cadre rectangulaire, gousset ou écharpe règle de l'art

  • Auteur de la discussion lion10
  • Date de début
lion10
lion10
Compagnon
7 Mai 2010
4 751
  • Auteur de la discussion
  • #31
bonsoir
Il me restait une chute de bois issue du plateau bureautique qui s'est transformé en support de tour. J'en ai profité donc pour faire une étagère à matière. Des boulons étaient déja présents sur la structure du support je n'ai que peu de chose à faire un lamage du bois pour noyer une tête de boulon tandis que l'autre est traversant et a donc nécessité le perçage de l'étagère. Pour assurer un relevé précis de l'entraxe des trous j'ai décidé de marquer le dessus des têtes de boulon avec du bleu à bétail pour marquer lle bois à percer ou lamer selon le cas.

Elle sera peu profonde mais permettra d'y ranger éventuellement de la matière achetée sur le forum ou chinée .
L'idée est aussi d'abaisser le centre de gravité mais aussi de stabiliser le support .
étagère matière.JPG

J'en ai également profité pour faire une entaille sur la barre horizontale de devant en prévision d'un tiroir coulissant.
La finition de l'entaille est moyenne , faite à la dremel et à la lime électrique. Mais pour le bien il m'aurait fallu pouvoir défaire cette barre avant pour la travailer sur l'établi.
entaille barre avant en prévion du tiroir.JPG

Je retiens qu'il me faudra dans les futures conceptions des marges et jeu pour démonter facilement des pièces dans n'importe quel ordre. Dans le cas présent il n'y a pas assez de jeu entre la barre de devant et les renforts obliques à 45 degrés pour la démonter simplement sans tout avoir à défaire !

cdlt lion10
 
lion10
lion10
Compagnon
7 Mai 2010
4 751
  • Auteur de la discussion
  • #32
bonsoir
J'aborde enfin des essais de levage du tour pour le positionner sur le support.
Lors de mes premiers essais la grue était face à la longueur du tour suite au stockage initial du tour. C'était difficile de le lever de manière stable. La grue roulait à cause de la charge .
J'ai donc levé le tour déséquilibré d'un seul coté l'un à la suite pour intercaler des chutes de poutrelles et des chutes de bois (encadrement de fenêtre) afin de pouvoir passer la grue perpendiculairement sous le tour.
=> je retiens qu'il faut stocker une charge perpendiculairement à la grue et de telle façon que la grue chèvre puisse passer sous la charge surélevée en stockage.
IMG_0900 (Small).JPG

IMG_0907 (Small).JPG

IMG_0909 (Small).JPG

IMG_0910 (Small).JPG

IMG_0912 (Small).JPG

IMG_0913 (Small).JPG

A noter qu'une manille est un complément indispensable pour mettre les sangles, j'avais acheté aussi un maillon rapide mais je n'en ai pas eu besoin.
IMG_0915 (Small).JPG

IMG_0924 (Small).JPG

D'autre part mes élingues de stockage sont longues 2m et elles ne facilitent pas le levage. J'ai dû enrouler plusieurs fois sur le bati en fonte du tour mais cela prend de la place et c'est long pour les différents essais de levage le temps de trouver la bonne position stable.
IMG_0917 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]
La grue peut monter haut et heurter la porte du garage automatique au plafond dans le cas présent sans forcer et sans que je m'en rende compte. Heureusement je l'ai vu à temps.

Lors de mes levages perpendiculaires au banc du tour les élingues étaient trop longues et le tour insuffisemment relevé pour atteindre le plateau en bois du support. J'ai changé la capacité de la grue mais le tour était trop proche de la grue !
Après redépose du tour cette fois ci via une planche interposée sur les pieds de la grue j'ai remis la position 300kg j'ai trouvé la position idéale des élingues sur le tour.

J'ai aussi perdu du temps pour trouver la bonne position d'équilibre du tour levé. Pourtant je savais qu'il fallait jouer avec la position du trainard.
=> Il faudra que je note le passage des élingues, leurs boucles et que j'envisage peut être l'achat d'un équilibreur de charge ?

Lorsque j'ai déposé le tour sur le support la grue était en butée contre le mur à cause de ses pieds. J'ai dû glisser le tour sur le support pendant qu'il était levé juste au dessus du bord du plateau du support puis en descendant la grue avec la vis du cric j'ai glissé le tour sur le support au centre.
=> la grue nécessite vraiment un grand dégagement en profondeur pour ses pieds. Lever une lourde charge sur une table peu profonde contre un mur serait impossible.
=> dans mon cas il faudrait plus de distance par rapport au mur ou placer le tour au milieu d'une pièce pour que la grue puisse parcourir toute la profondeur selon l'axe Y du support.
=> j'ai du glissé le tour une fois déposé sur l'axe X car la grue a des pattes larges même si l'espace entre les pieds permet son passage. C'est aussi à cause de la largeur du plateau qui est juste par rapport à la largeur du tour.

Petit souci lors du levage le tour a été instable un moment en position 500 ou 700kg lors de mes essais . Il a frappé donc la grue tordant au passage la tôle du cache de la vis mère , mais sans trop de conséquence.

J'ai constaté aussi que la grue roule vraiment mal même sur du béton apparemment lisse du garage. Pour ne rien arranger il n'y a pas de réelle poignée de manutention sur la grue. J'ai utilisé le balai pour pousser à distance les roulettes de la grue.

Le haut des poteaux du support de tour me génait pour déposer avec facilité le tour sur le support. Au moins le poteau avant gauche qui bloquait la descente du carter d'engrenage du tour et le poteau arrière gauche qui génait l'ouverture du carter d'engrenage ou se rapprochait du condensateur du moteur une fois le tour déposé sur le support. J'ai donc décidé de découper ce qui dépassait sauf un l'arrière droit. De cette façon je supprime le risque que j'avais de me raccrocher sur le support avec ma veste bleu de bricolage.
Pour une découpe ce fut laborieux car j'avais de mauvaises conditions d'éclairage et le travail était en position bassee à la disqueuse de 125.
Autant un trait de coupe peut être rapide, autant ensuite il faut compter du temps pour ajuster d'équerre plus ou moins à la lime !

Je craignais d'abimer la peinture bleu du support j'ai donc réalisé dans une chute de lambris une cale pour coincer du carton pour protéger des étincelles. Il m' a fallu utilisé le rabot stanley de poche pour ajuster l'épaisseur du lambris afin serre bien.
Sur un chant du lambris ça se rabote bien, mais à plat c'est plus dur il faut bien régler le rabot et ne pas aller dans le mauvais sens du fil du bois.
IMG_0939 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]

IMG_0933 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]
Tour relevé j'ai vérifié les trous de fixation, coté poupée mobile c'était bien un trou pour du M14 et aussi le cas coté poupée fixe.
L'accessibilité coté poupée mobile est bonne il suffit de déplacer la poupée mobile pour voir le trou. Coté poupée fixe, c'est bien moins aisé, mais en passant la main sous le banc vers le carter d'engrenage je pouvais y redresser une vis de 110 mm afin de la faire passer dans le trou de la fonderie.
J'ai relevé la position des futurs trous dans le plateau en bois, cétait ok. à 70 mm ou 120 mm (poupée fixe) du bord du plateau.

La dépose définitive du tour approchant il était temps de mettre les pieds définitifs et régler puis mesurer l'horizontalité du support sans le tour.
Globalement c'était bon après avoir régler les vis des pieds. J'ai gardé les pieds bureautique initiaux mais peut être que ceux ci apportent une légère souplesse. Pour l'horizontalité sur l'axe X j'ai dû relevé les pieds droit,s le support penchant à gauche. J'ai eu l'idée de prendre un petit cric pour soulever délicatement le support tout en surveillant la bulle du niveau, ensuite j'ai dévissé les pieds droit en intercalant une plaque de 4 mm sous un pied pour compenser. Sans doute parce que près du mur le béton est arrondi moins plan.
IMG_0943 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]
J'avais commencé des mesures plus précise mais l'inclinomètre s'est arrété pourtant j'avais des piles de rechange mais elles étaient aussi déchargées.

cdlt lion10
 
Dernière édition:
lion10
lion10
Compagnon
7 Mai 2010
4 751
  • Auteur de la discussion
  • #33
Bonsoir

Il m'a fallu ensuite trouver le bon positionnement du tour sur le plateau du tour, bien le placer c'était impératif. J'ai tracé la médiane du plateau pour en déduire l'axe de fixation du tour. Cela fait j'ai constaté que je pouvais mettre le tour plus exactement l'axe longitudinal du tour au milieu du plateau en bois du support superposé à cette médiane. La ligne médiane du plateau en bois était située à 25cm du bord du plateau arrière, le banc du tour faisant 12.5 cm de large avec un dépassement de 10cm devant coté poignées de la boîte de vitesse et 20 cm à l'arrière coté moteur.

