Machine à pointer SIP MP-2P, une folie!!

  • Auteur de la discussion jeanmichel1946
  • Date de début
H
heidi
Compagnon
12 Nov 2009
2 490
doubs besancon
Bonsoir à tous,
Mon cher Jean Michel j'ai revisionné très calmement ton post ;comme Gaston et la majorité d'entre nous les fameux galets en alu m'ont interpellé;je n'ai pu m'empêcher de faire l'analogie avec la table de ma Kellenberger de 1947 qu'on avait déposé pour le transport;on voit bien tes équerres de bridage,c'est un peu comme les tambours de machines à laver qu'on bride pour le transport
Si tu cherches de la gaine électrique j'en ai à ta disposition;samedi je suis allé au hangar de Paul WETZEL mais à celui de Mouchard;l'Hauser est dans celui de la chapelle/furieuse;c'est con j'aurais pu te la prendre en photo
Très récemment j'ai un ennui de santé au niveau carotide droite donc priorité aux toubibs et aux divers examen;normalement je monte à l'enduro de Sancey le grand le dimanche 17 avril pour voir le frangin;généralement on pique nique ou il y a la fameuse montée pas loin d'une ferme;sur la carte je devrais retrouver le nom
il y a un bon mois je suis passé à Seloncourt car j'ai toujours pas tout compris dans la traversée d'Audincourt;à chaque fois je me plante;je me suis arrêté chez toi pas de JM pourtant ta break bleu marine était là;peut être que la sonnette!!! :roll:
Le graissage de la table se fait il sous pression comme sur la pluspart des étaux limeur ou par des "diabolo" comme sur la Kellenberger,
J'imagine que les outils qu'on voit sur les prospectus de DECKELITE sont extrêmement rares!!!à dire que ça couttait le prix d'une bonne maison :roll:
Grâce à des passionnés comme toi elle a évité les coups de grapin
Abientôt :wink:
Deux photos d'une mini nettement plus facile à stocker;ma copinne refuse
que je la mette sur son buffet de cuisinne;alors elle restera à Fontain dans mon petit bazar'mon ex table de salle à manger!!il y a de tout

P1030586-1.JPG
petite perçeuse en w6 comme tu les
affectionne


P1030585-1.JPG
la même donnée par unmonsieur également passionné mais qui souffre d'alzeimer avec l'âge;il préfère qu'elle tombe dans lles pattes de gars qui ont la fibre "collectionneur
 
jeanmichel1946
jeanmichel1946
Ouvrier
14 Mai 2009
499
Audincourt, Franche-Comté
  • Auteur de la discussion
  • #32
Bonsoir à tous,

Pour roland88:

Toutes mes excuses pour ne pas avoir répondu directement à ta question mais il me semblait que des éléments de réponse se trouvaient déjà dans les différentes interventions du post à savoir capacités de la machine en perçage, alésage et fraisage. Plus quelques exemples de travaux dans le prospectus que j'ai publié.

Je vais essayer d'expliquer ce que je connais sur ces machines.

Les principes régissant les machines à pointer et mesurer ont été décrits dès 1885 par M. Ch. Houriet. Ils se résument à rapporter tous les centres à des coordonnées rectangulaires et à en réaliser le report par une action mécanique avec un grande précision.

Les machines à pointer et mesurer sont issues de l'industrie horlogère je pense au début des années 1910-1920 pour réaliser les calibres de montres. En 1924 mes documents horlogers décrivent des machines à pointer des Marques DIXI ,SIP et PERRENOUD-JACOT. Ce sont toutes des machines d'établi assez petites.

L'objectif de ces machines étaient de prolonger les travaux faits sur les microscopes micrométriques par les opérations de pointage et de perçage, tout cela avec la même précision que le microscope. Les machines citées plus haut étant précises à 2 microns.

Ensuite l'intérêt de ces machines a gagné les secteurs de l'usinage de précision : micro-mécanique, aviation ou médical. Du coup les machines ont grossi juqu'à atteindre des tailles respectables, cas de la machine SIP 6A de 6,8 tonnes. Pour moi, il y a trois tailles de machines:

- les petites machines d'établi comme celles que j'ai mentionnées plus haut et dont l'utilisation est vraiment limitée à l'horlogerie.

- les moyennes comme la mienne, qui peuvent faire de l'horlogerie ou de la mécanique de précision. Limitation liée aux broches équipées de cônes CM1 ou CM2.

- les grosses dont l'architecture est généralement sous forme de portique pour les axes Y et Z, tables des X de grand format avec une grande course et acceptant plusieurs centaines de kg de charge (jusqu'à 2 T pour la SIP Hydroptic 7A avec une précision garantie à 5 microns).

Pour obtenir ces précisions de mesures et d'usinage, les machines à pointer ont des caractéristiques un peu différentes des autres machines outils:

- elle sont très robustes donc très massives.

- leurs tables sont souvent guidées par des glissières en V, double ou simple, certaines comme la SIP étant garnies de rouleaux.

- les systèmes de mesures des déplacements sont très sophistiqués: deux versions principales. D'une part l'utilisation de vis rectifiées de très grande précision associées à une règle étalonnées de compensation (des petites imperfection de la vis ou de son usure) qui agit sur le vernier de mesure par des leviers amplifiés. Ces règles sont réétalonnées périodiquement et rectifiées en conséquence.

D'autre part, comme sur la SIP, un système optique basé sur la lecture d'une règle micro gravée comme un étalon de longueur. Les jeux de pignons et l'usure des vis n'interviennent absolument pas sur la précision et la fidélité des mesures. C'est l'ancètre des DRO mais sans pièce mobile, sans frottement, sans usure, juste une simple ampoule à changer de temps en temps, mais comme SIP le préconise dans le manuel : n'allumer les écran que pendant la lecture des cotes.

