le fonctionnement des tubes électroniques ...

  • Auteur de la discussion vieuxfraiseur
  • Date de début
vieuxfraiseur
vieuxfraiseur
Compagnon
19 Jan 2016
1 642
Un gars de Bezons
  • Auteur de la discussion
  • #1
:smt039 bonsoir ,

 
albatros_del_sur
albatros_del_sur
Compagnon
22 Avr 2012
5 294
FR40 / FR64
Bonsoir,
Nostalgique?
 
vieuxfraiseur
vieuxfraiseur
Compagnon
19 Jan 2016
1 642
Un gars de Bezons
  • Auteur de la discussion
  • #4
:wavey: bonjour F6exb,
oui je connais cette vidéo.
celà donne une idée des opérations à faire.

Y.
 
Francis.
Francis.
Apprenti
22 Nov 2017
86
Question piège: Qu'est-ce que l'effet dynatron ?
Question subsidiaire: Comment a-t-on contré l'effet dynatron ?
 
f6exb
f6exb
Compagnon
13 Juin 2013
1 702
C'est l'émission des électrons secondaires par la plaque. D'où l'invention de la penthode avec sa grille suppresseuse.
C'est dans la video de @vieuxfraiseur.

L'effet est bien expliqué aussi par F2FO.
 
muppets32
muppets32
Apprenti
18 Jan 2012
110
gers, coeur de gascogne
bonjour a tous, on trouve en république tchèque un jeune qui refabrique des tubes nixie.

il a une chaine youtube, avec une belle vidéo sur le processus visible ici : tube nixie

regardez bien son tour spécialisé c'est une merveille d'originalité !!!
 
Francis.
Francis.
Apprenti
22 Nov 2017
86
Bon, alors une autre colle: Les noms des tube européens commencent par des lettres: DY, ECL, PL..
A quoi correspondent ces lettres ?
 
slouptoouut
slouptoouut
Compagnon
1 Avr 2010
5 123
planète terre
Bonjour,

Pour les principes de bases du fonctionnement des tubes, et tout particulièrement pour ceux n'ayant aucun "bagages" en électronique :
-> Voir "la radio mais c'est très simple , de E. aisberg "

http://www.pascalchour.fr/livres/radio_simple.htm

(tous ceux qui ont connu l'électronique à tubes , ou le radioamateurisme conaissent ...Mais les plus jeunes, ou ceux qui ne sont pas du tout "du métier" ne connaissent surement pas !)

Pour identifier les tubes, pour décoder les immatriculation de tubes :
-> très intéressant tout ça , en prenant toutefois bien garde a quelques cas particuliers ou exceptions ... car :

-Il y a des choses qui ressemble énormément a un tube électronique et qu'en sont pas ! (par exemple la ORP90 qui ressemble a une lampe miniature 7 broches genre 35W4 ou 6X4 ...Mais qui est une cellule Cds pour surveillance de flamme de brûleur de chaudière ! )

-Il y a des exceptions , heureusement rares, dans les immatriculations, comme par exemple la 6BN6 (deux tubes très différents avec des culots différents portent cette même immatriculation, comme le dit le PDF donné en lien ...ou comme la VT25 (la aussi, deux tubes très différents portent cette même immatriculation ...)

sloup
 
C
Colonel
Ouvrier
17 Oct 2014
287
Coucou,

Je vais faire un peu de pub pour mon site "perso" mais bon j'y décris dans la section "connaissances" le fonctionnement des tubes, de manière disactique, qu'en pensez vous ?

http://monange-audio.com/
 
SULREN
SULREN
Compagnon
27 Jan 2009
3 228
FR-31 Communauté des Hauts Tolosans
Bonjour,
Etant donné mon âge j’ai un peu pratiqué les tubes à vide, bien sûr.

Un problème qui m’a toujours intrigué est : comment les tubes à vide embarqués dans les fusées de proximité montées sur les obus antiaériens de la 2eme guerre mondiale pouvaient résister à l’accélération du départ de l’obus (obus à très grande vitesse initiale pour monter à 10000 m).
Plaques et filaments devaient « twister » pas mal.

