Bonjour deckelite,

Très chouette ton reportage, avec une multitude de photos très sympa, et un excellent compte rendu très détaillé.
Et félicitations à cet artiste d'exception.

Tu parles d'un équipement de micro soudure :
Il utilise un équipement de micro-soudre sous loupe binoculaire que je n’avais jamais vu auparavant, avec un métal d’apport à base de nickel, pour éviter la formation de spots durs dans la fonte.
Tu as pu avoir des informations plus technique, car cela m'intéresserai d'avoir des détails, par exemple si c'est fait sous gaz de protection, quel gaz, quel métal d'apport, quel type de courant de soudage, etc...

a+
noirvodka
 
wika58
wika58
Compagnon
17 Déc 2006
13 113
FR-54560 Lorraine
Beau Travail et super reportage.
Merci.
 
gégé62
gégé62
Compagnon
26 Fev 2013
2 927
Harnes (Pas de Calais)
Oui bravo et merci pour ce beau reportage. On en voudrait des comme ça à la télé, histoire de mieux présenter les métiers "dits manuels". Ça ferait réfléchir quelques uns qui peuvent avoir des préjugés....et sans doute susciter plus de vocations.
Je cherche ce qui n'a pas été dit encore...alors j'ajoute que j'ai apprécié la qualité de l'écriture, rare de voir autant de soin, dont l'usage du passé simple sans ostentation (:smt023 ) c'est presque un livre.
Ça a été dit plus haut, j'espère aussi que ce Monsieur forme un ou plusieurs compagnons qui pourront prendre la relève quand l'heure de la retraite aura sonné....
 
sergepol
sergepol
Compagnon
20 Mai 2012
2 273
Flers 61100
Bonjour
En ce qui concerne l'équipement de micro-soudure ce matériel existe dans le catalogue EDM avec ses consommables.
Salutations.
 
sergepol
sergepol
Compagnon
20 Mai 2012
2 273
Flers 61100
Rebonjour.
Je partage le point de vue de gégé62 mais il ne faut pas oublier que les journalistes de télé et presse font ce métier parce que ils n'avaient pas un goût affirmé pour les matières scientifiques, et, avaient de meilleurs note en dictées que moi.
Leur rapport à la technique se limite à décorer leur "loft" parisien avec une lampe "jield".
 
H
Haderimouve
Nouveau
14 Mar 2012
48
Superbe reportage, belles photos et commentaires judicieux.

L'atelier de Rüdiger est bien structuré, propre, clair ... La rectif' plane m'impressionne : Il n'y a pas de boues de ponçage accumulées, on sent vraiment la Deutsche Ambianz des ateliers de Rhénanie Palatinat !
Tu nous fais découvrir avec lui une autre dimension de la précision et celle ci, contre toute attente, fait appel à une maitrise qui va au delà des aiguilles des comparateurs : On appelle ça sensibilité et doigté qui s'acquiert grâce à la passion de se surpasser et aussi à la succession de beaucoup, beaucoup d'expérimentations sérieuses (Avec comme tu l'as fait remarquer aussi des plantages constructifs aussi de temps en temps) .
Je ne serai (jamais ????) tenté d'acheter une machine chez Rüdiger car je n'en ai ni les moyens ni vraiment l'interêt : j'accomplis mes "projets" avec des machines tout à fait honorables et j'obtiens des résultats conformes à mes souhaits (Et si je pratiquais plus, j'aurais de bien meilleurs résultats encore).
Dans mon métier de luthier, mes collègues les mieux outillés, les mieux documentés sont ... paradoxalement souvent les plus médiocres !
J'ai la chance d'avoir des bécanes "propres" et elles me procurent de bonnes sensations ... Je suis d'ailleurs sûrement déjà bien trop outillé par rapport à mes besoins en projets d'usinage mais bon ... Quand on n'aime on ne compte pas, n'est ce pas ???!!!
Cela dit, il ne faut jamais dire "jamais" car le temps passant, l'expérience qui "rentre", le porte monnaie qui se garnit (ça ... Il n'y a rien de moins sûr !), les exigences devenant plus grandes, je comprends aisément que l'on puisse se laisser tenter ; sans compter que c'est chouette de donner ses sous à quelqu'un de talentueux et intelligent, qui le mérite et en a besoin pour continuer son oeuvre !
Bon alors ... Quand vais-je rendre visite à Rüdi ???...

Merci Deckelite pour ce partage !
 
D
deckelite
Compagnon
1 Mai 2008
1 210
  • Auteur de la discussion
  • #22
J'ai comme une 'impression qu'un Schaublin 135 va bientôt faire un voyage d'Allemagne en Ardèche !
Hum...
Je pense qu'avant que ça arrive, il y a encore quelques conditions à remplir qui sont loin d'être acquises à ce stade !

Le pont deux colonnes, c'est effectivement pour les voitures. Rüdiger Kramer a commencé sa carrière comme technicien chez Mercedes.
Ca laisse des traces...

En ce qui concerne la relève, Rüdiger n'a qu'environ 45 ans... et il nous a laissé entendre que le copain de sa fille aimait bien traîner à l'atelier.
Pas de problème donc, pour passer commande même si ce n'est pas demain.

Allez, puisque ça semble vous plaire, je vous mets quelques photos d'un Schaublin 150B en cours de reconstruction.

