Couteau d'office

  • Auteur de la discussion Yokogumo
  • Date de début
Yokogumo
Yokogumo
Compagnon
23 Mai 2010
1 164
Grigny 91
  • Auteur de la discussion
  • #1
Comme dans le titre , fini hier ce petit couteau d'office en damas échelle de 150 couches , bague laiton et ivoire de mammouth , ma,che en ébène de macassar , 120 mm de lame pour 110 de manche et environ 80 grammes de plaisir sans modération .....
20201118_100146 - Copie.jpg
20201118_100225 - Copie.jpg
20201118_100235 - Copie.jpg
 
JASON
JASON
Compagnon
14 Nov 2010
3 034
MARSEILLE
Bonsoir,
Bon travail à priori.
On ne voit pas le poinçon du coutelier ?
150 couches de quoi ?
JASON
 
Dernière édition:
Alpazen
Alpazen
Modérateur
23 Nov 2011
2 946
FR-74 La Yaute
P
Patrick Boucault
Nouveau
23 Mar 2020
31
Bonsoir
C'est comme de la pâte feuilletée, mais en acier !
Trouvé sur Internet :
L'acier Damas est replié plusieurs fois sur lui même.
  • Les défauts et corps étrangers qui sont présents dans l'acier sont répartis sur toute la pièce d'acier, aidant à faire disparaître les points faibles. La structure cristalline de l'acier est également raffinée par ce procédé de forge. Ainsi, on pouvait fabriquer des épées et couteaux qui se brisaient beaucoup moins rapidement.
  • Au cours de la fabrication de l'acier damassé, l'acier est chauffé dans un brasier. L'acier absorbe le carbone des flammes et, en repliant l'acier sur lui-même plusieurs fois, le carbone se répartit sur tout l'acier. Le carbone permet de durcir l'acier.
 
JASON
JASON
Compagnon
14 Nov 2010
3 034
MARSEILLE
Re,
Franchement Jason.. la réponse est dans la description :
Et tu ne peux jamais éviter d'être quand même un peu péjoratif (à priori).. :roll: (beaucoup te l'on déjà dit sur plusieurs posts) :
Moi je dis un grand bravo à @Yokogumo .. et les feuilles de Ginkgo lui vont à merveille :smt050
Pfffffff !
J'ai dû me tromper de cour...
Mais Yokogumo le sait déjà...
:jesors23:
JASON
 
Alpazen
Alpazen
Modérateur
23 Nov 2011
2 946
FR-74 La Yaute
De cour de quoi ? :smt082 .. à part toi je me demande bien qui tu peux admirer !! (et ça c'est perso, pas du tout modo).. du coup moi aussi :jesors23:
 
F
Fb73
Apprenti
3 Jan 2020
94
Très propre, Bravo !! Ca change des pseudo videos de Damascus que je vois passer tout les jours sur Facebook et consort
 
ilfaitvraimentbeau
ilfaitvraimentbeau
Compagnon
20 Nov 2007
9 508
Près de Rouen
de mon côté je fais des petites bidouilles, et j'admire les gens capables de créer de si belles choses....
il y a sans doute des heures et des heures de travail !
le seul problème, c'est que personne n'osera utiliser un si beau couteau, de peur de l'abimer
:smt038
 
Yokogumo
Yokogumo
Compagnon
23 Mai 2010
1 164
Grigny 91
  • Auteur de la discussion
  • #9
Le commanditaire utilisera ce couteau en cuisine il est prévu pour cela , pour Jason c'est du XC75/15N20 ....
Pour Patrick , je ne sais pas ou tu as trouvé ce "texte" mais malheureusement c'est un cumul d'âneries présenté sous un air sérieux mais n'ayant pas le temps de tout démonter point par point je te suggère de l'effacer de ta mémoire .... en attendant mieux , c'est le gros problème d'internet il y a de tout et pas forcément que du bon .