Afin de relever l'endroit exact du trou de perçage coté poupée fixe j'ai soulevé le tour et l'ai redéposé sur la planche sur les pattes de la grue en ayant intercalé un morceau de carton. J'ai pu ainsi avoir un patron que j'ai positionné sur le dessus du plateau en bois centré sur la médiane. J'ai repéré l'emplacement du trou de la poupée fixe en insérant un boulon M16 enduit de bleu à bétail ce qui marqué le carton.
J'ai retrouvé le centre du trou sur le carton en traçant les diagonales du carré entourant le trou.
IMG_0973 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]
IMG_0974 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]
IMG_0976 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]
Afin de m’éviter une nouvelle phase de soulèvement (60 coups de pompe sur la grue) et redépose du tour sur les pattes de la grue j’avais envisagé de soulever de 2 mm le tour sur le support avec 2 Winbag donné chacun pour 80kg mais en vain, c’était trop lourd et j’ai manqué de hauteur de gonflage, une cale en bois n’a rien arrangé.

Une dernière vérification pour superposer le tour au patron puis je pouvais faire les trous. J'ai vérifié que le banc du tour serait bien perpendiculaire au plateau aux deux extrémités. J'ai apprécié alors le dépassement du plateau en bois du cadre fait de fer en té sur lequel il repose. J’ai pu glisser facilement une équerre à chapeau.
IMG_0945 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]
IMG_0947 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]
A noter que j'ai constaté que le trou coté poupée fixe était décalé de quelques 5 mm du milieu du banc du tour, sans doute une imprécision de la fonderie. N'ayant pas de mèche plate de 14mm j'ai percé au diamètre 16 mm le plateau en bois, au moins il y aura de la marge pour passer le boulon M14. Comme les goussets que j’avais mis sur le cadre en fer en té supportant le plateau sont petits je n’ai eu que du bois à percer et cela s’est fait rapidement.

Lorsque j'ai redéposé le tour sur le plateau je me suis aperçu que faute du tracé de ligne de cote sur le plateau, j'avais mal positionné le trou de perçage. J'ai dû le refaire, finalement ce deuxième trou aura sans doute une utilité dans l'avenir pour passer des fils électriques pour de l'électronique par exemple. Je retiens qu'à l'avenir il me faudra supprimer les traçages inutiles qui peuvent induire en erreur.
Pour le perçage coté poupée mobile ce fut bien plus simple, j'ai utilisé la fonderie du tour en tant que canon de perçage, ma perceuse passait en plus qu'une mèche à bois plate est généralement longue. J'ai juste eu un problème lorsque j'ai voulu agrandir le trou percé à 13 mm à travers le banc pour le passer à 16 mm. Le trou de 16 mm n'a pas été parfaitement concentrique mais enfin le boulon de fixation M14 est passé en forçant un peu. Depuis j'ai pensé que j'aurai peut être dû faire un lamage avec une mèche étagée à tôle afin que le foret à bois mèche plate de 16 mm se centre bien.

Une fois le tour serré sur le plateau je n'ai pas constaté de déformation du support les bulles du niveau sont toujours aussi bien centrées ! Le plateau supporte le poids du tour.

Pour fixer le tour j'avais besoin de 2 grosses rondelles épaisses entre l'écrou et le plateau en bois. Je les ai faites à partir de palets vendéens, c'était de la ferraille à pas cher que j'avais en stock.
Lors du perçage des rondelles j’ai juste commis une erreur la planche de bois que j’avais mis dessous, même si ce n’est pas de la tôle fine puisque chaque palet fait 7 mm d’épaisseur, était mal dégauchie. La chute de palette grossièrement rabotée a été remplacée par une chute de lambris plus lisse et les vibrations ont diminué.
Le centre des rondelles a été tracé au trusquin fait maison avec un jeu de cales de distance acheté sur le forum, c'est bien pratique.
IMG_1005 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]
Il m’a fallu aussi fileter de 1cm en plus les boulons de serrage du tour mais ce fut assez facile et rapide du M14 au pas de 2mm.
Au final l’assemblage par serrage du tour sur le plateau en bois est donc réalisé par :
-un boulon M14-100 tête en haut qui appuie directement sur la fonderie du tour,
-l’épaisseur du plateau en bois de 25 mm,
-une rondelle diamètre 60 mm épaisseur 7 mm qui répartit la force de serrage sur le dessous du plateau en bois,
-une rondelle grower M14 qui fut écrasée par le serrage,
-l'écrou.
La rondelle n’aura pas été peinte ni décapée, mais je voulais vraiment finir, en plus elle sera cachée par un futur tiroir dessous le plateau.
IMG_1008 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]

Vue des têtes de boulon fixant le tour.
IMG_1002 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]

A noter qu'il y a peu d'espace et ceux qui ont de grosses mains devront utiliser un outil ad-hoc pour positionner le boulon.
IMG_1003 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]
Cdlt lion10
 
Dernière édition:
T
the wolf
Nouveau
5 Sept 2013
20
quelle aventure, c est passionnant ,
vivement la suite
 
lion10
lion10
Compagnon
7 Mai 2010
4 751
  • Auteur de la discussion
  • #35
Bonjour
Le support supporte pour l'instant le tour qui est toujours sécurisé par la grue avec les élingues légèrement détendues. En effet j'avais des interventions à faire sous le support pour mettre des fixations murales et percer des trous dans le mur notamment. La présence de la grue me rassure et c'est je pense une condition indispensable.
Il me faudra sans doute revoir les pieds de fixation qui sont les pieds bureautique, en effet la longueur filetée est trop juste pour les contre écrous sur les pieds de gauche. Il y a aussi un contre écrou en dessous la chute de cornière, il n’est pas visible sur la photo, ils ont tous été serrés légèrement sous la cornière avant mise en compression par la dépose du tour sur le support.
IMG_1004 (Small).JPG

Et surtout je constate toujours une certaine souplesse si je secoue le support, les feuilles de consignes sur les élingues bougent un peu, preuve que le support chargé est un peu souple.
J'attends de voir lorsque les fixations murales seront toutes faites et s'il le faut :
-je modifierai donc les pieds,
- j'ajouterai une triangulation supplémentaire, une barre oblique entre les montants verticaux arrière et devant sur un voire les 2 piétements en H du tour à gauche et à droite.
Passons aux 2 premières fixations murales que j'ai réalisées, le but étant de sécuriser le support afin qu'il ne bascule pas.
La fixation devait répondre aux exigences suivantes :
-être réglable sans revoir les points d’ancrage au mur si le support du tour devait être remonté ou descendu plus tard,
-pouvoir se fixer au mur simplement par vissage sans problème en garantissant le vissage possible des 2 vis,
-compenser un écart du support du mur de 70 mm environ,
-être faite avec des fournitures que je possède sans aucun achat.
-utiliser un trou disponible sur chacun des poteaux à l’arrière sans avoir à en repercer un.
J’ai éliminé d’emblée une solution consistant à percer directement au travers du trou M10, il m’aurait fallu des tirefonds longs et je n’en ai pas. Il aurait fallu des tirefonds de 100mm sans compter la longueur vissée en plus dans le mur. En plus comment percer au diamètre de la cheville en passant un foret forcément plus gros pour fixer la cheville. La solution aurait peut être été de visser un tirefond de petit diamètre tel que la cheville et le trou de perçage de la cheville puisse permettre de passer le foret à béton au travers du trou de 10 mm dans le poteau du support. Et forcément cette solution n’aurait pas permis le moindre réglage en hauteur du support sauf à faire une lumière verticale dans le poteau, ce qui était inenvisageable rapidement. Et en tout cas aucun réglage possible sur la largeur l’axe X sauf à usiner une boutonnière en hauteur et largeur sur le poteau.

Je pensais donc partir sur un élément fileté fixé soudé sur une plaque, cette plaque fixée au mur par 2 tirefonds. Puis j’ai pensé relier ce point d’ancrage mural par une plaque de fer plat au support par un boulon. Pour assurer un réglage je pensais faire une lumière « boutonnière » au lieu d’un simple trou. Enfin pour compenser le décalage des plans verticaux de ces fixations je pensais mettre une entretoise.

Pour la partie filetée j’ai envisagé plusieurs solutions, un écrou soudé, une barre de fer épaisse taraudée afin d’avoir un long taraudage, une chute de gros fer à béton taraudée pour faire un écrou haut à souder. Je me suis finalement orienté vers un boulon soudé du M12-120. Limiter si possible les opérations c’est du temps de gagner, même si de toute façon le temps ne m’appartient pas, il passe et file.

Pour le trou de fixation sur le poteau, j’avais 2 possibilités un trou pour du M8 à 16cm du sol ou un pour du M10 à 47.5cm du sol. J’ai pris ce deuxième choix car il était situé plus haut pour parer à une rotation du poteau si le support basculait. J’ai pensé que plus la distance du sol était important plus la fixation résisterait au couple de rotation généré par le poids du tour en cas d’amorce de basculement.

