Jantes en alliage d'aluminum

Erimus
Nouveau
27 Mars 2016
4
  • Auteur de la discussion
  • #1
Je suis en Egypte et en parallèle de mes activités je transforme et restaure des motos. Mais l'Egypte, c'est l'Egypte... Et déjà qu'il est particulièrement difficile de trouver toutes les tailles de pneus alors pour les jantes c'est la croix et la bannière ! Donc je me suis mis en tête de fabriquer les jantes dont j'ai besoin car la solution égyptienne c'est de découper des jantes de voiture pour en faire des jantes de moto de 18 pouces par 9. Autant dire que je ne suis pas totalement rassuré. Mais je n'y connais rien en fonderie, pas plus en moulage, aussi fais-je appel à des mains secourables pour me venir en aide.
unhappy.png
.....................D'avance, merci.
 
kultrixx
Compagnon
27 Juin 2012
828
Des jantes de voiture modifier pour aller sur des moto , j'ai déjà vu ça plusieurs fois et ça va pas trop mal si ce n'est l'asymétrie du design d'un côté par rapport a l'autre .

Si de plus en plus de grand noms du custom (arlen ness; roland sand ; jesse rooke; wcc ; walzwerk; bud performance ) font des jante taillé dans la masse ( ça fait des kilo de couteau) mais je pense que cela et plus sur et plus facile a réaliser que par fonderie . une jante encaisse quant même pas mal d'effort .
 
jetpack2013
Compagnon
27 Juin 2013
3 044
mg-401majunga
tu peut oublier la fonderie , je sait qu'ici cela se fait mais tout les exemplaires vus ont cassé rapidement il faut vraiment maitriser son sujet pour parvenir a un résultat qui "tienne la route " sans mauvais jeu de mots , les malgaches ont depuis longtemps abandonné la fab de jantes et pourtant il pratiquent la fonderie de pièces assez importante avec des moyens qui dépassent l'imagination et tout ça en tong et teeshirt bref trouve une autre méthode ce seras plus sur et surement plus durable chaudronnerie par ex
cordialement
nico
 
Erimus
Nouveau
27 Mars 2016
4
  • Auteur de la discussion
  • #4
Merci à tous.

Je retiens de vos commentaires que le moulage n’est pas nécessairement la meilleure solution. Pourquoi ? L’alliage utilisé n’est-il pas le même usiné ou moulé ? Le métal qu’on achète aux fonderies n’a-t-il pas été aussi moulé ? Est-ce un problème de bulles, de température mal maîtrisée, autre chose ? Merci de me donner vos précisions.

En conclusion, si vous pouviez m’orienter plus précisément sur ce qu’il convient de faire, étape par étape, car je crois savoir que les premières jantes "alu" commerciales datent de 1970 et qu'elles étaient produites à partir de lingots d'alliages tel l'AS7G0.3 (EN AC 42100) mis en oeuvre par moulage par simple gravité. Donc pas usinés ?

Quoiqu'il arrive, je me lance donc... les premières photos dans à peu près un mois.

Bien à vous tous,
 
Parkerx
Nouveau
25 Mars 2016
42
Bonjour, le probleme surtout vient du fait que ta jante n aura aucune caractéristique mecanique, sera bourrée d inclusion et de toute facon necessitera une reprise sur machine outil. Les roues sont adaptées aux motos d aujourd hui ( niveaux resistance/ alliage etc).

Apres cela peut etre un défi intéressant. Mais je ne parierais pas sur sa longévité...

Cordialement
 
Lor@n
Ouvrier
8 Mai 2010
445
22
+1 avec jetpack
Le simple fait de passer une jantes dans un four (après peinture) peut être très dangereux.
En + de tomber sur une bulle par gravité(pas de vide et pas de centrifuge), amha la température à aussi son importance.
Je crois qu'il y a une question d'orientation et de grosseur des cristaux d'alu (qui se forment différemment en fonction de la temperature justement ( et observé s au microscope électronique)) et c'est ce qui influence la résistance (en+ de l'alliage)..
En fait c'est un peu comme une trempe pour l'acier, faudrait creuser pour vérifier..
 