Pour pepe:

La machine n'est pas dans mon atelier non chauffé, mais dans mon sous-sol pour qu'elle soit plus au chaud et au sec.

Je t'attends de pied ferme, tu viens quand tu veux, sinon j'essaierai de te rendre une petite visite, fin Avril ou début Mai dès que j'aurai remis la MP-2P en marche.

Pour heidi:

Attention mes galets ne sont pas en Alu mais en bon acier de roulement. J'ai d'ailleurs tous déposé le système de la table des X cet après-midi car je n'arrivais pas à enlever tous les copeaux et comme je vais changer de marque d'huile, j'ai préféré tous sortir et astiquer bien à fond. De plus l'ensemble des rouleaux ne me paraissait pas bien centré par rapport au déplacement ( sur une des photos précédentes on ne devrait pas voir les rouleaux). Il suffit de recaler la table comme pour le transport et tous l'ensemble sort facilement, vous aurez des photos demain.

Le graissage se fait manuellement à la pompe à huile,il y a une quinzaine de points.

Oui je n'ai toujours pas remis en ordre mon système d'interphone de portail, j'ai tiré des fils pour virer le système radio avec piles extérieures qui a marché deux ans avant de tomber en panne.

Super ta petite perceuse d'horlogerie, si tu as des problèmes de logement j'ai déjà une place sur mes étagères pour elle.

Cordialement.

Jean-Michel.
 
roland88
roland88
Compagnon
9 Juil 2009
2 486
Seine et Marne
Bonjour Jeanmichel1946, merci pour votre trés complète reponse, j'en suis vraiment satisfait...Cordiales salutations.
 
jeanmichel1946
jeanmichel1946
Ouvrier
14 Mai 2009
499
Audincourt, Franche-Comté
  • Auteur de la discussion
  • #36
Bonjour à tous,

Merci à lapinets pour le lien et la photo.
Ce modèle est dans la catégorie des grosses machines à portique que j'ai énoncées plus haut.

Elles ont de grosses capacités mais pour une masse et un volume importants.

Je ne te dis pas les problèmes de transport d'un tel engin. J'aimerais bien lire le manuel de cette machine pour voir quelles sont les préconisations.

J'aimerais surtout pouvoir examiner de près une telle machine pour voir comment est gérée le déplacement vertical du portique sur ses deux colonnespour garantir la précision de la machine notamment la perpendicularité des axes Y et Z.

Hier journée de repos pour la MP-2P car c'était séance de contrôle technique de la pompe pour votre serviteur, nickel, le grand manitou a décrété que je pouvais encore faire des copeaux. Alors j'y retourne !!

Cordialement.

Jean-Michel.
 
Vapomill
Vapomill
Compagnon
28 Fev 2007
2 134
FR-56 Est Morbihan
Salut Jean-Michel!
Ça y est, le microscope est installé sur le SA30.
Si j'éclaire fortement le sujet à viser, l'image est bien nette, mais le réticule n'est pas visible.
Si je me sers d'une loupe, je vois le réticule, mais l'image est complètement floue...
Je me demande si il n'y aurait pas un dépoli, permettant de voir et l'image et le réticule...?
Pourrais-tu regarder comment est fait ton viseur?
Merci!
Amicalement Bertrand.
 
jeanmichel1946
jeanmichel1946
Ouvrier
14 Mai 2009
499
Audincourt, Franche-Comté
  • Auteur de la discussion
  • #38
Bonsoir Bertrand,

Il faudrait que tu me donnes plus de détails et des photos de ton montage et de ce que tu utilises.

Quand tu dis que l'image est nette, à quelle distance es-tu de l'objet que tu vises et quel oculaire utilises-tu dans ce cas?

Quand tu mets une loupe, à quelle distance est-elle de ton réticule?

J'ai dévissé l'oculaire de mon microscope de pointage SIP mis en photo sur la page précédente. Le réticule est à environ 10 mm en dessous de la lentille inférieure de l'oculaire. On voit bien son dessin à l'oeil nu. Cet oculaire est réglable, c'est cela qui permet de faire la mise au point du réticule selon ta vue, ensuite la mise au point sur l'objet visé se fait par rapprochement ou éloignement de l'objet en jouant sur ta broche de fraiseuse. Sur mon appareil SIP il faut être entre 50 et 60 mm de l'objet.

A te lire, cordialement.

Jean-Michel.
 
Vapomill
Vapomill
Compagnon
28 Fev 2007
2 134
FR-56 Est Morbihan
Salut Jean Michel!
Voici deux photos de l'usinage (acrobatique! :wink: ) de l'arbre.
La distance entre l'objet visé et la lentille est de 4cm, la netteté maximum du réticule je l'obtiens en plaçant ma loupe à 7cm de l'optique côté observateur et mon œil est à 12 cm de la loupe...
Ce qui m'étonne, c'est qu'en déplaçant mon oeil , je vois l'image se déplacer un peu... dans ces conditions, comment être certain de bien regarder selon l'axe?
Comme tu peux l'imaginer, je suis ignare en optique!
Amitiés, Bertrand.

cône fini shack.jpg
Un état de surface bien plus beau sur cet acier prétraîté a permis de peaufiner encore l'angle.
Le comparateur est là pour "doser" l’effet des petits coups de maillet...
Merci Daniel! :wink:


bauche shack.jpg
Montage acrobatique du petit chariot de Haulin pour approcher le bon angle au plus près.
 
jeanmichel1946
jeanmichel1946
Ouvrier
14 Mai 2009
499
Audincourt, Franche-Comté
  • Auteur de la discussion
  • #40
Bonjour à tous,

Je reprends le fil de mon aventure avec la SIP MP-2P. Ne croyez pas que je suis resté inactif pendant une semaine, en fait j'ai passé toutes mes journées sur la machine et j'étais trop naze le soir pour me mettre sur l'ordinateur.

