Moteurs 24v DC

  • Auteur de la discussion chabercha
  • Date de début
chabercha
chabercha
Compagnon
9 Jan 2009
10 943
FR-84 Cavaillon
  • Auteur de la discussion
  • #1
bonjour
trouvé dans un vide greniers auto/moto, j'ai pris en espérant en faire quelque chose ou bien les vendre.
2 moto réducteurs droit et gauche, Leroy Somer MBT82S, 24v, 11.8A, 230W, 4600tm, réducteur 26.5/1 arbre Ø19
P3290060 (Copier).JPG

P3290057 (Copier).JPG

j'ai compté 197 pour théorique 173
P3290059 (Copier).JPG

fixation
P3290061 (Copier).JPG

équipé d'un frein
P3290062 (Copier).JPG

P3290063 (Copier).JPG

P3290064 (Copier).JPG

l'entrainement entre moteur et réducteur
P3290072 (Copier).JPG

P3300048.JPG

les chinois,
P3290065 (Copier).JPG

P3290069 (Copier).JPG

P3290066 (Copier).JPG

essai sur 2 batteries 12v en 24
les Français tournent très bien et ne chauffent pas
les chinois tournent bien mais chauffent, j'ai coupé l'alim à 90°
P3290070 (Copier).JPG

les chinois ont une commande de débrayage du pignon, j'ai fait une vidéo que je vais ajouter.
il existe bien des alim et variateurs pour les dc mais bon c'est un peu cher.
question bête, ne pourrait ont pas fabriquer un truc à base de poste à soudure, gros transfo de quelque chose ou autre.
A+ bernard
 
MR VECTRA
MR VECTRA
Compagnon
28 Déc 2009
1 407
Tunisie
ces moteurs ont un couple phénoménal ,j'ai les même mais en 100 vdc , 750 w
 
chabercha
chabercha
Compagnon
9 Jan 2009
10 943
FR-84 Cavaillon
  • Auteur de la discussion
  • #4
bonjour
la chauffe des moteurs chinois m'a contrarié, comme il n'a que les 2 fils alim et 2 tous petits j'ai pensé à un truc d'info genre codeur vitesse ou autre, en fait il s'agit d'un frein mais comme il semblait tourné correctement j'ai pensé à de la chauffe anormale.
sur l'autre le frein est indiqué en 12v, j'ai essayé en 12 mais ça débloque partiellement, en 24 c'est vraiment libre, il sert plus de ralentisseur que de blocage.
le frein est beaucoup moins puissant, sur l'autre le fusible de 20A a sauté de suite quand il était freiné.
P3310048.JPG

donc il fonctionne parfaitement, avantage sur le Français, le débrayage du pignon mais moins de puissance.
A+ bernard
 
chabercha
chabercha
Compagnon
9 Jan 2009
10 943
FR-84 Cavaillon
  • Auteur de la discussion
  • #5
bonjour
essai du frein sur le Français
P3290063 (Copier).JPG

les 2 fils noirs sont pour le frein en 12v et les 3 autres pour une commande actionné par un câble de vélo, devant le ressort un petit commutateur, continuité entre le rouge et le bleu sans action sur le levier, action sur le levier, lâche le petit contact et continuité entre le rouge et le jaune.
ce ne serait pas des moteurs de fauteuils électriques ?

personne sur la question de fabriquer une alim pour ces bestioles ? et avec variation de vitesse :mrgreen:
A+ bernard
 
C
chrisbur99
Apprenti
8 Fev 2014
167
58200
Fabriquer une alim pour ce genre de bestiaux ?

C'est drôle, je me suis posé la question pas plus tard que ce matin ... Mais c'était dans l'idée d'alimenter des moteurs de broches "low cost" qui pourraient être des moteurs "universels" à collecteur - style moteur de perceuse électrique ou moteur d'entraînement du tambour, sur les machines à laver... Le genre d'objet qui fonctionne indifféremment sous 230V AC ou 48V continus ...

AMHA la base la plus saine serait de partir de transfos 24V / 50 Hz (au moins 250VA pièce, si possible 500, 800 ou 1000VA) de préférence récupérés sur des armoires de machines-outils (les vieux transfos de sécurité, c'est le top), ou à la rigueur sur des épaves de vieux gros chargeurs d'accus d'origine chinoise (si possible avec le pont redresseur qui va avec ...) , ces transfos étant à coupler en série, ou en parallèle.

Pour la variation de vitesse, hacheur à étudier sur la base d'un gros MOSFET ou (mieux) IGBT, ça sera toujours meilleur qu'un module hacheur chinois récupéré sur une épave de trottinette électrique.