Je suis donc partie sur une plaque en fer de 8cm de haut percée de 2 trous de 8mm pour le serrage au mur avec des tirefonds de 8mm de longueur 80 mm. Les trous seront espacés de 50 mm et situés à 15 mm du bord de la plaque de métal. C’était arbitraire c’est toujours difficile de savoir précisément à quelle distance du bord d’une plaque il faut s’éloigner pour que le perçage résiste à toute casse de la ferraille !
Pour le marquage de la plaque avant perçage j’avais décidé de ne décaper qu’une face dans un premier temps, je ne voulais pas me salir avec le bleu de traçage Raidex, la pointe à tracer ou le crayon est plus visible sur le métal un peu rouillé que celui décapé au disque à lamelles.

Pour ne pas attendre après le décapage le métal s’étant échauffé j’ai accéléré la baisse en température par un coup de soufflette, l’heure de fin des travaux bruyants s’approchait à grands pas 19h30 en semaine.

Pour la fixation j’ai décidé de prendre des chevilles grises et non des chevilles cannelées que j’utilise couramment.
IMG_1009 (Small).JPG

Voulant assurer une précision dans les trous du mur en béton, j’ai utilisé un laser en croix lidl afin d’avoir les fixations murales à gauche et à droite à la même hauteur.
IMG_0625 (Small).JPG

Je ne connaissais pas cet outil avant de l’avoir acheté dernièrement et je trouve cela pratique. Une fois stabilisé il affiche un trait rouge horizontal. Pour le soutenir j’utilise un pied fait d’un étai qui est fixé entre le sol et le plafond. J’en ai plusieurs c’est aussi un moyen de maintien pour faible charge mais bien pratique. Il suffit de le régler grossièrement puis de tourner l’étai qui se comporte alors comme un écarteur et avec les 2 pieds à pas de vis opposé il se serre entre le sol et le plafond. Le niveau laser a juste là été utilisé fixé sur l’étai simplement grâce à sa vis en plastique. Un trépied photo serait sans doute utilisable mais plus encombrant.
Puis après pointage du mur, j’ai percé avec une petite mèche à béton puis plusieurs autres diamètres jusqu’au 12 mm pour la fixation des chevilles grises. J’ai juste percé un seul trou.
Pour percer le deuxième trou j’ai tout d’abord agrandi le trou de 8 mm dans la plaque métal pour le passé à 8.5 mm cote me permettant d’y passer un foret à béton de 8 mm. De cette façon je me suis servi de la plaque de métal serrée au mur en guise de canon de perçage pour le béton. J’ai juste ensuite à percer le trou de 8 mm en 12 mm via un trou de 10 mm puis de 12 mm. L’inconvénient c’est juste qu’il y a une phase de desserrage des tirefonds pour peu que tout l’usinage de la plaque ne soit pas prévu avant. Mais sans abuser les chevilles ont supporté ce dévissage.

Deux problèmes liés aux moyens techniques sont survenus lors de cette journée.
La poignée de ma perceuse Métabo ne pouvait plus se serrer, pourtant démonté l’écrou dans la poignée en plastique se serrait. Après avoir passé du temps j’ai décidé d’extraire l’écrou de la poignée, il était tout simplement foiré donnant l’impression de se serrer avec le boulon, mais ne pouvant plus se visser la poignée assemblée.
Enfin ma perceuse à colonne Optimachine s’est mise soudain à faire un bruit anormal, il y avait comme une résonnance et un bruit aigu même en désaccouplant les 2 courroies. Tout me laissait penser qu’il s’agissait du moteur, j’ai pensé à un roulement, à la fixation de la tôle cachant la pale du ventilateur, voire la fixation du moteur sur le dispositif coulissant chargé de tendre la courroie du moteur.
En vain j’ai resserré tout sans noter de desserrage particulier et le bruit persistait. Le lendemain le bruit avait disparu puis il a réapparu. J’ai depuis trouvé la cause, le bout supérieur de la crémaillère de réglage de la table vibrait. Il a stoppé net en descendant un peu la bague jaune cylindrique autour de la colonne, bague qui fixe l’extrémité de la crémaillère tout en permettant la rotation de la table grâce à un chanfrein sur le haut de la crémaillère et la bague de serrage sur la colonne.
IMG_0581 (Medium) (Small).JPG

A noter en passant que lorsque je tourne la table de la perceuse, la crémaillère à tendance à se tordre, soit c’est parce que la colonne n’est pas suffisant huilée, parce que la crémaillère n’est pas assez rigide à cause de sa matière aluminium ou dérivé, soit parce que les liaisons avec chanfrein ne sont pas bien ajustées ou mal conçues !
 
Dernière édition:
lion10
lion10
Compagnon
7 Mai 2010
4 751
  • Auteur de la discussion
  • #36
bonjour

Suite de la description des 2 fixations murales.

Pour la soudure du boulon de 110 mm sur la plaque j’ai eu des problèmes de pointage avec la mise en position puis de soudure. Bien sur tout avait été décapé soigneusement au disque à lamelles y compris la tête du boulon et les électrodes bien conservés au sec. Pour la tête du boulon à priori zingué le meulage n’a pas fait apparaître une couleur métal, ai-je assez décapé ?
J’avais mis des aimants de bridage mais le choc du pointage (je ne frappe pas fort , j’essai de gratter) a fait bouger le boulon. Je me demande bien si ces aimants sont bien pratiques et utilisés couramment par les soudeurs à l’arc chevronnés ! :?:
IMG_1013 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div]
Aurait il fallu que j’attache en plus le boulon à l’aimant en passant du fil de ligature de grillage autour du boulon et passant au travers du trou de manipulation de l’aimant ?
Un besoin récurrent d’une bonne table de soudure se fait sentir, :idea:une idée à concrétiser un étau léger avec un axe de rotation horizontal, le tout étant réglable avec des vis sur les axes X et Y. En plus des tiges de potences et des vé de serrage pour du tube ou du fer à béton de diamètres différents. Cela m’aurait permis de positionner et maintenir précisément la tête du boulon sur la plaque posée à plat.
Finalement j’ai serré la tête avec une pince à étau tout simplement.
IMG_1014 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div]
Pour la soudure un problème récurrent pour lequel je devrais trouvé une solution efficace c’est le manque d’éclairage puissant pour voir la pièce avant soudure au travers du masque lcd et sans déclencher le casque lcd.:idea: Une idée d’éclairage serait de coller du ruban led sur une chute de ferraille légère et longue issue d’une ancienne antenne hertzienne. Je pense que cela me permettrai aussi d’avoir une baladeuse mobile et articulé auquel je pourrais mettre un pied lourd déporté d’une ancienne lampe.

Pour la barre de fixation reliant le support aux points d’ancrage j’ai utilisé du fer plat de 30 mm de large, long de 20.5 cm et de 6 mm d’épaisseur. La barre est issue de vieux volets que j’avais pu récupérés dans une déchetterie non surveillée et limitée aux déchets verts.
Pour l’entretoise de compensation j’ai utilisé du vieux tuyau d’eau en acier de diamètre extérieur 21 mm.
Pour fixer le fer plat de liaison le boulon M10-80 fixé sur le support dépasse à l’arrière des poteaux verticaux coté mur. Je pense que j’utiliserai le restant du filetage pour fixer un pied de chaise entre le mur et le poteau. En quelque sorte un raidisseur entre le support et le mur, s’il est fait ce devrait être l’occasion d’utiliser un jeu de taraud filière M8 à gauche pour réaliser une sorte d’écarteur avec des pas de vis de sens contraires.
Après relevé de la position du trou et perçage au diamètre 12.5 mm dans la barre de liaison, un bon tracé m’a dispensé de travail d’ajustage pour le coté gauche. Pour le coté droit j’ai dû repercer à 13 mm puis limer pour agrandir le trou, rien de bien compliqué.
Pour l’entretoise j’ai relevé la distance d’écartement du mur avec un compas intérieur.

Tout est maintenant prêt pour la peinture, les coins arrondis et un marquage avec des lettres à frapper m’a permis d’identifier clairement les pièces car elles ne sont interchangeables, je n’ai pas fait de la série et les jeux de fonctionnement sont faibles !
IMG_1016 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div]

IMG_1018 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div]

IMG_1037 (Small).JPG

Les fixations sont pour l’instant laissées brutes en attente d’une couche de peinture, seules les plaques fixées au mur seront peintes en place.

Cdlt lion10
 
Dernière édition:
MOTORIX
MOTORIX
Compagnon
29 Mar 2013
503
82100
Bonjour "lion10" et tout le monde
Juste un petit hors sujet :wink:
Je me demande bien si ces aimants sont bien pratiques et utilisés couramment par les soudeurs à l’arc chevronnés ! :?:
Ils ont surtout la fâcheuse tendance a te dévier l arc quand il sont trop près du joint a souder et de t empêche de pointer :finga:
Bonne suite et fin :smt038.@+++.Henry.
 
lion10
lion10
Compagnon
7 Mai 2010
4 751
  • Auteur de la discussion
  • #38
Bonjour
Deux fixations maintiennent le tour au mur. Aussi par précaution j’ai souhaité rajouter une troisième et dernière fixation murale entre le haut d’un poteau arrière et le mur. En quelque sorte c’est pour contrer une succession de mauvaises circonstances qui feraient basculer le support du tour.
J’espérais aussi qu’elle apporte de la rigidité.
Enfin l’apport d’une troisième fixation devrait me permettre une fois la grue et les élingues démontées d’avoir au moins une fixation attachée au mur lors de la phase de peinture de ces 3 attaches. Toutefois je vous l’accorde pour ces 3 attaches la phase de peinture ne devrait pas durer longtemps pour peu que je peigne en fin de journée pour bénéficier du temps de séchage durant la nuit.
Ne disposant plus de trou de disponible dans la structure métallique tubulaire à la bonne hauteur je me suis orienté vers la réalisation d’une pince qui serrera l’extrémité du poteau arrière gauche. J’ai choisi le poteau arrière gauche car il est proche de la poupée fixe, partie la plus lourde du tour BV20L -1.

