Orthographe et emploi

tronix

Compagnon
6 Mars 2012
1 030
Toulouse
Surtout pas de s à offert ! Ce n'est pas eux qu'ils ont offert, et la fraiseuse est après le verbe. On aurait "ils se l'ont offerte", si la fraiseuse (l') était avant. Ou "ils se les ont offerts" si "les" s'appliquait à des outils. Et "ils se les ont offertes" si "les" correspondait à plusieurs machines. Assez logique, malgré l'avis de certains. Sans accord correct, le sens devient faux.
 

Peiro

Nouveau
20 Juin 2018
39
Genève
@KITE : c'est tout bon. On croit que seul l'auxiliaire avoir requiert une règle d'accord particulière. Mais c'est aussi le cas de l'auxiliaire être dans une forme pronominale. Si le COD est placé avant, ça s'accorde, sinon (le COD placé après) ça ne s'accorde pas.
1) le "se" se réfère aux copeaux, donc avant, donc ça s'accorde -> réponse b)
2) le "se" se réfère à la rectifieuse, donc après, donc ne s'accorde pas -> réponse a)
J'ai des noms de profs de littérature (des universitaires donc) qui savent vaguement accorder l'auxiliaire être dans sa forme pronominale, mais ne maîtrisent pas la règle: ils sont incapables de l'énoncer clairement. Votre ministre n'est pas seul à se laisser piéger.

Effectivement : si on écrit "elles se sont marié à l'église" et "elles se sont mariées à l'église", il s'agit de deux formes tout à fait correctes. Toutefois la première suppose que chacune d'entre-elles s'est mariée avec une personne différente (peu importe le sexe d'ailleurs), il n’y a pas de caractère transitif donc, alors que la seconde ne fait aucun doute sur le fait qu'il s'agit d'un mariage ou de mariages homosexuels entre femmes en l'occurrence. Tout ça pour dire que le bon usage des conjugaisons peut apporter de l'information.

Toutefois, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit : je suis un ardent militant de la simplification des règles grammaticales : plus on passe du temps à apprendre le français et sa palanquée de règles inutiles (car si rarement convocables), moins on passe du temps à apprendre d'autres choses tout aussi utiles : la connaissance des technologies, des phénomènes physiques, de la philosophie, des arts et lettres, etc.

Maintenant, pour répondre à ceux qui affirment qu'il vaut mieux être un bon mécanicien nul en français, que le contraire, personnellement je pense que pour être un bon mécanicien, il faut aussi acquérir des savoirs et cette acquisition passe par une maîtrise raisonnable du français. Ensuite, un bon mécano doit aussi être capable de transférer ses savoirs, et s'il n'est pas capable de s'exprimer en des termes clairs, non ambigus, et agréables à écouter et à lire, et bien, il y a toutes les chances pour qu'une partie de ses savoirs disparaisse avec lui et qu'il ne les partage avec personne. En Afrique, quand un vieillard meurt, c'est une bibliothèque qui brule disait Amadou Hampaté Bâ. Et bien, ça sert à éviter ça un savoir-faire rédactionnel correct.

Donc, quand un post commence dans un français médiocre, je passe au suivant. Mon temps est trop précieux pour le perdre à lire des textes incompréhensibles.

Un grand merci à celle ou celui qui trouvera des fautes dans la prose qui précède :) Je ne suis pas fou, je me suis relu.
Tout de bon,
P.
 
Dernière édition:

KITE

Compagnon
25 Décembre 2008
1 960
Pas de Calais
Ensuite, un bon mécano doit aussi être capable de transférer ses savoirs, et s'il n'est pas capable de s'exprimer en des termes clairs, non ambigus, et agréables à écouter et à lire, et bien, il y a toutes les chances pour qu'une partie de ses savoirs disparaisse avec lui et qu'il ne les partage avec personne.
C’est, bien entendu, tout à fait exact mais, à mon sens, incomplet. Le langage et sa déclinaison en expression écrite, sert à décrire, exprimer et, surtout échanger, communiquer.
On constate, régulièrement sur ce Forum ou dans les annonces d’un site bien connu (le Bon Coin) la difficulté de certain à transcrire, par écrit, leur problème, solution ou avis.
On ne peut que déplorer l'échec de notre système scolaire et de notre société dans ce domaine.
Kite
 

tronix

Compagnon
6 Mars 2012
1 030
Toulouse
Bonsoir,

idem, je passe quand il y a trop de fautes. Je peux et je sais être indulgent avec quelqu'un qui fait des fautes mais qui essaie au moins de se corriger, et qui s'exprime malgré tout clairement. Mais le summum, c'est quand un post se termine par "désolé pour les fautes, je n'ai pas relu"... Mépris du lecteur. Comme quand quelqu'un débarque sur un forum, ne prend même pas le temps d'expliquer son problème ni le contexte et s'impatiente de ne pas avoir de réponse.
 