Tout d'abord réfection des faisceaux électriques et ensuite nettoyage , vérification et remise en ordre du tableau électrique. Pas trop de problèmes mais quelques prises de tête avant de tout comprendre sur la conception du circuit.

Trois exemples:

- le bouton pour allumer les ampoules 6 volts du système optique, est alimenté lui en 92 volts et commande un contacteur pour envoyer le 6 volts aux ampoules.

- ce contacteur commande aussi un petit ventilateur 220 volts pour refroidir les ampoules, mais le 220 V était apparamment obtenu entre une phase et la terre (il me semble que c'était habituel dans les années 50), d'ailleurs il était déconnecté sur la machine. J'ai donc rajouté un fil de neutre et alimenté la machine par un câble à 5 fils.

Il y a un troisième contacteur en série avec le contacteur disjoncteur principal du moteur pour interdire la mise en route du moteur si la lunette de centrage est branchée sur la machine avec son éclairage. Pour cela la prise à quatre broches comporte un pontage interne sur deux broches, tout ça en 92 volts sauf l'ampoule de la lunette alimentée par un circuit 7 volts indépendant de celui du système optique.

Bref tout un circuit électrique assez complexe pour faire Marche-Arrêt sur un moteur triphasé, alimenter un petit moteur en mono 220V et distribuer du 6 volts sur 3 ampoules.

L'aspect électrique règlé, je me suis décidé à démonter la table des X car je trouvais qu'il y avait pas mal de copeaux sur les glissières et je n'arrivais pas à les éliminer totalement.

Dépose sans trop de problème, débarrassée de tous ses carters la table ne fait que 120 kg, une paille !! J'ai ainsi pu accéder aux galets et glissières sur toute la longueur. Pas trop de mal, quelques marques ponctuelles liées aux passages de copeaux dans les rouleaux. A noter le système d'entraînement: volant, renvoi d'angle, vis à deux filets, noix solidaire d'un petit charriot guidé par glissières et entraînement final de la table par un barre assez longue qui ne travaille que dans le sens des X. Les efforts dans les autres directions sont découplés.

Rajout de deux photos pour illustrer la vue supérieure du coulisseau ainsi dépouillé et une vue de presque tous les carters démontés (j'ai dû en oublier un ou deux).

C'est tout pour ce matin, j'y retourne, la suite ce soir.

Bertrand:

C'est bien, j'ai vu que tu as fini ton angle de montage sur la fraiseuse avec le cône SA30 directement dans la broche. Pour fignoler encore plus il faudrait que tu repères la position de montage de chaque cône et que tu remontes chaque fois dans la même position.

Pour ton problème optique, essaies de trouver dans ton entourage un possesseur de microscope qui te prète un oculaire. Si tu n'as rien démonté le centre optique de ton objectif est centré avec celui de ton réticule, il faut ensuite mettre un oculaire bien centré avec cet ensemble, une loupe tenue à la main ne pourra jamais remplir cette condition.

Le jugement final c'est de vérifier que si tu vises un point précis, coup de pointeau ou comme conseillé chez SIP, deux cheveux noirs croisés collés sur une feuille blanche, le centre de ton réticule ne bouge pas lorsque tu faits un tour avec ta broche.

A+

Jean-Michel.
Tableau électrique remis en ordre.JPG
Tableau électrique nettoyé, vérifié et remis en ordre.
Tableau électrique côté verso.JPG
Tableau électrique côté verso, la précision suisse!!
Dépose de la table des X.JPG
Dépose de la table des X, 120kg quand même toute nue.
Vis des X son entraînement et sa noix.JPG
Vis des X, son entraînement et sa noix.
Barre d'entraînement de la table des X.JPG
La barre d'entraînement de la table, découplage en transversal et vertical.
Vue supérieur du coulisseau Y.JPG
Vue supérieure du coulisseau déjà bien dépouillé mais toujours imposant.
Tous les carters démontés.JPG
La majorité des carters démontés en attente de nettoyage.
 
Vapomill
Vapomill
Compagnon
28 Fev 2007
2 134
FR-56 Est Morbihan
Merci Jean Michel pour ces superbes photos!
Ça fait vraiment rêver!
Comment est-ce que la barre est attachées à la table? Si elle est énergiquement boulonnée le découplage n'est pas parfait, non? La barre a une bonne flexion en vertical, mais horizontalement...
Pour le repérage, c'est la première chose que j'ai faite avant d'usiner le cône! :wink:
J'ai sollicité un forumeur sympa (merci à lui) qui va m'envoyer des photos de son viseur.
Amicalement, Bertrand.
 
jeanmichel1946
jeanmichel1946
Ouvrier
14 Mai 2009
499
Audincourt, Franche-Comté
  • Auteur de la discussion
  • #42
Bonsoir à tous,

Merci Bertrand pour ta réponse.
La barre daccouplement est assez longue, elle est fixée à la table par la petite équerre que l'on voit à droite, comme les jeux sont inférieurs au centième on peut dire que c'est découplé. Regardes sur les pages précédentes il y a une photo où on voit bien la fixation de la barre sur la table.

Comme j'étais très désireux de voir l'état des glissières du coulisseau je n'ai pu résister à l'envie de le déposer ou tout du moins le soulever pour aller inspecter les entrailles de ce gros morceau dont j'estime la masse entre 400 et 500 kg.

Après avoir installé des anneaux aux trois points de levage prévus, j'ai essayé de lever le côté droit, le plus lourd avec un palan et deux élingues, mais la charge mal répartie ne permettait pas un levage parallèle. J'ai donc pris les grands moyens : le palan sur l'anneau le plus chargé, une corde avec deux poulies multi gorges sur le deuxième et une chèvre 2 T sur le troisième, tout cela en profitant que la machine étant toujours sur des charriots à rouleaux, je pouvais la déplacer dès que le coulisseau était décollé. Il a quand même fallu que je dépose la vis des Y car je n'arrivais pas à démonter le support de la noix solidement boulonné au bâti.

