Modification compresseur - Pompe à vide

  • Auteur de la discussion igor38
  • Date de début
igor38
igor38
Nouveau
13 Fev 2011
2
Rhône-alpes
  • Auteur de la discussion
  • #1
Bonjour,
Je souhaiterais vous présenter un projet de « pompe à vide » afin de vous en détailler le principe de fonctionnement et discuter autour de la faisabilité technique. Les autres « post » du forum ou les ressources trouvées sur internet ne correspondent pas à ce que j’envisage de faire, j’ouvre donc cette nouvelle discutions

Dans le cadre de mon travail je souhaite faire du bridage par aspiration, l’application sera donc la suivante ; faire du bridage de pièces par aspiration, pour usiner sur centre d’usinage avec arrosage (eau + huile). Les pièces serait bridées sur des tables réalisées « sur mesure ».

Le prix des groupes à dépression « industriel » que j’ai vue sont de l’ordre de 2000 – 3000€ je souhaite donc passer sur une solution plus économique. J’ai déjà vue et utilisé des montages de type « compresseur modifié » fonctionnant en sens inverse afin de créer du vide. Ils fonctionnaient généralement en continue et sans soucis « majeur » (je détaillerai plus loin).

C’est vers cette solution que je souhaite m’orienter. Cependant j’ai pas mal d’interrogations concernant le principe même de fonctionnement et la faisabilité. Car si j’ai déjà utilisé des compresseurs modifiés et conçu des tables de bridage par aspiration, je n’ai jamais participé à la modification des compresseurs.

Je vais donc vous détailler tous les schémas de principe que j’ai fait et vous soumettre mes questions. J’espère que vous pourrez m’éclairer et que nos échanges aideront peut être d’autres personnes souhaitant opter pour la même solution.

Tout d’abords, voici le type de compresseur utilisé ;


Mécanique simple, puissance et cuve de dimensions modeste.

Afin que l’on soit tous d’accord, pour moi voici le schéma de principe de fonctionnement de ce type de compresseur ;

  1. L’air est aspiré et comprimé par le moteur qui l’envoi dans la cuve

  2. Le clapet anti-retour empêche l’air comprimé dans la cuve de revenir en arrière dans le circuit

  3. La pression monte dans la cuve

  4. Quand la sonde détecte la pression maxi « programmé » le moteur se coupe

  5. Quand la pression retombe à une certaine valeur le moteur redémarre pour ré-atteindre la pression maxi « programmé »

  6. Un raccord rapide et étanche est placé en sortie et permet de brancher les différents appareils.

Ma toute 1er question est la suivante : sur le compresseur en photo ci-dessus, y a t-il plusieurs clapets anti-retour ? Je dirais oui, au niveau de la culasse et au niveau de la cuve ??




Mise au point faite (correctement j’espère), rentrons dans le vif du sujet. L’idée est de modifier le compresseur pour obtenir ;


Les modification apportées dans cette configuration sont simples ;
  1. On tourne complètement à 180° le bloc culasse + moteur pour inverser aspiration/évacuation

  2. On enlève les clapets anti-retour + la sonde

  3. On les remplacent par des raccords coudé « simple ».

  4. On remplace le boîtier électrique par un simple interrupteur ON/OFF

  5. On remplace le manomètre par un modèle adapté

  6. Vis de purge remplacé par un robinet

Ce qui a pour effet de donner, le principe de fonctionnement suivant ;

  • L’air de la cuve est aspiré par le moteur et évacué à l’extérieur

  • Le moteur tourne en continue

  • La pression baisse dans la cuve et dans tout le circuit = le vide se créer

  • Un raccord rapide étanche permet de brancher les appareils ou les montages nécessitant du vide


L’avantage de cette solution c’est que les modifications sont simple et peu coûteuses, mais cela pose d’après moi, quelques soucis;


-------> Le moteur tourne en continue, il créer la pression la plus basse possible par rapport à ça puissance, jusqu’à se stabiliser à un régime normalement assez faible qui maintiendra le vide créer. Il continue à tourner pour compenser les pertes (au niveau du montage aspirant notamment) et éviter une remonter immédiate de la pression.