A défaut des gros transfos d'une alim traditionnelle (associés de bons gros ponts redresseurs et à de bons gros condensateurs de filtrage, style 22000 microfarads / 63 volts) on pourrait croire qu'il est possible d'utiliser comme source primaire de 24V DC redressé et préfiltré des blocs d'alim à découpage "chinois" , modules assez compacts, vendus sur ebay (pour CCTV paraît-il) mais ce serait une grave erreur : la plupart du temps, c'est de la camelote intégrale. OK, on en trouve dans les 50 euros pour une puissance de sortie annoncée de 480 W (24V / 20A) mais ces modules ne tiennent pas les spécifications annoncées, mal étudié le "filtre secteur" incorporé fait disjoncter les DDR, certains de ces modules ne sont même pas équipés de protections thermiques, donc : quand ça chauffe un peu trop, ça ne disjoncte pas, ça crame (je le sais, j'ai déjà donné).

En cherchant un peu plus, il y a 2 ans j'avais trouvé (chez Farnell) des blocs à découpage 24V DC / 480W qui tenaient le coup, du style module à usage industriel, à monter en armoire, mais c'était tout de suite 150 à 180 euros hors-taxes, prix unitaire.

Par ailleurs, j'ai fait un petit calcul de prix de revient : paradoxalement, dans cette histoire de bloc alim à variateur la partie la plus chère serait l'emballage, si l'on veut travailler proprement il faut utiliser des câbles d'alim blindés et monter le module hacheur dans un boîtier en alu épais qui servira de radiateur et de blindage RFI premier niveau, placer ensuite tout le bazar (transfos - borniers - sécurités - module de commande - etc) dans une armoire électrique en tôle IP55 qui servira de blindage additionnel, armoire qui décemment ne pourrait pas faire moins de 400 x 300 x 200 mm, et plus probablement 500 x 400 x 250 mm.

Donc : c'est du lourd - pas nécessairement très compliqué, mais lourd.
 
chabercha
chabercha
Compagnon
9 Jan 2009
10 943
FR-84 Cavaillon
  • Auteur de la discussion
  • #7
bonsoir Chrisbur99
merci de ta réponse, donc faut trouver du vieux gros matos.
déja je ne suit électricien et des mots comme hacheur à étudier sur la base d'un gros MOSFET ou (mieux) IGBT, ça sera toujours meilleur qu'un module hacheur chinois sont déja du chinois :mrgreen: en fait ce n'est pas vraiment pour faire moi même mais pour lancer l'idée.
j'avais sur ce post fait un peu le même truc mais avec des moteurs plus petits
https://www.usinages.com/threads/moteur-de-porte-portalp.45126/#p490343
c'est je pense le truc que j'ai acheté dont tu parles.
on en trouve dans les 50 euros pour une puissance de sortie annoncée de 480 W (24V / 20A) mais ces modules ne tiennent pas les spécifications annoncées, mal étudié le "filtre secteur" incorporé fait disjoncter les DDR, certains de ces modules ne sont même pas équipées de protections thermiques, donc : quand ça chauffe trop un peu trop, ça ne disjoncte pas, ça crame (je le sais, j'ai donné).
un chargeur démarreur comme celui là serait une bonne base
http://www.leboncoin.fr/outillage_materiaux_2nd_oeuvre/644062573.htm?ca=21_s
A+ bernard
 
Dernière édition par un modérateur:
C
chrisbur99
Apprenti
8 Fev 2014
167
58200
Oui, c'est marrant, j'ai sous le coude un chargeur de batteries 24V / 40 ampères pour batteries avec le même look, énorme transfo, grosse boîte en tôle, un truc chinois très lourd avec des roulettes en plastique, acheté 99 euros sur ebay Allemagne, il y a 2 ans.

Le même produit d'origine chinoise, mais avec une étiquette "Made in France" était à l'époque vendu 450 euros chez les marchands de pièces auto "bien de chez nous".

ATTENTION, ces trucs-là marchent pas si mal que ça, le mien fonctionne encore, malheureusement la seule vraie protection sur ces engins se limite bien souvent à un gros fusible auto style 50 ampères, ne pas compter sur la "protection thermique", donc il faut bien réfléchir avant de les brancher. Toujours porter des LUNETTES de protection et ne JAMAIS employer la fonction "Boost" !

Pour des essais avec des moteurs, je pense qu'il faudrait ajouter un niveau de protection supplémentaire, par exemple un disjoncteur bipolaire en série avec les fils 'Plus" et "Moins".

Comme les disjoncteurs DC pour courant continu très basse tension valent TRES chers, et ne sont tenus en stock nulle part (je ne connais que Merlin-Gérin qui en fabrique, ils sont au catalogue), certains électriciens pressés ou peu scrupuleux se contentent de prendre des disjoncteurs bipolaires "low-cost" de chez Legrand, prévus pour le 230V AC et pas du tout certifiés pour un usage avec une source 24V DC.

Avantage de ces disjoncteurs : ils coûtent 5 à 6 fois moins cher que les modèles pour courant continu ...

