Advertisements

Récupération de soupapes

J
j.f.
Compagnon
22 Décembre 2007
6 443
19
  • Auteur de la discussion
  • #1
Bonjour à tous.

J'ai un petit stock de soupapes réformées, non tordues, pas spécialement usées. Elles ne sont a priori pas au sodium.

Mais au cas où, y a t il un moyen de reconnaître les soupapes "au sodium" (pas envie d'en faire gicler à coups de disqueuse)

Une fois la tige récupérée en faisant sauter tulipe et queue, est-ce que ça a des applications intéressantes ?

Juste parce que je me demande si je les garde ou si je les aporte au ferrailleur...
 
Advertisements
S
sapete1
Compagnon
21 Avril 2008
831
45 Loiret-Nord
Bonsoir à tous,

Pour tes soupapes au sodium, calcule le volume ou mesure le en immergeant la dite soupape dans une éprouvette graduée ou en faisant déborder un verre plein d'eau ou d' huile, comme tu veux et pèse le surplus ou mesure le niveau en plus, bref débrouille-toi pour avoir le volume avec précision.
Pèse ensuite ta soupape, sachant que la masse volumique de l' acier est de 7,8 voire plus précis (si c'est un acier austénitique au lieu de fer pur, etc...)
Recalcule le poids à partir du volume, si tu trouves un écart entre la théorie et la mesure, c'est qu'il y a quelquechose d' autre : du sodium ou une imprécision dans la méthode de mesure!
Dans ce cas il faut affiner les mesures.
Pierre et Marie Curie excellaient dans ce genre d' exercice qui leur a permis de découvrir le radium à partir d' une erreur systématique dans des mesures!! A toi le Prix Nobel!!
Je déconne, mais c'est peut être une méthode à essayer pour détecter si sodium il y a!

Bonsoir à tous et ne vous arrachez pas trop les cheveux!! :7grat: :7grat:

@+

Sapete1
 
J
j.f.
Compagnon
22 Décembre 2007
6 443
19
  • Auteur de la discussion
  • #3
Merci sapete

Mais c'est bien sûr !

Je me revois encore en TP de physique faire ce genre de mesure, (il y a plus de 35 ans) en train de poser des récipients sur une balance, faire le tarage, mettre des trucs dedans, repeser, mesurer le volume d'eau, etc.

volume d'un corps, mesure directe de sa densité, etc.

Génial !

:prayer:

C'est ma femme qui va être contente. Entre les carters dans le lave vaisselle, le déchemisage de cylindre et la cuisson de peintures dans le four, la subtilisation de doseur pour mélanger la peinture, les expériences débiles dans le micro onde, la peinture auto dans le garage, le coompresseur tous les week-ends, les fuite de gazole, la soudure à l'arc, le MIG au fil fourré, et le ponçage dans le jardin, je suis sûr qu'elle va encore aimer. :twisted:



Ou alors la soupape dans l'eau, un coup de disqueuse : si ça me pète à la tronche, y'a du sodium. Si c'est le différentiel qui saute avec un léger picottement dans les doigts, y'a pas de sodium.
 
J
j.f.
Compagnon
22 Décembre 2007
6 443
19
  • Auteur de la discussion
  • #5
C'est très réactif avec l'eau. Ca produit de l'hydrogène et du NaOH (soude caustique). L'hydrogène produit peut s'enflammer avec l'oxygène de l'air et la chaleur dégagéee.

Pas bon dans les yeux ou sur les muqueuses.

C'est pour ça qu'il ne faut pas risquer d'en prendre dans la poire en coupant une soupape !

Or, on lit parfois que les tiges de soupapes sont une source intéressante de métal très résistant




Utilisé comme fluide caloporteur pour extraire la chaleur de la tulipe et l'amener vers la tige là où se fait le contact avec le guide qui lui même transmet cette chaleur à la culasse. Utilisé aussi dans les centrales nucléaires pour "extraire " la chaleur du coeur et chaffer l'eau qui fera touner les turbines à vapeur. C'est aussi utilisé comme électrolyte pour la production d'aluminium ( http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9duc ... 'aluminium ). Un prof de physique nous avait raconté que pendant un stage, le personnel lui avait appris à pêcher dans le lac du barage en balançant des pains de sodium dans l'eau. Il nous avait raconté que c'était très amusant de voir les pains fuser à toute vitesse à la surface. Si je me souviens bien (c'est loin...), c'est le caractère explosif de la réaction qui faisait remonter les poissons.
Je ne sais pas si ces expériences sont toujours pratiquées, mais à l'époque on avait droit à potassium + air (oxygène) et sodium + eau.
 
