Cintreuse CNC à matrices et mandrin

  • Auteur de la discussion cantause
  • Date de début
cantause

cantause

Compagnon
De nouveau, merci pour les explications Bertrand!

Je ferai attention aux débits des vannes proportionnelles, je dois donc me mettre en quête de vannes avec des débits maximums de 40-50l minutes.
Je vais voir ce que je peux faire en simulation par éléments finis pour cette histoire de force, c'est la seule chose qui m'ennuie dans le dimensionnement, cette force est potentiellement très grande, surtout avec les tubes très rigides que je voudrais cintrer.
Pour les roulements côniques, en voyant la différence de prix avec les roulements droits à rouleaux de charge similaire, je me suis dit que ça ne vallait pas la peine de se priver de la rigidité du montage en O, pour la roue de renvoi par contre j'utilisserai des roulements droits (peut-être même à bille) il faut que je vois quelle devra être la tension de la chaîne.

Bon il y encore quelques inconnues, mais ce projet commence à se profiler sous un angle plus facile que ce que je n'aurais pensé au départ!
Je vais gentillement continuer la feuille de calcul et la modélisation, je vous tiens au courant.

Bon we à tous.

François
 
jimfells

jimfells

Ouvrier
Bonjour,

En me basant sur les données des constructeurs de ce type de machine je cherche une vitesse angulaire de 30°/sec (5tr/min =~0,5 rad/s), il ne faut pas que ça soit trop lent apparemment car laisser peu de temps au cristaux du réseau pour "refroidir" permet de limiter l'augmentation du module d'Young lors de l'écrouissage, est-ce correcte?

Je ne saurais répondre à la question de l'utilité de grande vitesse de déformation dans ton cas.

Par contre, je peux corriger une erreur :
Hors cas particuliers, le taux d’écrouissage modifie très peu, voire pas, le module de Young d'un métal. Dans ton cas, considère que E est constant.
En revanche, il modifie fortement R[sub]e[/sub], R[sub]m[/sub] et A%.

Et donner quelques indices :

les grandes vitesses de déformations, ont un effet durcisseur et fragilisant
la température a un effet contraire, adoucissant.

Lors d'une déformation plastique, les deux phénomènes se produisent simultanément et sont en compétition. Toute la question est de savoir lequel domine l'autre. Et cela dépend évidemment de nombreux paramètres, dont l'épaisseur des pièces et les conditions aux limites (à l'air = refroidissement par convection possible), dans la matrice d'extrusion (frottement contre les parois = échauffement), etc....

Bon courage.

Jim.
 
N

naturland

Apprenti
Bonjour,
As t'on un retour d’expérience depuis le temps ?
Etant très intéressé par le sujet.
 

Sujets similaires

G
Réponses
1
Affichages
673
gaston48
G
BLCKSMTHS
Réponses
3
Affichages
278
BLCKSMTHS
BLCKSMTHS
G
Réponses
0
Affichages
1 933
gorny
G
greg_elec
Réponses
16
Affichages
877
françois44
françois44
Polskleforgeron
Réponses
12
Affichages
1 016
yvon29
yvon29
mougp09
Réponses
4
Affichages
560
mougp09
mougp09
F
Réponses
8
Affichages
814
Francesou43
F
Haut