Méthode de chiffrage d'un moule coquille sous pression

M
maniladébrouille
Nouveau
16 Octobre 2017
12
  • Auteur de la discussion
  • #1
Bonjour, j'aimerai connaître la façon de chiffrer un moule en coquille sous pression pour une série de 5000 pièces en alu/mois pendant 4 ans.
La pièce a un volume de 48 pouces cube environ et est de forme peut complexe ( style de carter de groupe hydraulique).
Je vous remercie pour vos réponses.
 
philippe2
philippe2
Compagnon
20 Février 2016
989
A côté d'Orléans
Bonjour,

Le moule doit pouvoir produire environ 24000 pièces => contexte industriel, qui est aussi celui évoqué par le process de production, sous pression.

Le plus simple des moules est le type "moule à gaufres" en seulement deux parties avec plan de joint unique (les fondeurs et moulistes adorent). Les dessins que tu proposes sont censés (à moins que je me trompe) être un design "fonctionnel" au minimum de matière, mais seraient à réviser car dans l'état, il faudrait un moule en au moins 3 parties, avec des aménagements type "anglaisage" des bossages en bout de nervures, sans parler des dépouilles.

Mon conseil parfaitement discutable serait que compte-tenu des quantités "industrielles" tu te rapproches d'un fondeur qui a pignon sur rue, par exemple Eurocast.
Qui saura éventuellement te pré-chiffrer :
- Le montant d'un design révisé et optimisé.
- Le coût et délai des réalisations des moules, prototypes etc (planning et prix de l'investissement industriel).

Au pif et compte tenu de ce que j'ai pu voir dans le monde automobile, le ticket d'entrée est de l'ordre au minimum plancher d'environ 100 à 150000€ pour les investissements décrits, auxquels s'ajouteront le prix unitaire des bruts et de leur usinages.

Bien cordialement,
 
sergepol
sergepol
Compagnon
20 Mai 2012
1 534
Flers 61100
J'adore des pièces pas complexe comme celle-ci!!
Il serais bien que le géniteur de ce produit lise un cours de moulage.
Tout est possible, mais il sera prudent de s'assoir à la lecture du devis.
 
philippe2
philippe2
Compagnon
20 Février 2016
989
A côté d'Orléans
J'adore des pièces pas complexe comme celle-ci!!
Il serais bien que le géniteur de ce produit lise un cours de moulage.
Tout est possible, mais il sera prudent de s'assoir à la lecture du devis.
Salut,

D'accord à 100% sur la pièce "a priori non complexe", et le bon siège à trouver à la réception des devis. :wink:

Bien cordialement,
 
slk
slk
Compagnon
22 Juillet 2017
983
Be-7100 La louviere
Le moule doit pouvoir produire environ 24000 pièces => contexte industriel
C'est pas plutôt 240.000 pièces, ce qui fait pour un investissement de 150.000 € un montant de 63 cents / pièces.
Maintenant si je devais faire un pareil investissement + la formation du personnel + entretien machine et frais divers j'envisagerais de produire d'autres pièces aprés les 4 ans ou d'investir plus pour produire plus vite
 
M
maniladébrouille
Nouveau
16 Octobre 2017
12
  • Auteur de la discussion
  • #9
ecoutez, si je viens ici c'est bien parcque je suis a la recherche d'informations, je suis concepteur et non fondeur, si vous voyez une faute il suffit juste de me corriger et non de s'en esclaffer. Je remercie philippe et vous autres bien sur, mais concrètement pour ce genre de pièce on reste sur un moule de 150 000 euros ? et si je choisis de faire un moule pour 4 pièces, ceci me coute plus chère ? n'y a t'il pas un calcul de chiffrage qu'un fondeur pourrait appliquer pour deviner un devis a l'avance pour son client ? merci
 
M
maniladébrouille
Nouveau
16 Octobre 2017
12
ps: c'est un projet d'étude, je ne paye rien et investis dans aucun projet :)
 
M
maniladébrouille
Nouveau
16 Octobre 2017
12
63 cent d'euros par pièces c'est par rapport au prix du moule ou du brut en lui même ? car l'aluminium utilisé coute 12 euros le litre environ, alors a 63 centimes on ne sera jamais rentable. Je ne comprend pas
 
slk
slk
Compagnon
22 Juillet 2017
983
Be-7100 La louviere
Je ne pense pas que les gens s'esclaffe mais essaient de te guider dans ton choix.
Concevoir une pièce à faire couler sans avoir de notion de moulage est un peu "léger"
Le choix est très simple, soit tu investis dans une fonderie et tu engage du personnel qualifié , soit tu confie la réalisation à un fondeur.