Le moteur va donc « forcer » plus et de manière continue. Je suppose que cela va réduire sa durée de vie ? et augmenter la consommation électrique ?

À vrai dire, j’ai du mal à imaginer le comportement du moteur dans cette configuration..

-------> Je n’ai également placé aucun clapet anti-retour, si le système se coupe, le vide est perdu immédiatement

Es une bonne idée ? Je me suis préconisé cela car je me suis dit que la cuve à été conçue pour être mise sous pression en continue et non en dépression. Le clapet anti-retour laisserai la cuve en dépression et je ne sais pas comment elle réagirai ou si il y a un risque…

Je me dit aussi que le moteur, à présent dépourvue d’un système avec une sonde qu’il le couperai chaque fois que la dépression max est atteinte, ne fonctionnerai peut être tout simplement plus car il forcerai trop. Mais là aussi, c’est peut être moi qui dit n’importe quoi..

-------> Le système va aspirer un mélange air/huile, la cuve va donc se remplir au fur et à mesure, le moteur va être exposé à se mélange et l’air évacué contiendra de l’huile..


D’après moi pas de soucis « majeur » à ce niveau là. La vis de purge de la cuve sera remplacée par un robinet comme ça la maintenance sera plus simple. Par contre pour savoir quand la cuve est trop pleine ce ne sera pas évident.

Ce mélange air/huile ne devra probablement pas poser de soucis dans le moteur en terme de corrosion. Par contre j’imagine qu’il faudrait penser à un système de filtration en sortie, pour récupérer l’huile et filtrer l’air.. ?

Pour moi le problème majeur se situe au niveau du moteur, qui va forcer plus et de manière continue. La cuve et ça conception sont également un paramètre.. qui m’inquiète


La solution pour compenser tous ça serait d’après moi de plutôt partir sur cet autre schèma ;

En gros exactement le même principe qu’un compresseur mais dans le sens inverse. Solution plus coûteuse, qui nécessite de remplacer les clapets anti-retour, la sonde, les manomètres, prévoir une filtration...etc

Ce montage nécessite aussi et surtout de programmer une sonde qui coupera / relancera le moteur en fonction de la dépression. Dépression max et mini nécessaire qu’il faudra aussi calculer en amont.

On pourrai aussi imaginer renforcer la cuve par l’extérieur si des problèmes de déformations ou autres serait à prévoir.


Dans l’idée je sais que cela doit pouvoir fonctionner, mais je ne suis pas un expert dans ce domaine et j’apprécierai que vous apportiez vos critiques concernant tout cela. Car peut être que je viens de dire de nombreuses bêtises ou que je suis complètement à coter…


Je vous remercie d’avance
 
pinou29
pinou29
Compagnon
18 Mar 2009
2 877
Toulon ( Var )
Bonjour.
N'étant pas du tout spécialiste des compresseurs et des pompes à vide:
Je ne suis pas convaincu que le moteur de ce genre de compresseur "bas de gamme" supporte de fonctionner en permanence, je ne suis pas non plus convaincu que la cuve supporte la dépression.
On tourne complètement à 180° le bloc culasse + moteur pour inverser aspiration/évacuation
Est-tu certain de pouvoir faire cette modification ?
Mais ce n'est que mon petit avis, attendre les réponses des "pointures" du forum.
Bonnes bricoles.
Bernard.
 
osiver
osiver
Compagnon
7 Sept 2013
12 019
Mise au point faite (correctement j’espère)
Pas tout à fait ! :P
Vous oubliez que le clapet au niveau de la cuve comporte aussi le petit tuyau noir qui sert à mettre hors pression la culasse et le tube d'amenée à la cuve pour permettre le redémarrage du compresseur.
Ça n'a peut-être pas d'importance pour ce que vous voulez faire mais ça compte dans le fonctionnement :wink:
 
remi30132
remi30132
Compagnon
8 Août 2016
609
nimes
Il y a Samuel mamias sur YouTube qui a fait un vidéo il y a quelle que temps sur ce sujet .
Je la cherche et te donne le lien
 
osiver
osiver
Compagnon
7 Sept 2013
12 019
La cuve et ça conception sont également un paramètre.. qui m’inquiète
Il n'y a pas de souci de ce côté, la pire différence de pression externe/interne est de 1bar, contre > 10bars pour la cuve en pression :wink:

Et dans le cas du moteur/compresseur, si on peut douter qu'il soit prévu pour tourner en permanence, il ne devrait pas être non plus surmené pour la même raison.
 