Mes efforts ont été récompensés quand j'ai vu l'état de la glissière G complètement encrassée de copeaux laminés (voir photos).

J'en profite pour vous donner quelques caractéristiques techniques:

- les vis des axes X etY sont d'un diamètre de 25 mm, avec deux filets et un pas de 6 mm/tour.

- les galets de la table font 16x25 en diamètre pour une largeur de 24,5 mm. Il y en à 3 groupes de 4 devant et derrière la table.

- pour le coulisseau à droite il y a dans une glissière en V un groupe de 8 galets sur l'avant et un groupe de 6 sur l'arrière. Ces galets sont plus gros que ceux de la table, ils font 22x35 mm avec une largeur de 34,5 mm.

- pour le coulisseau à gauche il y a deux galets encore plus gros montés chacun sur deux roulements à rouleaux cylindriques. Ce sont les galets qui servent de cage extérieure des roulements. je ne vous explique pas la galère et le prix s'il fallait en retrouver. Ces galets ont 97 mm de diamètre hors épaulement et 26 mm de large.

Comme la rotation de ces galets me semblait paresseuse j'ai décidé de les démonter et là j'ai fait une erreur car en démontant le premier je me suis rendu compte que l'axe comportait un excentrique au niveau des roulements. Pour moi cet excentrique a deux fonctions, d'abord régler l'horizontalité de l'ensemble XY ou plutôt sa parfaite perpendicularité par rapport à l'axe Z, et ensuite de répartir également la charge entre les deux galets. Inutile de dire que j'ai repéré la position de l'axe du deuxième galet avant de le démonter (obligé d'utiliser une dremel pour faire un repère car l'axe est aussi trempé et dur que les cages des roulements).

J' ai quand même passé deux jours à éliminer tous les copeaux, nettoyer les pièces, dégraisser les surfaces devenues plus accessibles et poncer la glissière pour éliminer au mieux les outrages faits par les copeaux laminés.

OUI !! OUI !! j'ai bien écrit poncer et je vois les cheveux dressés sur la tête de phil916 grand maître es grattage. Désolé mais je n'ai jamais pratiqué cet art difficile et je suis parti du principe que c'était un chemin de roulement pour des gros galets. De toute façon c'est déjà infiniment mieux que l'état avant démontage. C'est à croire que cette machine n'a reçu aucune maintenance pendant les 50 années de sa longue vie.

J'en profite pour faire une remarque personnelle: je trouve qu'il y a un défaut de conception sur cette machine car la glissière en question est protégée par deux pièces que l'on ne peut démonter que si le coulisseau est déposé et encore une des pièces empêche de déposer le coulisseau à la verticale mais oblige de le décoller et ensuite de le translater vers l'avant.

Remontage de l'ensemble sans trop de problème. Mon système à trois points de levage indépendants s'avérant assez pratique car il autorize pas mal de degrés de liberté pour l'accostage délicat du coulisseau sur ses galets. Restait à savoir comment règler le gros galet de G pour répartir la charge avec son voisin. Quelques heures sur le Web pour trouver des éléments de réponse et finalement je me suis basé sur le document ci-joint concernant les chemins de roulements et j'en ai déduit d'après les calculs que l'aire de contact rectangulaire faisait 0,58 mm de largeur pour un galet et que l'écrasement correspondant était de l'ordre du microns. J'ai fait un petit montage simplifié pour installer un comparateur à 0,01 mm et j'ai réglé mon axe pour remonter le coulisseau du minimum soit 0,01 mm. C'est trop mais je vais modifier mon support pour monter un comparateur au micron et je ferai 1 micron.

C'est tout pour ce soir, demain je remonte la table et le système de lecture optique. Je branche une alimentation 6 volts pour contôler le bon fonctionnement du système optique.

Cordialement.

Jean-Michel.

Comparateur installé pour équilibrer la charge des galets G.JPG
Le comparateur installé pour régler l'axe du galet.

Eléments d'un galet G de l'axe des Y.JPG
Eléments d'un galet roulement. Notez l'épaisseur du galet et l'arbre avec son excentrique.

Galet roulement assemblé axe des Y.JPG
Un des galets roulement assemblé.

Etat chemin de roulement gauche de l'axe Y.JPG
Etat de la glissière G avec les copeaux bien laminés.

Etat protecteur du chemin de roulement gauche axe Y.JPG
Le fameux protecteur indémontable sans déposer le coulisseau.

Accumulation des copeaux à gauche axe Y.JPG
Accumulation des copeaux à G dans le bâti.

Désacouplement coulisseau Y, 3 moyens de levage.JPG
Les moyens de levage pour déposer le coulisseau.

Coulisseau Y désaccouplé du bâti.JPG
Coulisseau des Y désaccouplé du bâti. Voir la pièce jointe Chemin de roulement F185387.pdf Doc sur les chemins de roulement.
 
G
gaston48
Compagnon
26 Fev 2008
9 823
59000
Bonjour
Une suggestion de réglage avec un comparateur au micron monté entre les axes des galets tel que sur la photo.

Réglage du galet dont la position de l’excentrique a été repérée à sa position initiale.
Effacement du galet non repéré.
Mise à zéro du comparateur.
Effacement du galet repéré
Réglage du galet non repéré jusqu’à restituer le zéro au comparateur
Réglage du galet repéré à sa position initiale.
 
jeanmichel1946
jeanmichel1946
Ouvrier
14 Mai 2009
499
Audincourt, Franche-Comté
  • Auteur de la discussion
  • #44
Bonsoir à tous,

Super ta procédure de réglage gaston48, je l'ai appliquée cet après-midi avec le comparateur au 0,01 mm, ça a l'air de donner un bon résultat.

