Matière inconnue - inconel?

J
Julien
Apprenti
Bonjour,

j'ai depuis un moment un rond d'une matière qui s'apparenterai à de l'inconel (voir analyse ci dessous), je ne sais plus d'où il vient.
diam 80 x longueur 250 + 1 bout de longueur 40 que j'ai péniblement réussi à couper (il y avait déjà un trait de scie qui s'arrêtait aux 3/4 du diamètre, probablement que le ruban avait rendu l'âme...)
Ensuite j'ai tenté de le dresser au tour pensant que c'était de l'inox... dur dur!

Donc je fais appel à vous pour savoir déjà quelle matière ça pourrait être , et éventuellement combien ça peut se vendre...

merci

inconel.jpg
 
yvon29
yvon29
Compagnon
Bonjour
Magnétique ?

Dimensions précises et poids : ça permettra de calculer la densité...

In718 densité 8,2 base nickel
 
g0b
g0b
Compagnon
oui, avec la densité, ca pourrait donner une idée, mais sans certitude précise (il y a plein de superalliages : inconel, hastelloy... ayant chacun des dizaines de déclinaisons...) aucun pro ne sera intéressé. Et les amateurs ne vont pas mettre une fortune dans un alliage incertain, aux applications rarissimes et très difficile à usiner... donc je dirais "pas grand chose" ... qques dizaines d'euros et c'est même pas sur que ca parte. Pourtant, c'est dérisoire à coté du prix de ces alliages.
 
FB29
FB29
Rédacteur
Composé de Nickel et Chrome ... c'est Nickel-Chrome :-D !
 
Dernière édition:
M
MARECHE
Compagnon
Bonjour
Nickel silicium molybdène = 80% éléments mineurs chrome tungstène manganèse, alliages à durcissement structural. Je pense à un alliage pour turbine. Oublies tout de suite l'usinage. C'est pour l'électro érosion. Ca te fera un joli presse papier.
Salutations
 
g0b
g0b
Compagnon
N'exagérons rien, ça s'usine, mais c'est pas du bonheur.
 
K
Khar-t'er
Apprenti
L'inconel s'usine, c'était un de mes sujets de stage dans une stratégie de perçage faible diamètre, mais c'est une vraie saloperie : Vc très basse, avance ridicule, plaquette spécifiques et surtout beaucoup de lub !

Au vu du pourcentage c'est bien un base Nickel (dénominatif commun des Inconel, Hastaloy etc). Difficile de donner la nuance exacte ... Ensuite même idée que Gob, c'est invendable car peu de particulier ont besoin d'un matériau réfractaire à haute resistance à haute température ... Et les pros qui utilise cette matière dans des pièces à risque doivent avoir un traçage exact de la matière
 
yvon29
yvon29
Compagnon
Bonsoir

C'est peut être une "charge" pour fonderie (aubes de turbines à gaz-Turboreacteur) : c'est souvent de la barre dans ce genre de diamètre.

Ça correspond à une grappe avec ses amenées etc...
 
JASON
JASON
Compagnon
Bonjour,
J'ai usiné ces matières "à la con" comme on dit dans le Midi, pour le C.E.A. Cadarache et la D.C.N. (Inconel, Monel, Invar, Kovar, Nimonic, Astelloy, etc...).
Bien sûr, il faut des machines et de l'outillage adaptés !
Dans 90 % des cas, les budgets pharaoniques du C.E.A. permettaient que les pièces réalisées essentiellement pour essais, partaient à la ferraille...
JASON :sad: :oops: :mad:
 
Dernière édition:
Roland DENIS
Roland DENIS
Compagnon
Bonjour .......Inconel si ma mémoire est bonne NC 19 FE NB c'est du coriace de chez coriace ca s"usine au carbure ou plaquette céramique les perçages aussi avec un bon refroidissement ( entre autres parties arrière des réacteurs contact de la ""flamme"" en fonction )
 
yvon29
yvon29
Compagnon
entre autres parties arrière des réacteurs contact de la ""flamme"" en fonction
Euh... Non

Pour l'Inco 718 la température est trop élevée.

En sortie de chambre la température des pièces peuvent être supérieure à celle de fusion du métal.

Pour les diffuseurs de sortie de chambre et les aubes de tuhp les pièces sont recouverte de dépôts qui font barrière thermique; et des injections d'air aux bons endroits permettent de ne pas avoir de dégradations (trop rapides...)
 