Landsmànn
Landsmànn
Ouvrier
13 Mar 2016
395
Pourquoi ne pas utiliser une vielle machine à traire qui est prévu pour travailler dans le vide ? , ce qui n'est pas le cas de ton semi-hermétique
 
igor38
igor38
Nouveau
13 Fev 2011
2
Rhône-alpes
  • Auteur de la discussion
  • #8
Est-tu certain de pouvoir faire cette modification ?
Oui tourner le bloc n'est pas compliqué, j'en veux pour preuve la vidéo que remi30132 à partager :)

Il y a Samuel mamias sur YouTube qui a fait un vidéo il y a quelle que temps sur ce sujet .
Je la cherche et te donne le lien
En effet, il réalise se que je souhaite faire. Cependant je souhaite le réaliser avec du matériel neuf et adaptés; une vrai sonde à dépression, des clapets anti-retour pour dépression...etc.
De plus, je me demande si le niveau de dépression crée dans la cuve est suffisant pour maintenir mes pièces bridées sans que le moteur tourne ? si la pression re-augmente et que la force de bridage diminue cela na va t-il pas me provoquer des problèmes ?

Du coup ma 1er idée, même si le moteur va être sollicité en permanence, présente l'avantage de maintenir un vide constant est "suffisant"
Il récupère également l'huile du moteur dans son montage. Dans mon application je ne pense pas en avoir besoin vue que mon mélange air/eau/huile fera déjà office de lubrification

Il n'y a pas de souci de ce côté, la pire différence de pression externe/interne est de 1bar, contre > 10bars pour la cuve en pression :wink:

Et dans le cas du moteur/compresseur, si on peut douter qu'il soit prévu pour tourner en permanence, il ne devrait pas être non plus surmené pour la même raison.
Tu me rassure pour la cuve. Concernant le comportement du moteur, la par contre, même si mon montage comportes des pertes il y a un risque qu'il atteigne une dépression assez importante. Et si aucune sonde de pression n'est la pour le stopper cela va à mon avis le faire surconsommer électriquement et "forcer"... non ? Et ma valeur de dépression ne sera jamais constante..? Un paramètre pas pratique pendant l'usinage, si cela me provoque des vibrations ou des déformations aléatoires

En faite, obtenir un montage qui permet d'obtenir une valeur de pression constante est vraiment important. Je n'ai pas d'ordre d'idée de la tolérance acceptable mais si je pouvais avoir un système réglable ou je peux jouer à la fois sur la puissance du moteur et sur la dépression max/mini ça devrait marcher.. ?

Pourquoi ne pas utiliser une vielle machine à traire qui est prévu pour travailler dans le vide ? , ce qui n'est pas le cas de ton semi-hermétique
Je ne souhaite tout simplement pas partir sur du matériel d'occasion, n'y sur une technologie dont je ne suis pas sur du résultat. Comme je l'ai dit dans mon 1er message, j'ai déjà vue des montages de ce type fonctionner parfaitement.
 