  • Les défauts et corps étrangers qui sont présents dans l'acier sont répartis sur toute la pièce d'acier, aidant à faire disparaître les points faibles. La structure cristalline de l'acier est également raffinée par ce procédé de forge. Ainsi, on pouvait fabriquer des épées et couteaux qui se brisaient beaucoup moins rapidement.
  • Au cours de la fabrication de l'acier damassé, l'acier est chauffé dans un brasier. L'acier absorbe le carbone des flammes et, en repliant l'acier sur lui-même plusieurs fois, le carbone se répartit sur tout l'acier. Le carbone permet de durcir l'acier.
Merci pour vos commentaires :supz:

Mon poinçon est fatigué et il à été bouffé au polissage ....
 
slk
slk
Compagnon
22 Juil 2017
1 480
Be-7100 La louviere
Je n'aurais aucun scrupule de l'utiliser, un couteau c'est fait pour s'en servir.
Avoir la série pour cuisiner ce serais le pied.
J'aime vraiment bien
 
JASON
JASON
Compagnon
14 Nov 2010
3 034
MARSEILLE
Bonjour,
Le commanditaire utilisera ce couteau en cuisine il est prévu pour cela , pour Jason c'est du XC75/15N20 ....
Pour Patrick , je ne sais pas ou tu as trouvé ce "texte" mais malheureusement c'est un cumul d'âneries présenté sous un air sérieux mais n'ayant pas le temps de tout démonter point par point je te suggère de l'effacer de ta mémoire .... en attendant mieux , c'est le gros problème d'internet il y a de tout et pas forcément que du bon .
  • Les défauts et corps étrangers qui sont présents dans l'acier sont répartis sur toute la pièce d'acier, aidant à faire disparaître les points faibles. La structure cristalline de l'acier est également raffinée par ce procédé de forge. Ainsi, on pouvait fabriquer des épées et couteaux qui se brisaient beaucoup moins rapidement.
  • Au cours de la fabrication de l'acier damassé, l'acier est chauffé dans un brasier. L'acier absorbe le carbone des flammes et, en repliant l'acier sur lui-même plusieurs fois, le carbone se répartit sur tout l'acier. Le carbone permet de durcir l'acier.
Merci pour vos commentaires :supz:
Mon poinçon est fatigué et il à été bouffé au polissage ....
Ouf !
Merci.
Je vais pouvoir dormir tranquille...
JASON
 
P
Patrick Boucault
Nouveau
23 Mar 2020
31
Bonjour,
Pour répondre j'ai fait confiance car j'ai trouvé le texte sur le site d'un des plus grands revendeurs de couteau en acier Damas.
Mais Wikipedia nous dit quand même :
L'appellation « acier de Damas » couvre deux techniques différentes :

  • La première est la fabrication de lames en forgeant du wootz.
  • La deuxième, qui utilise de l'« acier Damas de corroyage », emprunte le nom du métal historique par abus de langage à cause de sa ressemblance superficielle avec l'acier Damas wootz mais elle est totalement différente : le forgeron fabrique un mille-feuille en alternant une feuille d'acier doux et une feuille d'acier dur. Il fabrique sa lame en repliant de nombreuses fois sa feuille et en la forgeant. Cette deuxième technique se retrouve dans de nombreux pays et peut être liée à un savoir-faire traditionnel et ancestral (comme le Mokume-gane japonais), ou être un procédé moderne améliorant l'esthétique de certains objets. En France, le savoir-faire lié à l'acier de Damas est inscrit à l'inventaire du patrimoine culturel immatériel. Il s'agit, bien sûr, exclusivement de Damas de corroyage.
Bien que l'appellation littérale de « lame de Damas » (en fait historiquement lame provenant de la sphère indo-musulmane) est celle liée à la fabrication de lame avec de l'acier de wootz, la relative rareté de l'acier de Damas originel a conduit à ce que le terme « Damas » désigne essentiellement des Damas de corroyage. L'usage du terme dans ce sens est donc devenu courant et légitime et, en réaction, les aciers de type wootz sont parfois appelés « vrai Damas ». Il
 
Yokogumo
Yokogumo
Compagnon
23 Mai 2010
1 164
Grigny 91
  • Auteur de la discussion
  • #14
Par pitié ...Wikipédia est très loin d'être une référence dans ce domaine ... je rappelle que les personnes qui écrivent dans Wikipédia doivent citer leur sources , ce qui veut dire que déjà elles retranscrivent d'autres écrits ce qui est une première source d'erreur et pour peu que les dits écrits soient un tant soit peu erronés ou fantaisistes on arrive rapidement à des conneries puissance cube , si ne plus le texte émane d'un site "marchand et vendeur" dans ce cas la hauteur n'est pas limitée .... Dans ce texte il y a des informations mais soit elles sont partielles , soit mal attribuées , soit mélangées à d'autres , soit totalement fausses.... Pour info j'ai commencé à bricoler des couteaux en 1995 et j'ai réussi à faire du damas en 2009 et depuis je ne fais plus que cela , mais ce n'est pas pour autant que j'irai écrire dans Wikipédia .
Je répète je n'ai pas envie de perdre du temps à démonter tout cela .
En gros si tu ne connais pas par toi-même , évite de colporter ....
Amicalement