Inconvénients de ces disjoncteurs : utilisés en courant continu, ils sont environ 2 fois moins sensibles qu'en alternatif, par exemple un disjoncteur bipolaire 230V marqué "20A" disjonctera à 38A sous 24V DC. De plus, lorsqu'ils approchent du seuil de disjonction, ces disjoncteurs font chuter la tension disponible de plusieurs volts (jusqu'à 3 volts, j'ai mesuré).
 
Charly 57
Charly 57
Compagnon
21 Déc 2008
5 391
FR-57330 Moselle
Bonjour

Sur ebay j'ai acheté çà
http://www.ebay.fr/itm/LED-Gradateur-Variateur-Dimmer-Controleur-Lumiere-Eclairage-Ajustable-DC-12V-8A-/400629758142?pt=FR_YO_MaisonJardin_Bricolage_ElectroniqueComposants&hash=item5d4764f8be

C'est un variateur PWM
Il est donné pour 24 V 8 ampères.
J'y ai ajouté une diode de roue libre de puissance (pour qu'il puisse alimenter un moteur et non des leds ) , un radiateur et il tient bien. ( il faut ouvrir le coffret, ce qui est super simple)
On peut doubler le courant en ajoutant un transistor MOSFET en // de celui qui est dedans. 3 soudures à l'étain trés simples à réaliser. Il faut alors changer de boitier mais n'importe quelle boite fait l'affaire.

A mon avis un investissement minime pour des essais qui seront (certainement) concluants.

Vive les chinois, malheureusement !!!
 
Dernière édition par un modérateur:
Charly 57
Charly 57
Compagnon
21 Déc 2008
5 391
FR-57330 Moselle
OUPS !!

Si tu utilises le gradateur que je t'indique, il faudra alimenter le frein avec une source de tension 24 volts constante et ne brancher le gradateur que sur le moteur. Le gradateur peut être alimenté par la même source 24 volts ...

Si t'es pas à l'aise avec les soudures à l'étain, on peut s'arranger ....
 
C
chrisbur99
Apprenti
8 Fev 2014
167
58200
J'ai acheté quelques-uns de ces petits variateurs chinois, les mêmes semble t-il, là encore il y a deux ans, en tant que "dimmers" pour de petits éclairages au tungstène ("spots" 24V)

Problème : sur ces modules, le radiateur qui supporte le semiconducteur de puissance était calculé trop juste (le "radiateur", c'était un morceau étamé du circuit imprimé)

Dans la pratique, ces variateurs ont fonctionné quelques semaines en usage (très) intermittent, puis ils ont cramé les uns après les autres. Pourtant, comme c'était du chinois, j'avais pris une marge de sécurité que je croyais confortable (courant dans les lampes, allumées à 100% : 3.2A , et non pas 8A).

Le signe annonciateur de la fin : à chaque fois, un méchant sifflement.

DONC, il y a peut être des applications à trouver pour ces modules, mais AMHA la première chose à faire serait de dessouder le transistor de puissance et de le monter sur un radiateur en alu nettement plus costaud que le radiateur d'origine (quitte à raccorder le transistor par des fils au circuit imprimé)
 
C
chrisbur99
Apprenti
8 Fev 2014
167
58200
Pour essayer d'aller dans le même sens que Charly 57, mais pour commander d'assez gros moteurs DC (plusieurs centaines de watts) en utilisant comme "chopper" un IGBT et non pas un MOSFET, on pourrait essayer ce qui suit (de mémoire) :

On se basera pour commencer sur un bloc d'alimentation 24V unique, un peu fruste, du style "gros chargeur d'accus chinois pas cher" : le genre d'objet qui ne "sort" pas du tout 24V DC, mais une tension redressée qui peut monter dans la pratique jusqu'à 40 volts crête (redressement via le pont de diodes interne du chargeur). Cette tension redressée va nous donner une tension d'alimentation "primaire" plus ou moins ondulée et de valeur moyenne comprise (à vue de nez) entre 30 et 36V DC en charge, si on essaie de filtrer cette tension par un condensateur de capacité suffisante;

Au préalable, on supposera donc ce "24V DC" convenablement filtré, mais sans plus, ceci pour épargner des pics de courant trop intenses au pont de diodes du chargeur (typiquement : condensateur électrochimique alu de 10.000 à 22.000 microfarads connecté entre le +24V et la masse, puis doublé par un condensateur de quelques microfarads, modèle pour impulsions, non polarisé) :

ATTENTION DANGER : vu les puissances en jeu, les courants de court-circuit susceptibles de survenir (un IGBT, ça peut exploser), porter en permanence des LUNETTES DE SECURITE (je n'ai pas dit des lunettes de soudeur). La mise au point se fera avec un oscilloscope le moins cher possible, de préférence un oscillo double trace à 3 francs 6 sous, du genre qui n'a plus rien à perdre (modèle pour lycées et collèges) ce qui devrait permettre de modifier assez vite les valeurs de composants du montage, sans jamais travailler "au pif", ou alors : le moins possible (trop dangereux ici).