Poursuite des travaux de restauration de la machine à pointer, finalement je l'ai mise complètement en pièces détachées, y compris la tête verticale et je n'ai aucun regret car j'ai trouvé des manques de graissage sur tous les roulements.

Tout ce qui concerne la motorisation et la ventilation était complètement encrassé y compris les hélices de ventilateurs et bien sûr les filtres.

Par contre pas de problème au niveau des boîtes de vitesses nickel, à noter un couple de pignons en Céloron à l'entrée.

Le quill a été débloqué à la presse avec un faible effort c'était juste un petit collage dû à l'huile déssechée. Il faut dire que le quill est tellement ajusté dans la poupée que ça bloque dès que l'huile n'est plus assez fluide. Il est impossible de détecter le moindre jeux. Quand on voit ensuite la rafale de roulements de tous types sur lesquels est montée la broche, on est à des années lumière des perceuses ou pseudo-fraiseuses d'origine exotique.

Je vous joints quelques photos de la mécanique de la tête.
Ce soir la tête est en place et son rhabillage bien avancé : les deux boîtes sont reposées, le moteur et sa ventilation également, un essai du moteur à vide a donné satisfaction. Restauration du système d'entraînement de la broche en cours.

Demain remplissage en huile Velocite 6 des 3 carters de BV et poupée.

Il reste deux grosses étapes:

- intervention sur la broche, mais je n'ai pas encore compris le mode de démontage assez délicat, il y des roulements à rouleaux cylindriques, des roulements à billes à contact oblique qui perdent leurs billes dès qu'on les libère, un vrai bonheur. Mais je sents qu'il faut que je m'en occupe car je soupçonne un manque de graissage.

- remontage de la table des X ,un peu laborieux car la bête fait 120 kg mais pas de difficulté mécanique, il faut juste veiller à bien positionner les rouleaux par rapport à la course, ce qui n'était pas le cas au démontage.

Si tout va bien je devrais pouvoir faire des copeaux Dimanche après-midi.

A suivre. Cordialement.

Jean-Michel.

Arbre de descente de broche avec limiteur de couple.JPG
Arbre de descente de broche avec limiteur de couple.

Poupée, arbre entraînement de broche avec pompe à huile.JPG
Poupée avec son axe d'entraînement de broche comportant une pompe à huile en partie basse.

Moteur nettoyé, regraissé et reposé.JPG
Moteur nettoyé, regraissé et reposé.

deuxième ventilateur intérieur.JPG
Deuxième ventilateur intérieur.

Moteur déposé, très aéré.JPG
Moteur déposé ,notez son architecture spécifique, très aérée.

Moteur  et ventilateur extérieur.JPG
Moteur et ventilateur extérieur avant dépose.

La fourche qui compense le poids de la broche.JPG
Vue de détail sur la fourche qui équilibre la broche.

Le système de compensation de masse sur la tête.JPG
Système de compensation de masse de la tête et de la broche sur lequel agit le contre poids.

Contre poids prêt à être remboité.JPG
Contre poids prêt à être remboîté dans le bâti.

Contre poids remontage en utilisant la sous pente du garage.JPG
Utilisation de la sous-pente du garage pour remettre le contre poids m'évitant la construction d'un portique.
 
jeanmichel1946
jeanmichel1946
Ouvrier
14 Mai 2009
499
Audincourt, Franche-Comté
  • Auteur de la discussion
  • #45
La suite pour cause de nombre de photos.

Le fût du quill, aucune rayure, glacé comme un cylindre de moteur automobile.JPG
L'alésage de la poupée, aucune rayure, glacé comme un cylindre de moteur automobile.

Remise en place du coulisseau des Z.JPG
Remise en place du coulisseau vertical, facilitée par une masse moitié de sa masse équipée

Coulisseau des Z nu.JPG
Coulisseau vertical nu

BV vue en bout, pignon d'entrée en Celoron.JPG
BV vue en bout avec son pignon d'entrée en Celoron.

BV vue de dessus, double came inter-exter et billage.JPG
Boîte vue de dessus avec sa came de commande double inter-exter et billage

Boîte 8 vitesses de broche, vue de face.JPG
Boîte 8 vitesses de broche vue de face

Boîte de vitesses des avances, vue de dessus.JPG
Boîte de vitesses des avances vue de dessus

Boîte de vitesses des avances, vue de face.JPG
Boîte de vitesses des avances vue de face. 2 vitesses 0,02 et 0,06 mm/tr en montée ou descente

Plaque du moteur.JPG
La plaque des caractéristiques du moteur
 
grenouille32
grenouille32
Compagnon
4 Oct 2009
1 857
Suisse-Jura bernois
Une comme cela, j'en mettrais volontiers dans mon salon simplement pour la regarder :!: :oops:
Mais travailler la-dessus, quel bonheur :!: :!: :-D
 
R.2087
R.2087
Compagnon
2 Mai 2009
844
FR-62100 din ch'Nord-Pas-de-Calais
bonjour l'ami jeanmichel1946 et à tous !!!

j'avais zappé ce post et j'ai eu tord !!!
quelle bécane !!!! :o :o :o :o

c'est vraiment un coup de cœur pour vous !!!
et vous avez bien eu raison de la récupérer, serait été un sacrilège de la laisser partir à la ferraille !!!!
c'est bien le genre de machine que l'on ne rencontre plus guère que dans de vieux ateliers et une chose est sûr c'est que l'on est loin d'avoir cette précision avec nos chinoiseries !!!!!

vous souhaites plein de bonnes choses avec cette bécane !! :itm: :itm: :itm: :itm: :7dance: :7dance: :7dance:

au plaisir de la voir tournée !!!
R.2087
 
jeanmichel1946
jeanmichel1946
Ouvrier
14 Mai 2009
499
Audincourt, Franche-Comté
  • Auteur de la discussion
  • #48
Bonsoir à tous,

Merci à grenouille32 et R.2087 pour leurs avis élogieux. C'est sûr que je n'ai pas résisté longtemps quand j'ai su que cette machine irait à la casse, bien qu'on ne me l'ai pas donnée, mais comme j'avais déjà acheté les accessoires (que je présenterai dès que j'ai un peu de temps pour faire des photos) je n'avais pas beaucoup le choix.

