Acier de bouteilles de gaz?

Satamax
Compagnon
8 Avril 2009
1 103
  • Auteur de la discussion
  • #1
Salut tout le monde.

Dites moi, quelqu'un sait ce que c'est l'acier des bouteilles de gaz de 35 kilos?

Je viens d'en plier, c'est raide de chez raide!

Merci a tous.

Max.
 
TRD
Compagnon
13 Février 2010
852
Rhône Alpes
Salut,

Je n'ai pas l'info, mais je penses que c'est un acier pour cryogénie. Il y en a assez peu. Ce sont des aciers qui conservent une très bonne résilience a très basses températures.

Pourquoi, je propose ça ?
Parce que quand on détend un gaz sa température s'abaisse. Il suffit d'ouvrir le robinet d'une bouteille de gaz (en plein champ et sans cigarette...) pour voir que très rapidement le débit diminue parce que le gaz gèle en sortant et finit par réduire la section de passage.

Je l'ai fait. Et je vais même vous raconter un détail surprenant. Une fois la bouteille vide, j'ai dévissé completement le robinet pour être sûr qu'elle l'était. Et j'ai retourné la bouteille au cas où il y aurait eu du liquide dedans. Ensuite, j'ai remis le robinet et je suis retourné a l'atelier pour la remplir d'eau avant de faire des soudures dessus. Et en ouvrant le robinet une seconde fois, je me suis aperçu qu'il restait encore beaucoup de gaz dedans. Pourtant je croyais avoir tout vidé.

Ce gaz avait gelé dans la bouteille. Et pendant mon retour a l'atelier il s'était réchauffé et redevenu gazeux !
 
TRD
Compagnon
13 Février 2010
852
Rhône Alpes
Je n'ai pas d'expérience du GPL.

J'aurais du m'en douter les aciers pour cryogénie contiennent du nickel.

 
phil135
Compagnon
15 Septembre 2012
1 408
france, essonne, nord
étonnant car si le butane est liquide à pression ambiante pour -0.5°C , il lui faut quand même -138°C pour geler. tu aurais dû coller les mains sur la bouteille (tant mieux si tu as gardé tes doigts)
tu es sûr que ce n'est pas juste un effet de forme qui a gardé du liquide, mais pas du solide ?
 
TRD
Compagnon
13 Février 2010
852
Rhône Alpes
étonant car si le butane est liquide à pression ambiante pour -.5°C , il lui faut quand même -138°C pour geler
Il suffit d'essayer pour s'en apercevoir.

Mais on peut faire un parallèle avec l'azote. Normalement gazeux a température ambiante et liquide à -196,( si je ne me trompe pas) Pourtant quand on a un vase d'azote liquide, il ne se vaporise pas instantanement. C'est possible parce que le transfert thermique est lent. Il faut longtemps pour réchauffer tout le liquide.

Une autre expérience étonnante vécue avec des pneus de compétition qui demandent des pressions précises. Le gonflage est réalisé au camion Michelin compétition qui dispose d'un petit réservoir sous forte pression. On gonfle un pneu neuf (donc a pression atmo au depart, par conséquent on injecte beaucoup d'air très fortement detendu). On lit la pression. Et une demi heure plus tard on s'aperçoit que la pression est remontée toute seule !

Explication : l'air qui sort du compresseur est fortement détendu. Donc il sort très froid. On gonfle donc le pneu a l'air glacé.
Une demi heure plus tard, l'air s'est réchauffé a travers le caoutchouc. Et sa pression a augmenté.
 
Dernière édition:
Dodore
Compagnon
27 Octobre 2008
13 575
F-69400 villefranche sur saone
Merci pour ces renseignements j’avais entendu parler du gaz qui givrait en sortant de la bouteille , mais j’ai jamais entendu dire que quelqu’un s’était collé à la bouteille
Tout ça pour dire que je ne savais pas qu’il existait des aciers spéciaux cryogéniques pour les bouteilles de gaz
 
mvt
Compagnon
8 Juin 2014
1 779
FR-91 - RER B
Bonsoir,

Quand je bossais à Amiens chez Philagro (stagiaire), pour remplir les bouteilles pour les traitements dans les essais, on avait des petites bobonnes que l'on remplissait avec du butane. Pour ne pas avoir de soucis, la bouteille nourrice était tête en bas. Sur un long traitement, il fallait remplacer les bouteilles en cours de route parce qu'elles givraient et la pression n'tait plus suffisante pour avoir un brouillard correct, même retournées.
Dans le film "Le ballon", il ont ce problème avec le premier ballon. Il se rendent comptent que le problème est résolu en mettant les bouteilles tête en bas.
 
Vilozorro
Ouvrier
21 Mai 2018
385
Il suffit d'essayer pour s'en apercevoir.

