Quelles différences entre les "types" d'huiles ?

tydji
tydji
Ouvrier
24 Déc 2013
426
  • Auteur de la discussion
  • #1
Bonjour,

Encore une question généraliste :

Quelle est la différence réelle entre les types d'huile ? (huiles de lubrification dans ce cas)

Bah oui, par exemple :
De la DTE Médium Heavy pour boites ou de la VACTRA pour glissières seraient toutes deux classées et utilisables comme huiles hydrauliques medium pression ! :eek:
Je pette un câble !
Ou peut-être que je suis trop naïf pour croire que tout cela n'est qu'une histoire de commerce !

Chez plusieurs grossistes, ils classent leurs produits suivants différentes appellations :
On parle d'huiles "engrenages", d'huiles "réducteurs", d'huiles "hydrauliques", d'huiles "mouvements", "d'huiles de broches"...
Pour une viscosité équivalente, concrètement, qu'est-ce qui les différencie ?
Ou pensé différement, est-ce que ces différentes appellations ont réellement lieu d'être ?


Ou peut-être qu'il y a un problème de terminologie ? : Quand on parle "d'huile hydraulique", j'entends "huile utilisée dans un système pompe-vérins hydrauliques travaillant sous pression"
(bah oui c'est le but d'un vérin d'être sous pression) ...
Donc une huile de boite utilisable en hydraulique ... une huile hydraulique utilisable en boites ... mon cerveau bug ! :smt088 Autant aller à l'essentiel plutôt que de nous em*** à nous faire croire que chaque produit a son utilisation spécifique !

D'où ma question

(J'avais déjà lancé un sujet concernant le pouvoir lubrifiant des lubrifiants, mais c'est trop technique pour nous ... )

Au plaisir :wink:
 
Aiwass
Aiwass
Compagnon
31 Août 2016
1 385
dijon-cote d'or-21
pour l’hydraulique, j'aurais tendance, peut être a tord, a me dire que toutes les huile fluide font le taf, une huile étant incompressible elle transmettra donc forcement le mouvement sans l'altérer.reste les histoire d'additif utile pour les pignon mais pas forcement pour un verin. du coup huile hydro sans additif, et huile de boite avec additif par exemple.

pour le reste, comme ma question sur l'autre post, je veut bien savoir aussi se qui différencie une huile de coupe d'une huile de lubrification.que faut il a l'un qu'il ne faut pas a l'autre et inversement.
 
serge 91
serge 91
Lexique
18 Fev 2010
6 962
FR-91 Brétigny sur Orge
Bonjour,
Déjà, il doit y avoir une différence au niveau de la résistance à la pression (au cisaillement du film), pour le reste :smt017
 
kiki86
kiki86
Compagnon
7 Jan 2015
4 447
Maisons Alfort
bonjour
les composants peuvent différents ou dosés différemment ?
 
J
joumpy
Compagnon
8 Oct 2009
1 519
38: Grenoble
Et pour être bien sûr de vous mélanger les méninges, il existe des huiles universelles.
De ce que j'ai toujours fait: si l'application n'est pas critique, n'importe quelle huile fera l'affaire à condition de respecter à peu près la viscosité.
En usage amateur, on tire rarement sur les bécanes et on peut se permettre une huile glissière + hydrau dite universelle.
J'avais un fût de 200l de 68Cst et 2 fûts de 20l de 200Cst pour alimenter 4 rectif, 2 centres 1fraiseuse et 1 tour.
 
LHM
LHM
Compagnon
30 Juil 2011
1 291
SOMME
Bonjour ou plutôt bonsoir;
On pourrait même graisser la chaîne du vélo avec la vactra.
C'est vrai c'est très complexe, et il y a un peu des 2
la spécificité et les commerçants.
L'amateur de fera pas de différence pour ses bricolages.
Les constats se font sur le long terme
Pour parler des produits Mobil cités plus haut,
Il y a les huiles nomées et les huiles numérotées.
les Vactra numérotées 1,2,3,4 souvent appelées huile de glissière sont additivées pour être compatibles avec les huiles
de coupe solubles et optimisées pour offrir une excellente séparation avec les fluides de coupe et
réduire les effets corrosifs dû à leur PH élevé.
Bien évidemment ont peut graisser les boites de vitesses, paliers lisses et dans les viscosités les plus basses
l'utiliser en hydraulique
Juste un petit mot sur la DTE,( huile nommée ) différente sur certains points, est plus élaborée pour le graissage
hydrodynamique des turbines à vapeur, antirouille, anticorrosion (eau de mer) stabilité aux températures et évite la cavitation des pompes hydrauliques.
chaque produit a son usage, mais elle convient aussi dans les broches de nos machines et graisse parfaitement des paliers lisses
et les compresseurs d'air rotatifs et à pistons.
Il n'y a pas que du paracétamol pour tous les maux
La base est minérale, certains disent vaseline.
Mieux vaut dans tous les cas se rapprocher le plus possible des spécifications du constructeur, même si quelque fois
ça fait un peu "pipo"
tydji a dit :
De la DTE Médium Heavy pour boites ou de la VACTRA pour glissières seraient toutes deux classées et utilisables comme huiles hydrauliques medium pression ! :eek:
 