MK53_fuze.jpg


Wiki en tapant fusée de proximité radio-électrique :
« En 1944, une grande partie de l'industrie électronique américaine fabriquait les fusées de proximité. Les contrats passèrent de 60 millions USD en 1942 à 200 millions USD en 1943, puis à 300 millions USD en 1944 et atteignirent 450 millions USD en 1945. Alors que les quantités fabriquées augmentaient, le prix de revient des fusées diminua pour des raisons d'efficacité : il passa de 732 USD en 1942 à 18 USD en 1945. Cette année-là, il se vendit plus de 22 millions de fusées pour une somme approximative de 1 010 millions USD ».
 
C
Colonel
Ouvrier
17 Oct 2014
287
Bonjour,
Etant donné mon âge j’ai un peu pratiqué les tubes à vide, bien sûr.

Un problème qui m’a toujours intrigué est : comment les tubes à vide embarqués dans les fusées de proximité montées sur les obus antiaériens pouvaient résister à l’accélération du départ de l’obus (obus à très grande vitesse initiale pour monter à 10000 m).
Plaques et filaments devaient « twister » pas mal.

Voir la pièce jointe 448696

Wiki en tapant fusée de proximité radio-électrique :
« En 1944, une grande partie de l'industrie électronique américaine fabriquait les fusées de proximité. Les contrats passèrent de 60 millions USD en 1942 à 200 millions USD en 1943, puis à 300 millions USD en 1944 et atteignirent 450 millions USD en 1945. Alors que les quantités fabriquées augmentaient, le prix de revient des fusées diminua pour des raisons d'efficacité : il passa de 732 USD en 1942 à 18 USD en 1945. Cette année-là, il se vendit plus de 22 millions de fusées pour une somme approximative de 1 010 millions USD ».
Waou je ne connaissais pas du tout ! Le filament devait etre spécial effectivement ! de même que les maintiens des grilles...
 
SULREN
SULREN
Compagnon
27 Jan 2009
3 228
FR-31 Communauté des Hauts Tolosans
Le filament devait etre spécial effectivement ! de même que les maintiens des grilles...
Au départ de l'obus les tubes à vide subissaient une accélération de 20000 g ainsi qu'une énorme accélération centrifuge, puisqu'ils passaient de 0 à 30000 tr/mn de rotation sur eux-mêmes (canon rayé).
Même de la bonne vieille mécanique peut se déglinguer dans ces conditions: alors plaques, grilles, filaments.

C'est l'effet Doppler qui était utilisé pour détecter la proximité de l'avion visé et déclencher l'explosion. J'ai oublié le schéma. Il devait y avoir une triode montée en oscillateur pour l'émission radio, puis une autre pour amplifier le battements à la réception, et un thyratron pour allumer le détonateur.

Le problème de la batterie n'était pas triste non plus. Ce n'était pas du 6 V mais de la haute tension pour polariser les électrodes. Et la batterie devait rester chargée pendant tout le temps de stockage de la munition avant son utilisation.

Mais là il y avait une astuce que je vous laisse découvrir. :wink:
 
C
Colonel
Ouvrier
17 Oct 2014
287
He he batterie chimique et lors de l'accélération une membrane se perçait pour faire le mélange ?

Effectivement ils disent que le doppler permet de déclencher l'explosion, mais je dirais meme plus : le doppler ET surtout l'amplitude, car le doppler renseigne sur le déplacement relatif entre l'obus et la cible, pas sur sa distance. De ce qu'ils en disent ils attendent de dépasser un seuil pour faire sauter...

Les accélérations sont énormes, maintenant avec les transistors on tient ça sans problème. j'ai trouvé une photo du tube utilisé, petit tube en verre, impressionnant !
 
osiver
osiver
Compagnon
7 Sept 2013
11 989
Les tubes devaient forcément être de conception adaptée, pas le genre avec les électrodes centrées dans le verre avec des plaquettes de mica.
Les performances ne sont sans doute pas critiques à part la résistance mécanique. La durée de vie n'est pas non plus une caractéristique recherchée ...
Le filament devait être soumis à une forte intensité pour chauffer vite.
Sait-on quelle proportion ne fonctionnait pas ?
 