Il s’agit donc de réaliser une pince soudée car je n’ai pas de chute de tube rectangulaire de dimensions supérieures aux dimensions du poteau arrière qui fait 50 mm de largeur et 30 mm de profondeur. Pour la fixation murale j’ai repris l’idée de base, un boulon soudé sur une plaque et le perçage en 2 étapes, la plaque faisant office de canon de perçage.
Cette réalisation devant se faire un samedi, avec des horaires de travaux bruyants limités j’ai soigné la gamme de fabrication, ce qui m’a permis d’être plus efficace et de ne rien oublier. Il m’arrive aussi d’en faire à d’autres moments.

La pince a été réalisée avec des chutes de fer plats ou de fer en té, j’avoue que j’aurai pu faire plus simple en découpant un morceau de fer plat plus long pour faire un coté, mais c’est peut être ma tendance à optimiser les chutes. Ce fut aussi l’occasion à m’exercer au bridage des pièces pour la soudure.
J’ai dû ajuster une petite chute de fer plat, j’ai eu l’idée d’utiliser un petit étau à chanfreiner et je trouve que c’est bien pratique, il faut que je prenne l’habitude de m’en servir pour des petits travaux de limage.
IMG_1023 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]
Je me suis aperçu encore une fois qu’une table de soudure manquait. J’ai soudé sur une copie de Workmate qui est bien basse mais ça dépanne. Et surtout cela m’a évité de faire basculer une vieille porte immobilisée sur 2 tréteaux en déplaçant l’étau, de le casser partiellement comme dernièrement.
J’en ai profité pour rajouter une dernière exigence :!: à la future table de soudage que j’espère pouvoir faire à moyen terme, elle devra permettre l’orientation d’une pièce pour transformer des soudures verticales en horizontales autant que possible, même si je comprends bien qu’il faut les maîtriser aussi parfaitement.
Une autre problématique a refait surface, l’éclairage et la difficulté de voir au travers du masque de soudure LCD lorsqu’il n’est pas déclenché et que l’arc n’illumine pas la pièce. Le soleil ne brille pas tous les jours et dernièrement j’ai fait une soudure assez tard en soirée. Une idée à base de led devrait se concrétiser je pense.
De même j’ai pensé :idea: qu’il me faudra me faire des planches plastifiées dans l’atelier sur la soudure. Ces planches devront rappeler :
1) les déformations de soudure et des intensités, quand faut il augmenter ou baisser le courant
2) les avantages et inconvénients de la soudure montante ou descendante,
3) photos des positions de l'électrode,
4) photos des assemblages spécifiques (clin, congé,…)
5) rappel de mes erreurs et des erreurs classiques inclusion de laitier par exemple,
6) lister les méthodes pour contrer ou limiter les déformations avant soudure.
J’ai une grande partie des informations mais me faut en faire une synthèse et il est bon d’avoir des fiches de rappel visuel lorsque l’on n’en fait pas tous les jours.

Pour le tracé des plaques sur lesquelles je devais souder une tête de boulon, je voulais faire sans avoir recours au bleu de traçage car forcément il devait être nettoyé avant soudure. C’est alors que je me suis rappelé :-D avoir lu que des coups de pointeaux pouvaient servir de marquage pour un trait. J’ai donc mis en pratique cette méthode d’ajustage et j’ai repéré les arrêtes des têtes de boulon au pointeau automatique après avoir fait un tracé au trusquin avec les cales de distance et le bleu à bétail Raidex.

Pour la soudure du boulon sur la pince soudée j’ai procédé différemment que les fois précédentes avec une meilleure efficacité en terme de bridage et temps d’installation. J’ai enroulé le boulon à souder avec du papier d’aluminium et je l’ai ensuite serré mais pas trop avec une pince étau. Ensuite j’ai maintenu la pince étau puis une seconde pince étau m’a permis de serrer la plaque à la tête du boulon.
Le montage m’a permis une soudure facile car une portion était horizontale.
IMG_1027 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]
Toutefois lors de la reprise de la soudure de la tête du boulon, la plaque reposant à plat, je me suis laissé dépassé par le laitier il y a eu des inclusions de laitier car c’était une soudure circulaire et une partie a été faite avec l’électrode poussé. Il aurait fallu que je tourne le boulon ou plutôt que je fasse 2 cordons de soudure tirés sur la moitié de la circonférence.
IMG_1029 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]
J’ai constaté aussi que mon stock d’électrode maintenu au sec était faible, j’ai ainsi pris des électrodes du sous sol pour reconstituer un stock d’avance au sec dans un petit paquet dans une pièce sèche, un secrétaire dans ma chambre.

Pour la soudure anticipant sur les déformations j’avais intercalé une chute de tôle de 1.5 mm afin que l’écart de la pince avant serrage me permette de passer la pince facilement sur le poteau du support.
IMG_1024 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]

IMG_1030 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]

IMG_1033 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]

IMG_1041 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]
Lors du perçage de la pince une fois soudée, la pince étant souple l’appui du foret dessus avait tendance à la resserrer. Ne trouvant pas de solution de bridage facile avec des chutes de cornières ou du tube carré, la fonderie de l’étau croisé n’arrangeant rien avec les bouts encombrants des pinces étaux j’ai finalement placé une cale en bois martyr suffisamment ajustée pour empêcher la pince de se refermer pendant le perçage.
La gamme de fabrication étant trop ambitieuse, j’ai finalement terminé cette pince hier.
Pour le perçage de la pince afin de faire passer un boulon de serrage M10 j’ai procédé de la sorte une fois la cale de bois positionnée :
-pointage au pointeau et au foret à pointer,
-perçage à 10 mm du trou du dessus puis j’ai défait la cale en bois,
-remontée de la table de perceuse puis pointage du trou sur la face intérieur supérieure du fer plat de la pince. Le foret à pointer de 10mm passe au travers du trou supérieur de 10 mm et est assez long,
-retrait de la pièce de l’étau pour intercaler une cale en bois dégauchie dessous,
-resserrage dans l’étau et perçage du trou du bas en 10mm au travers du fer plat supérieur,
-perçage au 11 mm des 2 fer plat.
J’ai percé à 11 mm pour le serrage, le boulon passe facilement et les trous percés précédemment sont bien concentriques pour ma satisfaction personnelle !
IMG_1042 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]
Après essai j’ai dû couper le boulon soudé à 35 mm et celui de serrage à 50 mm pour des questions d’encombrements.
A noter que le boulon serre sans entretoise avec un épaulement, donc je pourrais très bien abimer le pas de vis du boulon de serrage lors de serrage répété.
Pour le reperçage à 8.5 mm, trou faisant office de canon au foret à béton, de la plaque d’ancrage au mur j’ai dû faire appel à un montage un peu hasardeux n’ayant pas il me semble pas de foret long ou extra long en 8.5 mm mais j’ai agit prudemment et à vitesse minimum à 210 tours par minute.
IMG_1044 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div][div=none][arrow][/arrow][/div]
Petite erreur sans conséquence, j’avais frappé une lettre H pour repérer le trou de 8.5 mm sur la plaque d’ancrage. Aussi dans ma quête d’en finir rapidement le premier trou percé au mur sans canon, sensé être celui du bas a été percé trop haut. Il ne me permettait pas un dégagement suffisant de la ferraille du support du tour pour percer facilement à la perceuse à percussion. J’ai juste eu à refrapper une lettre B plusieurs fois au recto et au verso du fer plat.
Je me sers du coffret de chiffres et lettres (taille 3 à 4 mm je n'ai pas mesuré) acheté pour 6.9 euros à mr brico qui est complet alors qu'un trimestre avant en décembre 2011 chez otello je n'avais eu qu'un coffret de chiffres à frapper de 4 mm pour quasiment 20 euros!

IMG_1051 (Small).JPG

cdlt lion10
 
Dernière édition:
lion10
lion10
Compagnon
7 Mai 2010
4 751
  • Auteur de la discussion
  • #39
Bonjour

Suite et fin de la troisième fixation murale en forme de pince.

