Huile de rodage aviation

  • Auteur de la discussion SkippyLeChat
  • Date de début
SkippyLeChat
SkippyLeChat
Compagnon
20 Août 2011
1 010
Nantes
  • Auteur de la discussion
  • #1
Bonjour,
Un nième sujet sur les huiles
Voir ici : https://eboutique.total.fr/fr/Huile_aero_80_1_litre,produit,pid,13 ! MAIS il y d'autres fournisseurs.
Ne serait-ce pas une solution pour l'huile de nos (vieilles) machines ? Huile minérale, pas d'additif pour ne pas attaquer nos bagues, viscosité 80 bien adaptée à des engrenages (remonte bien, mais ne gicle pas), prix plus que raisonnable (mais je ne crois pas qu'il y a beaucoup de gens raisonnables ici !)
A priori, ça me paraît une bonne piste. Quelqu'un a essayé ?
Je méditais d'y ajouter du bisulfure de molybdène (la poudre de perlin-pin-pin grise) qui fait des merveilles sur la boîte et le pont de ma moto depuis des années. Qu'en pense les experts ?
J'ai du rab après un rodage, et sur ma fraiseuse en cours de remontage j'en suis à faire les pleins.... J'essayerais bien.
A+
Skippy
 
Dernière édition par un modérateur:
copeau 78
copeau 78
Compagnon
31 Août 2011
2 680
Bonjour

alors là pour être basique , elle est basique !!!
actuellement une huile moteur essence évoluée et à base minérale ( je ne parle pas de synthèse ou semi-synthèse )
contient jusquà 50% de son poids en additifs divers : anti-friction , anti-mousse , anti-cisaillement , anti-oxydants
dispersants et forcément plein d'autres trucs que j' oublie .
l' huile a plusieurs fonctions :
lubrification , évacuation de calories , nettoyage du circuit.

si les deux premières fonctions peuvent être assurées correctement ( pour un moteur lent pas -trop - besoin d' anti-cisaillement )
à ma connaissance , les moteurs essence d' avion utilisent des carburants identiques aux carburants auto ( sauf la coupe qui
est plus étroite : moins de fractions lourdes et moins de fractions légères ) et mieux filtrés à la livraison - pas d' eau
et moins de cochoncetés diverses , donc les résidus de combustions doivent être voisins .
ce qui me perturbe c'est l' indice de viscosité . bien que c'est un indice et qu'il ne faut pas chercher de proportionnalité
entre un indice 5W et un 50W , un indice 80 pour une huile moteur je ne connaissais pas .

à part le moteur Antoinette de 1905 je me demande dans quels moteurs d' avion elle est utilisée ...

moi je retiens le côté huile de rodage . et je rajeunis de quarante ans !!
un copain participait à une série d' épreuves R8 Gordini , démontait son moteur toutes les trois courses , installait des
segments " coup de fouet " et faisait le plein avec une huile très très ordinaire afin que le rodage soit rapide .

j' ai déjà entendu et vu plein de choses sur les lubrifiants et autres liquides de refroidissement ( 40 ans de mécanique ça
laisse des souvenirs ) mais je ne vois pas bien pourquoi un lubrifiant de qualité s' attaquerait à nos paliers ...
parfois avec le temps les cochoncetés diverses se sont accumulées dans des recoins des carters et une huile
détergente décolle le tout qui va boucher la crépine ( expérience personnelle ) ou pire un conduit de lubrification .

je ferais plutôt confiance à une huile de boite qui a les additifs extrême-pression adaptés à un mécanisme à pignons .

le bisulfure , j' en pense le plus grand bien .

si le prix huile basique + bisulfure est moité celui d' une huile de boite , pourquoi pas ..
 
SkippyLeChat
SkippyLeChat
Compagnon
20 Août 2011
1 010
Nantes
  • Auteur de la discussion
  • #3
Bonjour,
Eh ben, je croyais ce message sacrifié sur l'autel de l'indifférence ! ... Merci pour cet avis.
Quand j'ai posé la question, j'avais :
- a faire le plein d'huile de ma fraiseuse FP1 en cours de remontage.
- vu qu'il y a des bagues en métal "cuivreux" dans les boîtes, et lu ici et là que les additifs des huiles modernes ne sont pas tendres avec ce métal.
- du rab d'huile de rodage d'une "neutralité" quasi suisse ;o)))
Comme je n'ai pas vu venir de contre-indication, j'ai fait. Il est trop tôt pour savoir si c'est bien ou pas.
A+
Skippy
 
copeau 78
copeau 78
Compagnon
31 Août 2011
2 680
Miaou ...