63 cents c'est uniquement le prix de l'investissement, a cela il faut ajouter le métal et les frais de production
 
M
maniladébrouille
Nouveau
16 Octobre 2017
12
je l'est dit c'est un projet donc pas de pognon en jeu, je te remercie slk, et c'est bien dommage les concepteurs n'apprenne rien en fonderie de nos jours, vive l'éducation nationale, vice versa
 
philippe2
philippe2
Compagnon
20 Février 2016
989
A côté d'Orléans
je l'est dit c'est un projet donc pas de pognon en jeu, je te remercie slk, et c'est bien dommage les concepteurs n'apprenne rien en fonderie de nos jours, vive l'éducation nationale, vice versa
Re sur ce fil,

A @slk, merci de m'avoir repris sur la quantité totale (capabilité du moule), j'ai oublié un zéro.

A @maniladébrouille, je reprends et résume ce que j'en pense (tu peux (dois)) refaire tes remarques ligne à ligne sur ce qu'il suit (et je t'encourage à le faire lire à tes profs ou tuteurs).

De ce que j'ai compris, il s'agit donc d'un projet "scolaire", sans aucun mépris de ma part pour l'adjectif. Donc pas grand chose pour attirer l'attention d'un industriel, qui serait le plus qualifié pour une réponse plus concrètement argumentée financièrement.

Concernant la conception, j'ai vu que tu as choisi "de garnir" au pif de matière les surfaces fonctionnelles (un peu à l'ancienne). Ce n'est pas mal, mais dans le monde actuel industriel, voici comment cela se passe :
Le "projeteur", "concepteur CAO", ou "ingénieur conception", expose (exprime) dans un cahier des charges (dont un dessin fonctionnel qui n'est qu'un élément du dossier) :

- 1/ L'ensemble des contraintes sur pièce finie usinée (fixation, emmanchements, plans de pose, étanchéité dynamiques et statiques, on va dire tout ce qui est mécanique). Cela me paraît réalisé a priori sur ton plan usiné.
- 2/ L'ensemble des contraintes limitant le volume extérieur de la pièce.
Pièces de l'ensemble mécanique environnant au maxi de leur encombrement mécanique (tolérances maxi) à proximité de la pièce à concevoir. Cela manque sur ton dessin.
Contraintes de conception dues aux moyens industriels existants (moyen de préhension, passage de douilles pour le serrage, identification de la pièce, etc..).
- 3/ Les mêmes contraintes concernant la maintenance et l'après vente (changement de pièce dans un milieu "artisanal"), qui ne sont pas les mêmes qu'une première monte usine.
- 4/ Le bilan des sollicitations mécaniques permettant de dimensionner de façon optimale la pièce. En général dans l'automobile qui était mon domaine, il s'agit d'une liste de fréquence, amplitudes, et exigences sur la raideur du système, et bien sûr du nombre de cycles qui garanti la durabilité. Sans parler d'autre contraintes telles que le bruit émis, le recyclage...

La rédaction d'un CDC (cahier des charges), reprenant les points ci-dessus permettant d'approcher différents fournisseurs, qui pour les plus performants (mais les plus chers, on n'a rien sans rien), referont la conception de la pièce, suivant ce CDC et leurs propres contraintes industrielles. Point important : les logiciels de type "optistruct" permettent de laisser filer le remplissage de matière là ou les contraintes sont maximales.

L'obtention de 4 pièces en dehors (en amont) d'un investissement industriel sur le moule n'est pas forcément une mauvaise idée, cela se procède ainsi parfois dans le monde industriel pour vérifier différents aspects y compris ceux auxquels nous n'aurions pas pensé => validation de terrain.
- 1 pièce pour le tiroir du concepteur qui sert de secours... Et de collection de trophées.
- 1 pièce pour le contrôle métrologie, métallurgique...
- 1 pièce pour instrumentation (accéléromètre, jauge de contraintes et tutti quanti) .
- 1 pièce au service après vente qui va vérifier la "montabilité" en réparation.

Désolé d'avoir été court. :wink:

Merci encore une fois d'en parler avec tes formateurs, et d'avoir ouvert ce fil ici.

Bien cordialement,
 
Dernière édition:
JeanYves
JeanYves
Compagnon
28 Octobre 2008
13 625
F - 56 Bretagne
Bjr ,

Faire une pièce en moulage par injection haute pression n'est pas une mince affaire ! , generalement ce sont des moules qui coutent relativement cher en raison de leur solidité , de leur complexité , de leur precision et des cadences d'injection .
Ces moules sont montes sur de grosses presses à injecter , donc dans des entreprises specialisées

La pièce est tout à fait dans le creneau de ce genre de moulage .

Sans remettre tout en cause , il y a des formes qui ne sont pas réalisables ( l'alesage notamment , plus certains petits details ...) , et pour d'autres il est surement necessaire de mettre des tiroirs selon le choix du plan de joint ,
et de repreciser les formes à realiser en usinage ...
 
Dernière édition:
La dernière réponse à ce sujet date de plus de 6 mois
Haut