Parkerx
Nouveau
25 Mars 2016
42
Il y a bcp de parametre a prendre en compte. L ideal serait une température a plus ou moins 10 degré suivant l aliage coulé, un traitement clhore + argon ( argon seulement si tu utilise un aliage 2050 airware). De plus ( encore suivant l aliage) un revenu ou homogénéisation ou detente ou plusieur d entre eux....

En gros ( mon avis perso ) ce n est pas le genre de piece a faire en fonderie.

Cordialement
 
Erimus
Nouveau
27 Mars 2016
4
  • Auteur de la discussion
  • #9
1. Je n’envisage pas de fabriquer des jantes de formes relativement simples, je serais hors adéquation prix-produit. D’autres savent déjà faire ça beaucoup mieux que je ne saurais jamais le faire. Donc pas de jantes taillées dans la masse au couteau, je blague.


2. Production de petite série et fonderie, on y est. C’est ici que les questions affluent :

· Quid, pendant la fonte, du dégazage de l’alliage et comment savoir s’il est totalement dégazé ? Le temps et la température suffisent ?

· Quid de la fabrication du moule depuis le sable argileux jusqu’aux derniers matériaux composites ? Des suggestions innovantes ?

· Quid du décrassage à l’azote du moule ? Est-ce totalement nécessaire puisque la jante sera repolie à la sortie du moule ? Les imperfections sont-elles majeures sans l’apport d’azote ?

· Quid du contrôle par radioscopie ? Dois-je amener mes jantes chez un radiologue à chaque fois ? Je blague. Vu ma production prévisionnelle, je peux les envoyer se faire contrôler à chaque fois.

· Quid de l’usinage sur un tour à commande numérique, aïe !... j’ai bien peur de ne pas y louper. Le profil de la jante, le passage du freinage, le déport, mais aussi l’alésage central ne pourront pas se faire autrement… Si ?

· Quid du test d’étanchéité… là, franchement je me demande si c’est utile après la radioscopie, mais bon… ça ne coûte pas grand-chose.

· Quid du vernis spécial à base de poudre époxy et cuit à 200°C. Il me faut acheter un four de potier ? Je blague à peine cette fois… Par contre je ne vois pas en quoi 200° seulement serait un risque comme le suggère Lor@n ?

· Quid des tests de résistance, de fatigue du métal, d’écrasement, etc. ? En même temps, j’ai convoyé récemment une 636 Ninja dont la roue arrière s’est subitement bloquée. La chaîne trop distendue a sauté pour se coincer entre l’essieu et le pignon au lieu de casser et je me demande encore pourquoi je suis toujours en vie donc je ne souhaite ça à personne et surtout ne pas en être responsable.

· Enfin quels alliages choisir, types Al-Si7 Mg 0.3 ou Al-Si 11 ? Y a-t-il des alliages très haut de gamme en termes de performances parce que… pendant qu’on y est ! Une jante en carbone ? À mon avis, je viens de dire une grosse bêtise. Et suppositio nil ponit in esse.

3. Le matriçage. Le fini est exceptionnel autant que la réduction de masse et on augmente la résistance à la fatigue. Il s’agit ici d’une technique franchement séduisante, mais à laquelle je m’autoriserais à penser quand j’aurais un premier retour sur investissement et un prévisionnel de ventes acceptable.

Bon, il n’est pas nécessaire de répondre à toutes les questions. Je dois aussi me remuer l’axone. Qui vivra verra, mais encore merci pour votre contribution.

big_smile.png
 
Macsim
Nouveau
2 Septembre 2015
2
Bonjour bonjour,

J'ai travaillé quelques années en fonderie alu (injection sous pression, mais quelques proto en moulage sable), je vais tâcher de répondre à certaines questions !

1. Je n’envisage pas de fabriquer des jantes de formes relativement simples, je serais hors adéquation prix-produit. D’autres savent déjà faire ça beaucoup mieux que je ne saurais jamais le faire. Donc pas de jantes taillées dans la masse au couteau, je blague.