albatros_del_sur
albatros_del_sur
Compagnon
22 Avr 2012
5 300
FR40 / FR64
Bonsoir,
Je sais que certaines contiennent des additifs nocifs pour nos vieilles machines car elles attaquent les laitons et les bronzes à la longue.
 
LHM
LHM
Compagnon
30 Juil 2011
1 291
SOMME
Re,
Exact, le phosphore ( excellent pour le glissement )contenu dans les additifs des anciennes huiles avait
la fâcheuse tendance à dévorer le métal jaune.
C'est ce qu'on disait de la GL5, huile BV et pont, mais il y a la controverse.
 
tydji
tydji
Ouvrier
24 Déc 2013
426
  • Auteur de la discussion
  • #9
pour l’hydraulique, j'aurais tendance, peut être a tord, a me dire que toutes les huile fluide font le taf, une huile étant incompressible elle transmettra donc forcement le mouvement sans l'altérer.reste les histoire d'additif utile pour les pignon mais pas forcement pour un verin. du coup huile hydro sans additif, et huile de boite avec additif par exemple.

pour le reste, comme ma question sur l'autre post, je veut bien savoir aussi se qui différencie une huile de coupe d'une huile de lubrification.que faut il a l'un qu'il ne faut pas a l'autre et inversement.
Comme bon nombres des pompes hydrauliques sont à engrenages, on revient au point de départ :
Pourquoi faire une distinction entre "huile hydraulique" et "huile de boite ou de transmission" ?
Autrement dit, si une huile hydraulique sans additifs passe sans interruption dans une pompe à engrenages fortement sollicités, pourquoi utiliser des additifs "top secrets" pour une huile de boite et pas pour hydraulique ?

Concernant l'huile de coupe, c'est au niveau des additifs : du phosphore porté à température bouffe l'acier (et d'où l'histoire des bronzes). Elle permet de "nettoyer" les particules de métal qui se "soudent" lors des contacts sous pression. Donc utilisée sur une fraise, peut-être que cela attaque l'acier à outil. De plus, elles sont lubrifiante, donc à moins de travailler en avalant, chaque pénétration de la dent sera contrainte de casser le film d'huile avant de pénétrer dans la matière à usiner. (C'est ce que je CROIS avoir compris en tout cas ...)
Mais du coup c'est vrai qu'on peut se demander : Pourquoi ne pas utiliser une huile lubrrifiante SANS additifs pour la coupe ?!

Déjà, il doit y avoir une différence au niveau de la résistance à la pression (au cisaillement du film), pour le reste :smt017
Bah pour moi, ne sachant pas plus, la résistance à la pression et la résistance au cisaillement sont deux choses différentes :
La résistance au cisaillement c'est tout bêtement la viscosité de l'huile. (Oui, l'unité de cette grandeur physique exprime cela)
Donc une huile 32 sera moins performante qu'une 230. Moins lubrifiante en faite.
Mais une huile 230 ne sera pas utilisable dans des applications à grandes vitesses car trop visqueuse.
D'une certaine manière, l'huile utilisée doit être la plus visqueuse possible en tenant compte des contraintes mécaniques divers. (circulation, force centrifuge, anti-bulles, ...).
Je croyais que l'huile était en fait une huile x de base à laquelle on ajoutait un "savon"/durcisseur (ou je ne sais quoi) + ou - visqueux pour déterminer la viscosité. D'une certaine manière comme la graisse ... Enfin peut-être que c'est le cas en fait, je n'en sais pas plus.
Mais comme le pouvoir de tenu au cisaillement EST exprimé par la viscosité, ...

La résistance à la pression (hydraulique à 200bars ou usage sous pression-atmosphèrique normal), je n'en sais pas plus...
C'est ce que je croyais/croit aussi : Qu'il y a besoin d'une huile spécifique pour la tenue sous forte pression. Mais comme dit, les huiles sont (en principe?)des fluides Newtonniens, donc incompressible ... donc je ne sais pas...

