1. Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.

Usinages métaux à sec

Discussion dans 'Fraisage' créé par Harkot, 17 Juillet 2014.

  1. Harkot

    Harkot Nouveau

    Messages:
    6
    Inscrit:
    17 Juillet 2014
    Usinages métaux à sec
    Bonjour tout le monde.

    Je travaille actuellement sur le démantellement d'un générateur de vapeur d'une tranche de centrale nucléaire. Je dois en premier lieu réaliser des prélèvements, sans polluer les échantillons de quelque manière que ce soit (pollutions chimiques, mécaniques et thermiques). Je dois donc faire ces prélèvements par usinage "classique" (jets d'éau et électro-érosion interdits).

    La difficulté que je rencontre, est l'estimation des différents temps de coupe (je précise que je suis nouveau dans le domaine, et que je n'ai abordé ces thématiques que la semaine dernière):

    1- fraisage d'une plaque en acier 16MND5, sur une surface ronde d'un diamètre de 80mm, et sur une profondeur de 450mm environ
    2- carottage du même acier sur une profondeur de 110mm avec un diamètre de 75mm
    3- sciage avec scie à cable d'une plaque d'acier de 80mm d'épaisseur : quelle serait le temps de coupe par unité de longueur?

    Je vous remercie d'avance pour votre précieuse aide et reste attentif pour toute précision.
     
  2. MARECHE

    MARECHE Compagnon

    Messages:
    2 129
    Inscrit:
    6 Février 2011
    Localité:
    Nancy
    Usinages métaux à sec
    Bonjour,
    Première question, quel est le niveau de contamination? C'est "en principe" non contaminé mais il y a souvent eu des fuites... Il faut mesurer au compteur Geiger. C'est une précaution qui doit être systématique dès qu'on touche à ces matériels. Ces échantillons me semblent très gros pour pouvoir être faits à sec, surtout sur des matériaux à histoire thermique complexe. Souvent on taille un peu plus gros de façon classique, on nettoie et on enlève quelques mm à sec et très doucement. Si vous attaquez à sec, les temps d'usinage seront à compter en jours sans certitude de rester en dessous de 300°C.
    Salutations
     
  3. Harkot

    Harkot Nouveau

    Messages:
    6
    Inscrit:
    17 Juillet 2014
    Usinages métaux à sec
    Bonjour et merci pour votre attention.

    Le générateur de vapeur sur lequel doivent être faits les prélèvements et les découpes a préalablement été décontaminé. Il est entreposé à l'horizontale, et la cartographie radiologique est d'ores et déjà disponible. J'ai justement besoin d'une estimation des temps de découpe pour effectuer une simulation de chantier, afin de déterminer les degrés d'exposition, et ainsi de prendre les mesures de protection radiologique nécessaires.

    Le cahier des charges est sans équivoque, tout doit être fait à sec, dans la mesure où les prélèvements doivent être exempts de toute pollution, aussi minime soit-elle.
    La durée ne pose pas de problème : nous avons un total de 7 mois pour faire les découpes et les prélèvements.

    les estimations des temps de découpe dont j'ai besoin sont les suivants :

    -sur un bloc d'acier 16MND5 :
    enlever un bloc de matière cylindrique de 80mm de diamètre et de 450mm de profondeur. J'ai pensé à du fraisage mais du perçage est aussi possible.
    carotter sur un profondeur de 110mm avec un diamètre de 75mm

    -sur de l'acier Z1C13 :
    Découpe avec scie à cables de plaques d'épaisseurs de 20, 30 et 80mm


    cordialement
     
  4. gaston48

    gaston48 Compagnon

    Messages:
    6 222
    Inscrit:
    26 Février 2008
    Localité:
    59000
    Usinages métaux à sec
    Bonjour,

    Et la pollution par l’outil de coupe (à fortiori à sec) est elle pris en compte ?
    Et comme le dit Mareche, les dommages thermique subit par les prélévements ?
     