quand tu dis que les additifs modernes ne sont pas tendres avec les bagues en métal cuivreux ,
ça évoque les choses entendues quand les liquides de refroidissement longue durée sont apparus.
ils ont eu la réputation de bouffer les joints ( ce qui est bien sûr faux puisque depuis sans doute plus
de 15 ans il n' y a plus que cela dans nos autos et que c'est pas l' hécatombe le long des nationales ).
en réalité les liquides de refroidissements antérieurs avaient un additif de passivation des métaux - pour
éviter la corrosion des blocs et culasses fonte - qui se déposait en fine couche à la surface des composants.
ce qui colmatait les débuts de suintements . les nouveaux liquides longue durée avaient un pouvoir nettoyant
très élevé - à mettre en parallèle avec le pouvoir détergent des huiles - qui décollait ces dépôts ( au passage
notons que les dépôts en question protégeaient très moyennement de la corrosion mais s' opposaient très
bien au transfert de chaleur - d'autant mieux que l' on remplaçait l' antigel tous les deux ans sans décapage ) et
révélait des suintements qui seraient restés cachés jusqu' à devenir des fuites .
nous avons eu un mal de chien à faire la peau à ce bobard , et pas sûr que certains n' y croient pas toujours ...


dans certains mécanismes il a parfois été utilisé des bagues auto-lubrifiantes composées d'une coquille
acier contenant un bronze poreux chargé de graphite ; on peut imaginer qu' une huile un poil détergente
désagrège le graphite . j' imagine seulement , je n'ai pas d' expérience personnelle .
c'est peut être la source de cette info .
si quelqu' un en sait plus , merci à lui de partager .
 
SkippyLeChat
SkippyLeChat
Compagnon
20 Août 2011
1 010
Nantes
  • Auteur de la discussion
  • #5
Miaou aussi,

Voilà les caractéristiques de l'Aero 80
Masse volumique à 15°C : 887 kg/m3 (méthode ISO 3675)
Viscosité à 40°C : 159 mm2/s (méthode ISO 3104)
Viscosité à 100°C : 15,3 mm2/s (méthode ISO 3104)
Indice de viscosité : 97 (méthode ISO 2909)
Point éclair Cleveland : 268°C (méthode ISO 2952)
Point d'écoulement : - 15°C (méthode ISO 3016)
... qui sont quand même assez proches de celle de l'huile de boite SAE 90 que j'utilise pour la boite et le pont de ma BMW... les additifs en moins.
Cette huile a été utilisée pour le rodage du moteur Jibaru d'un ULM. ("les 50 premières heures avec une huile minérale pure non dispersante" dixit les gourous du rodage). Et j'ai du rab.
Pour la poudre de perlin-pin-pin (bisulfure de mobylette), j'ai un peu de stock. Mais çà se trouve en cherchant bien. La mélanger à huile... c'est pas de la tarte.
Voilà !
Skippy
 
copeau 78
copeau 78
Compagnon
31 Août 2011
2 680
ben dis donc !!!

j'aurais pensé que comme pour la plupart des mécaniques modernes ( voir nos moteurs d' auto )
la qualité des matériaux et des méthodes d' usinage auraient dispensé d' un rodage aussi long .
parceque 50h c'est pas rien , ça vaut 2500 kms à 50km/h de moyenne ( déplacement mixte urbain et route )
et qui de nos jours rôde réellement un moteur de voiture ?
je suppose que le rodage se fait au banc , faut être patient et motivé !!!
c'est vrai que la sécurité n'a pas de prix et que si c'est la condition de la fiabilité mécanique ...
question : le moteur de l' ULM on doit lui faire sa grande révision au bout de combien d' heures ?
 
SkippyLeChat
SkippyLeChat
Compagnon
20 Août 2011
1 010
Nantes
  • Auteur de la discussion
  • #7
Pour l'ULM, ce n'est pas moi le spécialiste, c'est mon frère. Mais en gros le rodage se fait sur la cellule et en vol avec de l'huile minérale pure (Aero80).
Voilà le détail : http://www.jabiru.fr/downloads/manuelutilisation4cyl.pdf
La fin du rodage intervient entre les 25 et 50 premières heures de vol, quand la consommation se stabilise. C'est plus près de 50 que de 25 !
Bonne lecture !
Skippy
 
Dernière édition par un modérateur:
copeau 78
copeau 78
Compagnon
31 Août 2011
2 680
Bonsoir

curieux ...
page 11 du fascicule moteur et au paragraphe 4-6 il est écrit que ces moteurs sont rodés
en usine et ne nécessitent donc pas de rodage .
ça rejoint un peu ce que je pensais de la chose .