Et pour être bien sûr de vous mélanger les méninges, il existe des huiles universelles.
Oui, en plus moins chère ! :smt104
Ce qui confirmerait que la différenciation des spécifications ne serait pas si importante que cela.

J'avais un fût de 200l de 68Cst et 2 fûts de 20l de 200Cst pour alimenter 4 rectif, 2 centres 1fraiseuse et 1 tour.
68 pour les boites et broches et 200 pour les glissières ?

pour les huile de glissières, certaines contiennent des additif afin de resté sur le support sans séché ou .. glissé ..laissant ainsi la glissiére à nue
suivant certain angle ou matiére avec ou sans racleur ou feutre ou autres

en industrie moins de soucis la lub et souvent continue avec des système horloge ou mécanique automatique l'amateur lui dois renouvelez la protection en fonction du temps et de l'usage
Oui .. mais en même temps le site mobil dit pour la vactra :
"Elles sont idéales pour les systèmes hydrauliques moyennement chargés et les mécanismes à engrenages dans les machines-outils. "
Et
"
  • Les Mobil Vactra Nº 1 et Nº 2 sont recommandées pour les glissières horizontales sur les petites et moyennes machines-outils. Elles conviennent également en graissage par circulation sur les grandes machines et en tant que liquide hydraulique à moyenne pression.
  • Les Mobil Vactra Nº 3 et Nº 4 sont normalement recommandées pour les machines de grande taille lorsque les pressions exercées au niveau des glissières sont élevées et qu’une grande précision est requise. Elles serviront également à la lubrification des glissières verticales et inclinées où l’écoulement par gravité serait un problème, et pour les mécanismes à engrenages des machines outils moyennement chargés."

Donc même si le fabricant la positionne pour les glissières, il dit qu'elle est utilisable en hydraulique et pour engrenages ...

De plus, comme précisé, cela dépend beaucoup du moyen de graissage : La 3 et 4 a une viscosité meilleure mais pour le graissage par centralisation, on utilisera plutôt la 1 et 2.
Ce qui nous ramène à la question sur la différenciation de dénomination. D'une certaine manière, dire "huile de glissière" perd de son sens quand on a le discours qu'a le fabricant.

Pour les bi-grades, c'est avant tout pour les moteur à explosion il me semble. Comme travaillent en extérieur. (?)

Juste un petit mot sur la DTE,( huile nommée ) différente sur certains points, est plus élaborée pour le graissage
hydrodynamique des turbines à vapeur, antirouille, anticorrosion (eau de mer) stabilité aux températures et évite la cavitation des pompes hydrauliques.
La DTE est préconisée pour les engrenages/boites aussi ..
Bien sûr que chaque application a ses besoins spécifiques pour tourner en optimal, mais ce que je soulève c'est le double discours :
l'huile de boite utilisable en hydraulique, l'huile de glissière utilisable en boite ou hydraulique, ...

C'est ce qu'on disait de la GL5, huile BV et pont, mais il y a la controverse.
D'autant que beaucoup d'huiles sont dites "non corrosif vis à vis des bronzes" de nos jours.

Enfin bref, comme toujours, c'est le prétendu secret industriel qui pose problème. Les fabricants n'ont cas publier leur données que tout un chacun puisse faire son choix ! Un choix rationnel et non pas commercial.
Je rappel (sur l'autre poste c'est ce que j'avais dit) que pour un tracteur agricole moderne, on a plusieurs sortes d'huile :
Réducteurs, hydraulique, transmission, moteur, direction, pont, boite, ... Allez demander aux concessionnaires ce qu'ils en pensent ! Il ne comprennent rien ! :smt043
Tout les 5 ans ils ont de nouveaux fournisseurs, nouvelles marques ... C'est juste une blague ! Donc là ils commencent à en avoir raz le cul et préconisent de plus en plus les huiles universelles !
(Bah oui, si le paysans doit ajouter 1L pour son relevage mais que la dernière référence n'existe plus ... il doit changer tout pour ne pas risquer de faire du beurre entre l'ancienne et la nouvelle ! ) Alala

 
LHM
LHM
Compagnon
30 Juil 2011
1 291
SOMME
Bonjour,
Et tous ces additifs nous revoient à ROUEN,
Jadis l'axe des charrettes et des tombereaux étaient graissés au beurre et au suif!
 
