Fraiseuse à métaux pour bois ??

  • Auteur de la discussion chavignol
  • Date de début
C
chavignol
Nouveau
25 Nov 2008
2
  • Auteur de la discussion
  • #1
Bonjour,
Question de débutant. Pöurquoi ne pas utiliser une fraiseuse à métaux pour travailler le bois ? Est-ce que c'est entre autres une question de vitesse de rotation de la broche (3000 RPM pour une fraiseuse à métaux contre 6000 RPM pour une toupie), ce qui donnerait un travail moins propre ?
 
fautou
fautou
Apprenti
15 Oct 2008
205
sud
je travaille du bois depuis très longtemps avec des fraises acier et cela marche très bien il faut juste respecter le sens d'attaque et cela vas super bien,
même a petite vitesse.
 
G
gaston48
Compagnon
26 Fev 2008
9 574
59000
Ce que tu évoques n’entraîne pas forcement un travail moins propre,
disons que c’est plus lent, moins productif. Ça remplace les grosses
défonceuses statiques qui ont un peu une physionomie de fraiseuse.
Mais il faut que ça reste occasionnel, pour des problèmes de lubrification:
les farines de bois assèchent les glissières de leurs huiles
et pour des problèmes de corrosion, si on lubrifie avec des émulsions,
quand on refait de l’usinage métal. Le liquide de coupe fait des boues
avec les farines, longue à sécher et devenant, il me semble, acide .
C’est ce que j’ai lu. Je ne l'ai jamais constaté, car je lubrifie quasiment toujours
au huiles entières
 
tranquille
tranquille
Compagnon
12 Avr 2008
5 859
FR-12320 - Aveyron - Conques
j'utilise mes outils fer (tours, fraiseuse, perceuse, etc) indifféremment pour le bois et le fer.

Faire un bon nettoyage de temps en temps

très pratique, surtout pour des petites pièces fixées, alors que sur le combiné la pièce est libre
 
Bricoleur_69
Bricoleur_69
Compagnon
20 Oct 2008
2 886
FR-69 15 km Ouest Lyon
chavignol a dit:
Bonjour,
Question de débutant. Pöurquoi ne pas utiliser une fraiseuse à métaux pour travailler le bois ? Est-ce que c'est entre autres une question de vitesse de rotation de la broche (3000 RPM pour une fraiseuse à métaux contre 6000 RPM pour une toupie), ce qui donnerait un travail moins propre ?
Bonjour Chavignol

Celà m'arrive de me servir de la fraiseuse pour usiner du bois , surtout dans le cas de pièces courtes difficilement tenable sur la toupie .

Pour la vitesse de rotation au maxi celà peut aller .Mais les fraises HSS pour les métaux ne résistent pas longtemps .Aussi bizarre que celà puisse paraitre la coupe de l'arête tranchante ne dure pas longtemps .

Les HSS pour le bois ont toujours 18% de chrome ce qui n'est pas le cas des fraises à métaux .Le chrome a pour pôuvoir de garder la coupe bien plus longtemps ..

Bonne journée

Daniel
 
tranquille
tranquille
Compagnon
12 Avr 2008
5 859
FR-12320 - Aveyron - Conques
rien n'empeche d'utiliser les outils bois, les fraises de défonceuse (mandrin, porte pince), etc ... j'ai meme fait une bague sur mon arbre porte scie pour y mettre les fers de toupie !
 
C
chavignol
Nouveau
25 Nov 2008
2
  • Auteur de la discussion
  • #7
Merci pour vos réponse

Il faut que cela reste occasionnel à cause de la sciure; mais mon projet sera plus que de l'occasionnel: faire les rainures de 60 m² de plancher (construction d'une maison en cours). Mettre un capotage autour de la broche avec une aspiration pourrait peut-être régler le problème de la sciure, non ?

J'imaginais en effet adapter les fraises d'une défonceuse sur une fraiseuse à métaux (du style optimum BF30 vario) et fixer deux guides en acier rectifiés pour guider les planches, la table de la fraiseuse restant fixe.