  5. Harkot

    Harkot Nouveau

    Messages:
    6
    Inscrit:
    17 Juillet 2014
    Usinages métaux à sec
    Bonjour

    sont à proscrire
    la pollution mécanique (choc procédés, chocs lors de l'extraction, déformation...)
    la pollution chimique (produits de type colle, mousse...)
    la pollution thermique (ZAT)

    après, si plus de choses sont à proscrire, je ne vois plus comment faire les prélèvements :???:.

    si par pollution par l'outil de coupe, tu te réfère aux copeaux résultants, ce n'est pas un problème, au contraire, car c'est justement une des raisons pour laquelle cette méthode est "imposée". En effet, ces copeaux vont faire l'objet d'étude.
     
  6. ybou30

    ybou30 Modérateur

    Messages:
    2 319
    Inscrit:
    22 Avril 2011
    Localité:
    F-30900 F-86120
    Projets:
    CNC en cours
    Département:
    86120
    Usinages métaux à sec
    Salut à tous,

    Peut être 2 pistes de réflexion:
    - Refroidissement de la coupe par air comprimé. :lol: => pose a question de difficulté de récupération des produits.
    - Refroidissement outils par circuit interne de refroidissement . :lol:

    Cdlt,
    Yanik
     
  7. Harkot

    Harkot Nouveau

    Messages:
    6
    Inscrit:
    17 Juillet 2014
    Usinages métaux à sec
    Bonjour

    En ce qui concerne le refroidissement lors de la coupe, l'option par air comprimé a été retenue (en tout cas pour le sciage par cable)
    cependant, pour tous les procédés que j'ai évoqués, je n'ai aucune idée de l'ordre de grandeur de la vitesse de coupe.


    Cordialement,

    Harkot
     
  8. MARECHE

    MARECHE Compagnon

    Messages:
    2 129
    Inscrit:
    6 Février 2011
    Localité:
    Nancy
    Usinages métaux à sec
    Bonjour,
    Comme d'habitude le plus gênant est la gestion de la poussière, qu'il va falloir capter et équiper tes gars de bons masques (elle est toujours un peu active..) On peut pas donner de durée, personne n'usine à sec de tels trucs, mais tu ne feras pas le mm/mn. Il faut avoir des vitesses de coupe très faibles pour limiter l'échauffement, de l'ordre de 1 à 2 m/mn (et aussi l'usure de l'outil qui sera bien plus rapide que d'habitude) Il n'y a qu'un essai qui te donnera l'ordre de grandeur. C'est pas pour rien que tous les chantiers de démantellement prennent un tel retard.
    Courage. C'est pour les Renardières? Souviens toi que le sous traitant a toujours tort, alors accumule le plus de connaissances avant de commencer.
    Salutations
     
  9. gaston48

    gaston48 Compagnon

    Messages:
    6 222
    Inscrit:
    26 Février 2008
    Localité:
    59000
    Usinages métaux à sec
    J’imaginais plus le fait que l’outil de coupe s’use et donc incruste sa matière à la surface de l’échantillon.

    La pollution mécanique est inévitable, un copeau d’usinage, sur le plan de sa structure
    métallurgique, n’a plus rien à voir avec celle d’origine, il a une structure lamellaire.
    La même que tu obtiens quand tu racles au couteau, une plaquette de beurre très froide.

    Quand à la pollution thermique, toute la puissance délivrée à l’outil de coupe est
    convertie en chaleur, il faut un fluide qui l’absorbe et qui lubrifie le frottement sur l’outil,
    Peut être un système cryogénique, qui ne laisse pas de trace après évaporation, (co2,azote))
     
  10. Harkot

    Harkot Nouveau

    Messages:
    6
    Inscrit:
    17 Juillet 2014
    Usinages métaux à sec
    Merci à tous pour vos réponses.

    Concernant la méthode d'usinage pour les prélèvements, je n'ai pas d'option. La découpe par retrait de copeau m'est imposée, et ce, sans lubrification.
    je rectifie ce que j'ai dit plus tôt : j'ai 5 mois pour faire mes prélèvements (le premier prélèvement doit sortir un mois après le début de la campagne).

    je pense ne pas me tromper en disant que le facteur temps n'est pas un problème, même si, pour éviter la pollution thermique, je dois effectuer mes coupes à vitesse réduite.
     