serge 91
serge 91
Lexique
18 Fev 2010
6 962
FR-91 Brétigny sur Orge
Bonjour,
que pour un tracteur agricole moderne, on a plusieurs sortes d'huile :
Oui, mais c'est aussi du au fait qu'ils ne conçoivent pas tout !
Le fournisseur de moteur "impose" son huile, celui des vérins la sienne, celui des "accessoires"(innombrables) aussi etc, etc..
Et le fabricant du tracteur recopie "bêtement" les différentes préconisations
 
tydji
tydji
Ouvrier
24 Déc 2013
426
  • Auteur de la discussion
  • #12
Et tous ces additifs nous revoient à ROUEN,
Jadis l'axe des charrettes et des tombereaux étaient graissés au beurre et au suif!
D'ailleurs, j'ai entendu qu'une partie de l'odeur de Rouen serait dû à de la gomme arabic ... Tu m'étonnes que la vieille huile gomme alors ... Si ils mettent cela en guise de "plastifiant", alors mon sujet est plus que justifié !
Et d'où le fait que l'état ne soit toujours pas au courant des matières qui ont brûlés ! Quel scandale si on vient à apprendre qu'une partie des additifs sont bidon !

Plutôt au suif qu'au beurre non, le beurre est déjà une denrée alimentaire qu'il faut fabriquer.
Et si on oubliait de graisser, hop, collé !

Et le fabricant du tracteur recopie "bêtement" les différentes préconisations
Oui c'est triste ! Quant aux concessionnaires et aux utilisateurs, quel casse tête ! Merci l'individualisme néo-libérale !
 
J
joumpy
Compagnon
8 Oct 2009
1 519
38: Grenoble
68 pour les boites et broches et 200 pour les glissières ?
Et encore même pas 200 pour le HBX et la Dufour, les rectifs 1 seul réservoir d'huile en 68 et une seule pompe pour tout: du palier lisse aux glissières!
 
tydji
tydji
Ouvrier
24 Déc 2013
426
  • Auteur de la discussion
  • #16
aprés chacun voie pour sont usage et budjet qu"il veut y consacrée il faut voir aussi que la technologie des huile à bien évolué depuis la fabrication de certaine machine de 20/50 ans
En quoi ?

pour un amateur encore pire chaque démarrage s'effectue à froid avant que la machine ait atteint sa température de fonctionement donc jeux de fonctionement correct il faut un certain temps voir jamais atteint
Comme noté plus tôt, on ne parle pas d'huile moteurs qui doivent supporter des plages de température très larges ! Là oui, une huile synthétique est le must.
Une fraiseuse conventionnelle, que ce soit dans l'industrie ou chez des particuliers aura une différence de température de quoi, 40 °C entre le repos et l'utilisation, pas plus ! Comme la viscosité de l'huile doit être bonne pour la température mini, aucun problème ! C'est ce que je disais, on ne parle pas de moteurs ou d'engins qui travaillent en extérieur !

les principales qualité d'une synthétique ca capacité à incorporé les additif sans les dispersé au repos du moins pour ceux pas trop volatile les autres non que un temps limitée avant de ce séparé par évaporation ...le plus important .. ses capacité de résistance à la température sans brulée
Non non non, la principale propriété d'une synthétique est qu'elle ne change pas de viscosité malgré le changement de température !

Mais bon là on dévie largement du sujet !
 
Aiwass
Aiwass
Compagnon
31 Août 2016
1 385
dijon-cote d'or-21
Non non non, la principale propriété d'une synthétique est qu'elle ne change pas de viscosité malgré le changement de température !
a bon, du coup, pourquoi les huile de boite automobile 100% synthèse sont données pour une viscosité a froid et a chaud?
 
tydji
tydji
Ouvrier
24 Déc 2013
426
  • Auteur de la discussion
  • #18
a bon, du coup, pourquoi les huile de boite automobile 100% synthèse sont données pour une viscosité a froid et a chaud?
Probablement qu'il ne peut pas y avoir non plus 0 changements de visco (?), je ne sais pas ! En principe la plage de différence est bien inférieur aux huiles minérales.
 