2. Production de petite série et fonderie, on y est. C’est ici que les questions affluent :

· Quid, pendant la fonte, du dégazage de l’alliage et comment savoir s’il est totalement dégazé ? Le temps et la température suffisent ?

Si mes souvenirs sont bons ils faut faire une analyse métallographique pour voir si ton alliage est sain. L’apport d'azote (pastille ou gaz) permet de bien dégazer ton bain juste avant la coulée. Dans mon ancienne entreprise nous nous fournissions chez Foseco pour des pastilles et les résultats étaient plutôt concluants. Cela permettait d'avoir une matière plus saine.


· Quid de la fabrication du moule depuis le sable argileux jusqu’aux derniers matériaux composites ? Des suggestions innovantes ?

L'impression 3D marche bien pour des petites production. C'est une solution qui peut être vraiment intéressante. Des entreprises proposent même la conception du système de coulée, du moule puis réalisent la coulée. En gros tu as juste à fournir le 3D de ta pièce. Par contre ils sont souvent limités en nuance d'alliage.

· Quid du décrassage à l’azote du moule ? Est-ce totalement nécessaire puisque la jante sera repolie à la sortie du moule ? Les imperfections sont-elles majeures sans l’apport d’azote ?

Moi, pas connaitre =)

· Quid du contrôle par radioscopie ? Dois-je amener mes jantes chez un radiologue à chaque fois ? Je blague. Vu ma production prévisionnelle, je peux les envoyer se faire contrôler à chaque fois.

Nous utilisions ce procédé avec le CTIF qui permettait d'avoir une image 3D de la pièce avec la localisation des défauts et leur taille (approximative). Ici aussi les résultats 3D/réalité (par découpes) était bon.

· Quid de l’usinage sur un tour à commande numérique, aïe !... j’ai bien peur de ne pas y louper. Le profil de la jante, le passage du freinage, le déport, mais aussi l’alésage central ne pourront pas se faire autrement… Si ?

Tout à fait. La fonderie n'est pas un procédé de précision (du moins pas en moulage sable). Tu n'aura pas le choix que de passer par de l'usinage pour les surfaces d'appui, taraudages, alésages...


· Quid du test d’étanchéité… là, franchement je me demande si c’est utile après la radioscopie, mais bon… ça ne coûte pas grand-chose.

Dans ton cas je pense pas que ça servirai. "Au pire", tu appliques quelque chose (une bandes de caoutchouc, résine ou autre) au niveau du pneu et zou. De plus la radioscopie ne permet pas forcément de voir les éventuelles lignes de fuites. Par contre il faut vraiment avoir une bonne santé matière pour éviter les dommages sur ta jantes avec les nids de poule...

· Quid du vernis spécial à base de poudre époxy et cuit à 200°C. Il me faut acheter un four de potier ? Je blague à peine cette fois… Par contre je ne vois pas en quoi 200° seulement serait un risque comme le suggère Lor@n ?

· Quid des tests de résistance, de fatigue du métal, d’écrasement, etc. ? En même temps, j’ai convoyé récemment une 636 Ninja dont la roue arrière s’est subitement bloquée. La chaîne trop distendue a sauté pour se coincer entre l’essieu et le pignon au lieu de casser et je me demande encore pourquoi je suis toujours en vie donc je ne souhaite ça à personne et surtout ne pas en être responsable.

· Enfin quels alliages choisir, types Al-Si7 Mg 0.3 ou Al-Si 11 ? Y a-t-il des alliages très haut de gamme en termes de performances parce que… pendant qu’on y est ! Une jante en carbone ? À mon avis, je viens de dire une grosse bêtise. Et suppositio nil ponit in esse.

3. Le matriçage. Le fini est exceptionnel autant que la réduction de masse et on augmente la résistance à la fatigue. Il s’agit ici d’une technique franchement séduisante, mais à laquelle je m’autoriserais à penser quand j’aurais un premier retour sur investissement et un prévisionnel de ventes acceptable.

