Machine à vapeur et jouets anciens de mon arrière grand père

Compagnon
12 Août 2015
1 033
Ca fait un bout de temps que je n'ai pas donné de nouvelles.

Je reprends le projet doucement peu à peu quand j'ai le temps au milieu de tout le reste.



J'ai réussi à faire repercer et tarauder le robinet cassé grace à un pote tourneur, un grand merci à lui il me sauve une partie de la machine sans la dénaturer.

Je lui ai imprimé un support sur mesure pour tenir le boisseau dans un étau.



Percage:

20180801_060129.jpg




Taraudage:

20180801_060746.jpg




Et le robinet remonté avec un nouvel axe qu'il a également tourné sur mesure. On a pu remonter le petit embout enjoliveur en bout de poignée avec son filetage exotique.

20180801_061453.jpg




Mes parents étant en visite chez moi cette semaine j'ai été un peu motivé pour que mon père voit l'avancement de ses propres yeux.

Tous les éléments en cuivre/laiton sont nettoyés et brillent.

J'ai donc commencé à fabriquer les différents joints pour le remontage, j'ai deux feuilles d'épaisseurs différentes et des emporte pièce. Je travaille par essais successifs jusqu'à trouver la bonne épaisseur pour que les élements se retrouvent serrés avec le bon angle.



DSC_0067.jpg




DSC_0068.jpg




Et enfin il me reste à réparer la fixation de la vanne principale qui a cassé il y a de très nombreuses années.

Voici à quoi cela ressemble, on voit bien que c'est la brasure qui a laché.



DSC_0074.jpg




DSC_0075.jpg




Et voici le matériel que j'ai chez moi, pouvez-vous me dire si cela va me permettre de rebraser la vanne?

Et si oui quelle est la méthode ?



DSC_0069.jpg




DSC_0070.jpg




DSC_0071.jpg




J'hésite pour le moment à poncer la brasure resté sur le tube ou à tenter de braser directement avec ce qui est déjà la et du flux.
Je me dit qu'en chauffant simplement cela va se remettre en place un peu comme de la soudure à l'étain. Je fait beaucoup d'électronique et j'ai l'habitude de la brasure de composants à l'étain.
Qu'en pensez vous ?
 
Compagnon
12 Août 2015
1 033
Je suis d'accord sur vos conclusions, je pense aussi que c'est à l'étain.
Et la baguette que j'ai c'est de l'étain justement (c'est marqué sur le packet), idem pour décapant qui est pour l'étain.
Donc à priori pas de soucis pour que je brase ca.

Maintenant la question c'est : est-ce que je garde l'étain qui est sur la durite ou est-ce que je ponce tout l'exces et je refait avec de l'étain neuf ?

Pour le chalumeau je pense que le petit à gaz que j'ai devrais suffire vu la taille. Par contre je dois garder la vanne entière, à cause de l'alignement de l'ensemble et ensuite parce que je redoute de démonter des toutes petites vis qui ont pret de 80 ans. Je veux prendre le moins de risque de casse possible.
 
Compagnon
1 Novembre 2013
7 425
FR-29 Brest
Bonjour,

est-ce que je garde l'étain qui est sur la durite ou est-ce que je ponce tout l'exces et je refait avec de l'étain neuf ?
Pour ma part je retirais uniquement la partie superficielle oxydée par grattage (lame de couteau, cutter) bien proprement pour faire apparaître le métal sain de la brasure sans toucher les pièces.

Ensuite maintenir en place les pièces par un montage mécanique sinon elles vont bouger.

Utiliser une brasure à fort pourcentage d'étain à flux incorporé (brasure pour électronique 60%étain/40° plomb) qui est très fluide et sera bien pompée jusqu'au fond du joint par capillarité.

Chauffer uniformément le corps du robinet (si il n'y a rien qui craint la chaleur) avec un petit chalumeau avec une montée en température progressive qui évitera toute surchauffe.

Approcher la brasure du joint pour vérifier la température; Quand elle est absorbée immédiatement la bonne température est atteinte. Instiller la brasure en maintenant la chauffe. Ne pas exposer le brasure à la flamme. Elle doit fondre uniquement au contact des pièces.

