Méthode de chiffrage d'un moule coquille sous pression

  • Auteur de la discussion maniladébrouille
  • Date de début
damy
damy
Compagnon
3 Mai 2011
1 639
Charente Maritime
Très bien ces deux reportages cela nous montres les facettes des méthodes dites (chambre chaude et chambre froide) .Dans la deuxième vidéo on parle de vitesse, c'est pour cela que les bras de coulées et talons de lavage doit être bien disposés ainsi que leur section et seuil d'attaque .Contrairement a l'injection plastique qui (suivant le polymère) demande une poussée de remplissage .Pour reparler de la vitesse de remplissage pour l'aluminium ,c'est une affaire de température de fusion qui a l'approche du moule (qui lui est régulé par des circuits d'eaux )varie rapidement et change la fluidité de l'alliage donc le remplissage de l'empreinte (d’où vitesse de pénétration).:-D

Pour dire au niveau de la fluidité ,l'alliage arrive a passé dans un ajustement entre deux pièces de l'empreinte (0.03) .
 
JeanYves
JeanYves
Compagnon
28 Oct 2008
13 620
F - 56 Bretagne
Bjr ,

Oui bien sûr ! ce sont des aspects à traiter dans un second temps ,
mais avant toute chose , il faut savoir quelle méthode on veut mettre en oeuvre .
L'investissement est different , un moule par gravite est plus simple qu'un moule en basse pression ou qu'un autre en haute pression ,
et ils sont utilisés de manières differentes .

C'est donc souvent la quantite de pièce , la cadence de production , la nuance matière , la precision (usinages ou pas ? ) à obtenir qui sont considerés pour faire le choix .
 
Dernière édition:
damy
damy
Compagnon
3 Mai 2011
1 639
Charente Maritime
Nous sur la même longueur d'onde "JeanYves" et après on voit ..........:-D
car je veut bien aider notre jeune ........Mais pas faire son travail :-D
 
Haut