assemblage couplage outils pneumatiques

  • Auteur de la discussion gastonn
  • Date de début
G
gastonn
Nouveau
9 Oct 2014
19
  • Auteur de la discussion
  • #1
bonjour
je souhaiterais assembler des marteaux pneumatiques pour additionner leur force de frappe ,dans le sens de la hauteur ( les uns au dessus des autres ) pour obtenir un outil de faible diamétre ( mais donc de grande longueur )
j'ai une petite idée de la façon de faire, mais si quelqu'un peut me donner son avis (voir image jopinte)
couplage mp2.JPG

une des questions est de savoir si les marteaux vont frapper en resonnance ou pas
en vous remerciant
 
K
KY260
Compagnon
17 Août 2008
6 629
89
en serie, la force sera celle du plus faible, c'est comme les chaines.
 
P
Prof chaudronnerie
Nouveau
2 Juil 2014
19
Région Strasbourg
Je ne suis pas spécialiste mais je ne pense pas que ça sera possible. Pour moi aussi tu aura la puissance la plus faible.

Que veux tu faire exactement ? Peut être il y a une autre solution.
 
G
gastonn
Nouveau
9 Oct 2014
19
  • Auteur de la discussion
  • #4
merci de vos réponses, c'est vraiment intéressant
je cherche à additionner la foce de burins pneumatiques sur la hauteur sans augmenter le diamétre
 
osiver
osiver
Compagnon
7 Sept 2013
12 204
Sur le dessin joint, ils sont en parallèle, pas en série. :wink:
A priori, les forces et les masses frappantes s'ajoutent.
 
G
gastonn
Nouveau
9 Oct 2014
19
  • Auteur de la discussion
  • #6
OOoo ....
j'avoue que je saurais même pas faire la différence , et d'ailleurs je ne voie pas comment les monter autrement si je veux coupler les pistons .
Pour moi c'était comme si tout le monde frappait en même temps sur la table , j'imaginais que cela faisait au final plus de force d'impact
même en imaginant que tout le monde ait les bras rigidement liés .
 
osiver
osiver
Compagnon
7 Sept 2013
12 204
gastonn a dit:
OOoo ....
j'avoue que je saurais même pas faire la différence
En série ce serait que le piston du premier pousse sur le corps du second. Dans ce cas, la force est celle du plus faible et la course totale serait la somme des courses.
En parallèle, les parties homologues sont reliées (corps entre eux, pistons entre eux), c'est ce qu'il y a sur le dessin. Les forces s'ajoutent, la course est celle du plus court.
Ceci en terme de forces statiques. En dynamique il peut y avoir des différences (en respectant le principe général) à cause de la répartition dynamique du fluide, des frottements, éventuellement de différence de masses. :wink:
 
G
gastonn
Nouveau
9 Oct 2014
19
  • Auteur de la discussion
  • #8
ok , pigé, merci pour l'explication
je peux comprendre que le total soit limité par le plus faible ou le plus court
mais mon montage n'est-il pas le même que si " le piston du premier pousse sur le corps du second " ?(j' imagines que tu veux dire sur le corps du second piston ?)
ma liaison mécanique des pistons n'est-elle justement pas celle là ? et donc un total limité par le plus faible ? ...
j'ajoute que tous les pistons seront à priori les mêmes ...
 
osiver
osiver
Compagnon
7 Sept 2013
12 204
gastonn a dit:
mais mon montage n'est-il pas le même que si " le piston du premier pousse sur le corps du second " ?(j' imagines que tu veux dire sur le corps du second piston ?)
Non, ce ne serait pas la même chose.
Dans le dessin, on peut imaginer que les corps de vérins sont fixes et solidaires du bâti de la machine. Seuls les pistons avec leur couplage bougent.
Dans un montage "série", le corps du premier vérin serait fixe (attaché au bâti), le premier piston déplacerait le corps du second vérin ...
ma liaison mécanique des pistons n'est-elle justement pas celle là ?
Non, ici le piston du premier vérin pousse le couplage et la "charge" et le second piston aussi.
Le fait que les deux vérins soient représentés l'un derrière l'autre semble indiquer un montage "série" mais c'est le couplage entre les deux vérins qui fait qu'ils sont en parallèle 8-)
 
G
gastonn
Nouveau
9 Oct 2014
19
  • Auteur de la discussion
  • #10
magnifique, et merci beaucoup pour ta patience et tes explications , ce sont des notions qui m'échappent complètement
donc dans mon montage, les forces s’additionnent .
verrais-tu à priori une meilleur maniére de faire ce couplage ?

je précise un peu plus ce que je souhaite faire :
je voudrais fabriquer une machine "light " capable de forer tres fort et tres profond tout en ayant le plus petit diamétre possible ( de 5 cm à .. à ce que les contraintes mécaniques m'imposeront , 20 cm si il faut ) car plus la surface de forage à attaquer est grande, plus la puissance nécessaire est élevée.
par contre je n'ai pas vraiment de limite de hauteur si ce n'est celle de la manipulation , et je peux même imaginer un outil à étages assemblables , par tronçons de 2 ml et 70 kg par exemple .

mon raisonnement est que on sait tres bien forer en surface dans les roches les plus dures avec des outils de 30/40 kg mais qui sont d'un gros diamétre (25/30 cm) et d'un petite longueur (70 cm)
et que je souhaitais donc transformer l'engin en 8 cm par 2 ml , par exemple , en additionnant de plus petits marteaux les uns au dessus des autres ... d'ou mon montage .

une autre de mes questions était de savoir si les pistons allaient entrer en phase ( et donc allaient augmenter ma puissance globale d'impact ) ou pas ( et augmenterait donc seulement ma fréquence d impact ) , ou les deux ...mon capitaine .

je veux pas te (vous ) fatiguer avec toute ces questions, et encore une fois merci beaucoup pour les réponses données qui me font gagner du temps .
je travaille dans la construction et les lois mécaniques de nos outils nous sont totalement étrangères
 
osiver
osiver
Compagnon
7 Sept 2013
12 204
Je crains de ne pas pouvoir aider beaucoup plus sur ce projet.
En effet, on peut "prédire" le comportement à faible vitesse autrement dit plus ou moins statiquement, en dynamique de frappe, c'est bien plus difficile car d'autres facteurs entrent en jeu comme l'inertie des masses à déplacer (et masse totale qui subit la réaction, la rigidité des différents éléments, la dynamique du fluide (air/huile), les frottements.
Intuitivement, au delà de 2 vérins, je pense qu'il y aura dispersion de la frappe.
Je me demande d'ailleurs si c'est bien utile de vouloir aller perforer par impact en profondeur. Il existe des méthodes rotatives (trépans) permettant d'aller aussi profond que l'on veut, y compris en amenant de la lubrification/refroidissement au lieu de la taille. 8-)
 
G
gastonn
Nouveau
9 Oct 2014
19
  • Auteur de la discussion
  • #12
ok
je vais donc faire des essais ...

la methodes rotative dont tu parles , c'est le systeme dit "rotary" ? à priori j'en connais pas d'autre , le problème de ce système est le volume de boue à traiter ainsi que le train de tiges nécessaires ( et donc la nécessité de grosses machines en surface ) .
si c'en est un autre, je suis preneur ...

de plus je suis surpris quand tu dis "aussi profond que l'on veut" .
à ma connaissance ce n'est pas le cas, les contraintes augmentant avec la profondeur ,d'ou l'existence des records de forage ...

mon systéme serait en fait roto-percutant, la rotation étant produite soit par la percussion sur une tête à axe tournant , soit par un moteur pneumatique indépendant .
 
Haut