j'ai cherché sur le net , les huiles aviation minérales pures sont courantes .
je n'ai pas trouvé d'explication , j'en suis réduit à imaginer que c'est pour éviter
des problèmes de compatibilité entre des huiles additivées de marques différentes .
par curiosité je ferai poser la question à notre pétrolier .
un produit de marque répond à une spécification ( api , acea ... ) ce qui en garantit
la compatibilté entre marques .
ça c'est la situation idéale pour les pays où tout est facilement disponible .
d' expérience je sais bien que dans plein d' endroits on trouve des choses curieuses
et dont le mélange peut conduire à des expériences de chimie amusante ; qui peut
être moins amusante quand on est en altitude .

dans le même fascicule il est déconseillé d' utiliser des additifs "magiques" qui
pourraient boucher des conduits de lubrification . on croirait que le rédacteur
connait un mien neveu qui a dégringolé de suite en moins de 1000kms deux
moteurs d'auto pour y avoir mis un "revitalisant" .
 
M
moissan
Compagnon
13 Mar 2012
11 794
FR-16 angouleme
SkippyLeChat a dit:
Pour la poudre de perlin-pin-pin (bisulfure de mobylette), j'ai un peu de stock. Mais çà se trouve en cherchant bien. La mélanger à huile... c'est pas de la tarte.
bisulfure de mobylette ????

le bisulfure de molybdène et le pire additif a éviter : incompatible avec le bronze ! inutile de prendre de l'huile pure pour y rajouter ça
 
SkippyLeChat
SkippyLeChat
Compagnon
20 Août 2011
1 010
Nantes
  • Auteur de la discussion
  • #10
moissan a dit:
le bisulfure de molybdène et le pire additif a éviter : incompatible avec le bronze ! inutile de prendre de l'huile pure pour y rajouter ça
Tu es sûr, vraiment sûr ?
Le bisulfure de carbone est chimiquement incompatible avec le bronze : là d'accord.
Mais les huiles et les graisses contenant du bisulfure de molybdene (MoS2) sont recommandées pour les paliers lisses. Il y a aussi des paliers dits "glaciers" qui sont fait avec une couche composée de bronze, plomb, MoS2 et polytétra-fluoéthulène...
????
 
M
moissan
Compagnon
13 Mar 2012
11 794
FR-16 angouleme
je croyais que l'huile 80W90EP ne convenait pas pour les les reducteur a vis sans fin a roue en bronze
le EP voulant dire extreme pression avec bisulfure de molybdene
 
SkippyLeChat
SkippyLeChat
Compagnon
20 Août 2011
1 010
Nantes
  • Auteur de la discussion
  • #12
Bonjour,
Mouais...
Ben dans le doute, je vidange, je rince... et je remets de l'huile vraiment pure :)
Merci de l'alerte !
Skippy
 
copeau 78
copeau 78
Compagnon
31 Août 2011
2 680
Bonjour

OK - le bisulfure de molybdène est un additif extrème pression , mais c'est loin d' être le seul ..
une huile extrème pression ( EP) ne contient donc pas obligatoirement du bisulfure .

bien que les pétroliers n' aiment guère communiquer leurs recettes de cuisine
je pense que sur la fiche de données de sécurité ou dans les fiches produit
on doit trouver cette info . faut voir avant de vider la baignoire ...

jamais entendu dire que le bisulfure s' attaque au cuivre , laiton ou bronze .
j'ai tout ça dans l' atelier , je vais ressortir la panoplie du petit chimiste pour voir .
 
G
gaston48
Compagnon
26 Fev 2008
9 821
59000
SkippyLeChat a dit:
Bonjour,
Mouais...
Ben dans le doute, je vidange, je rince... et je remets de l'huile vraiment pure :)
Merci de l'alerte !
Skippy
Boley pour ses prestigieux tours 5 et 6 LZ prescrit d’additiver tous les
lubrifiants (sauf l’huile de broche pour le 5) de Mos2 Molykote sous
forme de leur suspension colloïdale type M55

Donc ….

You rrrrrince and you rrrrrrince treeeeeee tiiiiimes

http://www.youtube.com/watch?v=2LOgiMzpZOA

:lol:
 
Dernière édition par un modérateur:
F
fredymilou
Ouvrier
10 Fev 2012
362
Alsace 68
moissan a dit:
je croyais que l'huile 80W90EP ne convenait pas pour les les reducteur a vis sans fin a roue en bronze
le EP voulant dire extreme pression avec bisulfure de molybdene
C'est très certainement par ce qu'elle contient du soufre.
J'ai ce problème avec ma boite de vitesse qui n'est pas compatible avec les huiles soufrée.
 
Haut