RENOVATION RAPID-LIME

  • Auteur de la discussion MIC_83
  • Date de début
MIC_83
MIC_83
Compagnon
15 Jan 2008
3 368
FR-83
  • Auteur de la discussion
  • #1
Bonjour à tous,

Je rénove actuellement un rapid-lime et vous ferai un reportage complet dessus avec cotations (à la demande de Stillman). Cet outil ne porte apparemment pas de marque constructeur, un chiffre "33" est en relief sur la fonderie du bâti (identification de la capacité peut être ?)

Mon modèle diffère de ceux qui ont été présenté sur le forum et doit être plus ancien. En effet, cela ce passe au niveau des glissières qui sont parallélépipédique sur les deux axes.

Mes interrogations vont aux possesseurs de ces machines. Il me manque la biellette qui relie le levier de commande qui permet la manœuvre du coulisseau au bâti.

Avant de me lancer dans le ré usinage de cette pièce j'aimerai connaitre l'entre-axe des perçages de la biellette ou obtenir le bon rapport suivant les dimensions du rapid lime.

La longueur du coulisseau de mon modèle est de 343 mm et le déport entre l'axe du coulisseau et la fixation de la biellette sur le bâti est de 80mm. La course maximum utile est de 179 mm.

Là, je suis sur le portable, je vous joindrai des photos plus tard dès que j'aurai accès à mon PC.

Merci pour vos réponses

Cordialement
 
MIC_83
MIC_83
Compagnon
15 Jan 2008
3 368
FR-83
  • Auteur de la discussion
  • #2
Voici des photos de la bébête quand je l'ai récupéré!

Et oui elle n'est pas fonctionnelle du tout et bien oxydée:
Vous remarquerez aussi la piètre finition de l'assemblage !

avant_rnovation_824.jpg

avant_rnovation_1_714.jpg

avant_rnovation_7_368.jpg

avant_rnovation_8_148.jpg

un vestige d'un axe cassé dans un des réglages du coulisseau​
avant_rnovation_5_560.jpg

démontage du coulisseau et vue sur le mécanisme d'entrainement qui commande le déplacement latéral à chaque aller/retour du coulisseau​
avant_rnovation_6_586.jpg

avant_rnovation_16_181.jpg

avant_rnovation_15_146.jpg

avant_rnovation_14_912.jpg

Avant_Rénovation (9).JPG
 
vogele
vogele
Compagnon
17 Fev 2007
1 100
B-1325 Chaumont-Gistoux
Bonsoir Mic_38
Pour la biellette l'entre axe fait 70m/msur le mien .
Je joint une photo avec
Bonne soirée
@+ vogele

provisoir 002.JPG


provisoir 001.JPG
 
demoniakteam
demoniakteam
Compagnon
17 Jan 2008
2 437
Doubs
Cool la restauration commence!
 
MIC_83
MIC_83
Compagnon
15 Jan 2008
3 368
FR-83
  • Auteur de la discussion
  • #5
Super, merci vogele :wink:

Je vais d'abord le réaliser sur du plat et si cela convient je le taille dans du plus épais pour réaliser les bossages.

Salut démoniakteam, en fait c'est déjà bien avancé, je poste quand c'est terminé.

Bonne soirée
 
vogele
vogele
Compagnon
17 Fev 2007
1 100
B-1325 Chaumont-Gistoux
RE
Si tu a besoin d'autres photos et dimension pas de souçis .
J'ai trouver sur ébay un moto réducteur pour motoriser le mien (40€)
Moteur en tri de 1cv,et wika me fais un boitier de control pour les trois machines avec le même variateur .
Je vais supprime le bras de levier et y mêtre une biellette pour transformer le mouvement en linéaire (montage sur rotule )
Bon long week-end
@+ vogele
 
MIC_83
MIC_83
Compagnon
15 Jan 2008
3 368
FR-83
  • Auteur de la discussion
  • #7
Bonsoir à tous,

Bon, après un travail fastidieux de tri des photos, je vous poste la suite de la rénovation.