Normalement la brasure a en final un aspect bien brillant, en congé, avec les surfaces adjacentes bien mouillées. Dissoudre les restes de résine du flux à l'alcool.

Cordialement,
FB29
 
Dernière édition:
Compagnon
5 Janvier 2013
703
LANDES
Je découvre ce topic et je te souhaite un bon courage pour cette restauration M4vrick , en espérant que tu n'ai pas de nouveaux soucis de casse .
En tout cas ça semble bien engagé pour une remise a "neuf" , vivement que tu termine!

Pour la soudure a l'étain, je ne donnerai pas de conseils car je n'ai pas trop d'expérience mais j'aurai tendance a dire qu'il vaut mieux enlever complètement la vielle brasure car elle risque de mal se mélanger avec la nouvelle, même en ayant gratté et mis au "brillant" l'ancienne brasure.
Après ce n'est que mon avis car la méthode que préconise FB29 peut parfaitement fonctionner, c'est juste que d'habitude en soudure, quand on as affaire a un "joint" qui as cédé, on supprime la vielle soudure par meulage et on mets la partie a souder "a blanc" pour repartir sur du "propre".
On part du principe qui si ça as cassé, il vaut mieux repartir d'une page blanche.

Après, rien ne t'empêche de tenter la méthode de FB29 et si jamais ça ne marche pas, de mettre a nu et de rebrasser le tout.
Un dernier point, je comprends que tu veuille éviter de démonter la vanne pour braser sa bride mais par sécurité pour elle, ce serai beaucoup mieux car il y as le risque de l'abimer ou d'abimer un joint.


Encore une fois, bon courage a toi, la patience te permettra d'atteindre ton objectif!
 
Compagnon
31 Mai 2016
1 605
le wast
Bonjour
Pas de probleme pour la soudure etain …
Tu peux remettre direct le tube dans le trou et en avant toute !! "ça va le faire " :tumbsupe:

La seule chose a faire attention c'est de ne pas "dessouder" la partie de tube sur la chaudière sinon la aussi un petit peu de flux et tu "recolles"..
la "soudure" en fil avec âme décapante utilisée en électronique est suffisante voir mieux ..

Jean Paul :drinkers:
 
Compagnon
12 Août 2015
1 033
Merci à tous pour vos précieux conseils, je me suis lancé ce soir et il semble que ce soit un succès.

Tout d'abords pour éviter d'avoir des soucis coté chaudière voici ma technique: une bande de tissu enroulée autours et humidifiée. Pendant le brasage j'ai gardé une éponge sur le dessus de la chaudière que j'ai pressé pour ramener de l'eau fraiche dans le tissu.

DSC_0077.jpg


Entre la photo et la brasure proprement dite j'ai commencé par tenter de retirer l'ancien etain en le faisant fondre, mais il était vraiment trop sec. J'ai donc passé un petit coup de lime tout autours pour ramener le cuivre à nu. Puis j'ai appliqué un peu de décapant avant d'enfiler la vanne sur le tube.
Je n'ai pas fait de photos en cours évidemment, je n'ai que deux mains et elles étaient bien utiles pour tout faire :wink:

Ce n'est pas parfait mais c'est ma toute première brasure sur du tube. J'ai un peu trop d'étain sur le bas, une légère goutte à cause de la gravité je pense en avoir mis un peu trop au début et peut etre un peu trop chaud. Mais au final le résultat me plait. Je laisse refroidir tranquillement et je verrais demain ce que cela donne.

DSC_0078.jpg
 
Compagnon
1 Novembre 2013
7 425
FR-29 Brest
Bonjour,

La brasure a un aspect correct, en congé, a correctement mouillé le tube, un peu moins le robinet, mais fonctionnellement le résultat est là :smt041 ! ...
une légère goutte à cause de la gravité je pense
C'est difficile à éviter car quand le joint à fini de pomper la brasure, tout excédent rajouté déborde ... et comme on ne sait pas à l'avance quand le joint est rempli ce n'est pas facile de doser ...

Après nettoyage, à moins de mettre le nez dessus cela ne se verra pas :roll: ...