Après perçage de la barre de liaison je me suis rendu compte qu’il n’était pas possible d’assembler le tout. En effet le montage est forcément fait avec une plaque de travers et les trous percés étaient insuffisants. L’un est donc passée de 10 à 12 mm et l’autre de 12 à 13 mm suivi d’un ajustage rapide à la lime ronde batarde pour faire non pas une lumière mais une boutonnière puisque les extrémités sont arrondis.

IMG_1047 (Small).JPG


IMG_1050 (Small).JPG


Voila la fixation murale du support du tour est je pense suffisante.
A noter que j'avais pensé la mettre à l'extérieur du support soit à gauche du poteau vertical gauche, mais je me suis dit que cela serait bien moins embarassant sous le support. Je m'aperçois sur les photos que les barres de liaisons des 2 fixations murales à gauche ne sont pas parrallèles mais cela restera comme cela. En plus cela devrait être caché en partie par un tiroir coulissant réalisé plus tard mais pas prochainement je pense.
Cdlt lion10
 
lion10
lion10
Compagnon
7 Mai 2010
4 751
  • Auteur de la discussion
  • #40
Bonjour

Fort de cette troisième et dernière fixation murale j'ai refait des relevés d'horizontalité. Après avoir trié mes piles avec mon contrôleur universel j'ai réussi à trouver une combinaison de 3 piles afin de remettre en route quelque temps l'inclinomètre.

J'ai donc fait des relevés sur le plateau du support au fond devant, à droite , à gauche en X et Y et aussi sur le banc du tour. L'inclinomètre étant soit posé directement sur le banc du tour ou sur une règle d'ajusteur que j'avais achetée sur le bon coin en 2010 pour une fois qu'un ancien ajusteur à proximité se délaissait de tarauds et c'était alors qu'il m'avait vendu en plus une règle rainurée de longueur 250 mm x 10 x 30.

Donc en valeur absolue la valeur relevée est de 0.20 degré sur le plateau voir sur le tour, une plus forte inclinaison de 0,5 degré a été mesurée sur le banc du tour avec la règle d'ajusteur.
Bref impossible de conclure. Mais c'est sans doute une valeur suffisamment basse ?
Je suis bien conscient que le relevé n'est pas forcément fiable, vous en contenteriez vous, la tendance est bonne ?
IMG_1054 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div]

IMG_1072 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div]

IMG_1078 (Small).JPG
[div=none][arrow][/arrow][/div]


Enfin j'ai refait un test de rigidité du support. Et je constate qu'en tapotant un peu quand même le haut du poteau avant gauche par exemple l'étiquette de l'élingue ou l'ensemble bouge un peu.

J'ai regardé des réalisations de support décrites sur le forum pour un tour de ce type je n'ai pas vu de support qui semblait très différents dans les formes.
Aussi je ne sais pas encore avec certitude ce que je devrai faire pour rigidifier le support :
-a) Une barre horizontale à l'arrière en bas entre les 2 poteaux à environ 15 cm du sol ?
-b) Une barre horizontale à l'arrière en haut entre les 2 poteaux à environ 50 cm du sol ?
-c) Une barre oblique à l'arrière entre un point bas à 15cm sur le poteau gauche vers le point haut à 50 cm sur le poteau droit ?
-d) Deux barres obliques formant un X à l'arrière ?
-e) Une seule barre oblique à l'arrière entre la vis de serrage de la pince de la troisième fixation murale en haut à gauche et le poteau droit en bas à 15 cm du sol ?

Comme à l'avant j'ai aussi et encore un trou de disponible à environ 15 cm du sol sur chaque poteau.
-f) une barre horizontale avant en bas entre les 2 poteaux à environ 15 cm du sol ?
-g) une barre horizontal en bas entre le poteau avant gauche et le poteau arrière droit ?

A priori la grue n'a pas besoin d'y passer une fois le tour déposé mais ce serait meiux de ne pas avoir à démonter une barre pour passer la grue.


cdlt lion10
 
Dernière édition:
T
the wolf
Nouveau
5 Sept 2013
20
bjr lion 10 je vois que tu aimes te compliquer la vie, il te suffisait de percer dans tes pieds de support verticaux deux trous puis tige filetee ecrous contre ecrous reglage ce que je ten dit , par contre tu rencontre un probleme avec tes soudures c est evident et visible contrairement a ce que tu pense il est plus evident de souder dans un endroit peu eclairer que le contraire, essaye de souder dehors avec un grand soleil de face et tu me dira tes impressions, tu vois rien, l important avec la soudure a l arc est de bien voir ce que tu fait et ensuite de comprendre ce que tu fait mal , essais , pratique , bon courage pour la suite cordialement gerard
 
lion10
lion10
Compagnon
7 Mai 2010
4 751
  • Auteur de la discussion
  • #42
Bonsoir
THE WOLF j' admet volontiers que mes soudures ne sont pas parfaites et surtout de qualité constante.
Concernant la fixation si je comprend bien vous auriez fixé deux tiges filetes dans le mur puis visser pour serrer un montant vertical. Soit mais je n'y avais pas pensé. Mais un réglage en hauteur impose une lumière dans le profile je n'en avais pas.
Sinon concernant la rigidité suspecteriez vous un manque de triangulation, d' une barre ou les pieds bureautiques ?
Cdlt lion10
 
T
the wolf
Nouveau
5 Sept 2013
20
ben euh comment te dire, un support bureautique cest fait pour supporter de la bureautique,et un support de tour pour supporter un tour, faut voir ton truc mais j ai bien grand peur que tout cela rentre rapidement en resonnance, en vibration au travail a voir pis ta planche que ta mis va rapidement gonfler et gondoler au contact du lubrifiant, jvois ca comme ca j attend l avis des pro mais on peut pas allier rigidite et boulonnerie d apres ce que je vois sur tes tofs je te souhaite de bons essais et tient nous au courant
 
lion10
lion10
Compagnon
7 Mai 2010
4 751
  • Auteur de la discussion
  • #44
Bonsoir

Voila la première version de mon support de tour est opérationnelle. Des évolutions sont prévues et aussi des correctifs pour tous les problèmes que j'ai relevés et tracés. Certains je devrai les accepter en quelque sorte une dérogation !
Je m'efforce aussi d'y réfléchir afin qu'ils ne se produisent plus.

Dernièrement j'ai donc retiré les élingues et j'ai pu faire un premier essai de tournage qui fera l'objet d'un autre fil qui lancera mon utilisation et intégration du tour BV20L-1. Je n'ai pas jugé bon de relever précisémment la position d'enroulement des élingues, la prochaine fois je prendrai des élingues en boucle de 1m et non 2m.
Après inspection des élingues j'observe des bouts de fils sont elles abimées ?
IMG_1104 (Small).JPG


IMG_1106 (Small).JPG


Au final le tour dépasse de mon support d'environ 12 mm coté poupée mobile et de la largeur du carter d'engrenage. Une étagère de ce coté sera une priorité.

A noter que par rapport à ce que j'avais prévu initialement :
- j'ai attaché directement le tour sur le support sans cale amortisseur,
- je n'ai pas mis de dispositif de mise à niveau intermédiaire, j'ai réglé l'horizontalité directement avec les pieds du support au sol,
- le support étant fixé au mur, j'ai abandonné l'idée de pieds à roulettes escamotables pour rouler le support.

cdlt lion10
 
lion10
lion10
Compagnon
7 Mai 2010
4 751
  • Auteur de la discussion
  • #45
Bonsoir

J'avais noté un problème concernant cette réalisation, retrouvant un peu de motivation pour ce support j'ai donc corriger un problème simple pour ma satisfaction. Par la suite d'autres actions seront à finaliser, ce que j'appelle les "à faire", les "à voir" et que je distingue des problèmes.

Des vis dépassent de dessous le plateau et présentent un risque de se blesser.
Au début j'avais imaginé plusieurs solutions :
- recouper ces vis,
- mettre en bout un écrou non débouchant, mais je n'en avais pas en M7 et ceux en M6 que j'avais en stock ne me permettaient pas de le re-tarauder en M7,
- mettre une pièce de bois collée dessus mais je n'avais pas envie de partir sur cela car la solution me paraissait longue,
- poser une boule de bakélite à visser mais après essai celle que j'avais se sont avérées être des M8 et non des M7, elles auraient sans doute tenu en intercalant du téflon de plombier mais je ne voulais pas de ce bricolage,
- le tournage d'une boule n'était pas à l'ordre du jour.

Puis j'ai eu une idée, recouvrir les extrémités des tiges filetés par une chute de tuyau caoutchouc. Pour les 4 vis M7 fixant le plateau un vieux tuyau de gaz en stock a tenu tout seul.
IMG_4894 (Small).JPG


Ensuite en mesure préventive j'ai répercuté ce correctif sur les 2 vis M14 tenant le tour au support. Cependant le gros tuyau de gaz ne tenait pas tout seul. Dans un premier temps même avec un collier dit "tiraps" il tombait.
Pour le faire tenir , j'ai finalement fait quelques entailles au sécateur de jardinage, puis j'ai serré avec un collier.
IMG_4896 (Small).JPG


IMG_4895 (Small).JPG


Même si j'ai résisté quelques instants au début, quelque chose ne me convenait pas, j'ai finalement coupé le bout de plastique qui dépassait.
IMG_4904 (Small).JPG


Voila, je pense avoir trouvé une solution durable puisqu'elle part d'un recyclage et en tout cas rapide.

cdlt lion10
 
J
joumpy
Compagnon
8 Oct 2009
1 519
38: Grenoble
Pour faire des patins à pas cher: chambre à air si léger ou grande surface
Pneus si plus lourd.
 
lion10
lion10
Compagnon
7 Mai 2010
4 751
  • Auteur de la discussion
  • #47
Bonsoir

Nouveau correctif, concernant le problème de la souplesse des pieds que j'avais noté .