Est-ce qu'utiliser la fraiseuse de cette manière vous semble toujours réalisable surtout dans le cadre de ce projet ? Quelle fraiseuse avez-vous ?
 
tranquille
tranquille
Compagnon
12 Avr 2008
5 859
FR-12320 - Aveyron - Conques
tu peux mettre tous les capots que tu veux, ça n'arretera pas la sciure, je pencherai plutot pour un bon nettoyage à la fin

Si tu as beaucoup de bois à usiner -> outil coupant bois. Un montage avec gabarits sera précis et rapide.

pour ma part, j'ai une X3. mais peut importe le modèle, ce qu'il faut avoir, c'est une vitesse de broche assez élevée (ne pas descendre en dessous de 2000 trs/min), un outil qui coupe bien, le reste importe peu car il n'y a que peu d'effort
 
G
gaston48
Compagnon
26 Fev 2008
9 574
59000
Bonjour,
Dans le cadre de ce projet, j’achèterais plutôt une défonceuse d’occasion,
pour éventuellement la revendre ensuite et je ferais un montage statique,
inversé sur table... Très simple, par ce que conçu uniquement pour faire
tes lames de parquet. Tu tourneras avec les bonnes vitesses de coupe
avec un matériel prévu pour la sciure et tu gagneras beaucoup de temps
 
J
J-Marc13
Apprenti
14 Nov 2008
68
Bouches-du-Rhône
Question de débutant. Pourquoi ne pas utiliser une fraiseuse à métaux pour travailler le bois ?

Bonsoir messieurs et surtout chavignol,
à la question,bien sûr que c'est possible SI c'est du DEPANNAGE occasionnel je m'explique; tout dépend de ton budget, car apparemment tu a déjà la fraiseuse, mais mieux vaut à mon avis acheter une défonçeuse qui, montée sous table te donnera entière satisfaction pour le travail qui lui est propre.
Les poussières de bois à la fraiseuse est néfaste aux glissières etc.. sans compter le nettoyage minutieux au pinçeau...
:ripeer:
De plus, tes fraises en HSS n'aurons pas la même tenue dans différents bois du genre: médium-agglomérés etc.. sauf si tu utilise des fraises en HM mais une chose très importante à ne pas oublier, c'est qu'a la toupie l'usinage se fait TOUJOURS en opposition... donc l'habitude à prendre dans ce cas est de droite à gauche.
SI la fraise est montée sur fraiseuse le sens d'opposition sera de gauche à droite !! :mad:
perso c'est contre nature ( pour l'avoir déjà fait, dans des cas où ? )
Ceci n'est que mon avis.
 
J
J-Marc13
Apprenti
14 Nov 2008
68
Bouches-du-Rhône
J-Marc13 a dit:
Question de débutant. Pourquoi ne pas utiliser une fraiseuse à métaux pour travailler le bois ?

Bonsoir messieurs et surtout chavignol,
à la question,bien sûr que c'est possible SI c'est du DEPANNAGE occasionnel je m'explique; tout dépend de ton budget, car apparemment tu a déjà la fraiseuse, mais mieux vaut à mon avis acheter une défonçeuse qui, montée sous table te donnera entière satisfaction pour le travail qui lui est propre.
Les poussières de bois à la fraiseuse sont néfastes aux glissières etc.. sans compter le nettoyage minutieux au pinçeau...
:ripeer:
De plus, tes fraises en HSS n'aurons pas la même tenue dans différents bois du genre: médium-agglomérés etc.. sauf si tu utilise des fraises en HM mais une chose très importante à ne pas oublier, c'est qu'a la toupie l'usinage se fait TOUJOURS en opposition... donc l'habitude à prendre dans ce cas est de droite à gauche.
SI la fraise est montée sur fraiseuse le sens d'opposition sera de gauche à droite !! :mad:
perso c'est contre nature ( pour l'avoir déjà fait, dans des cas où ? )
Ceci n'est que mon avis.
 
S
sapete1
Compagnon
21 Avr 2008
833
45 Loiret-Nord
Bonsoir,

J' ai entendu dire que certains bois sont riches en silice, ce qui n'et pas très bon pour les glissières.

A+

Sapète1
 
J
J-Marc13
Apprenti
14 Nov 2008
68
Bouches-du-Rhône
Bonsoir sapete1,
je l'ai aussi entendu, mais est-ce la silice ?
une chose est sûre pour l'avoir essayé, le médium est une calamité pour les glissières etc.. mais il est très pratique, résistant aux chocs et à l'humidité même noyé.
Il faut protéger au maximum la M/O.