Cordialment,
FB29
 
Dernière édition:
Nouveau
28 Mars 2013
20
Palaiseau 91
Bonjour,
passionné depuis un moment de jouets à vapeur anciens (Allemands, Anglais et Français (Radiguet) principalements), je suis tombé tout à fait par hasard sur les quelques pages de ce forum. Tout cela date certes d'il y a plus d'un an et vous avez certainement depuis, trouvé les réponses que vous cherchiez et la marque de votre groupe vapeur. Toutefois, et dans le cas inverse, sachant que personne ne semblait avoir trouvé, je vous donne mon avis.
A la vue des accessoires que vous montrez en photos et que j'ai facilement reconnu, je vous indique avec une grande certitude que votre groupe vapeur est de la marque Gebrüder Bischoff Dresden ou Bischoff frères Dresde (ville Allemande).
Sur le manomètre de pression vapeur vous pourrez peut être lire G.B.D (la première lettre n'est pas visible sur vos photos). Votre machine horizontale date environ de la première moitié des années 30 et il s'agit très probablement soit du modèle N° 202 de 27 cm de long, soit du modèle N°203 de 28,5 cm de long, soit du plus gros modèle, le N°204 de 37 cm de long, à vous de prendre les mesures... Tous les accessoires de la chaudière sont de la marque Gebrüder Bischoff, sauf la soupape de sécurité. J'ai également un doute sur la vanne vapeur principale dont les stries du volant ainsi que l'usinage de la vanne elle même ne correspondent à aucun document en ma possession. Concernant le serpentin de votre manomètre de pression, contrairement à ce qui vous a été dit plus haut il y a un an, il est tout à fait d'origine. Je vous en donnerai la preuve si vous le souhaitez. Surtout ne le modifiez pas!
Le portique d'entrainement n'est pas de la marque Bischoff. Concernant le brûleur (à petrole ou alcool gazéifié semble t'il), je reste perplexe. Il devrait être horizontal comme les Bischoff et non pas vertical. Du coup je ne vois pas comment vous le rentrez dans la chaudière ni comment il peut chauffer cette dernière en étant fixé sur la base, car il serait beaucoup trop haut dans la chaudière pour chauffer l'eau si toutefois il arrive à rentrer dans le tube de fumée central... (Si vous avez la réponse, je suis preneur...)

La chaudière en revanche est de construction personnelle (votre arrière grand père donc) il s'agit, au vu des photos, d'une chaudière à tube central de fumée, peut être traversée de tubes bouilleurs mais vos photos ne permettent pas de le savoir. Le plat au sommet de la courte cheminée était souvent percé et équipé d'une "rallonge" de cheminée de même diamètre, vissée sur la courte et donc démontable. C'était surtout le cas pour les chauffes au charbon afin de bénéficier d'un tirage généreux. Peut être que votre arrière grand père aurait envisagé ultérieurement de rallonger cette petite cheminée bien trop courte pour mimer la réalité en réduction...

Comme cela était souvent le cas à l'époque pour ces jouets scientifiques d’extrême qualité (à l'image de la marque Radiguet...), les passionnés achetaient tous les accessoires vapeur, la machine en kit à usiner, usinée, ou déja montée (très chère) et fabriquait eux même la chaudière. Les fabriquants comme Radiguet ou Bischoff proposaient aussi des chaudières complètes ou de simple corps de chauffe en cuivre mais le prix au final du groupe vapeur complet revenait fort cher alors que la chaudière était encore l'élément le plus simple à fabriquer soi même.

Avec ces deux marques, Bischoff et Radiguet, (Stuart aussi chez les Anglais), on étais à un niveau au dessus des marques Allemandes comme Märklin, Doll, Ernst Plank, Bing, Schöenner et bien d'autres, et à un niveau encore bien au dessus de marques comme Bowman, Mersey, Mamod... (Anglaises) ou Wilesco, Fleishmann... (Allemandes).
Bref, le groupe vapeur assemblé par votre grand père, fait partie des très beaux jouets scientifiques du début XX ème fin XIX ème et il est de plus relativement, voire très rare (en presque 20 ans de passion pour les jouets vapeur anciens, je n'en ai vu que 2 fois, en France tout du moins).