Je pense que je vais me faire plaisir avec cette machine et en particulier utiliser toutes les fraises et forêts carbure que je rachète à un Suisse sur les brocantes ( outils issus d'une société qui travaille dans le médical et qui doit par contrat changer d'outils toutes les 10 pièces).

Hier soir par exemple j'ai été sollicité par mon voisin pour agrandir un gicleur de carburateur de 0,68 à 0,95 je l'ai fait sur une perceuse d'horlogerie avec un forêt carbure de 0,92 (acheté à mon ami suisse) mais cela aurait été un bonheur de le faire sur la machine à pointer, perçage à 0,9 et alésage à 0,95 avec une précision de 5 microns.

Bon revenons à la suite des opérations.

Comme annoncé hier soir je me suis occupé de la broche et j'ai réussi à la mettre en pièces. C'est un beau morceau de mécanique de précision que je vais essayer de vous décrire.

Au démontage je me suis rendu compte que le quill était en deux parties, ce qui était complètement invisible pièce en main, je pense que cela est dû au fait que le diamètre extérieur a été rectifié quill assemblé et c'est aussi la raison pour laquelle je n'arrivais pas à comprendre le type de montage.

Au final la broche est montée sur 5 roulements : 2 roulements à billes à contact oblique pour la reprise des efforts axiaux et 3 roulements à galets cylindriques pour la concentricité.

Particularité de réalisation propre à SIP pour augmenter la précision : les deux roulements du nez de broche (un à billes, l'autre à rouleaux) sont directement arbrés sur la broche et la partie amovible du quill (inutile d'essayer d'imaginer le prix de revient d'un tel montage et surtout le casse-tête pour le réaliser sachant que le but final est d'être meilleur en concentricité que le meilleur roulement de précision). Heureusement que toutes les pièces sont nickel même si la graisse commençait à se faire rare, d'où le bien fondé de mon intervention, car je n'imagine même pas comment trouver des pièces de rechange. On comprend alors la raison de l'usinage du quill en deux pièces, la partie avant est en acier à roulement avec les traitements adéquates.

Il y a un deuxième roulement à touleaux arbré aussi sur la broche mais avec une cage extérieure emmanchée dans la partie principale du quill.

A l'extrémité de la broche il y a un deuxième ensemble de roulements à billes et à rouleaux cylindriques. Ces roulements sont règlés en axial par un écrou terminal derrière le pignon d'entraînement. A noter la présence de 6 ressorts traversant le pignon qui induisent une précharge axiale permanente indépendamment du réglage de jeux.

Entre les deux jeux principaux de roulements il y a une entretoise avec un système complexe de clavetage sur la broche, dont je n'ai pas vraiment compris la fonction.

Bon demain je m'attaque au remontage du bijou, j'ai prévu un séjour à 80° dans le four de la cuisine pour remboîter les deux parties du quill, tout devrait bien se passer, les traces apparentes dans la zone correspondant à la crémaillère me permettront de remboîter dans la même position qu'au démontage.

A+. Cordialement.

Jean-Michel.

Composants du quill .JPG
L'ensemble des composants du quill et de la broche.

Portées de roulement dans le quill.JPG
Portées des deux premiers roulements dans la partie avant du quill.

Trois portées de roulement arbrées sur la broche.JPG
Les trois portées de roulement arbrées sur la broche, les portées des rouleaux correspondent aux diamètres rétrécis.
 
Vapomill
Vapomill
Compagnon
28 Fev 2007
2 134
FR-56 Est Morbihan
Merci Jean-Michel!
Quel régal!
Bravo pour ton travail, aussi bien en tant que mécanicien, qu'en tant que reporter-photographe! :smt038
Amicalement, Bertrand.
 
jeanmichel1946
jeanmichel1946
Ouvrier
14 Mai 2009
499
Audincourt, Franche-Comté
  • Auteur de la discussion
  • #50
Bonsoir à tous,

Merci bertrand pour tes compliments mais n'en rajoutes pas trop sinon je vais avoir des problèmes de chevilles. Au fait où en est-tu avec ton microscope de centrage ?

Aujourd'hui après une petite brocante infructueuse, je me suis attaqué au remontage de la broche. Tous les roulements ont été graissés avec de la graisse aviation G-382.

Un premier passage du quill dans le four à 75° n'a pas été concluant mais le deuxième passage à 85° a été couronné de succès. Le remboîtage s'est fait tout seul, j'ai seulement 0,5 mm de décalage en rotation par rapport à la position d'origine. Le réglage du jeux axial est très difficile à affiner en raison de la présence des 6 ressorts de précontrainte, je l'ai fait en fonction du couple de rotation de la broche, serrage pour être un peu gras et retour en arrière d'un quart de tour. Je reprendrai ce réglage quand je l'aurai fait tourner un peu.

Maintenant la broche est en place. Les pleins d'huile des trois carters ont été faits avec de la MOBIL VELOCITE 6 comme préconisé par SIP. Tous les mouvements sont graissés avec de la VACTRA Oil N°2. J'ai galèré une heure au moins pour tirer 2 litres d'huile dans des fûts de 200 litres, rachetés lors d'une vente aux enchères, avec une seringue de vidange qui n'a pas l'air en forme, il faut que je trouve une autre solution, je crois que je vais investir dans trois ou quatre robinets et mettre mes fûts à l'horizontal.