  11. michelfrance

    michelfrance Apprenti

    Messages:
    246
    Inscrit:
    23 Juin 2010
    Localité:
    IdF
    Usinages métaux à sec
    Quel est le débit de dose à proximité des échantillons à prélever ? En fonction, il faut réfléchir à un outillage spécial piloté à distance. L'opérateur interviendra en zone uniquement à la pose et à la dépose.
    Je pense qu'il faut prévoir aussi une phase de qualification du procédé avant de passer à l'opération réel. Le temps de préparation du chantier est certainement plus long que le temps de prélèvement lui-même.
     
  12. duredetrouverunpseudo

    duredetrouverunpseudo Compagnon

    Messages:
    2 190
    Inscrit:
    15 Janvier 2008
  13. michelfrance

    michelfrance Apprenti

    Messages:
    246
    Inscrit:
    23 Juin 2010
    Localité:
    IdF
    Usinages métaux à sec
    Intervenir sur un GV décontaminé en atelier chaud ne représente pas nécessairement une dosimétrie considérable. Il ne s'agit pas d'intervenir sur un assemblage irradié ! C'est un peu plus critique s'il faut rentrer dans les boîtes à eau pour intervenir sur la plaque tubulaire ou sur la plaque de partition. C'est situé où exactement ces prélèvements, côté primaire ou côté secondaire ?
     
  14. Régule

    Régule Compagnon

    Messages:
    513
    Inscrit:
    14 Mai 2010
    Localité:
    Territoire de Belfort
    Usinages métaux à sec
    Bonjour à tous, je ne comprends pas trop votre conversation un peu trop technique pour moi, mais ce qui ressort de cette affaire, c'est que pour démanteler une centrale nucléaire dans de bonnes conditions, on a besoin de la compétence des membres d'"USINAGES", je ne mets pas en doute la qualification des intervenants, mais je trouve cela un peu inquiétant coté sécurité :shock:

    Amicalement, Régule.
     
  15. ybou30

    ybou30 Modérateur

    Messages:
    2 319
    Inscrit:
    22 Avril 2011
    Localité:
    F-30900 F-86120
    Projets:
    CNC en cours
    Département:
    86120
    Usinages métaux à sec
    Salut à tous,

    Au travers de ce que je peux "deviner", il s'agit de faire des analyse pour démanteler des GV
    - Il est à l'horizontale Comprendre: ==> il est déjà hors du BR
    - la carto radiographique est disponible Comprendre: ==> le GV et les surfaces sont déjà prêts pour les prélèvements
    . :lol:

    Je dirai qu'à priori, les risques peuvent être des dégagements gazeux (les parties éventuellement activées dans la structure du métal sont détectées par la carto). :lol:
    Les radios ont du aussi déjà révéler les éventuelles "poches".
    Mais tout ceci est très très hypothétique, car un GV qui est extrait a du "vécu" et n'a sans doute plus aucun secret, vu ce qu'il a déjà "subi" comme contrôles au cours de sa réalisation et de sa vie ensuite. :smt003

    Atelier chaud (Micheldefrance): Local respectant les règles de sûreté concernant les risques contamination, Cà veut dire SAS et confinement dynamique.
    Opérateur éventuellement en tenue étanche sous pression (type muru), balise gamma permanente, et j'en passe.
    Ceci est du lot commun et est, j'en suis déjà convaincu, programmé. C'est le b a ba de la radioprotection et de la sûreté. :wink:

    L'intérêt, amha, est précisément de faire une analyse en strates des composés structurels du métal ayant été soumis. :lol:

    Je pense qu'il faut en revenir à la question posée et celles qu'elles génère. :lol:

    Est il indiscret de savoir précisément sur quelles parties du GV ces prélèvements sont à réaliser?

    Regule: MDR, dans ce milieu, on ne néglige aucune piste pour obtenir des idées. :lol:
    Maintenant, tu peux être rassuré, les méthodes qualifiées sont examinées... au microscope :wink:

    Cdlt,
    Yanik
     
Chargement...
Articles en relation
  1. AVN
    Réponses:
    14
    Affichages:
    2 978
  2. nordiste
    Réponses:
    3
    Affichages:
    1 680
  3. jeandupont
    Réponses:
    5
    Affichages:
    312
  4. Drumer57
    Réponses:
    3
    Affichages:
    806

Partager cette page