Rénovation partie 1 :

Pour commencer, reprise de LA "surface de référence" qui n'en était plus une ! J'ai nommé : l'embase de la glissière inférieure, à peine usiné et surement à l'étau-limeur, vu les stries) !.​
support_glissiere_198.jpg

Retournement de la pièce et contrôle de l'alignement dans les trois axes à l'aide d'un comparateur, au fur et à mesure du serrage des brides tout en tenant compte des "défauts" de la machine. Un recalage aux "paillettes" quand c'était nécessaire. J'ai passé des heures à essayer d'obtenir un bridage correct et repris le réglage du lardon sur le x car celui-ci est actuellement plus court qu'à l'origine et la course nécessaire importante, comparé à la dimension de la table. Du coup, le guidage en fin de course sortait des tolérances imposées, j'ai relevé 0.05mm. Cela à nécessité une reprise du réglage du lardon : un peut serré.Tolérances maxi imposées <0.02mm sur une longueur de 325mm. Les glissières parallélépipédique supportent difficilement des tolérances plus larges !

les glissières étaient dans un tel état que j'ai été obligé d'enlever plus de matière que prévu​
support_glissiere_21_155.jpg

Notez la position de la tête de fraisage qui permet le dégagement de l'outil. Les colonnes rondes ne présentent pas que des inconvénients !​
support_glissiere_22_673.jpg

Détourage de la fonderie brute pour marquer la délimitation des glissières​
support_glissiere_23_109.jpg

support_glissiere_24_200.jpg

Chanfreinage pour casser les arêtes vives et améliorer l' esthétique.​
support_glissiere_26_167.jpg

Reprise des cotés des glissières qui n'étaient plus perpendiculaire​
support_glissiere_8_646.jpg

J'avais accentué la zone du défaut d'équerrage au feutre (haut de la glissière)​
support_glissiere_10_157.jpg

Chanfreinage des angles extérieurs des glissières​
support_glissiere_13_691.jpg

support_glissiere_14_200.jpg
 
MIC_83
MIC_83
Compagnon
15 Jan 2008
3 368
FR-83
  • Auteur de la discussion
  • #8
Rapid_lime_2

Je continu,

Partie 2 :

sans parler de rectification, on améliore l'état de surface avec les moyens du bord" et en définitive c'est pas mal !​
support_glissiere_17_908.jpg

support_glissiere_19_184.jpg

La reprise en profondeur de la pièce intermédiaire qui supporte le coulisseau et fait office de charriot transversal. Particulièrement chiante à usiner ! J'ai tout essayé pour caler cette pièce, d'abord bridé sur la table, sans résultats probants. Au serrage des brides le pièce se déformait très légèrement mais ce n'était pas acceptable. Je l'ai reprise à l'étau par la noix qui fait partie intégrante de la fonderie en prenant soins d'ajuster une pièce en lieu et place de la roue à rochets. Ainsi, j'ai pu la caler à ma convenance sur les trois axes pour m'éviter d'enlever trop de matière. Les surfaces des glissières du coulisseau et du transversal étaient fortement oxydées et présentaient un défaut de parallélisme important (0.5mm sur la longueur et 0.1mm en diagonale).

cimg0076___117.jpg

cimg0077___631.jpg

Détourage de la fonderie autour de l'ouverture aménagé pour le roue à rochets laissée brute de fonderie !​
cimg0079___191.jpg

Dégagement des angles qui risquent de poser problème lors de l'ajustage.​
cimg0080___839.jpg

cimg0081___168.jpg

cimg0082___149.jpg

La suite demain, là, la fatigue commence à se faire sentir.
 
A
andre30
Ouvrier
27 Fev 2008
251
Gard
:smt023 Félicitation , c'est vraiment très plaisant a voir , il doit y avoir pas mal d'heure de boulot derrière tout ça :wink:
 
phil916
phil916
Compagnon
22 Août 2007
5 603
Le pays du Comté
merci de nous faire partager tes usinages :-D
 
J
Jebri
Ouvrier
1 Nov 2007
443
Loiret 45
Merci pour ce superbe reportage.
Je suis impatient de voir la suite.

Cordialement.
Jebri.
 
J
j.f.
Compagnon
22 Déc 2007
6 443
19
Salut MIC.

il y a une chose qui me surprend : tu as bridé et décalé la tête côté moteur d'avance. Il n'y aurait pas plutôt intérêt à faire le contraire : pièce et tête à l'opposé, de façon à équilibrer la table en contrebalançant la masse du moteur ?