Il s'agissait donc de remplacer les pieds issus de mobilier bureautique enrobés de plastique par des pieds en métal.

Pour faire ces pieds en métal j'ai donc décidé de partir de palets vendéens, disques de ferraille achetés pas cher à l'époque, 1 euro les 6.
A ma disposition j'en avais donc de diamètre 60 mm en épaisseur 7 mm et de diamètre 70 mm en épaisseur 15 mm.

Après analyse j'ai identifié plusieurs solutions :

- 1) En faisant un pied similaire à ceux actuels, en réalisant un taraudage au centre du palet et en fixant une tige filetée sur ce palet via un contre écrou. Cette solution reposait sur le blocage du palet avec un contre écrou, mais il fallait ensuite visser le pied soit par la tête du boulon ou par un écrou immobilisé au sommet de la tige filetée via un autre contre écrou. Sachant qu'il n'y a pas beaucoup de distance entre le sol et la face inférieure d'une équerre qui supporte chaque pied, il n'était pas possible d'y passer une clé à ergots; en effet l'idée initiale était de percer des trous pour y loger les ergots afin de faciliter le serrage du pied circulaire. (Une pince multiprise aurait permis un tel serrage mais la pince sur aurait pu glisser sur la surface finie du palet, anéantissant tout effort de peinture.)

- 2) Une seconde solution consistait à souder une tête de boulon sur le palet, mais pensant que la soudure allait recouvrir la partie hexagonale de la tête du boulon je craignais d'avoir du mal à visser le pied avec une simple clé plate.

- 3) Une troisième solution qui a été mise en application.Le palet partiellement percé en son centre repose sur le sol, ensuite une vis serrée sur l'équerre du pied appuie sur le palet et soulève le support du tour plus ou moins afin de régler l'aplomb de l'ensemble.
Dans le principe je pensais donc réaliser un lamage ou un fraisage en plongée au centre du palet.
Cette solution présentait donc l'avantage d'une réalisation rapide, pas de taraudage, pas de soudure. Enfin le palet en s'appuyant sur le sol via la charge du support se calerait et se bloquerait, supprimant tout problème de vissage dans le palet.

Comme inconvénient j'y voyais une faible surface d'appui entre le palet et l''extrémité de la vis.

La question posée sur le forum, des réponses m'ont précisé la marche à suivre m'indiquant qu'il était possible d'utiliser la vis sans forcément réaliser un cône en son extrémité ni même un lamage dans le palet, mais seulement une ébauche d'alésage conique avec un perçage peu profond.

Réalisation des opérations sur les palets :

Je suis donc parti finalement sur les palets de diamètre 70 mm et d'épaisseur 15 mm qui m'assure je pense une résistance suffisante.

Phase préalable indispensable au perçage il me fallait trouver le centre des palets afin de faire quelque chose de propre.

Dans un premier temps j'ai essayé avec un comparateur à levier que j'ai fixé via un cylindre charioté au tour serré dans le mandrin de ma perceuse à colonne. Après différents essais je m’aperçus que cela était impossible ou du moins pas facile, d'une part il me fallait lire le cadran du comparateur et il me fallait aussi le positionner à mi-course par exemple. Hors pour ce faire la tige de réglage fin, portion d'embase magnétique de comparateur n'était pas pratique. Le fait que j'avais à palper la circonférence d'un cylindre dépassant peu de l'étau croisé de ma perceuse ne facilitait pas la tâche, cela excluait l'utilisation d'un comparateur classique pour cause d'encombrement du dos du cadran du comparateur.

IMG_4915 (Medium).JPG


J'ai finalement eu l'idée :idea: d'improviser une équerre à centrer avec des équerres magnétiques de soudeur et deux équerres plates.

IMG_4905 (Medium).JPG


IMG_4907 (Medium).JPG


IMG_4908 (Medium).JPG


Après pointage au pointeau automatique j'ai donc procédé au perçage peu profond au foret de 11mm.

IMG_4916 (Medium).JPG


Pour le premier palet voulant bien faire j'ai réalisé la coïncidence de la broche de la perceuse avec l'étau croisé en serrant un foret à pointer dans le mandrin qui présentait l'avantage d'être plus pointu, par la suite j'ai fait plus vite en me contentant du réglage à l'étau croisé en serrant directement le foret de 11mm. Il faut savoir baisser ses exigences pour faire plus vite et suffisamment bien pour l'opération en cours.:!:

Ensuite un décapage manuel a précédé une seule couche de peinture julien bleu antirouille.
Pour le décapage des traces de rouille adhérentes sont restées dans le cercles faisant office de marquage sur les palets pour identifier les joeurs des équipes, mais je m'en suis accommodé !
J'avais pensé faire plusieurs couches de peinture recto et verso mais finalement une seule a été faite et pas dans des conditions idéales, tard le soir afin de bénéficier du séchage en temps masqué la nuit. En conséquence la peinture sur les flancs des palets fut moins belle, j'ai en effet négligé l'usage de ma lampe frontale pour éclairer la circonférence des palets en peinture et me suis contenter de l'éclairage de la pièce qui n'était pas proche de la zone de peinture.

cdlt lion10
 
Dernière édition:
lion10
lion10
Compagnon
7 Mai 2010
4 751
  • Auteur de la discussion
  • #48
Bonsoir

Mesures préliminaires sur le support du tour avant remplacement des 4 pieds bureautiques :

1) Souhaitant savoir ce qu'il en était j'ai donc relevé au niveau à bulle quelques points de références afin de comparer par la suite après chaque changement d'un pied.
J'ai bien un inclinomètre, mais encore une fois il ne fonctionnait pas faute de pile, pourtant cette fois ci j'avais bien approvisionné des piles cr2032 d'avance via ebay depuis un certain temps, je l'avoue à petit prix . L'icône de pile s'affichait et c'est sans doute ce qui expliquait un dysfonctionnement concernant le calibrage.

2) J'ai également procédé à l'évaluation de la souplesse du support via un comparateur palpant le flanc des poteaux des pieds avant du support à 21 cm du sol. Pour cet essai le comparateur était posé sur un pavé métallique reposant du sol éloigné du support du tour, j'ai donc considéré à juste titre qu'il était totalement découplé du support du tour. Le sol en ciment ne transmettait en aucune façon une force parasite au comparateur.

IMG_4925 (Small).JPG


En exerçant une poussée en haut d'un des 2 poteaux avant j'ai pu relever la déviation de l'aiguille du comparateur.
Quand je poussais donc un des pieds sur son sommet selon une direction X parallèle au banc du tour une déviation de l'ordre de 0.1 mm était répercutée sur l'aiguille du comparateur.
Une poussée similaire selon l'axe Y perpendiculaire au tour révéla une amplitude de 0.05 mm.

Mise en place des pieds :

Le changement des pieds a été réalisé l'un après l'autre, pour ce faire j'ai soulevé avec un cric légèrement le support puis j'ai défait l'équerre supportant le pied bureautique.

IMG_4926 (Small).JPG



Ensuite après dévissage de ce dernier, j'ai vissé une vis sur l'équerre en positionnement également un contre écrou de chaque coté de l'équerre ainsi qu'une rondelle sauf pour le pied pied changé l'avant droit.

Après vissage du pied , je descendais le cric et procédais au contrôle au niveau à bulle.

Après changement des 2 pieds de devant j'ai contrôlé la souplesse du support avec le comparateur ne voyant pas une amélioration flagrante.

Pour le pied arrière gauche un nivelage imparfait du sol en ciment fait que le palet ne repose que sur 2 portions d'arc, je peux y passer un réglet après mise en contrainte du pied, mais je pense que cela restera comme cela.

IMG_4928 (Small).JPG



J'ai dû procéder à quelques ajustements sur les vissages des pieds de devant lorsque j'ai réalisé qu'un palet pouvait être tourné à la main après mise sous contrainte des pieds.

IMG_4931 (Small).JPG


IMG_4933 (Small).JPG


Conclusion du changement des pieds

Après changement des 4 pieds une nouvelle évaluation de la souplesse du support du tour m'amène à la conclusion suivante :
- Je gagne un peu en rigidité lorsque je sollicite le support via une poussée sur l'axe X en haut des poteaux des pieds avant. L'excursion du comparateur a diminué sensiblement environ de la moitié passant de 0.1 à 0.05 mm.
- Sur l'axe Y une poussée en haut des pieds de devant conduit toujours à la même excursion du comparateur de 0.05 mm.
- Des relevés supplémentaires réalisés sur les pieds arrières révèlent une valeur bien plus faible, cela s'explique parce que les poteaux arrières sont fixés au mur.