SULREN
SULREN
Compagnon
27 Jan 2009
3 228
FR-31 Communauté des Hauts Tolosans
Oui c'était une batterie à nombreux éléments (pour obtenir la tension nécessaire) qui étaient maintenus secs, l'électrolyte liquide étant confinée dans une ampoule en verre. Au départ de l'obus l'ampoule s'écrasait sur son support et l'électrolyte se répandait entre les éléments.
Certains éléments devaient être réservés à l'alimentation des filaments?

@Colonel La photo du tube m'intéresse. Merci d'avance.

Sait-on quelle proportion ne fonctionnait pas ?
Pas mal d'infos ici sur les performances, et aussi sur la fréquence radio utilisée et le principe de détection de proximité par effet Doppler.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fusée_de_proximité
 
Dernière édition:
M
metalux
Compagnon
11 Jan 2009
5 333
nord
Oui c'était de l'artillerie sol-air.
mdr :lol:

chaque obus de DCA était equipé de ce système? il n'y avait pas aussi des minuterie?

Quand je regarde avec quelle facilité (ou presque) avec laquelle F2FO fabrique cette triode, pourrait on aussi réaliser facilement un tube laser?
 
Dernière édition:
f6exb
f6exb
Compagnon
13 Juin 2013
1 702
Au départ de l'obus les tubes à vide subissaient une accélération de 20000 g ainsi qu'une énorme accélération centrifuge, puisqu'ils passaient de 0 à 30000 tr/mn de rotation sur eux-mêmes (canon rayé).
Même de la bonne vieille mécanique peut se déglinguer dans ces conditions: alors plaques, grilles, filaments.
Les tubes étaient constitués d'électrodes planaires, c'est à dire de disques alignés au lieu d'utiliser des électrodes concentriques.
Je suppose que les tubes devaient être alignés sur l'axe de rotation de l'engin.

Edit :
Images de la bête :
https://www.tubecollector.org/equipment/proximity-fuse.htm

Brevet de la VT Fuze :
https://patentimages.storage.googleapis.com/69/ad/ef/369a26532736f9/US3166015.pdf

Deux des tubes utilisés :
https://www.tubecollector.org/cv122.htm
https://www.tubecollector.org/2e27.htm
 
Dernière édition:
SULREN
SULREN
Compagnon
27 Jan 2009
3 228
FR-31 Communauté des Hauts Tolosans
Re,
chaque obus de DCA était equipé de ce système? il n'y avait pas aussi des minuterie?
Seuls les Américains disposaient de la fusée de proximité radio-électrique, qui pouvait aussi être utilisée contre des objectifs au sol (par exemple pour faire exploser les obus juste au-dessus de soldats qui se croyaient à l'abri dans un trou).
A défaut de fusée de proximité, les obus antiaériens étaient équipés de fusée à "temps", qui provoquaient l'explosion au bout d'un temps donné.
On réglait ce "temps" juste avant le chargement de l'obus dans le canon. Cela revenait à faire exploser l'obus à une altitude donnée. C'était moins dévastateur que de le faire exploser lors de son passage à proximité d'un avion.

Le "temps" était obtenu soit:
- Par la longueur d'un cordon de poudre se consumant à l'intérieur de la fusée.
- Soit pas un mécanisme chronométrique, comme décrit ici:
http://forum.horlogerie-suisse.com/viewtopic.php?f=2&t=26498&p=256364&hilit=fusée+chronométrique#p256364
 
Dernière édition:
SULREN
SULREN
Compagnon
27 Jan 2009
3 228
FR-31 Communauté des Hauts Tolosans
Re,
heuuu :smt017 il y avait des panneaux solaire :jesors23:
@metalux
Ton idée d'alimenter les fusées de proximité radio-électriques par de l'énergie renouvelable n'était ni saugrenue, ni d'avant-garde.
En 1946 la fusée de cet obus de mortier était alimentée par un "aéro-générateur" embarqué sur l'obus.
(un : "propeller-driven generator on mortar shell")-

SchemaFuseeProx.jpg
 
Haut