Mais comme tu as fais plein d'essais, je suppose que c'est comme ça que tu obtenais les meilleurs mesures...

Je vois que je ne suis pas le seul à recycler de vieux blocs de tiroirs à fiches !
 
wika58
wika58
Compagnon
17 Déc 2006
13 059
FR-54560 Lorraine
Sacrée remise en état ....
merci pour le reportage :wink:
 
MIC_83
MIC_83
Compagnon
15 Jan 2008
3 368
FR-83
  • Auteur de la discussion
  • #14
Bonjour à tous, merci pour votre intérêt.

Ta remarque est pertinente J.F mais il y à deux choses qui m'ont contrarié :

- Le lardon très usé du X est à fond au niveau réglage, de plus, il est "enfoncé" de 20mm et le réglage se situe à l'opposé du boitier de l'avance auto. J'ai "rattrapé le coup en serrant une vis latérale pour réduire les effets du porte à faux.
J'ai essayé des deux cotés et choisi là ou j'obtenais les meilleurs résultats.

- Je souhaitais un fraisage en opposition pour contrer les à coups toujours inévitables dû au léger jeu dans la noix du X et préjudiciable pour mon bridage. Par ailleurs, de cette manière cela me permettait d'avoir le dégagement complet de l'outil. La table propose 350mm de course et j'en suis à 325mm avec cette pièce !

Pour le "recyclage "des blocs tiroirs et armoires à clapets, j'en ai un algeco bien rempli, récupérés ça et là, en prévision pour plus tard, lorsque les moyens suivront pour construire un atelier plus grand.
J'adore ces meubles métalliques, pratiques pour un atelier. Hélas la tendance des lampes jieldes se propage sur ce genre de mobilier ! En fait, je doit en avoir pour une petite fortune si je me fie aux tarifs des meubles à clapets de 2m de haut vu sur le boncoin il y a peu : 200€ pièce !

Aller, la suite.
 
A
Al Mach
Ouvrier
13 Juin 2007
431
Choisy-le-roi
En fraisage traditionnel c'est toujours fraisage en opposition: sinon prévoir un rdv chez le dentiste :-D
 
MIC_83
MIC_83
Compagnon
15 Jan 2008
3 368
FR-83
  • Auteur de la discussion
  • #16
rénovation_rapid_lime 3

Partie 3 :

Après avoir rétabli une surface de référence coté coulisseau, le bridage sur la table est "presque plus simple". Hélas, le bossage prévu pour l'encrage de la biellette me casse les "noix". Je suis obligé de décaler la pièce coté colonne afin que ce bossage se retrouve dans le "vide". Je n'ai pas assez de cales rectifiées pour compenser la hauteur ! En même temps il faut que je m'assure de la course du Y (150mm maxi) pour l'usinage du coté opposé !

Là , je me préoccupe de la perpendicularité avec la face opposé à 0.01mm. C'est plus facile à tenir car la pièce est beaucoup plus courte.​
cimg0084___138.jpg

cimg0085___210.jpg

cimg0087___376.jpg

cimg0088___411.jpg

Les usinages de toutes les parties terminées, un petit contrôle est nécessaire pour mesurer la matière enlevée et bien répartir les surfaces de frottements des guides sur les coulisses. Déplacement chez mon fournisseur de matières nobles. Dans les dimensions souhaitées rien de disponible en bronze, reste le laiton. Tout est découpé dans des plaques.
Je suis toujours fasciné par la précision et la qualité de la coupe (scie entièrement automatisée pour la coupe de plaques de grandes dimensions).