Case590
Case590
Compagnon
23 Juillet 2008
3 527
ariège-pyrénées
bonjour
j'utilise les tiges de soupapes pour faire des burins bédanes pointeaux clavettes tout ce qui doit résister a la frappe. je scie la tulipe et forge le bout + trempe huile
et affutage. je ne prends que des soupapes de camion, tracteurs et tacos. je vais faire attention désormais aux soupapes de dernière génération !
a+
 
S
sapete1
Compagnon
21 Avril 2008
831
45 Loiret-Nord
Bonjour à tous,

Le risque est éliminé si comme liquide tu prends du pétrole ou du fuel ou du white spirit mieux du kerdane, c'est pas cher et de toutes façons on conserve le sodium à l' abri de l' air dans des flacons remplis de pétrole.
le sodium ne prend pas feu instantanément à l' air, c'est un métal mou de couleur argenté à la coupe quand on le coupe au couteau comme un caramel;
Mais , c'est sur il n' aime pas l' eau et à la moindre trempette, il se fâche tout rouge en cavalant à la surface de l'eau dans tous les sens car il décompose celle-ci pour former de la soude NaOH et de l' Hydrogène qui le pousse sur l' eau comme un bateau a réaction.
Mettre des lunettes car il peut éclater et de la soude dans l' oeil, bonjour les dégats, pour les fringues, c'est pas bon non plus mais c'est bobonne qui gueule!
La densité du sodium est plus faible que l'eau:0,968
Coupe plutot tes soupapes à la scie çà chauffe moins et c'est plus progressif.
Je crois que le sodium est localisé dans la tulipe, mais je ne sais pas comment ils le mettent. :roll:

@+

Sapète
 
S
sapete1
Compagnon
21 Avril 2008
831
45 Loiret-Nord
Re,

Les soupapes classiques sont en trois parties: la tulipe en acier un peu réfractaire austenitique, la tige en acier trempé martensitique et l'extremité en acier stellité pour la tenue au chocs et à la pression sur le culbuteur ou le poussoir.
De tête comme cela je ne te garantis pas les aciers,il faudrait mieux se renseigner mais il y en a trois, c'est sûr et la tige est soudée par étincellage avec la tige de la tulipe usinée et rectifiée ensuite , si on regarde bien au reflet sur la tige rectifiée, on voit une légère différence de couleur à cause des différents métaux.Sur une soupape neuve bien sur, pas un truc tout grillé et calaminé!!!

@+

sapète
 
J
j.f.
Compagnon
22 Décembre 2007
6 443
19
  • Auteur de la discussion
  • #9
Quelques liens :

ancienneté de la technologie ; un exemple Alpha Romeo Gulia ; 1962...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Alfa_Romeo_Giulia

Je me méfie énormément de Wikipedia. Par exemple, on peut y lire que les pieds à coulisse digitaux fonctionnent selon le principe du potentiomètre linéaire :shock:

l'âge du moteur donneur n'est pas vraiment un indice fiable ; c'est une technologie très ancienne en auto, et encore plus en aviation.

sur le site de Mahle :

http://www.mahle.com/C12570B3006C0D49/C ... S083STULFR

page 11 de ce document, la fabrication :

http://www.mahle.com/C1256F7900537A47/v ... _72dpi.pdf

http://www.motorenteile.mahle.com/eLIZA ... _types.pdf

en fouinant un peu, on trouve d'autres types de caloporteurs : lithium + potassium


Comment met-on du sodium dedans ? Et du brandy dans les chocolats ?
 