Dark Dudu :mrgreen:

IMG_20160102_153526_1CS.jpg
 
G
guintoufly
Compagnon
18 Nov 2011
637
superbe bouleau .
a ce niveau la , c est de l art .
bravo
 
P
Patrick Boucault
Nouveau
23 Mar 2020
31
Mea Culpa effectivement, j'ai tiré mes infos d'une totale inculte qui a travaillé au Science de L'Institut National Polytechnique de Grenoble où elle a enseigné la métallurgie structurale dans le cadre de la formation ingénieur " matériaux " sont livre s'appelle : " Du fer primitif aux aciers modernes, Les aciers damassés. "
Je baserai désormais mes lectures que sur des écrivains inconnus ce sera plus sûr.
Je clos ma conversation pour éviter de polluer les savants.
Amicalement !
 
Alpazen
Alpazen
Modérateur
23 Nov 2011
2 946
FR-74 La Yaute
@Patrick Boucault :

il me semble que tu n'a jamais fait référence à cela auparavant, mais uniquement à Wikipédia.. d'où les questions légitimes qui peuvent se poser.. :smt017

Quant à intervenir sur les réalisations d'un vrai artisan/pratiquant qui fait de ses mains de très belles choses et qui nous les montre, au vu de tes références techniques et de ton savoir, on attends avec impatience que nous fasses un nouveau post de tes magnifiques réalisations.. :smt023
 
R
rabotnuc
Compagnon
16 Avr 2008
5 541
fr-50cherbourg
bon , si on revenait au couteau: il est très réussi, à la fois simple et élégant.
Bravo
Un couteau d'office doit résister à beaucoup de basses besognes et à l'eau, aux détergents, le damas et le manche , un peu tous les jours, est ce le cas? qu'est ce que le 15N20 comme acier? edit; j'ai trouvé pour le 15n20
 
pailpoe
pailpoe
Compagnon
29 Jan 2011
1 362
Haute-Saône
C’est magnifique !
je pense qui fait l’entretenir tous les jours si on l’utilise en cuisine ( huilage ) ?
 
Yokogumo
Yokogumo
Compagnon
23 Mai 2010
1 164
Grigny 91
  • Auteur de la discussion
  • #20
C'est bien du 15n20, pour l'entretien il suffit d'essuyer le couteau après usage et de l'huiler un peu , de toute façon il va développer une légère oxydation en surface , ne pas le laisser tremper et surtout pas de lave-vaisselle :smt011
 
tranquille
tranquille
Compagnon
12 Avr 2008
5 857
FR-12320 - Aveyron - Conques
Magnifique comme d'habitude
T'as fait une petite guilloche sur le dos ?
 
T
tadkhoz
Apprenti
2 Oct 2019
130
ça change de mon opinel !
magnifique ,vraiment magnifique
 
B
Beber70
Apprenti
17 Mar 2020
208
Une question pour Yokogumo, et pour ceux qui forgent
Mise à part l'aspect esthétique du Damas, est ce que tu constates une meilleure qualité d'un couteau Damas par rapport à un couteaux que tu aurais fait d'un seul métal. Comme la qualité du tranchant, la souplesse la ténacité...?
Le Damas a fait sa réputation par rapport aux aciers de l'époque qui n'etaient pas aussi élaborés qu'aujourd'hui.
 
peps
peps
Ouvrier
5 Nov 2016
404
FR- 34
bonjour,
cette lame est vraiment tres belle. Bravo.
 
Yokogumo
Yokogumo
Compagnon
23 Mai 2010
1 164
Grigny 91
  • Auteur de la discussion
  • #25
Alors dans l'ordre d'arrivée des questions les réponses suivantes,
Pour Tranquille , oui j'ai fait une guilloche sur le dos mais pas prise en photo , rien d'extraordinaire juste pour pouvoir gratter avec le dos du couteau.
Pour Tadkhoz , merci je fais aussi des lames en damas que je monte sur des opinels ...... si cela te tente ?