Traçage et pointage, positionnement et maintient à l'aide de petits serres-joints du lardon "fixe", perçage de l'ensemble.​
cimg0089__202.jpg

J'aurais pu exécuter ce travail sur la fraiseuse mais je n'avais pas envie de tout dérégler. Calage sur la table de la perceuse, la pièce maintenue perpendiculaire par une équerre en appui sur la table​
cimg0090__724.jpg

Lamage afin de "noyer" les têtes de vis de 3mm en laiton également​
cimg0093__211.jpg

fraisage du surplus du lardon fixe​
cimg0094__123.jpg

cimg0095__903.jpg

usinage de la face d'appui du lardon fixe​
cimg0096__145.jpg
 
MIC_83
MIC_83
Compagnon
15 Jan 2008
3 368
FR-83
  • Auteur de la discussion
  • #17
Salut Al Mach,

En fraisage traditionnel c'est toujours fraisage en opposition: sinon prévoir un rdv chez le dentiste
Oui et non, chaque technique a ses avantages et ses inconvénients !
J'utilise la technique en "avalant' en finition donc avec de très petites passes. La précaution à prendre c'est de garder le lardon du X serré pour contrer le jeu de la noix. L'avantage de cette technique est que la pièce reste "plaquée" sur la table et on garde plus facilement la précision de forme de la pièce.
 
MIC_83
MIC_83
Compagnon
15 Jan 2008
3 368
FR-83
  • Auteur de la discussion
  • #18
Partie 4 :

cimg0097__142.jpg

Les "semelles" sont posées selon la même technique et maintenues par des vis en laitons. Un surfaçage de ces dernières est nécessaire afin de respecter la position de la noix et de sa vis, idem pour les lardons latéraux​
cimg0103__160.jpg

cimg0104__113.jpg

Présentation de la glissière inférieure avec son lardon de réglage et mesure du dépassement de la glissière au pied de profondeur et aux jeu de cales. Cela va me permettre de reprendre et ajuster les butées en acier.​
cimg0057__164.jpg

Plusieurs prises de cotes ont été nécessaires pour les quatre butées ainsi que de nombreux calages après plusieurs poses/déposes.

reproduction des mesures effectués sur les cales butées​
cimg0059__675.jpg

C'est au tour du coulisseau de passer au contrôle et à l'étape usinage. Le calage et bridage à nécessité l'usinage d'un cimblot en lieu et place de la fixation du charriot supérieur afin que la bride ne gène pas. Vous remarquerez qu'en dehors des brides le coulisseau est maintenu en son milieu et solidement ancré sur la table par deux longues vis de 8mm. Des étapes concernant le surfaçage du dessous du coulisseau ne sont pas présentes car l' APN n'était pas disponible.

copie_de_cimg0071__169.jpg

reprise des parties supérieures usinées​
cimg0077__689.jpg

cimg0080__409.jpg

Contrôle du parallélisme d'un bout à l'autre du coulisseau au comparateur après usinage : 0.01mm de défaut sur 345mm, je suis satisfait du résultat au delà de mes espérances !​
cimg0068___617.jpg

cimg0069___928.jpg
 
MIC_83
MIC_83
Compagnon
15 Jan 2008
3 368
FR-83
  • Auteur de la discussion
  • #19
rénovation_rapid_lime 5

Partie 5 :

assemblage des parties coulissantes, réglages au plus prés des lardons afin de réduire au strict minimum les jeux de fonctionnement (0.03mm relevé), mise en appui des butées sans serrage.
Le moment de vérité ! c'est là que l'on va valider les mesures effectuées.
L'ensemble est fixé via des serres-joints sur l'établi, les coulisses fonctionnent bien sur toute leurs longueurs (à sec). Après serrage des butées le mouvement se durci un peu, normal ! période de rodage oblige et surtout relevés de points durs. Affinage des surfaces au travers de différents grains, à l'aide d'une ponceuse vibrante, finition au grain 1200 et polissage. Pour la lubrification se sera après la peinture !

cimg0062__167.jpg

cimg0063__679.jpg

cimg0065__862.jpg

cimg0067__146.jpg

cimg0068__214.jpg

Après le masquage, voilà l'étape la plus pénible pour ma pomme. J'ai une sainte horreur de peindre mais vous pouvez pas vous imaginer à quel point ! A peine ai-je ouvert le pot et me voilà déjà "emboucané" de peinture, grrrr.
Je me contenterai du pinceau vu l'état de surface de la fonderie. La peinture vient de chez Hammerite, j'aime bien le bleu nuit martelé. On va voir ce que cela donne sur cet engin, en deux couches espacées de quatre heures svp (il fait très chaud).