Roland DENIS
Roland DENIS
Compagnon
Oui oui c'est pour ca que les rampes de refroidissement sont en place et que les aubes sont creuse .......(37 ans dans les réacteurs )
 
gégé62
gégé62
Compagnon
bonjour,
j'ai usiné quelques pièces en Inconel 600, c'est coriace mais ça se fait bien quand même, un peu plus dur à usiner que l'inox, mais ça ressemble. J'ai revendu (en 2018 je crois) une grosse chute de 10 kg environ 4€ le kg au ferrailleur, qui l'a d'abord passé au spectro (*) pour vérifier. Il me reprenait aussi l'inox à 1€ / kg.
(*) j'appelle ç comme cela, sans certitude, on en avait un dans la boîte où je travaillais, appareil appelé "Texas Nuclear", je ne trouve plus ça sur gogol
 
pierreLG
pierreLG
Ouvrier
Bonjour,
Troublant, rien dans les tables ou dans les normes ....
C'est un alliage nickel c'est sûr vu le pourcentage mais pas un Inconel®, ni un Monel® ou encore un Hastelloy® ...
Le faible pourcentage de chrome (<12%) fait que ce n'est pas un inox ni autre variante.
Présence d'éléments d'additions en forte quantité comme SI (amélioration de la soudabilité ?) et de MO (résistance à la corrosion ?) nous donnent pas plus d'indications.

Sais-tu de quel secteur d'activité cet alliage exotique provient ?
et as-tu des informations sur les propriétés mécaniques ?

Je suis curieux de connaitre l'utilisation de cette matière :smt017

cordialement

Pierre
 
Dernière édition:
pierreLG
pierreLG
Ouvrier
Tu fais référence à un post de cette discussion ?
Euh non pas en particulier, c'est juste la transcription écrite de la réflexion que j'ai eu à la lecture du message originel de Julien.
En fait j'étais dans les nuances d'acier ce matin, à la recherche d'un inox réfractaire(pour le travail) et en voyant ce message, j'en ai profité pour regarder dans les tables ... force est de constater que cette matière ne s'y trouve pas, je suis donc curieux de connaitre sa provenance.
mais vu les taux des différents éléments difficile de trouver sa dénomination dans les standards
Cdlt
 
yvon29
yvon29
Compagnon
Pourquoi parler de taux des différents elts alors qu'on n'en sait rien ?
 
pierreLG
pierreLG
Ouvrier
Pourquoi parler de taux des différents elts alors qu'on n'en sait rien ?
:shock: Euh, dans les résultats d'analyse chimique publiés dans le message d'origine, il y a bien les taux des différents éléments d’addition ? ou alors j'ai des problèmes de vue ...

Untitled.png
cdlt
 
E
enguerland91
Compagnon
En métallurgie c'est comme en cuisine, on fait ce que l'on veut. Par exemple j'ai travaillé autrefois avec un métallurgiste parce qu'il nous fallait un alliage ayant un coefficient de dilatation négatif.
Donc il y a les métaux répondant à des normes et qui ont reçu un nom pour le commerce et il y a tous les autres. Il y a par exemple une infinité d'alliages de cuivre selon ce que l'on veut obtenir comme caractéristiques. Pour l'alu aussi
 
E
enguerland91
Compagnon
Et comment fait on pour analyser ?
Je connais deux méthodes : la plus ancienne c'est en étudiant la lumière émise lorsqu'on fait jaillir une étincelle entre l'échantillon et une électrode appropriée ; la seconde c'est en utilisant un spectromètre de masse.
 
vieuxfraiseur
vieuxfraiseur
Compagnon
bonjour :smt039,
cette matière est utilisée dans quelles applications ?
 
yvon29
yvon29
Compagnon
Ah ah ah...
J'avais pas vu...
C'est si petit sur le téléphone...

Et puis @Julien ne précise rien dans son texte...

Il n'y a pas de Fe ?
 
pierreLG
pierreLG
Ouvrier
Et comment fait on pour analyser ?
Concernant les méthodes non destructives réalisables sur site,

Il y a la PMI (identification positive des matériaux) qui te donne les principaux éléments d'addition mais pas le taux de carbone, idéal donc pour différencier un 304 d'un 316 par exemple

Untitled.png


ou la spectrométrie comme le cite @enguerland91 par étincelage ou de masse qui elle te donne le taux de carbone, et permet même de vérifier les zones de dilutions lors d'opérations de soudage hétérogène par exemple.

Et bien sur après il y a des techniques de laboratoire comme l'analyse chimique par prélèvement de matière.
il en existe surement d'autres mais c'est celles que l'on retrouve habituellement dans l'industrie.

cdlt
 
Haut