Pour Beber70 , bonne question , actuellement les techniques industrielles sont capables de fournir des aciers bien supérieurs en terme de dureté de tranchant , de souplesse, de résilience etc ... mais c'est l'industrie avec les moyens en conséquence , les fours a plasma , la technologie des aciers en poudres , les trempes en atmosphère contrôlée , les trempes cryogéniques etc .... rien à voir avec ma petite production artisanale , mon activité consiste à réaliser les couteaux dont j'ai envie , tester certains motifs de damas et voire en inventer d'autres .. je vends mes pièces et je prends des commandes pour financer mon local et mon activité , c'est une démarche artisanale , je forge mes barreaux d'acier damas , je les transforme en barres exploitable et en dernier je fabrique des couteaux avec ... tout ne fonctionne pas forcément bien du premier coup , alors je recommence ..
 
Yokogumo
Yokogumo
Compagnon
23 Mai 2010
1 164
Grigny 91
  • Auteur de la discussion
  • #26
Je reviens sur le texte fourni par Patrick Boucault , il est vrai que j'ai réagi un peu vite et un peu fort mais je ne voudrais pas laisser une mauvaise impression à une personne nouvelle sur le forum , tout le monde à le droit de se renseigner et je me considère toujours en tant qu'apprenti dans la forge et la coutellerie ..sans fausse modestie . Je ne sais qui à écrit cela mais il y a des incohérences flagrantes pour quelqu'un comme moi qui est en contact et qui réalise cet acier puisque c'est de Damas qu'il s'agit ( j'avais dit que je n'avais pas le temps, mais je vais le prendre)
1) La dénomination acier de Damas vient du nom de la capitale actuelle de la Syrie aux environs de laquelle nos braves Croisés de la seconde Croisade partis en 1147 pour délivrer Jérusalem des mains des infidèles ont été confrontés à des guerriers pourvus de lames courbes qui étaient capables d'entailler leur côtes de mailles .....déjà qu'ils s'étaient farci un voyage de plusieurs milliers de kilomètres dans les conditions de l'époque avec pour résultat de se faire tailler la couenne , le moral était au plus bas ( d'un seul coup ils ont oublié les "indulgences" que le pape Eugène III avait dispensé allègrement histoire de "ratisser large") et en plus ils sont repartis sans victoire et sans gloire.
2) Les techniques - " La première est la fabrication de lames en forgeant du wootz."
Le Wootz est un damas de cristallisation principalement élaboré en Inde , la technique consiste à placer dans un creuset réfractaire deux au minimum ou plus de métaux ferreux compatibles entre eux , on dispose au -dessus du métal du verre pilé qui va fondre pour former un bouchon empêchant l'oxydation du métal . On ferme le creuset et on monte jusqu'à 1450° , les métaux fondent et s'organisent entre eux formant un motif "en paillettes" centré de l'intérieur vers l'extérieur ; le bloc refroidi et sorti du creuset peut -être reforgé de préférence en respectant les lignes du motif . Le Wootz est un processus typiquement Hindou.
Dans tous les processus d'élaboration du Damas, il faut absolument empêcher l'oxygène de pénétrer le métal car il contrarie la soudure .