- trouvons maintenant un IGBT - modèle "fonds de tiroir", tension de claquage 800 à 1200V, capable de commander - sur le papier - plusieurs dizaines d'ampères (donc : un modèle très courant, pas cher - quelques euros - cf. ebay)

Pour fixer les idées : commencer avec un "petit" IGBT en boîtier TO247, donc : boîtier à semelle, ce qui permet de le visser sur un gros radiateur à ailettes, disons 1.5 à 2 dm2 de radiateur alu, attention au calcul de la résistance thermique équivalente (boîtier + radiateur), la tension de déchet d'un IGBT à l'état passant n'est pas du tout négligeable, a priori supérieure à celle d'un MOSFET;

On va associer cet IGBT et la charge inductive qu'il commande (constituée par le moteur) à une "diode de roue libre" spécialement conçue pour cet usage (une diode comme sait les faire International Rectifier, entre autres) - diode elle aussi équipée d'un boîtier à semelle, et qu'il faudra également monter sur radiateur (en l'isolant via une feuille de mica, si nécessaire - idem pour la semelle de l'IGBT, ne pas oublier la graisse thermique, merci). IGBT et diode de roue libre seront montés dans un boîtier fermé en alu épais, lequel fera office de boîtier antidéflagrant;

Grosse différence avec un MOSFET, pour qu'un IGBT commute franchement à l'état "passant" , on sait qu'il faut appliquer un signal d'attaque d'au moins 25 volts d'amplitude entre la gate et l'émetteur de l'IGBT, c'est à dire ici : un signal d'attaque du même ordre de grandeur que la tension d'alimentation (officiellement : 24V DC, en pratique : quelques volts de plus, du moins on l'espère pour ce qui va suivre)

Normalement, pour fournir ladite impulsion de commande, il faut aussi un "circuit driver" spécial, rapide, à très faible impédance de sortie, afin que les temps de montée et descente du signal d'attaque restent faibles, malgré la capacité d'entrée assez forte de l'IGBT (capacité généralement comprise entre une fraction de nanofarad et plusieurs nanofarads).

Maintenant, imaginons qu'on fasse (au moins provisoirement) l'impasse sur le problème du driver spécial (c'est un circuit intégré spécial qu'il faut trouver sur catalogue, acheter, câbler, etc) :

- relions d'une part la gate de l'IGBT au collecteur de l'IGBT via une résistance R1, et d'autre part la gate de l'IGBT à l'émetteur de l'IGBT via une résistance R2. En d'autres termes, la gate est maintenant connectée au point commun d'un pont résistif, lui même connecté entre le "+alim" et la masse;

En prenant (pour commencer) R1 = 330 ou 390 ohms / 5 watts et R2 = 5600 ou 6800 ohms / 0.5 watt :

- connectons l'émetteur de l'IGBT à la ligne "moins 24V" = masse;
- connectons le collecteur de l'IGBT à l'une des 2 bornes du moteur CC à commander et à l'anode de la diode de roue libre
- connectons la cathode de la diode de roue libre à l'autre borne du moteur et à la ligne "plus 24V"
- sur le petit module chinois (PWM) de Charly57, connectons en parallèle une résistance (R4 = 82 ohms / 10W) et un condensateur électrochimique (C3 = 2200 microfarads / 50 volts) entre les bornes VIN- et VIN+, puis relions les bornes VIN- et VOUT- à la ligne "moins 24V" = "Masse" et (via un interrupteur, qu'on prendra bien soin de laisser ouvert pour l'instant) la borne VOUT+ à la gate de l'IGBT

Maintenant, via une résistance R3 ( 47 ohms / 10W) relions la borne VIN+ du module chinois à la ligne "plus 24V" : le module PWM est donc alimenté à partir du 24V général (ligne +24V) via le circuit de filtrage additionnel R3C3R4, le pont diviseur R3/R4 ayant pour but de limiter aux environs de 24V DC la tension d'alimentation réellement fournie au module PWM ( ceci en l'absence d'un petit bloc d'alim dédié à l'alimentation du module PWM).