Demain matin trois brocantes au menu et l'après-midi branchement électrique de la machine (il faut que j'installe une prise cinq broches (3 phases + neutre +terre) que je n'ai pas dans le garage. Le neutre ne sert qu'à alimenter le petit moteur de refroidissement des ampoules du système optique et la lampe de travail.

Juste un petit renseignement qui pourra être utile à certains. Pour le décapage de la peinture bien encrassée par 50 années de service, j'ai essayé l'essence F, peu concluant ça n'enlève presque rien, ensuite dégraissant du commerce, un peu plus efficace mais il faut frotter comme un fou et par moment on dirait qu'il perd de son efficacité. J'ai bien dû passer 6 jours à astiquer, et puis il ya trois jours j'ai eu l'idée d'essayer un produit en pulvérisateur pour nettoyer les jantes de voiture (origine Peugeot) et là miracle l'effet est instantanné et super efficace). On pulvérise le produit, il se passe une espèce de réaction de surface et 15 secondes après il suffit de passer un coup de papier absorbant et la peinture a retrouvé sa couleur d'origine. Ne me demandez pas ce qu'il y a dans ce produit car il n'y a pratiquement aucune indication sur les ingrédients ni d'ailleurs sur le mode d'utilisation. Pour ma part je repasse derrière avec le dégraissant. Je vous ferai deux photos sur les dernières pièces que je dois encore décrasser.

Cordialement.

Jean-Michel.
 
jeanmichel1946
jeanmichel1946
Ouvrier
14 Mai 2009
499
Audincourt, Franche-Comté
  • Auteur de la discussion
  • #51
Bonsoir à tous,

Je vous joints quelques photos concernant le produit de décapage que j'ai utilisé pour les carters très encrassés.

Ouf, la machine est maintenant complètement remontée et fonctionnelle. J'ai un peu galèré pour régler les ampoules du système de lecture optique car je me suis apperçu qu'il y avait deux images possibles du filament sur l'appareil de réglage, une seule donnant le bon résultat final.

Il faudra néanmoins que je redémonte les règles étalons pour refaire leur nettoyage, je pensais l'avoir fait soigneusement mais avec le grossissement optique de 33 environ, j'ai de magnifiques rayures qui défilent avec les graduations, ça ne perturbe pas les mesures mais ça fait désordre!!

J'ai fait hier les premiers copeaux et tout c'est bien passé. J'avoue honteusement que je n'ai pas utilisé toutes les fonctionnalités de la machine car il aurait fallu que je fasse un plan complet coté de la pièce (avec des origines et en incluant les diamètres des fraises utilisées), j'ai eu la flemme et j'étais pressé de taper dans le métal. En fait j'ai un peu regretté en cours d'usinage car j'ai failli me planter plusieurs fois et tout mettre à la poubelle.

Il s'agissait de reproduire en dural un boîtier pour les boutons de commande d'un ancien siège de dentiste. Le boîtier d'origine étant une pièce en plastique moulé, cassée et incomplète.

Je suis assez content du résultat bien que je sois limité dans les outillages disponibles car je n'ai pas de mandrin ni de porte pinces adaptables à la machine. J'ai seulement règlé une tête à aléser à 0 et je ne peux monter dessus que des outils avec une queue de 8 mm.

La suite des photos un peu plus tard.

Cordialement.

Jean-Michel.

Le système de visu optique.JPG
Système de lecture en fonction. L'espace entre deux traits correspond à 1 mm. Il faut encadrer un trait avec les deux curseurs mobiles en tournant le disque divisé en cent centièmes, le vernier donne le micron.

Système optique de lecture.JPG
Système optique de lecture sans le cache extérieur.

Mise au point du filamant de l'ampoule.JPG
Le réglage consiste à positionner et mettre au point le filament dans la fenêtre.

L'appareil pour règler les ampoules du système optique.JPG
L'appareil pour règler les ampoules du système optique, vue générale.

Résultat final.JPG
Résultat final après passage d'un papier absorbant.

Le produit agit en 20 secondes.JPG
Le produit agit en 20 secondes à peine.

Etat du carter avant décrassage.JPG
Etat du carter avant pulvérisation du produit.

Produit nettoyant de jantes, verso .JPG
Produit pour nettoyer les jantes, verso.

Produit nettoyant de jantes, recto .JPG
Produit pour nettoyer les jantes, recto.

Miroirs du système optique.JPG
Les miroirs du système optique.
 
jeanmichel1946
jeanmichel1946
Ouvrier
14 Mai 2009
499
Audincourt, Franche-Comté
  • Auteur de la discussion
  • #52
La suite,

Puis interruption du post pour 15 jours , pour cause de concentration de motos dans le sud.

Cordialement.

Jean-Michel.

Après travaux, un bon nettoyage s'impose.JPG
La machine après travaux, un bon nettoyage s'impose malgré l'évacuation de pluieurs pelles de copeaux en cours de travaux.

La pièce terminée.JPG
La pièce terminée.

Opération finale, découpage de la plaque d'origine.JPG
Opération finale, découpage de la plaque de base.

Usinage du trottoir d'appui.JPG
Usinage du trottoir d'appui.

Les premiers copeaux.JPG
Les premiers copeaux. Faces de références et ouverture.

La machine complète avec matière pour 1ère pièce.JPG
La machine complète et nettoyées, avec la matière pour sa première pièce. Concentrez-vous sur la machine, ne regardez pas le souk environnant !!!

La pièce complètement finie.JPG
La pièce complètement finie. Mission accomplie !!

Réalisation d'un congé extérieur.JPG
Réalisation d'un congé extérieur. Fraise carbure qui n'a pas malheureusement un profil quart de rond complet.
 