Bon, il n’est pas nécessaire de répondre à toutes les questions. Je dois aussi me remuer l’axone. Qui vivra verra, mais encore merci pour votre contribution.

Voir la pièce jointe 274940
Bref, c'est un gros morceau que tu attaques. La fonderie ça ne s'improvise pas et je te conseille de faire des essais sur des plus petites pièces. Il y a tellement de paramètres (alliage, design de ton système de coulée qui influera directement sur la qualité de ta pièce, moule, conditions de coulée, température initial du moule, conditions de refroidissement...). A ta place je ne m'y lancerai pas. Pourquoi ne pas en importer directement ?

Bon lundi
 
kultrixx
Compagnon
27 Juin 2012
828
La chaîne trop distendue a sauté pour se coincer entre l’essieu et le pignon au lieu de casser

· Y a-t-il des alliages très haut de gamme en termes de performances.

3. Le matriçage. Le fini est exceptionnel autant que la réduction de masse et on augmente la résistance à la fatigue. Il s’agit ici d’une technique franchement séduisante, mais à laquelle je m’autoriserais à penser quand j’aurais un premier retour sur investissement et un prévisionnel de ventes acceptable.

Voir la pièce jointe 274940[/QUOTE]

Sur une moto on appel ça un bras oscillant .

Le magnésium c'est sympa comme alliage mais un peut chère et pas très durable dans le temps

J'avais compris que tu voulais faire une ou deux jantes pas un business!

Temps cas en faire un business , plutôt que de produire une produit très moyen ( voir nul )
Deviens plutôt importateur performance machine , braking , oz , mfr ...
 
Erimus
Nouveau
27 Mars 2016
4
Oui, bras oscillant c'est exact mais ici on appelle ça swing arms et comme je ne connaissais rien aux motos quand j'étais en France... mais en y repensant, essieu, je ne suis vraiment pas très futé. Passons...
Le magnésium pas bon dans le temps, ok. Mais on peut aller jusqu'à quel pourcentage dans l'alliage d'aluminium ?
Et oui, je veux faire une ou deux jantes pour commencer mais si je vois qu'il y a un marché pour le sur-mesure ici au Caire, je vais recruter un ingénieur et acheter le matériel nécessaire. En fait, mes questions sur ce site (et sur d'autres en anglais) sont en quelque sorte une forme d'étude de faisabilité. Vous êtes des experts, je vous écoute. Je prendrais ma décision ensuite. Pour l'instant j'ai une jante en construction à partir d'une 18x9 de voiture et l'intérieur d'une CBR. Mais je ne vais pas aimer le résultat en termes de finition, de design, de... bref, je suis un designer de meubles et autres objets de la vie courante pour une partie de mes activités et je déteste voir un de mes objets mal réalisé, mal fini, etc... Je les fous à la poubelle et je les fais recommencer. Je sais, je suis chiant mais si je ne délivre pas toujours une qualité parfaite de protos à mes clients et idem pour les premières séries, ça me coûte les yeux de la tête sur les MOU ou autres contrats qui m'engagent. Ceux qui ont une entreprise me comprendront très bien. Pas question donc de fonctionner différemment avec les jantes. Tout ira à la poubelle ou au recyclage pour les premières réalisations, je m'en doute bien. Maintenant, si je pouvais arriver le plus vite possible à un résultat sans vice caché et parfaitement fini, ça m'irait aussi très bien.
Enfin, importateur non, je ne cherche pas à faire plus d'argent en créant une autre boite avec des produits dont je n'ai rien à foutre, non, je veux créer des produits avec une technologie dont je ne connais rien - mais je peux apprendre, ce ne sera pas la première fois - et si ces produits apportent quelque chose de plus au marché, je les développe.
Et si malgré tout ça ne marche pas, c'est pas grave, j'aurais certainement appris quelque chose qui me servira à créer tout autre chose plus tard, question de philosophie de vie.

victory.png
Un grand merci à tous de toute façon !
 
La dernière réponse à ce sujet date de plus de 6 mois
Haut