Ce changement m'a permis de régler le problème des pieds pas assez rigides (identifié lorsque j'ai dû mettre à niveau le support la première fois) ainsi qu'un problème de contre écrou impossible à mettre au début sur un pied.

Concernant la souplesse du support selon l'axe X un travail supplémentaire sera à faire. Peut être qu'une triangulation sur le devant du support en bas sera faite par la suite.

IMG_4929 (Medium).JPG


cdlt lion10
 
Dernière édition:
lion10
lion10
Compagnon
7 Mai 2010
4 751
  • Auteur de la discussion
  • #49
Bonsoir

J'ai donc entrepris de réaliser une triangulation des pieds en bas.

Etude des possibilités de montage :

Idéalement je souhaitais mettre la barre horizontale au tiers de la hauteur et je souhaitais pouvoir y glisser le piètement de la chèvre d'atelier.
Concernant les goussets qui assurent une triangulation de cette barre 2 solutions étaient possibles, soit ils étaient positionnés au dessus de la barre comme sur la photo du fil précédent soit ils étaient en dessous de la barre.

Au dessus cela aurait libéré une distance constante par rapport au sol et apporté un motif symétrique par rapport aux barres obliques déjà mises mais finalement j'ai entrepris un positionnement comme celles posées pour rigidifier le cadre.
Je suis conscient que cette solution fait perdre de la hauteur dans les angles formés par les goussets, mais cela restera négligeable et me permettra encore de glisser de la ferraille dessous le support même si à terme je souhaite que la place soit nette pour y passer facilement un balai.

Dans le positionnement en hauteur j'ai aussi intégré la possibilité de positionner une étagère peu profonde pour y placer quelques fers plats, typiquement des gonds de portes qui m'assurent un stock de matière à pas cher. C'est une provision que j'espère rapidement concrétiser pour laquelle j'ai dû faire quelques calculs de chaînes de côtes assez simples.
J'ai exclu la possibilité de rajouter une étagère sur toute la profondeur, car compte tenu du montage du support cela aurait induit une étagère trop basse avec comme incidence un risque de se cogner la zone du retinaculum, un passage impossible de la grue et une diminution des goussets de renforts.

J'avais aussi pour contrainte d'utiliser un trou présent sur chaque montant vertical du support., ce qui ne me dispensa pas d'en repercer 2 autres pour fixer la barre.

Tout étant affaire de compromis j'ai bien noté quelques avantages dont je ne pourrai pas bénéficier, une étagère basse aurait permis d'abaisser le centre de gravité même si le support solidement fixé n'a pas de risque de basculement. Dés lors que ce choix était fait je perdais aussi la possibilité de contrer l'amplitude d'une vibration ou jouer sur sa fréquence de résonance du support; mais pour ce point d'autres pistes seront prises plus tard. De mémoire, sur le forum une discussion précisait qu'en mettant une masse vers le bas cela diminuait la fréquence de résonance d'un système en première approche.

Enfin je souhaitais que les barres de renforts obliques puissent se positionnées avec un angle similaire à celles déjà présentes et une longueur assez proche.

Un calcul des longueurs des goussets, du positionnement des trous à percer me mena donc vers une solution.

D'autres calculs secondaires mais tout aussi important m'ont permis de vérifier que les têtes des vis à métaux hexagonales seraient accessibles via une clé à pipe et suffisamment éloignées des bords des profilés.

IMG_4940 (Small).JPG


Relevés et tracés préalables :

Je devais tout d'abords refaire le point sur l'horizontalité du support qui se révéla être toujours aussi bonne. Ainsi lorsque je décidai de positionner la barre de renfort horizontale je savais qu'elle allait être aussi parallèle au plateau supportant le tour.

Il m'a fallu aussi reporter le niveau inférieur de la barre horizontale et des trous de fixation. Le travail fut réalisé au niveau laser bien utile.
Une fausse équerre angle izer s'avéra être un complément d'un rapporteur que j'ai.

IMG_4941 (Small).JPG


Par chance la distance des trous de fixation de la barre par rapport au bord de celle ci fixé à 40 mm dans mes calculs correspondait parfaitement avec la largeur d'une équerre, une erreur de tracé potentielle en moins.

J'ai choisi de faire les tracés sur la face avant des montants des pieds même si la barre allait être fixée derrière ces montants, cela m'a valu un problème que je empressai de clore et d'accepter dans l'état; le tracé réalisé à la pointe à tracer allait laisser une trace indélébile puisqu'il ne serait pas recouvert par la barre placée de l'autre coté du montant vertical.

Découpe de la ferraille :

Une fois tout calculé et bien défini le travail de débit ne fut plus qu'une formalité.

J'ai juste eu l'impression de ne pas être assez efficace pendant la découpe du profilé de la barre, celle ci étant d'un profil particulier, il m'a fallu la mettre en position et la serrer sans que cela gène la course en rotation de la tronçonneuse de 230 mm sur son support. Dans un premier temps un gros serre joint gênait, ensuite des cales voire des clames judicieusement placées résolurent le problème.

Réalisation d'un canon de perçage :

Le perçage in situ forcément des trous dans le piétement du support me faisait craindre un perçage de travers , notamment lorsque j'aurais percé la deuxième paroi du profilé rectangulaire. Par chance le trou ne tomberait pas sur la ligne de soudure intérieure du tube, circonstance aggravante pour faire dévier le foret, cependant je gardai en tête mon idée de canon de perçage.

Il a été réalisé dans 2 morceaux de fer à béton lisse de 20 mm, l'idée fut de réaliser 2 pièces cylindriques percées respectivement à 4 mm et 10 mm pouvant se substituer l'une à l'autre dans l'alésage d'une grosse entretoise qui servirait à maintenir le canon perpendiculaire au profilé rectangulaire à percer.

IMG_4948 (Small).JPG


Je partis donc d'une entretoise de 29 mm d'épaisseur alésée au diamètre 17 et je réalisai 2 cylindres de 17 mm percés au diamètre de 4 mm.
Pour l'un je dus agrandir le trou au diamètre 10 mm sur la perceuse à colonne car le mandrin du tour toyo ml210 a une capacité limitée à 6.5 mm.

Au sortir du tour les pièces semblaient être parfaitement percées en leur centre et je n'avais pas noté de déviation du foret lors du perçage sur 30 mm de profondeur. Cependant malgré tout le perçage sur la perceuse à colonne me fit perdre l'intérêt du canon de 10 mm, en effet le foret dévia et le trou central n'était plus concentrique.

IMG_4946 (Small).JPG


IMG_4947 (Small).JPG



La pièce a pourtant été centrée en m'assurant que le foret de 4 mm pouvait descendre facilement via le cabestan de la perceuse à colonne, en plus un avant trou de 4 mm me paraissait raisonnable laissant le foret de 10 mm être bien guidé via son âme central.

=> Comme correctif de ce problème je notai qu'il me faudrait à l'avenir avoir au moins quelques foret de taille supérieure à 6.5 mm en queue réduite ou procéder par une technique d'alésage afin d'obtenir un trou de 10 mm concentrique.

Perçage des trous de fixation de la barre horizontale :

Souhaitant un assemblage parfait de la barre horizontale sur le tour je pris donc quelques précautions pour un perçage soigné.
La barre a été percée sur son extrémité droite sur la perceuse à colonne au diamètre 10 mm , ensuite j'ai percé le poteau droit afin d'y fixer la barre.
Pour l'extrémité gauche de la barre, celle ci fut contre-percée sur le support une fois l'ébauche du trou faite.

Pour le perçage in situ du poteau droit du support j'ai procédé de la sorte :
- pointage au pointeau,
- pointage au foret à pointer pour faire une amorce un centrage un peu plus profond,
- perçage au diamètre 3 puis au foret de 4 mm avec un foret long,
- fixation du canon avec centrage via le foret de 4 mm qui traversait la première paroi du tube carré percé précédemment,
- perçage deuxième paroi avec foret de 4 mm au travers du canon de perçage,
- perçage au foret de 10 mm autocentreur de la première paroi puis de la seconde paroi, à chaque fois j'ai commencé au foret autocentreur puis j'ai utilisé un foret basique avec une pointe de 118 degrés contrairement à l'autocentreur en pointe de 130 degrés, agissant ainsi le foret avait moins de mordant me garantissant dans les faits un travail plus soigné car moins d'engagement du foret.

IMG_4949 (Small).JPG


Pour le perçage du poteau gauche , je procédai de la même façon. Enfin pour le contre perçage de la barre, fixée solidement via une pince étau, je me suis servi du perçage du poteau sur ses 2 parois au diamètre 10 mm pour contre percer directement au foret autocentreur la barre horizontale.