peinture_finitions_1_167.jpg

peinture_finitions_4_212.jpg

peinture_finitions_6_115.jpg


Voici la table, elle à juste subit un bon décapage et un ponçage de sa surface au différents grains. La planéité est correcte sans plus. J'aurais souhaité la surfacer mais voilà, elle ne passe pas sur la table de la fraiseuse (piètement trop large).

peinture_finitions_2_143.jpg

peinture_finitions_24_105.jpg
 
MIC_83
MIC_83
Compagnon
15 Jan 2008
3 368
FR-83
  • Auteur de la discussion
  • #20
rénovation_rapid_lime 6

Partie 6 :

suppressions des masques et nettoyage des bavures, cela commence à ressembler à quelque chose.

peinture_finitions_7_294.jpg

peinture_finitions_10_312.jpg

peinture_finitions_11_112.jpg

peinture_finitions_12_129.jpg

peinture_finitions_14_728.jpg

peinture_finitions_16_666.jpg

peinture_finitions_18_127.jpg

peinture_finitions_19_213.jpg

peinture_finitions_21_208.jpg

peinture_finitions_25_159.jpg
 
MIC_83
MIC_83
Compagnon
15 Jan 2008
3 368
FR-83
  • Auteur de la discussion
  • #21
rénovation_rapid_lime 7

Partie 7 :

peinture_finitions_27_199.jpg

peinture_finitions_28_204.jpg

peinture_finitions_29_662.jpg


reprise de l'état de surface de la vis coté entrainement. Elle était vraiment trop piquée !​
cimg0055__124.jpg

cimg0056__466.jpg

L'ensemble des pièces nettoyées, reprises pour certaines et polies.

les pièce du charriot porte-outil​
cimg0056__953.jpg

cimg0057__166.jpg

cimg0060__127.jpg

cimg0063__693.jpg
 
MIC_83
MIC_83
Compagnon
15 Jan 2008
3 368
FR-83
  • Auteur de la discussion
  • #22
rénovation_rapid_lime 8

Partie 8 :

La rapid lime à été récupéré en l'état, il manquait des pièces, entres autres :
La biellette qui lie la poignée de manœuvre au charriot et son axe pivot.

Merci à Vogèle pour sa réactivité sur la communication de la forme et des dimensions, photos à l'appuies.

Je ne souhaite pas faire une copie exacte. En effet, c'est une pièce de fonderie aux contours tourmentés. Réalisation d'une pièce simple et solide avec la matière sous la main à savoir rond plein acier demi dur de 30mm et fer plat de 40mmx8mm (acier courant).

Positionnement de la broche dans l'axe à la pige de centrage.​
usinage_biellette_1_115.jpg

usinage_biellette_2_568.jpg

Confection des deux points d'articulation de la biellette qui seront assemblés par soudure électrique.
La gorge exécuté permet un emboitage parfait avec la partie fer plat, donc pas de risque que cela se déforme ou se décale à la soudure.

usinage_biellette_3_151.jpg

une des pièce est taraudé à 10mm, l'autre est percé à 14mm​
usinage_biellette_5_736.jpg

La biellette après soudure et reprise sur la fraiseuse​
usinage_biellette_6_774.jpg

usinage_biellette_7_103.jpg

usinage_biellette_8_351.jpg

usinage de l'axe pivot dans du rond de 30mm, à l'identique de ceux déjà présents. [/img]​
usinage_biellette_9_191.jpg

usinage_biellette_10_293.jpg

usinage_biellette_11_125.jpg

l'ensemble terminé et fonctionnel​
usinage_biellette_12_110.jpg

J'ai rajouté une entretoise en laiton sous l'axe pivot réalisé pour un alignement parfait avec la poignée​
usinage_biellette_13_362.jpg
 
MIC_83
MIC_83
Compagnon
15 Jan 2008
3 368
FR-83
  • Auteur de la discussion
  • #23
rénovation_rapid_lime 9

Dernière partie :

Les contrôles sur les deux axes avec comme point de référence la table vu que c'est là que sera fixé la pièce. Il est dommage que celle-ci n'est pas pu être surfacée ! Les relevés seront un peu faussés.