Mais on peut faire un parallèle avec l'azote. Normalement gazeux a température ambiante et liquide à -196,( si je ne me trompe pas) Pourtant quand on a un vase d'azote liquide, il ne se vaporise pas instantanement. C'est possible parce que le transfert thermique est lent. Il faut longtemps pour réchauffer tout le liquide.

Une autre expérience étonnante vécue avec des pneus de compétition qui demandent des pressions précises. Le gonflage est réalisé au camion Michelin compétition qui dispose d'un petit réservoir sous forte pression. On gonfle un pneu neuf (donc a pression atmo au depart, par conséquent on injecte beaucoup d'air très fortement detendu). On lit la pression. Et une demi heure plus tard on s'aperçoit que la pression est remontée toute seule !

Explication : l'air qui sort du compresseur est fortement détendu. Donc il sort très froid. On gonfle donc le pneu a l'air glacé.
Une demi heure plus tard, l'air s'est réchauffé a travers le caoutchouc. Et sa pression a augmenté.
Sors une bouteille d'eau presque vide du frigo
Tu l'ouvres, et tu renouvelles l'air dedans (en l'écrasant, en soufflant dedans, ou juste en attendant un peu...)
Tu remets le bouchon.
Tu appelles ton gamin, "Viens voir je vais te montrer un truc"
Tu secoues la bouteille.
Tu observes les yeux ronds de ton gamin.
:lol:

Pour ta bouteille de gaz, n'était-ce pas juste l'effet inverse ? Bombonne et gaz restant bien refroidis par la détente, sans tomber à l'état solide pour autant, et pression qui remonte ensuite quand ça se réchauffe.
Quand on vide rapidement un compresseur et qu'on le referme, ça fait la même chose : il se regonfle un petit peu.

À propos de compresseur : l'autre jour, je voulais voir si le tuyau d'air que j'ai placé en sortie directe de cuve (diamètre 15, ça débite bien) pouvait tenir sur le raccord sans collier. (Oh ça va, pas la peine de se moquer)
Verdict : non...
Il a sauté de son raccord à 5 bars.
100L d'air à 5 bars qui tombent à 0 en une demi-seconde, ça fait mal aux oreilles et ça fait du givre sur les raccords (où se produit la détente la plus brutale), mais ça ne gèle pas toute la cuve pour autant.
 
Dernière édition:
Satamax
Compagnon
8 Avril 2009
1 103
Merci a tous.

Question de givrer des bombonnes de gaz, j'ai fait ma part. Avec des cartouches de butane pour les lampes a souder. Les grosses qui font 30 cm. J'arrive a les givrer en soudant de la chape goudron.

Bon, question acier, j'avais l'impression d'une sorte d'acier a ressorts. Ça s'est tordu. Mais ça n'a pas été facile.
IMG_20191002_195855.jpg
 
TRD
Compagnon
13 Février 2010
852
Rhône Alpes
Merci pour ces renseignements j’avais entendu parler du gaz qui givrait en sortant de la bouteille , mais j’ai jamais entendu dire que quelqu’un s’était collé à la bouteille
Tout ça pour dire que je ne savais pas qu’il existait des aciers spéciaux cryogéniques pour les bouteilles de gaz
Salut, Je ne dis pas que c'en est. Je fis que je pense que ça pourrait en être.
 
TRD
Compagnon
13 Février 2010
852
Rhône Alpes
Bonsoir,
Si on ouvre une bouteille de gaz en grand , le grand débit ferme une soupape de sécurité, alors forcément il reste du gaz dedans.:cry:
Oui, mais dans mon expérience, j'ai enlevé le robinet.

(Suite à une faute de frappe, ce tordu de téléphone avait corrigé en levé par en levrette... Ça je n'ai jamais essayé...)


D'ailleurs pour ceux qui veulent faire des réserves d'air avec des bouteilles de gaz, il faut supprimer ce fameux clapet.
 
TRD
Compagnon
13 Février 2010
852
Rhône Alpes
En y repensant, j'ai peut-être orienté le débat dans une mauvaise direction.

Où a été prélevé l'echantillon d'acier ?
Si c'est dans un endroit embouti, c'est peut-être juste dû à l'écrouissage qui a augmenté la limite élastique de l'acier et par conséquent, son "Spring back". Le Spring back, en langage d'outilleur, c'est l'effet ressort qui redresse un peu la pièce une fois sortie de la matrice. Pour lutter contre le Spring back, on emboutit un peu plus que nécessaire pour à la fin avoir la géométrie souhaitée. Il faut savoir que cet effet dépend du sens de laminage. Le Spring back est différent dans le sens de laminage et dans le sens travers. Et d'ailleurs l'ensemble des caractéristiques mécaniques si j'en crois des documents américains récemment déclassifiés secret défense.
Pour emboutir une casserole parfaitement ronde, il faut une matrice légèrement ovale, ou une opération de conformage post-emboutissage.
 
Haut