tronix

Compagnon
6 Mars 2012
1 030
Toulouse
Je n'avais même pas vu immédiatement que le sujet avait été coupé, et on parle finalement orthographe au sens général sur ce qui est devenu "orthographe et emploi" !
Et si j'ai choqué certains quand j'ai parlé recrutement, j'assume totalement car je pense sincèrement être très conciliant et indulgent avec qui fait des efforts. Comparant avec ce que certains me racontent de leur expérience passée dans des postes précédents, je suis conforté dans ma position.
 

tronix

Compagnon
6 Mars 2012
1 030
Toulouse
Une faute aussi très fréquente : "elle s'est faite faire..." alors qu'il faut écrire "elle s'est fait faire...".
Une autre "quelque soit" alors qu'il faut écrire "quelle que soit", "quel que soit", (sens "quel qu'il soit") ce qui est beaucoup plus logique (j'insiste).

Enfin, une chose qui me hérisse : plus personne n'ose faire les liaisons ou les accords, même à la télé parmi les journalistes, normalement sensés avoir fait quelques études (quelque étude n'a pas exactement le même sens). En particulier avec les euros. On écrit deux euros, trois euros, quatre-vingts euros. On dirait qu'ils ont peur de dire Z-euros. D'autre disent au contraire cent-z-euros. Ils feraient la tête si on les prenait au mot !
 

Vilozorro

Apprenti
21 Mai 2018
162
On peut le voir comme çà
Çà = ici. "Çà et là"
Ça = cela.

Dans le doute, "çà" étant plutôt rare : ne pas mettre d'accent :mrgreen:
(Valable aussi pour "côte/cote", vu qu'il y a ici plus de mécaniciens que de marins et de charcutiers)
Effectivement : si on écrit "elles se sont marié à l'église" et "elles se sont mariées à l'église", [...] la première suppose que chacune d'entre-elles s'est mariée
Contradiction !
Je ne saurais trancher, même si "Elles se sont marié" me choque.
Peiro a dit:
:eek::lol:
Ce petit jeu peut durer longtemps, à partir d'une certaine longueur de texte il devient inévitable de faire des fautes, même en se relisant. C'est comme en programmation, statistiquement un programme écrit par un humain, même très bon, comporte une faute toutes les X lignes de code (avec X = pas tant que ça). Phénomène connu et admis.

Le français est complètement illogique. Il est dit dans l'article :
"si la langue n'était pas aussi complexe, on ne serait pas obligé d'y passer 2800 heures. "
et pour quel résultat ? Tout ça nous coûte cher en enseignement. Du temps qu'on pourrais passer à d'autres choses.
Le français est complexe justement parce qu'il est logique. Sans même parler du style, c'est une langue très précise qui permet, par ses subtilités grammaticales, de faire passer un message sans ambiguïté en une phrase courte.

Un outil performant et sophistiqué est forcément complexe à utiliser. Faut-il pour autant regretter qu'il soit performant ?

Vouloir simplifier le français, c'est comme vouloir virer plein de trucs d'un couteau Suisse sous prétexte qu'on se sert seulement de la grande lame. Bah, sympa pour ceux qui utilisent les autres...

La logique orthographique permet, elle, de faire évoluer la langue d'une manière non aléatoire et donc d'éviter qu'elle finisse en charabia décousu.

Sinon, vous avez remarqué ? dès qu'on fait attention à bien écrire, on passe au langage soutenu. Mais bordel, on peut aussi se lâcher sur l'argot sans chier des coquilles dans tous les coins !
 
Dernière édition:

FB29

Compagnon
1 Novembre 2013
7 267
FR-29 Brest
Bonjour,

Le français est complexe justement parce qu'il est logique
Heu ... c'est un peu contradictoire quand même :roll: ... Une grande partie de la complexité provient, à mon sens, des illogismes résiduels qui se traduisent par autant d'exceptions ...

Je n'ai pas, sur le moment, des tonnes d'exemples en tête ... je pense quand même à "un chou" qui se traduit au pluriel par "des choux" ... on pourrait très bien écrire "des chous", "des pous", "des genous" sans que cela ne provoque d'ambiguïté, ni dans le sens de la phrase, ni dans la prononciation ... il y a certainement d'autres exemples de simplifications possibles :roll: ...

Cordialement,
FB29
 

Vilozorro

Apprenti
21 Mai 2018
162
plus personne n'ose faire les liaisons ou les accords, même à la télé parmi les journalistes, normalement sensés avoir fait quelques études
Censés :wink:
Ils sont censés écrire de manière sensée...

Concernant les liaisons, je suis d'accord, ça se généralise. C'est moche, et c'est du parlé stupide... Prononcer chaque mot individuellement, et bout-à-bout ça fait une phrase. Super.
C'est une mode, c'est comme le "Bonjourin, au revoirin" (Fogiel, précurseur !)
 

Sujets similaires


Haut