[div=none] IMG_7520.jpg [/div]

IMG_7530.jpg

[div=none] IMG_7521.jpg [/div]

[div=none] IMG_7533.jpg [/div]

[div=none] IMG_7540.jpg [/div]
 
J
jf62
Compagnon
6 Avr 2013
990
Pas-de Calais
Bonsoir

Merci pour le partage, les résultats du controle géométrique sont impressionnants.
@+
Jacques..
 
P
papeteme
Compagnon
14 Oct 2009
1 176
entre Savoie et Isère
Bonjour à tous,
Quelle cohérence !
Pour traiter un tel sujet avec cet artisan d'exception, il fallait un vrai écrivain qui maîtrise et aime aussi bien notre langue que la matière concernée.....et là, tout y est et tout est au même niveau de qualité : le plus haut !

Qu'il s'agisse d'expliquer la quête de ton ami, le concept atelier-domicile de M. Kramer, son style de vie et sa personnalité,
l'expérience de la journée qu'il vous a été donnée de passer dans cet atelier, tout arrive successivement et harmonieusement comme dans un spectacle qu'on ne voudrait jamais voir finir.
C'est si bon à lire et à regarder (bravo pour les photos) que je te demande Etienne de ne pas hésiter à en remettre.

Si par hasard, tu n'avais pas tout publié, par crainte de redite ou de lasser, alors, sans hésiter, reprends la plume et raconte nous encore ce qui est si bon de découvrir. Sois sans crainte : il n'y a pas de risque d'indigestion.
Pourrais-tu par exemple nous expliquer comment vous avez procédé pour contrôler l'équerrage des glissières......

Encore merci pour ce bon moment, je devrais dire pour ces bons moments car j'ai lu et relu et rererelu plusieurs fois ton reportage.

On parle de plus en plus de tourisme économique quand on fait visiter des usines ou des ateliers à des groupes, je serais bien tenter de faire un voyage en Allemagne si l'usine Festool et l'atelier de M.Kramer se visitaient.......
Bonne continuation.
Papeteme
 
D
deckelite
Compagnon
1 Mai 2008
1 210
  • Auteur de la discussion
  • #25
Merci pour les compliments, c'est bien trop.

Pour ce qui est de vérifier l'équerrage des glissières, rien de plus simple.
Tu prends une grosse rondelle en mandrin, genre 200mm de diamètre, et tu en dresses la face.

Une fois l'opération réalisée, tu installes un comparateur sur le transversal et tu palpes la face à hauteur du centre sur le diamètre complet.
Normalement, le comparateur ne devrait pas dévier sur le premier rayon (celui situé côté opérateur), puisque le comparateur va suivre exactement le trajet de l'outil lors de l'opération de dressage.
C'est lorsque tu vas dépasser le centre pour palper le rayon arrière que tu vas voir si tu as taillé un cône concave ou convexe.

Sur une machine correcte au niveau géométrique, le dressage de face devrait toujours donner une surface très légèrement concave.
Ceci pour que toute pièce cylindrique posée en bout ait une bonne portée et ne "boîte" pas comme elle le ferait si la face était convexe.

Mais attention, on ne parle que de quelques microns sur des machines comme les nôtres !

Evidemment, cette vérification n'a de sens que si tu es certain que la poupée fixe est correctement réglée (axe de broche rigoureusement // à l'axe longitudinal).
 
R.2087
R.2087
Compagnon
2 Mai 2009
845
FR-62100 din ch'Nord-Pas-de-Calais
bonsoir l'ami deckelite !!!

ce n'est pas un atelier, c'est une Clinique pour machine outils ?????!!!!
et diriger au moins par Herr Doctor Rüdiger Kramer !!!

merci, l'ami pour ce beau reportage, bien écrit et bien présenté !!!
vous n'avez surement pas dû voir le temps passé dans cet antre de la reconstruction mécanique ??

ce reportage prouve, s'il en est, qu'il existe encore des passionnés qui travaillent avec une très grande passion et une très grande rigueur et pour lui, cela doit être bien naturel de travailler comme cela !!!
combien en reste-t-il de nos jours ??
en France, en Allemagne ou ailleurs, assurément, il ne doit guère plus rester grand monde sur la place ....

au grand plaisir de revoir de beaux reportages !!!
 
J
José9
Nouveau
6 Mar 2016
48
Rolle - Suisse
C'est impressionnant ! La propreté de l'atelier n'a d'égal que celle du travail réalisé.
 
romleno
romleno
Apprenti
5 Mai 2010
187
Normandie
Merci pour ce beau reportage, l'atelier est juste magnifique ! :shock:
 
G
géo67
Ouvrier
15 Déc 2010
256
RANRUPT
T'oses même pas travailler dessus tellement c'est beau...
 
vax
vax
Modérateur
5 Mar 2008
7 833
Guipavas (près de Brest)
Un ami, membre du forum, avait demandé le prix d'une révision chez Schaublin pour son 102VM (pas le mien ! Un un poil plus jeune).
De mémoire le devis était entre 30 et 40 K€. Mais à ce prix tout était repris à neuf. Un vendeur de machines m'a dit que Schaublin ne gardait en fait quasiment que les fonderies d'origine tout (ou presque) était changé. Parait-il que la machine au sortir d'une telle remise à niveau est supérieure à une machine neuve car les fontes avec le temps ont libéré toutes leur tension et ne bougeront donc plus.

"Les belles paroles n'engagent que ceux qui veulent bien les croire" dit le proverbe. Je suis donc à l'écoute de tout avis contradictoire !

(Juste si un jour le loto voulait bien me financer la révision générale de mon 102... hihihihi !).
 
Haut