H
hp=360
Compagnon
29 Juillet 2008
1 293
Mare nostrum
Bonjour, j'ai vu quelques vieux outils coupants ( petits ciseaux, burins ) faits avec des soupapes, et çà coupe pas trop mal. Mais c'est toujours le problème des aciers de récup, on ne sait jamais sur quoi on tombe. Il faut faire des essais de trempe, de coupe, de meulage et encore on ne saura jamais vraiment quelle est la nuance de l'acier en question. :sad:
 
S
sapete1
Compagnon
21 Avril 2008
831
45 Loiret-Nord
Bon apres midi à tous,

Je vais relire attentivement tes liens, mais je répond déjà à une remarque qui a été faite, à savoir: "je n' utilise que des soupapes classiques pas les dernières techno sohistiquées pour éviter le sodium..."
Conne tu mets, les soupapes au sodium, ce n' est pas nouveau et surtout pas dans les moteurs diesel de poids lourd où la technologie est bien souvent de meilleur niveau que sur la toto à tout le monde: justement comme les pressions internes sont plus élevées que dans le moteur essence, les températures sont également plus élevées et le refroidisst de la soupapa peut nécéssiter du sodium.
Cette techno est utilisée depuis les année 1920 en aviation puis dans les gros diesels :marine , industrie, locomotives.

Salut @+


sapete
 
S
sapete1
Compagnon
21 Avril 2008
831
45 Loiret-Nord
Re,

intéressant ton document Malhe et le pdf, finalement on ne sait pas trop où la tige change de métal passant de l' acier réfractaire trempable ou non à l' acier de tige trempable et le perçage de la tige est un inconvénient pour la réalisation d' outils, à moins de récupérer de très grosses soupapes genre moteur d' autorail, dans ma jeunesse j' avais fait un stage à la SNCF dans un dépot de maintenance de locomotives diesel électriques,les moteurs étaient des Sulzer au moins 12 cyl en Vé diesel turbocompressée et effectvement les soupapes étaient balaizes, il y avait de quoi récupérer dessus 60mm de diametre à la tulipe et au moins 15mm à la tige, les pistons, c'était de petits tabourets!! 200mm environ, mais dans la marine c'est encore plus gros!
Finalement, l' introduction du sodium doit se faire par la queue, mais il doit y avoir une astuce de fabrication car au soudage on risque d' y mettre le feu, je suppose que c'est fait en atmosphère inerte?


@+

Sapete1
 
A
Anonymous
Guest
Salut à tous

Donc si on voit des feux folets dans la foret ca pourrait venir de culasse abandonnée et ou ses tiges de soupapes auraient rouillées et le sodium quand il pleut ben il s'enflamme - tu creuses en dessous ya une Dion Bouton
C'est ça aussi non ?

Cdlt


Jld
 
K
KY260
Compagnon
17 Août 2008
6 630
89
pour que j'ai touche, en general, les soupapes au sodium sont en queue de 9mm..

sinon, je les garde pour faire des goupilles(ça va tres bien d'ailleurs), des chasses clous pour de la charpente.

snon, ce sont les echappements qui sont au sodium, pas les admissions.

voilà les differences visuelles que j'ai constaté/utilisé
 
ChtiGG
ChtiGG
Compagnon
24 Avril 2009
1 644
FR-59 Lille
pour les pesées, il faut utiliser la méthode dite "de la double pesée" ; en gros, on place dans l'un des plateaux de la balance une tare et dans l'autre on réalise l'équilibre avec des masses étalonnées, appelons M1 ces masses. Puis - la tare étant toujours dans le premier plateau - on place dans le second plateau la pièce à peser et on fait de nouveau l'équilibre, soit M2 ces masses : la pièce vaut alors M1-M2.
Pour obtenir la masse volumique - toujours en utilisant la même méthode de la double pesée - il faut dans la seconde opération précédente que la pièce soit suspendue au plateau. L'équilibre étant réalisée on obtient également M2, puis on plonge la pièce dans un récipient plein d'eau et on fait de nouveau l'équilibre et on obtient M3. M2-M3 donne la masse du volume déplacé, d'où la masse volumique.

Quant au sodium, oui, c'est conservé à l'abri de l'air et surtout de l'eau ; l'expérience du sodium jeté dans un seau d'eau était pratiquée dans les années 70 par les opposants à Superphénix - c'est d'ailleurs toujours un problème :!: Malgré l'arrêt du programme, le sodium liquide n'a toujours pas été retiré du réacteur :roll:
 
La dernière réponse à ce sujet date de plus de 6 mois
Advertisements
Haut