Landsmànn
Landsmànn
Ouvrier
13 Mar 2016
395
Les machines à traire sont de construction fabriquée pour travailler dans le vide ( cuve et pompe ) ce qui n'est pas le cas de ton compresseur , quand au fait que ce soit de l'occasion celle de mon père à fonctionné 40 ans sans révision ( westfalia )
 
B
Bricole63
Ouvrier
22 Mar 2014
273
63170 Aubiere
Salut
L'option machine a traire parait la plus serieuse car elle est prevue pour un transit de liquide et un fort debit negatif.Quand je parle de transit de liquide,c'est en pensant a l'arrosage des outils avec la
sucette de l'aspiration a cote.Il faut un gros debit de vide car ta piece sur la table ne seront pas etanches et la piece n'aura qu'une envie,c'est de se barrer sous l'effort de l'usinage.prendre un compresseur
a 4 sous a des chances de ne pas fonctionner car l'aspiration du piston n'est pas violente{quand il tourne,bouche l'admission avec ton doigt et tu verras que le suçon n'est pas violent,et sur une 20e de mm2
alors avec la surface de ta piece et les fuites,fixation=0.Ensuite,faire sniffer de l'eau de savon au piston ne va pas en faire un centenaire.
Dans ton cas,si les pieces sont en acier,un plateau magnetique serait plus sur.
Claude
 
remi30132
remi30132
Compagnon
8 Août 2016
609
nimes
Sinon pourquoi pas utiliser un compresseur de frigo. Sa ne coute pas cher et tu a juste une braquée à faire pour adaptée un raccord standard.
 
Z
ZZR1100
Apprenti
12 Fev 2013
193
Dans l’idée je sais que cela doit pouvoir fonctionner, mais je ne suis pas un expert dans ce domaine et j’apprécierai que vous apportiez vos critiques concernant tout cela. Car peut être que je viens de dire de nombreuses bêtises ou que je suis complètement à coter…
Dans l’idée je sais que cela doit pouvoir fonctionner, mais je ne suis pas un expert dans ce domaine et j’apprécierai que vous apportiez vos critiques concernant tout cela. Car peut être que je viens de dire de nombreuses bêtises ou que je suis complètement à coter…
Bonne idée, mais je crains que cela ne tienne pas trop la route.

Tout dépend du niveau de vide que tu souhaites.​

NB : La notion de vide est très relative : on n’arrive jamais à – 1 Bar …


Pour une aspiration « bête », cela peut faire l’affaire.​

Pour un « vide », c’est une autre histoire.

1) Ce type de compresseur n’est pas conçu pour aspirer.
[De ce seul point de vue, un compresseur frigorifique aura des qualités plus intéressantes, il est plus adapté à ce genre d’effet (dépression)]​

Entre autres, la cuve est un obstacle à une valeur de pression négative : elle génère une perte de charge telle qu’à l’extrémité de ton tuyau d’aspiration tu te retrouves à une pression de + 1 Bar (La valeur de la pression ambiante)

NB : Dans cette configuration (générateur de dépression, il faut bannir les pertes de charge => exit les longueurs de tuyaux, les coudes (grosse incidence) et, à fortiori, les réservoirs.​



Si tu voulais quelque chose de performant, à la fois en dépression (très relative …) et en débit (Une notion à saisir), il faudrait te tourner, pour avoir un rendement commençant à être intéressant, vers des générateurs de vide à anneaux liquides.

Tu trouveras cela, à bon compte et d’une efficacité correcte, chez les installateurs de cabinets dentaire.
L’aspi est fréquemment changée, comme le fauteuil et son équipement (UNIT).

Il y a toujours pléthore d’aspi prenant la direction du ferrailleur, une petite discussion avec l’installateur, une bouteille de vin, et tu devrais trouver quelque chose d’à la fois compacte, efficace et performant en terme de niveau de vide et de débit.​



À l’installation pense aux pertes de charges, devenant très vite énormes en fonction du niveau de la dépression et du trajet que devra suivre l’air aspiré (Grosse section de tuyau, à la fois courts et exempt de coude => un coude = 10 m de tubages !


Plus loin, niveau vide, il faudra se tourner vers les turbomachines aux prix prohibitifs et demandant une ou plusieurs jours de fonctionnement pour atteindre leurs limites en dépression.


A j’oubliais, un système simple, peu onéreux de générateur de dépression et d’un débit pouvant se révéler convenable : le procédé Trombe (Trombe à eau ou à air (comprimé).

Cela peut se révéler très suffisant pour ton usage et économiquement réaliste.
(Plus, je pense que ton compresseur détourné)
 
Haut