NB. Pour alimenter le module PWM, on pourrait croire qu'il est possible de remplacer l'ensemble R3/ R4/ C3 par un régulateur intégré programmable type LM317 ou équivalent, mais je rappelle que ces régulateurs encaissent (au plus) 37V en entrée, ce que nous ne pouvons pas garantir, vu que la source d'alimentation primaire est un simple chargeur d'accus; d'autre part, il est quasi certain que le module PWM chinois possède son propre régulateur intégré, il faut juste fournir à ce régulateur une tension d'alim préfiltrée mais pas trop élevée, ce qui est le but de la cellule R3R4C3

Connectons maintenant la ligne "plus 24V" à la sortie correspondante du chargeur, juste en aval du gros condensateur de filtrage en tête, ceci via un fusible unique de calibre adapté (typiquement, et pour commencer : fusible auto d'intensité maxi 16A, 20A ou 25A) - R3 ayant par ailleurs un rôle de limitation de courant en cas de CC dans le module PWM, protéger spécifiquement le module PWM par un petit fusible dédié ne sert à rien, sinon à limiter la dissipation maxi dans R3 en cas de court-circuit dans le module PWM, si ce module doit griller il grillera avant n'importe quel fusible de protection, quel que soit le calibre de ce fusible :

Vérifions que l'interrupteur est ouvert, puis mettons le dispositif sous tension :

- normalement, il ne doit rien se passer, ou pas grand chose, seul le module PWM chinois consomme un peu de courant (?)

Fermons l'interrupteur : via la borne VOUT+ le transistor de puissance du module chinois se comporte comme un interrupteur électronique rapide, il vient connecter la gate de l'IGBT à la masse au rythme des impulsions produites par le module (quelques centaines ou milliers de Hertz, si je me souviens bien) tout en court-circuitant au passage la résistance R2. Donc, la tension d'attaque sur la gate de l'IGBT va passer alternativement (*) de zéro volt à une tension proche de la tension d'alim (la valeur exacte de l'amplitude de ce signal d'attaque étant essentiellement déterminée par le rapport des résistances R1 et R2);

(*) au rythme de la fréquence de modulation, ajustée par le potentiomètre

Le moteur doit commencer à tourner, plus ou moins vite selon le réglage du potentiomètre, c'est l''inductance du moteur qui va "lisser" le courant ... Et la diode de roue libre qui va écréter/étouffer les pics de surtension aux bornes du moteur, aux instants où l'IGBT cesse de conduire.

DANS LA PRATIQUE, CE QUI RISQUE DE SE PASSER :

- si la tension d'alim est trop forte pour le petit module chinois (30 à 36V DC, voire un peu plus au lieu de 24V DC) ce module risque de cramer tout seul, simplement en connectant la borne VIN- au "moins 24V" ET LA BORNE "VIN+" au "moins 24V" : mais ça reste une hypothèse (que je n'ai pas envie de vérifier)

- si la tension d'alim est calculée "au plus juste" (**) le signal de commande appliqué à la gate de l'IGBT risque d'être d''amplitude un peu trop faible pour que l'IGBT commute franchement: radiateur ou pas, l'IGBT risque de surchauffer comme un malade ... Et de claquer, finalement

(**) 24V DC seulement, telle que délivrée non par un bête chargeur d'accus mais par un gros bloc d'alimentation industriel, modèle à tension de sortie légèrement ajustable, électroniquement stabilisée

DONC, pour que la manip ait plus de chances de fonctionner, mieux vaut d'une part alimenter le petit module chinois par un tout petit bloc d'alim pour automatismes (**) , et d'autre part alimenter l'ensemble (moteur + IGBT) avec la grosse alim que constitue le gros chargeur d'accus, associé à un gros condensateur de filtrage (typiquement, et pour commencer : électrochimique alu, 22000 MF / 63V) avec en parallèle un "petit" condensateur pour filtrer les composantes HF (typiquement : 2.2 à 4.7 microfarads, non polarisé, modèle pour impulsions, comme on en trouve sur les épaves des plaques de cuisine à induction)

(**) du style : sortie 24V, 18W, ce qu'on peut trouver de moins cher et de plus petit dans le genre

Le seul point commun à ces deux alims étant alors les lignes négatives, que l'on reliera à la masse.

Bien évidemment, la manip doit évoluer progressivement (si on a le choix entre 2 moteurs 24V, commencer par tester le montage avec le plus petit des deux).

NB. Dans la description ci-dessus, on remarquera l'absence de circuit "snubber", parce que ça n'a pas de sens de vouloir optimiser la sécurité de fonctionnement et le rendement du montage quand le circuit de commande de l'IGBT est aussi fruste (heureusement ici qu'on n'est pas en haute tension ... Seulement en 24V)
 
chabercha
chabercha
Compagnon
9 Jan 2009
10 943
FR-84 Cavaillon
  • Auteur de la discussion
  • #13
bonjour
Charly, ce que tu me proposes n'est il pas une version plus légère de mon alim citée plus haut ?
j'ai ouvert partiellement l'alim, les chinois utilisent des boulons à la place des vis, démontage complet plus tard.
P4020049.JPG

la photo n'est pas terrible, difficile de ce faire une idée des composants, rien n'est fixé sur (l'alu) pour dissiper la chaleur.
j'ai branché en 24 sur les batteries, cela fonctionne bien à vide, Charly, les freins peuvent être démontés sans problème donc pas de soucis de câblage.
je suis toujours méfiant avec les puissances annoncées en rapport des fils de l'alim et ceux du matériel qui devrait pouvoir fonctionner dessus, le décalage semble énorme.
Chrisburg, comme dit plus haut je ne suis pas électricien et encore moins électronicien, l'idée était de savoir si cela était faisable à prix forum récup mais fait par des gens compétents, presque tous vos mots sont à passer sur google.
si vous arriver à sortir un truc sympa ce sera bien pour tout le monde.
A+ bernard
 