Voilà, en espérant avoir participé quelque peu à éclaircir le mystère sur ce petit bout d'héritage familial, si vous avez des questions, n'hésitez pas.

esteame
 
  • Réagir
Reactions: g0b
Compagnon
12 Août 2015
1 033
Bonsoir :)

Alors tout d'abords un immense merci pour toutes ces informations, j'ai le sourire jusqu'au oreilles en lisant tous les détails que tu as pu me donner :smileJap:
Je n'ai trouvé aucune information jusqu'à présent concernant la machine et avoir autant de précision est un vrai bonheur.
Donc encore une fois merci et merci :tumbsupe:

Pour rentrer un peu plus dans le détail:
- Concernant le manomètre il est estampillé W.B.D., une idée d'où peux venir cette différence ?
Je n'ai aucune envie de le modifier en quoique ce soit, il va rester en l'état surtout qu'il a l'air de fonctionner. Il faut juste que je vérifie son étalonnage.

DSC_0312.jpg


Concernant la taille de la machine j'ai fait plusieurs photos avec une règle, je ne sais pas exactement quelle mesure est utilisé pour déterminer ce paramètre. Est-ce que cela peut t'aider à me donner le modèle ?

DSC_0314.jpg


DSC_0315.jpg


DSC_0316.jpg


La chaudière est bien à simple cheminée, sans tubes supplémentaires.
Et pour le brûleur c'est très simple, la chaudière est montée sur un support en aluminium dans lequel elle vient s'insérer. Le brûleur est de type circulaire, les flammes n'étant que sur le pourtour elles sont sous la chaudière autours de la cheminée.
Une photo de l'ensemble sans la chaudière pour mieux se rendre compte

DSC_0317.jpg


Le bruleur sera remplacé par un modèle moderne à gaz si je trouve un équivalent (avec flammes uniquement sur le coté).

Est-ce qu'il serait possible d'avoir une copie des différents documents d'époque concernant ce modèle en particulier ainsi que les accessoires? Je suis en train de constituer un dossier avec tout ce que je peux trouver pour que l'histoire de cette machine à vapeur ne tombe pas dans l'oubli après moi.
 
Nouveau
28 Mars 2013
20
Palaiseau 91
Bonjour,



merci pour ta réponse. C'est un plaisir d'avoir quelque peut permit d'élucider un bout de mystère…



Alors, concernant la photo du manomètre et ta question concernant son estampillage, voici la réponse :



W.B.D correspond à Wilhelm Bischoff Dresden. La Sté Gebrüder Bischoff

aurait été fondée à Dresde en 1900 tout rond. De 1910 à 1930 la Sté porte le seul nom de Wilhelm Bischoff puis au début/milieu des années 30, prends le nom de Gebrüder Bischoff (Bischoff frères) Peut être les enfants de Wilhelm… (simple supposition) jusqu'au début des années 50 où je n'ai plus d'info.

Ceci indique donc que ton groupe vapeur date d'autour de la 1ere guerre mondiale.



La Sté Bischoff était située au 32 Am see a Dresde. Quartier sans doute détruit lors des bombardement de Dresde durant la guerre et reconstruit à la « Sovietique » durant la guerre froide (Dresde était en Allemagne de l'Est…)



La Société Bischoff était semble t'il assez liée en affaire avec la Sté Heinrich Rehse de Leipiz à laquelle elle fournissait des kits de fonderie.



Au vu de tes photos avec références centimétriques, ta machine pourrait être la Nr 203.



j'ajoute quelques doc en PDF sur celle que je pense être ta machine.



Bien cordialement.



Esteame





PS : Tu es de quelle région ?
 
Fichiers joints
Nouveau
31 Janvier 2019
2
Bonsoir ,après m'avoir présenté sur ce forum :smt039 car je suis de très près cette remise en route de cette machine à vapeur que je trouve au passage superbe bravo à toi M4vrick ,mais mes recherches ont pour but d'avoir des infos aussi car possédant aussi une machine à vapeur de mon grand-père je vais ouvrir prochainement un post à ce sujet et j'espère que Esteame me donnera autan d'informations j'en serai ravi :smt055.
 
Sujets similaires

Haut