Fabrication d'une équerre de fraisage

  • Auteur de la discussion kakawette
  • Date de début
PUSSY
PUSSY
Lexique
25 Oct 2010
5 969
FR-17800 Charente maritime
Tout y est, mais dans le désordre !.
A défaut d'un recuit de stabilisation, laisser l'équerre aux intempéries plusieurs mois et réusiner les faces de référence.
 
Vieulapin
Vieulapin
Compagnon
24 Nov 2008
2 656
Chartres
Bonjour,
Je suppose que ce que nous a présenté (dans le désordre) notre ami Kakawette n'est qu'une première étape, car il manque l'axe vertical quasi-indispensable.
 
Dernière édition:
yvon29
yvon29
Compagnon
31 Juil 2012
3 569
FR-77250 Fontainebleau
Bonjour

Sacré boulot, mais une fois qu'on l'a elle servira.

Un truc qui m'interpelle : dans la soudure à 90° en angle rentrant, tu fais quand même un chanfrein à 45° : c'est indispensable / nécessaire / mieux ?
J'aurais peur des inclusions...


il manque l'axe vertical quasi-indispensable.
Peux tu expliquer STP ? merci
 
Vieulapin
Vieulapin
Compagnon
24 Nov 2008
2 656
Chartres
Peux tu expliquer STP ? merci
C'est l'emploi du terme équerre "de fraisage" qui m'a induit en erreur, alors qu'il s'agit d'une équerre "de bridage". J'ai donc supposé, à tort, que cette équerre était destinée à être montée sur un tour pour y exécuter des fraisages. Dans ce cas, les déplacements du traînard et du transversal servent de table croisée mais il manque le déplacement vertical. Je me rends compte maintenant que ce ne sera pas sa destination, donc que ma remarque n'a pas lieu d'être. Je peux éventuellement l'effacer.
 
Dernière édition:
Dodore
Dodore
Compagnon
27 Oct 2008
15 362
F-69400 villefranche sur saone
Oui mais on a plus de possibilités pour les fixations et on peut très bien mettre une tige fileté , un écrou et une rondelle .. et on n’a pas besoin , dans ce cas, de tarauder
 
R
RICO
Compagnon
17 Août 2009
1 047
Doubs
A défaut d'un recuit de stabilisation, laisser l'équerre aux intempéries plusieurs mois et réusiner les faces de référence.
Salut,

Deux écoles à ce sujet et je ne sais que penser :

Ceux qui disent que le fait de laisser la pièce aux intempéries permet une stabilisation.
Mon prof de métallurgie lui, disait que des pièces métalliques issues de fouilles archéologiques
présentaient toujours l'écrouissage que le forgeron de l'époque avait souhaité. D'après lui, le temps
et les conditions atmosphérique n'apportent rien, sinon l'oxydation.

Tu as constaté une stabilisation après épreuve du temps ?
 
Dodore
Dodore
Compagnon
27 Oct 2008
15 362
F-69400 villefranche sur saone
J’ai aussi entendu dire que le forgeage a l’ancienne atténuait la rouille
Mais Est-ce que c’est toujours vrai
Déjà , je ne pense pas que les pièces retrouvée dans des fouilles archéologique avaient toutes besoin d’une grande précision
J’ai entendu parler a l'école Un exemple industriel, d’un calibre mâchoire qui a subit en peu de temps une variation de cote importante
Toujours dans le temps les bâtis de machine outil étaient stocké pendant un an dans des parcs au intempéries pour avoir une stabilisation , je pense que si ça se faisait c’est bien qu’il y a une raison , je ne pense pas que ce soit une mode ... et maintenant on a remplacé ça par un « recuit de stabilisation » c’est plus rapide
 
Dernière édition:
La dernière réponse à ce sujet date de plus de 6 mois
Haut