Charly 57
Charly 57
Compagnon
21 Déc 2008
5 391
FR-57330 Moselle
Bonjour bernard

Je n'avais pas suivi le lien vers ton autre sujet !!!

En effet, c'est le même genre d'alim.
Sur la tienne les transistors de puissance sont vissés au fond de ta boite. Ce serait bien que tu nous dises ce qui est écrit dessus ( genre IRF ... ) .
les transistors sont là:
trans puiss.JPG


Pour les alim moteur je rajoute systématiquement une diode de roue libre car si il n'y en a pas c'est le montage qui fume.
Si il y en a déjà une cachée dans le montage, en rajouter une ne nuit pas.
Il semble que tes moteurs chinois consomment environ 4 A et que les autres en demandent 12 A

A te lire
 
S
stanloc
Compagnon
29 Oct 2012
5 120
A tout hasard, je vous signale qu'il existe sur ebay.com aux USA entre autres des produits superbes pour cet usage (vous allez avoir du mal à faire mieux) qui valent une bouchée de pain et je parle en connaissance de causes car je dois en avoir déjà acheté une dizaine de différentes puissances. Voici :
http://www.ebay.com/itm/Advanced-Motion-Controls-Brush-Type-PWM-Servo-Amplifier-/181316559854?pt=LH_DefaultDomain_0&hash=item2a374f23ee
Il y a mêmes des modèles (il faut être plus patient) où il suffit d'un transfo pour leur alimentation et rien d'autre.

Stan
 
Dernière édition par un modérateur:
C
chrisbur99
Apprenti
8 Fev 2014
167
58200
C'est vrai qu'au prix où c'est vendu, ça règle le problème d'office.

Et ils vendent des servomoteurs, en plus ...

Merci du tuyau !
 
Charly 57
Charly 57
Compagnon
21 Déc 2008
5 391
FR-57330 Moselle
stanloc a dit:
A tout hasard, je vous signale qu'il existe sur ebay.com aux USA entre autres des produits superbes pour cet usage (vous allez avoir du mal à faire mieux) qui valent une bouchée de pain et je parle en connaissance de causes car je dois en avoir déjà acheté une dizaine de différentes puissances. Voici :
http://www.ebay.com/itm/Advanced-Motion-Controls-Brush-Type-PWM-Servo-Amplifier-/181316559854?pt=LH_DefaultDomain_0&hash=item2a374f23ee
Il y a mêmes des modèles (il faut être plus patient) où il suffit d'un transfo pour leur alimentation et rien d'autre.

Stan
Oui, ça semble parfait , et en plus tu les as déjà utilisés
 
Dernière édition par un modérateur:
S
stanloc
Compagnon
29 Oct 2012
5 120
Attention toutefois, je pense que ces amplificateurs/drivers ne fonctionnent qu'en boucle fermée (c'est mon cas) et que pour une commande en vitesse il faut une tachymétrie, moyennant quoi et un simple potentiomètre on fait une régulation de vitesse aux petits oignons.
Stan
 
chabercha
chabercha
Compagnon
9 Jan 2009
10 943
FR-84 Cavaillon
  • Auteur de la discussion
  • #19
bonsoir
en plus de ne pas être électricien je ne connais que le Français :oops: donc je ne peux voir ailleurs ce qui pourrait être intéressant.
le lien de Stan est la partie vario de 30Amp ?
reste donc à trouver une bonne alim.
A+ bernard

édit, donc ce n'est pas comme mon petit boitier ?
 
MR VECTRA
MR VECTRA
Compagnon
28 Déc 2009
1 407
Tunisie
il faut partir sur du bon matos chinois genre variateur de vitesse leadshine brush collector, 220vac /24dc ,un peu de recherche sur la bay ,sinon ,la solution avec transfo va couter un max , ah mais attendez le projet ,freediom , c'était pas ça ou je me goure
bonne journée
 
C
chrisbur99
Apprenti
8 Fev 2014
167
58200
Problème avec les régulateurs pour trottinette : le schéma est complexifié/parasité par toute une connectique liée au fait que le bloc contrôleur (la boîte en alu ...) gère aussi des fonctions auxiliaires qui sont celles d'un 2 roues destiné à rouler sur la voie publique ...