N
Nicolas Beroud
Nouveau
17 Sept 2012
4
Genève
Bonsoir! Projet vraiment magnifique. J'ai fait mon apprentissage de micromécanicien à l'école d'horlogerie de Genève, et, il y a bientôt un demi-siècle, j'avais visité la SIP dans le cadre de l'école. (l'atelier possédait une MP 1H). Un ami m'avait dit "Tu verra, là-bas, il voient des microns courir par terre...
c'était en dessous de la vérité. Savez-vous que le bâti est gratté bombé (toujours les microns!) pour qu'une fois le plateau posé, avec son poids, (ce n'est pas du mécano-soudé de 0.8!) ce soit vraiment plat... les roulements de broche restent plusieurs heures sur la rectifieuse, pour obtenir un état de surface invraisemblable, on dirait qu'on ne voit pas quand le métal commence... les rouleaux, tolérance un micron, sont ensuite appariés par lot de un dixième de micron. Un roulement de rechange coûtait à l'époque (1968 env.) 800 francs suisse. Mais on ne les changeait pas souvent: avec une précision et un état de surface pareil, les calculs donnait une durée de vie de 40 ans d'usinage en pleine charge, 24 heures sur 24!! votre machine à encore de belles années devant elle! (Vous avez peut-être remarqué que même les carters qui protèges les fusibles sont grattés! cela servait d'apprentissage aux futurs gratteurs.)
Pour moi, la "Folie" que vous réalisez me fait chaud au coeur, ces machines représentent sans doute ce qui s'est fait de plus raffiné sur la terre en manière de mécanique. Avec toute mon admiration, Nicolas Beroud
 
P
pierrepmx
Compagnon
24 Sept 2010
3 617
Alpes & Drôme
Bonsoir,

je viens de lire ce sujet: superbe !

Ils ont bazardé une Moore N°3 : quand on lit les efforts et l'expertise que la Moore tools Company avait mis à la fabriquer... :cry:

Un "plus" intéressant : il on écrit un des rares bouquins sur la conception et la fabrication de ces machines "d"Ultra Précision".
Et qui traite donc aussi de la mesure. (Et un peu de l'art du grattage :wink: )

http://www.mooretool.com/publications.html

Voire le second bouquin, j'ai eu l'occasion de le parcourir: eux aussi ils voient les microns courir partout !!!

publication2.png


A noter que Wayne Moore a été champion olympique de natation (dans la grande tradition des universités américaines) !
 
Dernière édition par un modérateur:
G
Guitou13
Ouvrier
8 Mai 2012
420
Arles sur Rhône (13)
Bonjour à tous,

Tout d'abord bravo, un projet magnifiquement réussit comme tant d'autre sur ce forum.

Je suis toujours impressionné par ce que les membres de ce forum font.
Je découvre le monde l'usinage, j'ai l'impression qu'on m'a transmit une sorte de virus. Peut on seulement s'en débarrasser?

Encore bravo.
 
demoniakteam
demoniakteam
Compagnon
17 Jan 2008
2 441
Doubs
pierrepmx a dit:
Voire le second bouquin, j'ai eu l'occasion de le parcourir: eux aussi ils voient les microns courir partout !!!

publication2.png


A noter que Wayne Moore a été champion olympique de natation (dans la grande tradition des universités américaines) !
Le bouquin m'intéressait j'ai cherché et il est dispo en téléchargement pour 4€ ici:

http://webbooksmanager.com/Foundations-of-Mechanical-Accuracy/p268571/

C'est mieux que $150 sur leur site.. Yapluka tout lire :smt003


En parlant de folie des microns, je me souviens qu'un ancien de chez Schaublin m'avait raconté que Hauser gravait leurs règles de précisions la nuit car le jour le passage des voitures sur la route créait trop de vibrations.. :lol:
 
Dernière édition par un modérateur:
N
Nicolas Beroud
Nouveau
17 Sept 2012
4
Genève
Eh oui, graver des graduations n'est pas simple... la SIP gravait aussi que la nuit. Ils viennent de sortit un livre magnifique, (pour 55.- suisse) on peut l'acheter en ligne sur http://WWW.infolio.ch, en librairie (ISBN9 782884742672), ou directement... à la SIP! où, entre parenthèse, j'ai été magnifiquement reçu par de vrais passionnés, qui ce sont mis en quatre pour me trouver la doc de la MP3 que je vient d'acheter, Oh hoirreur, le virus de la folie semble contagieux.. à suivre donc!
 
Dernière édition par un modérateur:
D
DEN
Compagnon
28 Août 2009
1 434
NE-CH
Je découvre ce bouquin, il est fantastique ! Je vais me le commander en dur, si facilement disponible ... Lire sur le PC c'est fatiguant pour les yeux ...
 
T
thierry74
Ouvrier
2 Avr 2010
499
Ain
Bonsoir,

Je remercie Nicolas Beroud d'avoir penser à nous ,ça faisait longtemps que je devais passer à la SIP surtout que le soir en rentrant du travail je ne passe pas très loin et bien c'est chose faite depuis
ce soir et en plus j'ai acheté le livre sur les 150 ans de la SIP et j'ai pu discuter avec 2 personnes qui étaient dans le bureau à propos de mes SIP mais en "banc de mesures".J'ai pu savoir la date exacte de ma dernière SIP 302 elle a le N°107 et date de 1984.Par contre on n'y rentre pas comme dans un moulin!!! petite porte pour la réception et en rentrant à gauche un petit musée et après 2 grosses Machines à pointer et ensuite que des cloisons pas possible de voir la fabrication mais je pense y retourner par la suite , une des 2 personnes m'a donné sa carte c'est un bon signe!!!
J'ai commencé à regarder le livre c'est vraiment extra!!!! il y a toute l'évolution depuis sa création.

A+

Thierry
 
Haut