Note : Le contrôle est effectué sur toute la course utile du coulisseau
Les relevés moyens en longitudinal : 0.1mm à 0.15mm coulisseau sorti (léger jeu de fonctionnement 0.05mm). en transversal : après plusieurs points de relevés = 0.1mm. Je me suis tapé plusieurs aller et retour avec l'avance automatique, tout semble correct. Reste plus qu'à usiner une pièce pour confirmer.

La vis mère a bénéficié de butées à aiguilles le fonctionnement c'est bien amélioré.

cimg0110__145.jpg

cimg0113__210.jpg

cimg0114__163.jpg

Voilà pour cette rénovation.
Je posterais quelques améliorations quand elles seront opérationnelles. Je doit adapter un étau machine fabriqué par ma pomme en apprentissage. Cet outil est destiné essentiellement à faire des clavetages intérieurs.
 
A
andre30
Ouvrier
27 Fev 2008
251
Gard
:smt038 :smt038 J'ai vraiment pris plaisir a voir toute ces photo :wink:
Je sait maintenant qu'ont a un point en commun , :-D la peinture , c'est un supplice pour moi de peindre .
Encore bravo pour ce travail :wink:
 
jvr33
jvr33
Compagnon
11 Avr 2009
542
Merignac 33700
8-) supe réalisation un grand bravo et aussi bravo
pour la clarté des explications et les légendes des photos
 
S
Steeve Osteen
Ouvrier
29 Avr 2009
348
pont audemer
je vais passer pour un je sais pas quoi mais c'est quoi ta machine??

les vieilles machines et moi....
 
J
j.f.
Compagnon
22 Déc 2007
6 443
19
C'est un érau limeur.

inventé par Decoster en 1846 (j'étais persuédé que c'était fin 18ème...)

Ca sert à aplanir une surface en déplaçant longitudinalement un outil coupant grâce au levier, sur une surface qui se déplace un peu après chaque passe. Mais ça peut faire d'autres choses : brochage, rainurage, mais aussi, avec un outil de forme et un diviseur, tailler des engrenages.


J'espère ne pas avoir écrit trop de co***ries !

shaper en anglais

 
MIC_83
MIC_83
Compagnon
15 Jan 2008
3 368
FR-83
  • Auteur de la discussion
  • #28
Merci à vous pour ce retour.

Steeve, cela s'apparente à un étau-limeur mais en manuel.
Fait une recherche sur Google en tapant les mots clés étau-limeur :

La technique se nomme le rabotage :
Définition :
Le rabotage sur étau-limeur est un procédé d'usinage qui permet d'obtenir des surfaces planes et des profils par déplacement d'un outil à tranchant unique.

I. La machine
L'étau-limeur s'utilise pour l'usinage des pièces unitaires ou en très petites séries.

Le mouvement de coupe "Mc"rectiligne alternatif est donne à l'outil par l'intermédiaire d'un coulisseau à commande mécanique ou hydraulique. Le mouvement d'avance "Ma" est donné généralement à la pièce pendant la course-retour de l'outil.
Sur le modèle présenté c'est le support du coulisseau qui se déplace à chaque retour de ce dernier par l'intermédiaire de la roue à rochets qui entraine la vis mère et d'un cliquet (le bouton moleté au dessus du coulisseau) inversable et débrayable.

II. L'outil

Sa forme est fonction de l'usinage a réaliser. L'outil est souvent relevé pendant la course-retour, afin d'éviter à l'arête de coupe de retomber et de frotter sur la pièce.
Si j'ai pu t'éclairer :-D
 
J
j.f.
Compagnon
22 Déc 2007
6 443
19
Ce n'est pas de là que vient le terme "raboter" un culasse ? Avant qu'on les passe à la fraiseuse ou à la rectifieuse ?


J'ai mis une vidéo.
 
MIC_83
MIC_83
Compagnon
15 Jan 2008
3 368
FR-83
  • Auteur de la discussion
  • #30
Là J.F tu me poses une colle ! c'est possible ou par référence au rabotage sur bois vu la date de l'invention !

Excellent la vidéo, c'est suffisamment explicite pour entrevoir les possibilités offertes par ces machines. :smt023
 
Haut