Réduit à sa plus simple expression, un régulateur de trottinette c'est un GROS (mais SIMPLE) hacheur PWM avec diode de roue libre, dépourvu de boucle de régulation.

Bon, 89 euros, ça représente 8 boîtiers en alu à 5 euros pièce, plus 8 gros Mosfets, plus 8 diodes (HT) pour la fonction "roue libre" ....

En achetant le lot de 8 à ce prix-là, on s'y retrouve, mais tout juste.

Il y a quelques années, j' avais démonté un régulateur de ce genre, juste pour voir. Il alimentait un moteur de trottinette 36V, 350W. Alimentation par 3 batteries 12V, câblées en série.

J'avais remplacé le contenu de la boîte - trop compliqué, peu fiable - par un petit module oscillateur à transistors commandé par potentiomètre, l'oscillateur attaquait un "petit" IGBT (*) de marque IXYS, associé à une grosse diode de roue libre. Montage simplissime, qui fonctionnait très bien. L'oscillateur était un Trigger de Schmitt modifié pour en faire un oscillateur de relaxation, ce qui permettait d'obtenir des rapports cycliques supérieurs à 100:1, avec des fronts nickel, au niveau du signal d'attaque.

(*) capable de commander 50A, quand même (boîtier TO247, vissé sur le boîtier alu, utilisé comme radiateur pour la diode et l'IGBT - et ça ne chauffait pas ...)

Mais pour un moteur alimenté en 24V, il faut remplacer le "petit" IGBT par un gros MOSFET (ou une poignée de Mosfets "ordinaires", câblés en parallèle) ou alors si on veut conserver l'IGBT il faut "gonfler" un peu l'amplitude du signal d'attaque, à l'aide d'un petit transfo d'impulsions de rapport 2:1, associé à un conformateur de signal à résistances-capacité.

Comme transfo d'impulsions, on peut utiliser par exemple un petit transfo audio (transfo de ligne miniature) avec secondaire donné pour 600 ohms et primaire 600 ohms, à point milieu. On trouve ce genre de transfo, en neuf, à moins de 10 euros.

NOTE : dans le cas d'une alim sur batteries, si l'on veut raffiner le montage la première chose à faire c'est 1) Stabiliser la tension d'alim de l'oscillateur 2) Faire en sorte que l'oscillation s'arrête = signal de commande sur la Gate de l' IGBT coupé si la tension d'alim devient trop basse, de telle sorte que l'IGBT commute franchement ou pas du tout, et non pas à moitié (par exemple : si la tension de batterie tombe en dessous d'un certain seuil).

Dès lors que la tension d'alim oscillateur est abaissée/stabilisée (typiquement : à +5V ou +12V) on pourra utiliser comme oscillateur un circuit intégré peu coûteux, style NE 555, mais alors il faudra insérer un circuit buffer à la sortie du 555 (pour commander le transfo d'impulsions) et trouver aussi un transfo d'impulsions capable de "gonfler" davantage le signal de l'oscillateur (disons : dans un rapport 1:2 à 1:5) ceci pour obtenir un signal d'attaque d'amplitude suffisante, typiquement : 25 volts C/C (ou un peu plus) entre Gate et Source de l'IGBT.
 
C
chrisbur99
Apprenti
8 Fev 2014
167
58200
REMARQUE :

Dès lors qu'il s'agit d'alimenter un moteur de broche pour une petite machine-outil, du type "moteur universel" à collecteur (entre 150 et 750W, pour fixer les idées) je ne suis pas sûr du tout que la solution "simple hacheur" (*) soit la bonne solution.

(*) cf. Blocs de commande pour moteurs pour trottinette ...

Le bon sens commande plutôt de passer au niveau de complexité immédiatement supérieur, c'est à dire : le "buck converter" et autres circuits du même tonneau (= convertisseur-abaisseur à découpage). Ainsi on pourrait alimenter le moteur de broche par une tension préfiltrée, quasi-continue, ajustable, et non par un courant haché (= trains d'impulsions qui utilisent l'inductance des bobinages pour "lisser" le courant qui traverse les enroulements du moteur).

OK, ça coûterait (en plus) une inductance pas vraiment petite, et de très bonne qualité (de valeur comprise entre quelques dizaines et quelques centaines de microhenrys, capable de travailler sans pertes notables à fréquence ultrasonique) et un condensateur de filtrage pour impulsions, mais amha la fiabilité de l'ensemble et la souplesse de fonctionnement seraient meilleures. Par contre, vu que le condensateur de filtrage introduit un élément de retard supplémentaire dans la réponse de la boucle d'asservissement, pour obtenir de bonnes performances en mode PID a priori il faudrait que la fréquence de découpage soit notablement plus élevée, ce qui tend à exclure les IGBTs ... Pour revenir aux MOSFETs, lesquels - toutes choses égales par ailleurs - montent plus haut en fréquence que les IGBTs.