IMG_4952 (Small).JPG


Encore une fois un plateau élévateur pour chimie me fut bien utile pour la mise en position de la barre horizontale.

cdlt lion10
 
Dernière édition:
lion10
lion10
Compagnon
7 Mai 2010
4 751
  • Auteur de la discussion
  • #50
Bonjour

Réalisation finale des goussets pour la barre horizontale basse :

Gardant mon idée initiale, les goussets devaient être démontables de la barre horizontale, je m'orientai donc vers une barre oblique percée à une extrémité fixée sur le montant vertical du support correspondant et une chute de cornière boulonnée sur la barre horizontale, la liaison du gousset étant solidaire de la barre horizontale via une soudure sur la cornière.

Je suis donc parti sur de la cornière de 34 mm de coté, percée, boulonnée via 2 vis M10 sur la barre horizontale.

Une mise en position provisoire via des serre joints et pince étau sur le support me permit de vérifier que je pouvais ensuite accéder aux vis de fixation pour y passer une clé sans être géné par les barres une fois celles-ci soudées, j'en profitai aussi pour marquer la position en X des cornières.

Les chutes de cornières furent pré percées au diamètre 4.5 mm, histoire de ne pas utiliser toujours le foret de 4 mm.
Ensuite je mis en position sur l'établi les cornières afin qu'elles affleurent bien la paroi de la barre horizontale.

IMG_4954 (Small).JPG


Une fois les éléments bien serrés l'un contre l'autre, je réalisai le contre perçage de la barre horizontale sur la perceuse à colonne en m'aidant d'une servante.
Après centrage du foret dans le trou pré-percé dans la cornière je pus ensuite mener à bien le perçage de 10 mm.
Au début je ne comprenais pas, le perçage était impossible, je mis en doute la qualité de mon foret, pour ensuite m'apercevoir qu'un gros serre joint butait contre le support en plastique du cache de mandrin escamotable.

IMG_4955 (Small).JPG


Je modifiai donc par la suite ma fixation utilisant des pince étau moins encombrantes et une pièce de fer plat pour faire un serrage par clame énergique.

IMG_4957 (Small).JPG


Lors du contre perçage j'omis de mettre une chute de bois sous la dernière face percée, des bavures à l'intérieur de la barre horizontales ne manquèrent pas l'occasion de se présenter. Au début je ne voyais pas comment les retirer, ces bavures étaient sous un angle du profil du tube, cela rendait l'accès difficile. Puis je pris un outil à ébavurer faisant parti d'un kit 325 de chez facom et je réussis à retirer ces bavures, l'outil fut introduit par l'autre coté de la paroi qui n'était pas à ébavurer.

Avant soudure je remis toutes les pièces en position sur le support du tour, positionnant fermement les cornières avec les barres obliques ensemble par des serre-joints puis je démontai la barre du support pour ensuite souder les goussets maintenus sur la barre, j'étais éloigné du support de sorte qu'aucune étincelle ne l'atteigne et je gagnais aussi en confort de soudure n'ayant pas besoin de me mettre sous le support du tour pour souder.
Je craignis des déformations pendant la soudure qui auraient pu m'empêcher de remonter l'ensemble sur le support du tour, à défaut de pointage, je réalisai donc dans un premier temps des petits cordons de soudure puis j'essayai le montage de la barre sur le support pour ensuite terminer les soudures. Me souvenant de quelques soudures, mon expérience m'appela à la modération, trop souder risquait de générer des déformations ou le risque de déposer des cordons dans des endroits difficiles d'accès pour ensuite nettoyer les soudures.

IMG_4962 (Small).JPG


IMG_4959 (Small).JPG


IMG_4958 (Small).JPG


cdlt lion10
 
Dernière édition:
lion10
lion10
Compagnon
7 Mai 2010
4 751
  • Auteur de la discussion
  • #51
Bonjour

Réalisation d'une l'étagère peu profonde :

Lors des travaux réalisés précédemment j'avais prévu une mesure conservatoire pour une étagère basse peu profonde.
J'ai donc entrepris la réalisation de cette étagère m'offrant certes un petit espace de stockage mais au moins je verrai facilement mon stock de barres plates à l'avenir, enfin il faut le voir comme un travail de fond pour ranger au mieux le peu de ferraille que j'ai.

Certains calculs faits précédemment furent complétés par quelques autres, aidé de quelques croquis papier je pus ainsi trouver une solution réalisable pour soutenir cette étagère. La barre horizontale basse fixée allait soutenir la planche sur son bord droit, il me fallait donc assurer le soutien de cette planche sur son bord gauche.Je devais donc trouver le moyen de fixer un support pour le bord gauche et à la même hauteur que le bord droit.

IMG_5130 (Small).JPG


Une analyse me montra qu'il fallait une cornière d'au moins 55 mm de coté en tenant compte de la différence de hauteur et d'une marge recouvrement entre les 2 profilés métalliques à assembler.
N'ayant pas une telle cornière en quantité suffisante ni même beaucoup en plus petites dimensions je privilégiai l'utilisation de profilés en té de petites dimensions. Pour allonger un coté de ce profilé je décidai donc d'y souder 3 pattes en fer plat qui firent office de points de fixation sur une barre existante sur le support. Cette solution me permit d'éviter toute dépense d'achat de matière, ce qui reste un pré-requis pour moi, il me faut faire avec la matière en stock. Dés lors que l'on a découvert les joies de la soudure et ce même avec un poste inverter à l'arc, le semi automatique n'est pas indispensable, on est capable d'assembler des morceaux pour en un faire un plus grand ou sur mesure.

Un autre point particulier devait aussi me poser question , comment la barre en té allait être fixée sur la barre du support. En effet autant sur la barre de fer en té avec ses pattes soudées j'allai trouver facilement une marge de matière pour percer un trou et avoir du dégagement pour y loger un écrou, autant sur l'autre barre la surface était faible, l'embarra résida dans le congé d'un profilé métallique. Une solution fut non pas de tarauder mais d'utiliser des vis BTR qui excellent par la petitesse de leur tête.

Réalisation de la barre supportant la planche :

Je partis donc sur du fer en té de base 31 mm assemblé avec des chutes de fer plat soudées sur la base.
IMG_4972 (Small).JPG


Je choisis de percer les chutes de fer plat avant de les souder, comptant sur un tracé suivi d'une mise en position précise avant soudure.
Pour la fixation de la barre soudée sur le support du tour, j'optai pour un contre perçage ne souhaitant pas défaire une partie du support. Cette technique me donne depuis son utilisation régulièrement satisfaction.

IMG_5127 (Small).JPG


IMG_5129 (Small).JPG

Découpe de la planche et ajustement :

Ce fut pour moi l'occasion d'utiliser ma scie sur table, récemment remise en route non sans mal, pour découper assez précisément 2 morceaux d'aggloméré récupérés gratuitement il y a 2 ans déja !
L'alliance du bois et du métal ne se fit pas sans aucun blocage, mais après avoir hésité à prendre le ciseau à bois, la défonceuse se révéla fort efficace même à main levée pour faire une entaille localisée en bout de planche et à plus forte raison tout le long du bord de la planche.

IMG_5134 (Small).JPG

Les morceaux furent ensuite tout simplement assemblés par des vis entre eux ainsi que sur la barre en té après peinture.

IMG_5139 (Small).JPG


Je notai juste un problème que je m'empressai de classifier en tant que mineur, sous entendant que je n'aurai pas à y revenir; les vis de fixation de 3.5 x 25 mm dépassaient de la surface de la planche d'aggloméré de 18 mm . Cependant là où était le problème je n'aurai vraisemblablement pas l'occasion d'y glisser mes doigts.


Un peu de finition, prendre le temps de finaliser les choses avec un peu de peinture :
Il est pertinent de remarquer qu'avec le provisoire le risque c'est qu'il perdure. J'entrepris donc dans la foulée la peinture de cette barre en té ainsi que celle des travaux précédents que j'avais reportés.
IMG_5084 (Small).JPG


Pendant le séchage, la barre en té devait reposer sur des morceaux de bois, je consentis donc à ne pas peindre une petite partie qui ne devait pas se voir par la suite.

IMG_5125 (Small).JPG


Fort de cela j'allai même jusqu'à défaire des fixations murales qui auraient dû être peintes depuis plusieurs années. Les effets de la rouille ne se sont pas trop faits sentir, de menus travaux de décapage suffirent pour remettre la ferraille à nu avant peinture.

IMG_5132 (Small).JPG


IMG_5159 (Small).JPG


Pour la peinture Julien antirouille je fus finalement assez satisfait du rendu après 2 couches non diluées, d'autre part le reste d'un pot entamé il y a au moins 2 ans se révéla encore utilisable sans trop de perte.
A l'issue de la première couche le résultat était pourtant compromis, la peinture semblait granuleuse au toucher, mais ce défaut disparut après la deuxième couche.

L'étagère finalisée :
IMG_5142 (Small).JPG


IMG_5143 (Small).JPG


Je n'exclus pas de terminer les chants de la planche à l'avenir, de simples baguettes retaillées cloutées ou collées seront plus présentables.

cdlt lion10
 
Dernière édition:
Haut