serge 91
serge 91
Lexique
18 Fev 2010
6 962
FR-91 Brétigny sur Orge
Comme les huiles "de synthèse" sont obtenues pour la plupart à partir des huiles minérales....
On retombe toujours dans des "recettes de cuisine" chimiques (y compris les additifs)
A noter que le terme de synthese" n'a pas de définition précise.
Wikipédia
Il est à signaler que, sauf en Allemagne, il n'existe pas de définition précise du terme « huile de synthèse »1, qui n'a aucune valeur technique ni juridique dans le domaine. Le terme « synthèse » s'appliquait historiquement aux huiles « synthétisées » à base de polymères. Il est devenu aujourd'hui un terme marketing synonyme de performance. Les lubrifiants issus d'huiles minérales sévèrement raffinées sont aujourd'hui qualifiés de synthétiques.
Et comme les huiles "naturelles", végétales ou animales subissent elles aussi des traitement avant d'arriver dans nos machines :rolleyes:
 
tydji
tydji
Ouvrier
24 Déc 2013
426
  • Auteur de la discussion
  • #21
Il est à signaler que, sauf en Allemagne, il n'existe pas de définition précise du terme « huile de synthèse »1, qui n'a aucune valeur technique ni juridique dans le domaine. Le terme « synthèse » s'appliquait historiquement aux huiles « synthétisées » à base de polymères. Il est devenu aujourd'hui un terme marketing synonyme de performance. Les lubrifiants issus d'huiles minérales sévèrement raffinées sont aujourd'hui qualifiés de synthétiques.
Ha ... merde alors ! Business is business ...
Moi j'avais compris ça oui, que les huiles de synthèse étaient fabriquées grâce à la chimie (de synthèse) qui permettait de créer de longues chaines de molécules non naturellement présentes dans ce qui est extrait du sol.
En comparaison aux huiles minérales dont la matière première issue des gisements pétroliers restait la même au cours des différentes distillations et autres traitements.
Que le pouvoir lubrifiant des produits de la synthèse chimique étaient meilleurs (car faites pour cela) que celui de la matière brut issue des forages pétroliers.
D'où la différence de prix : la base d'une minérale étant très proche de ce qui est extrait, il n'y a "que" raffinage.
La base d'une minérale étant créée grâce à des réactions chimiques, donc des procédés très complexe.
Mais bon, je n'en sais pas plus, donc ...

Et bon, cela ne nous fait pas avancer sur le sujet.
D'autant que le prix d'une synthétique est le double ou plus ...
Mettons d'autres questions :
Est-ce que la base minérale des huiles minérales est toujours +/- la même ? Donc est-ce que la différenciation des "types" d'huiles ne réside QUE dans les additifs ajoutés ? Et si oui, on revient à la question de base : quels sont ces additifs ?! Et est-ce que leur présence permet ou non l'interchangeabilité d'une huile pour différentes applications ? Et donc, qu'est-ce qu'une huile dite "universelle" ?

On manque de littérature !
 
serge 91
serge 91
Lexique
18 Fev 2010
6 962
FR-91 Brétigny sur Orge
Est-ce que la base minérale des huiles minérales est toujours +/- la même
Non, la base, c'est le pétrole brut, et il n'en existe pas deux pareils...
Chaque raffinerie est conçue pour l'obtention de certains produits à partir d'un certain brut et il y a un process bien particulier pour ça. Les molécules de base sont transformées "chimiquement" par différents procédés, (craquage, hydrogénisation, etc, etc )
En fait, on obtient "ce qu'on veut", même si c'est compliqué...
Des essences, des fioul, des huiles, des "plastiques" et des déchets (goudrons)
Ps
Mon épouse travaille dans la pétrochimie..
 
tydji
tydji
Ouvrier
24 Déc 2013
426
  • Auteur de la discussion
  • #24
hé bah, on comprend que l'histoire Rouanaise prenne cette tournure.
Article très intéressant, mais pas plus précis sur la différenciation des "types" d'huiles.

Non, la base, c'est le pétrole brut, et il n'en existe pas deux pareils...
Chaque raffinerie est conçue pour l'obtention de certains produits à partir d'un certain brut et il y a un process bien particulier pour ça. Les molécules de base sont transformées "chimiquement" par différents procédés, (craquage, hydrogénisation, etc, etc )
En fait, on obtient "ce qu'on veut", même si c'est compliqué...
Des essences, des fioul, des huiles, des "plastiques" et des déchets (goudrons)
Ps
Mon épouse travaille dans la pétrochimie..
Si votre épouse voudrait nous faire un cours spéciale, nous sommes tout ouïe ! :-D
 
serge 91
serge 91
Lexique
18 Fev 2010
6 962
FR-91 Brétigny sur Orge
Si votre épouse voudrait nous faire un cours spéciale
Ah, bah,
Pas là-dessus, c'est pas son domaine, la boite fait des raffineries "complètes" mais chaque service a ses compétences propres, elle c'est plutôt les échangeurs...
Ils savent ce que font les autres (heureusement), mais pas dans les détails...
 
Haut