Dans la littérature spécialisée et sur le web il existe sûrement des études comparatives sur ce sujet, mais je n'ai pas cherché.
 
chabercha
chabercha
Compagnon
9 Jan 2009
10 943
FR-84 Cavaillon
  • Auteur de la discussion
  • #25
bonsoir
Chrisbur99, j'ai lu mais je laisse cela aux initiés, j'ai commencé grâce au forum à me débrouiller en électricité mais quand il s'agit de toucher à des truc ou l'électronique est présente je patine complètement.
Charly, tu penses que j'ai déja essayé :mrgreen: avec celui là, mais bon je balisai un peu par rapport au pic de puissance surtout avec celui de 11A.
comme ils sont un peu plus costauds et pas bien chers, c'était pour savoir si cela pouvait aller.
merci de vos réponses.
A+ Bernard
 
chabercha
chabercha
Compagnon
9 Jan 2009
10 943
FR-84 Cavaillon
  • Auteur de la discussion
  • #26
bonsoir
grâce encore au forum :prayer: et surtout à Mennsylv et à sa micro tronçonneuse j'ai trouvé ma solution d'alimentation 24DC
https://www.usinages.com/threads/micro-tronconeuse.52516/
et évidemment le travail de Maurice Calamentran, dans le post de la remise en route de la perceuse Silex
https://www.usinages.com/threads/transfo-220-110.31254/?hilit=perceuse silex
Maurice m'avais donné le transfo, je lui est donc demandé s'il était possible de faire à partir du 24AC en sortie du 24DC, réponse oui, il a donc fabriqué le convertisseur AC/DC
P8140162.JPG

P8140155.JPG

P8140153.JPG

donc un petit montage avec transfo, contacteur et bouton poussoir, convertisseur et le moteur de 11Amp
c'est tout bon, une petite vidéo
P8140151.JPG

petite question sur le transfo, dans le post tranfo 220/110 il était indiqué de ne pas se servir de ce vieux truc et de la perceuse, je ne veux pas ranimer la polémique car pas dans mes connaissances.
le transfo, oui si je l'installe dans une boite ou l'ont ne peux le toucher directement ? la perceuse, non ?
A+Bernard
 
Dernière édition par un modérateur:
Calamentran
Calamentran
Compagnon
13 Nov 2009
1 609
Meyreuil (à coté d'Aix en Pce)
Bonjour à tous

chabercha a dit:
Petite question sur le transfo, dans le post transfo 220/110 il était indiqué de ne pas se servir de ce vieux truc et de la perceuse, je ne veux pas ranimer la polémique car pas dans mes connaissances. Le transfo, oui si je l'installe dans une boite ou l'ont ne peux le toucher directement ? la perceuse, non ?
Salut Bernard
Ton transfo est constitué de deux enroulements indépendants :
* Un enroulement en autotransfo 220/110 V
* Un enroulement séparé en 24 V

C'est la partie "autotransfo" qui est dangereuse à utiliser tel quel avec de vieilles machines classe 1 plus ou moins bien isolées. Par contre, comme le 24 V est un secondaire à part - comme je te l'ai dit, utilisé pour les baladeuses en 24 V - il ne présentera pas de danger particulier.
 
chabercha
chabercha
Compagnon
9 Jan 2009
10 943
FR-84 Cavaillon
  • Auteur de la discussion
  • #28
bonjour
salut Maurice, je me doutais que tu allais répondre, loin de moi de vouloir utiliser le 110 pour la perceuse ou autre, nous avons suffisamment de possibilités avec le 220/380.
encore merci pour la modif.
A+Bernard
 
chabercha
chabercha
Compagnon
9 Jan 2009
10 943
FR-84 Cavaillon
  • Auteur de la discussion
  • #29
bonjour
si à la place du gros transfo 220/110/24 je mets un truc du modèle adéquat mais sortant du 12 v AC, ça va marcher en 12 dc ? faut il modifier la diode et ou le condo ?
P8160150.JPG

merci de vos réponses.
A+Bernard
 
C
chrisbur99
Apprenti
8 Fev 2014
167
58200
Non, rien à modifier.

Si le pont redresseur et le condensateur de filtrage tiennent en 24V, ils tiendront aussi en 12V.

Mais la LED verte brillera moins ...

Typiquement, pour un courant dans la LED d'environ 10 mA (LED diam. 5mm) , il faudrait une résistance en série de valeur 1200 à 1500 ohms - 1/4 watt

Pour un courant d'environ 5 mA (LED diam. 3mm) il faudrait une résistance série de valeur 2200 à 2700 ohms - 1/4 watt

A vide, aux bornes du condensateur, on devrait obtenir environ 16 à 17 volts DC, au voltmètre.

A pleine charge, on devrait obtenir une tension comprise entre 14 et 15 volts DC.
 
Haut