Advertisements

Question sur les traitements thermique de la tôle 5754

J
Jean974
Apprenti
23 Décembre 2015
138
  • Auteur de la discussion
  • #1
Bonjour,

Je fais soivent du travail de chaudronnerie sur de la tôle d'alumium type 5754.

Principalement roue anglaise, sac de sable et martelage.

Ces techniques provoquent un écrouissage, et donc j'ai besoin de faire un revenu pour pouvoir continuer mon travail, j'effectue donc un revenu, en utilisant du savon de marseille comme indicateur de temperature.

Et c'est la qu'arrive le problème, j'ai eu beau parcourir le net et je trouve tout et son contraire dans la méthode à appliquer.

Certain disent 350 degrés, d'autre 450, une fois il faut tremper, un peu plus loin on vous dit que non, bref je suis perdu.

Quelqu'un a t'il le procédé exact pour la nuance 5754 (AG3M) ? Temperature, faut il un maintien ? Une trempe ? Peu t'on appliquer un traitement de detente à la fin du formage pour supprimer les contraintes ? Bref le vrai procédé pour cete nuance, pas le truc pifometrique.

Merci

Jean
 
Advertisements
G
gaston48
Compagnon
26 Février 2008
9 075
59000
Bonjour,
Après élévation de température, un refroidissement brusque n'a aucun effet
sur les séries 1000, 3000 et 5000. Ce ne sont pas des alliage à durcissement structuraux.
Le problème d'un recuit complet de recristallisation est qu'il est dépendant de la température
et du temps de maintien. Tu atteins le même état de recuit si tu traites 8 h à 270°C
ou 1 mn à 350°C.
La température "normalisé" de recuit du 5754 est de 375 à 400 °C pendant 10 à 15 mn
Le marqueur au savon passe à l’état de tache noire brillante entre 380 et 420 °C
et la tache disparaît à 460 °C
 
L
ludo14
Nouveau
7 Novembre 2017
16
basse normandie
Bonjour Jean,

L'aluminium et ses alliage !

ont pourrait en faire tout un roman ! , pour ton cas je conseillerai un recuit dans les 300/450°C a l'air ! avec un refroidissement a l'air libre le temps de maintien comme tout les autres traitements thermiques selon la masse .
 
JeanYves
JeanYves
Compagnon
28 Octobre 2008
13 625
F - 56 Bretagne
Bjr ,

Ces techniques provoquent un écrouissage, et donc j'ai besoin de faire un revenu pour pouvoir continuer mon travail, j'effectue donc un revenu, en utilisant du savon de marseille comme indicateur de temperature.
C'est à dire , precisement ??
c'est une nuance plutot tendre à l'origine ! ,
qui supporte tres bien les deformations à froid
 
JeanYves
JeanYves
Compagnon
28 Octobre 2008
13 625
F - 56 Bretagne
Ton doc n'est pas exploitable !

Dans mes doc j'ai : 345 -380 °c durée - 30 mn - refroidissement air

Mais ce serait interessant de connaitre les difficultés rencontrées avec une telle nuance ? .
 
J
Jean974
Apprenti
23 Décembre 2015
138
Merci pour vos reponses,

Je fabrique ce genre de pièces :

Le garde boue est d'une seule pieces, pas de soudure, il est peint, il aurait aussi bien pu rester brut poli.

Le procédé, c est martelage pour la forme generale, puis travail a la roue anglaise. La deja tres rapidement l'alu au bout de 10 min de roue anglaise, ou plus exactement quand il n'y a plus de bosses, n'est plus travaillable, donc un premier traitement.

Ensuite travail au formeur pour le galbe, puis de nouveau roue anglaise pour la courbure. Il faut retraiter toute les 20 / 25 min environ. Le metal devient tellement raide qu'il ne bouge plus.

Le truc c est que maintenir ça a 400 degré pendant 10 minutes ça me parait complexe pour que ce soit repartit de façon homogene.

Faut il jouer sur la couleur du suif ou du savon et faire brunir sur tout la surface en meme temps ? Progressivement ? Ou faire brunir un coté et gagner l autre ?

Mon gros problème c'est que d'un traitement à l'autre je n'ai pas le même résultat.

j'ai aussi souvent des déformations dues à la tension du metal qui surviennent dans les heures qui suivent la fin du travail.

Je précise que j'apprend tout seul, dans ma grotte, et je vous remercie pour vos conseils.



IMG_4990.JPG
 
JeanYves
JeanYves
Compagnon
28 Octobre 2008
13 625
F - 56 Bretagne
Bjr ,

Ne vous est il pas possible de le faire au four ?? ,
ou de mesurer plus précisement la temperature et de respecter le temps .

C'est un beau resultat , je n'ai pas d'experience avec ces roues anglaises .
 
G
gaston48
Compagnon
26 Février 2008
9 075
59000
Tu as une méthode au noir de fumée aussi que je ne connaissais pas ?
 
J
Jean974
Apprenti
23 Décembre 2015
138
Gaston, tu mets le doigt sur le problème.

La technique de la flemme non oxydante je l'ai déja vu, mais du coup elle ne respecte pas les critères de temps. Par contre elle permet d'etre certain d'avoir fait un travail uniforme.

La feuille est tellement mince que la masse est negligeable, donc une simple monté en température, progressive, en utilisant savon, suif ou crayon thermochrome est peu etre suffisant quand il s'agit d'une tôle ?
 
G
gaston48
Compagnon
26 Février 2008
9 075
59000
J'ai toujours pratiqué au four (problème d'emboutissage profond avec une nuance écroui en stock ...)
Je pense qu'à la flamme, ça restera toujours aléatoire et réservé à des recuits locaux sur
une carrosserie complète par exemple.
Si tes pièces ne sont pas trop importantes, à ces température là, la construction d'une
étuve reste très accessible. Les isolants sont classiques, des résistances de type électroménager conviennent.
une vrai régulation avec TC et relais statique sur ebay ou ali ça n'est pas chère.
Un brassage d'air avec une hélice déportée, c'est faisable aussi.
Concernant les résistances, si c'est une enceinte très isolée, il faut juste faire attention à ne dépasser leurs
températures limites.
Ou alors chauffer un bain de sable peut être ?
 
La dernière réponse à ce sujet date de plus de 6 mois
Advertisements
Haut