3) La deuxième, qui utilise de l'« acier Damas de corroyage »,
Bien gentil de parler du corroyage mais ce terme n'existerai pas sans avoir quelque chose à corroyer... et ce quelque chose c'est le "massiot" sorte de grosse éponge spongieuse de métal à 1100° en forme de cul de saladier que l'on récupére à la sortie en ayant cassé le bas fourneau après trois jours de chauffe pour atteindre 1450° , le minerai fond libérant le métal qui va se charger des éléments présents autour de lui , cette éponge c'est de la fonte avec 2.5% de carbone , des trous partout et un tas d'impuretés logées à l'intérieur dont on n'a pas besoin , c'est à ce moment que commence le "corroyage" le massiot est placé sur l'enclume (ou le rocher suivant l'époque) et compacté avec des marteaux en bois , marteaux qui brûlent au contact mais qui compressent le massiot sans le détruire , une fois compacté on étire au marteau le bloc ainsi formé et arrivé à bonne longueur on le replie , on remonte en température de soudure , on ressoude , on étire à nouveau , on replie on ressoude etc , durant ce temps le bloc perd du carbone et surtout les impuretés sont expulsées par la frappe le processus est répété entre 11 et 13 fois pour arriver à un taux de carbone d'environ 0.8 à 0.75 % et une barre d'acier exploitable pour faire 1) des armes 2) des instruments agricoles .
Pour information c'est la methode "Gauloise" que j'ai décrit et nos ancêtres forgeaient à la suite un Scramasax , grande lame en forme de feuille de sauge qui servait aussi bien à taille des palissades qu'a régler les conflits de voisinage ... pour info on à retrouvé sur des sites de bataille comme Bibrac ou Alésia des sections d'os longs (humérus/cubitus) ainsi que des sections de boite crânienne donc ça coupait net et ça coupait bien .
En ce qui me concerne j'utilise 2 ou 3 aciers "durs" et non pas un doux et un dur, mais en notre siècle il est facile de connaître la nuance des aciers utilisés.
4) Cette deuxième technique se retrouve dans de nombreux pays et peut être liée à un savoir-faire traditionnel et ancestral (comme le Mokume-gane japonais),
Pour info le Mokume-gane ,est un assemblage de plaques de cuivre rouge et de laiton, les plaque décapées sont montées en alternance dans une presse rudimentaire formée par deux plaques d'acier serrées entre elles par un jeu d'écrous /boulons ,le montage complet est introduit dans un four et porté à bonne température ( juste avant la fonte) une fois refroidi le bloc peut-être reforgé et manipulé pour obtenir des motifs. Inconvénient une fois réalisés les pièces en Mokumé ont un aspect visuel de couleur rose peu compatible avec le coté guerrier des armes blanches.

5) Les défauts et corps étrangers qui sont présents dans l'acier sont répartis sur toute la pièce d'acier, aidant à faire disparaître les points faibles. La structure cristalline de l'acier est également raffinée par ce procédé de forge. Ainsi, on pouvait fabriquer des épées et couteaux qui se brisaient beaucoup moins rapidement.
Alors là , il y a trois arguments éliminatoires ,
1) les défauts etc.... Ben non , ils ne sont pas "répartis" dans la pièce , ils sont expulsés par l'action du corroyage. Quel serait l'intérêt de former une pièce incluant les défauts initiaux mais d'une manière répartie ? Avoir des défauts partout ?
2) La structure cristalline de l'acier ....gna gna ... Ben non , la structure de l'acier est cristalline , c'est vrai mais ce n'est pas par l'action de forge que l'on puisse la renforcer ( en clair , c'est pas en tapant dessus) j'ai vu des vieilles pubs ( attention , hein) qui parlaient de rasoirs en acier suédois forgés "cinq fois" la structure moléculaire de l'acier est un cube à face centrées , qu'elle soit forgée une fois ou cinq ne change strictement rien à sa structure .
La possibilité de mise en forme de l'acier vient du fait que sous l'effet de la chaleur les molécules se dilatent ainsi que l'espace entre chaque molécule , ce qui permet sous l'effet d'une force mécanique (marteau/presse ) de déplacer ces molécules dans la forme qui nous intéresse sachant qu'une fois refroidi le matériau conservera la forme donnée ainsi que ses propriétés physiques et chimiques.

"Bien que l'appellation littérale de « lame de Damas » (en fait historiquement lame provenant de la sphère indo-musulmane) est celle liée à la fabrication de lame avec de l'acier de wootz, la relative rareté de l'acier de Damas originel a conduit à ce que le terme « Damas » désigne essentiellement des Damas de corroyage. L'usage du terme dans ce sens est donc devenu courant et légitime et, en réaction, les aciers de type wootz sont parfois appelés « vrai Damas ». "

Sur ce dernier point je suis un peu sceptique sur le mélange des civilisations indo-musulmane en une seule sphère .. à mes yeux ce sont deux entité parfaitement distinctes.
Que le Wootz soit typiquement Hindou c'est d'accord.
Que le corroyage soit attribué au musulmans , pourquoi-pas ( alors que les Gaulois utilisaient les mêmes techniques bien avant les guerres saintes , bien avant l'avènement du christianisme et de son église, bien avant l'islam dernière religion émergente)
Mais que le Vootz soit nommé "vrai damas" sachant que géographiquement Damas est en Syrie et pas en Inde ne tient pas la route.

Je sui néanmoins intéressé par le titre et le n° ISBN de la publication de cette personne pour ma culture personnelle.

Bien à vous
Claude
 
Dernière édition:
Haut