Cordialement
 
U
uilleann
Apprenti
2 Déc 2008
180
Centre Ouest Bretagne
sapete1
J' ai entendu dire que certains bois sont riches en silice
En particulier l'ébène indien que l'on travaillait pour instrument de musique . J'ai écrit "travaillait", car à part pour ceux qui ont du stock, il est formellement interdit à l'exportation par le gouvernement indien...sauf pour des objet manufacturés la-bas. A ce sujet j'ai entendu une anecdote la semaine dernière (reste à en vérifier l'exactitude) : il paraitrait que des objets manufacturés en Inde seraient importés en France (et ailleurs) et qu'il suffirait de les démonter pour obtenir des carrelets utilisables en lutherie ! (cornemuse, flute etc)
On sait que les trafiquants ont de l'ingéniosité....alors pourquoi pas !
 
bois.debout
bois.debout
Compagnon
7 Juil 2008
2 144
Paris
uilleann a dit:
En particulier l'ébène indien que l'on travaillait pour instrument de musique. J'ai écrit "travaillait", car à part pour ceux qui ont du stock, il est formellement interdit à l'exportation par le gouvernement indien...sauf pour des objet manufacturés la-bas. A ce sujet j'ai entendu une anecdote la semaine dernière (reste à en vérifier l'exactitude) : il paraitrait que des objets manufacturés en Inde seraient importés en France (et ailleurs) et qu'il suffirait de les démonter pour obtenir des carrelets utilisables en lutherie ! (cornemuse, flute etc)
On sait que les trafiquants ont de l'ingéniosité....alors pourquoi pas !
Bonjour,

C'est un truc qui est aussi pratiqué pour la loupe de thuya du Maroc. Sur un gros bloc de loupe qui sert de socle, on fixe une saloperie en ferraille perchée sur un fer à béton qu'on baptise "Sculpture contemporaine" et hop, ça peut partir à l'exportation sous l'apellation d'objet d'art.

À l'arrivée, il suffit de balancer "l'œuvre d'art" à la poubelle et de récupérer le socle.

Je ne connais pas "l'ébène indien". Ça ne serait pas une appellation différente du Macassar ou du Coromandel ?
 
bois.debout
bois.debout
Compagnon
7 Juil 2008
2 144
Paris
gaston48 a dit:
Ce que tu évoques n’entraîne pas forcement un travail moins propre,
disons que c’est plus lent, moins productif. Ça remplace les grosses
défonceuses statiques qui ont un peu une physionomie de fraiseuse.
Mais il faut que ça reste occasionnel, pour des problèmes de lubrification:
les farines de bois assèchent les glissières de leurs huiles
et pour des problèmes de corrosion, si on lubrifie avec des émulsions,
quand on refait de l’usinage métal. Le liquide de coupe fait des boues
avec les farines, longue à sécher et devenant, il me semble, acide .
C’est ce que j’ai lu. Je ne l'ai jamais constaté, car je lubrifie quasiment toujours
au huiles entières
Bonjour Gaston,

Ça, c'est vrai, mais c'est le point de vue d'un mécano.

D'un point de vue d'ébéno, les conclusions sont les mêmes, mais pour des raisons différentes.
Les principales sont : les angles d'attaque et d'affûtage des outils à métaux ne conviennent pas au bois (sauf, peut-être pour le gaïac qui est auto-lubrifiant) et les vitesses de rotation des machines sont souvent trop faibles pour donner un résultat parfait.

À chacun ses raisons, mais au bout du bout, on est d'accord : À chacun ses machines !
 
U
uilleann
Apprenti
2 Déc 2008
180
Centre Ouest Bretagne
Trouvé il y a 2 minutes sur les guides Ebay !

""""L’ébène c’est quoi?

Pour simplifiez , la famille des « Diospyros » nom latin des ébènes

comportent un grand nombre d’espèces (a peu près 600) mais seul les ébènes sombres peuvent prétendre au nom commercial d’ébène .

Il y a sur le marché 2 variétés que l‘on retrouve souvent :

l’ébène du Gabon -Diospyros crassiflora : c’est l'emblématique ébène noir d’Afrique , lustré et luisant .On le trouve principalement au Gabon et au Cameroun

L’ébène de Macassar -Diospyros celebica - originaire de l’ île Sulawesi , que l’on trouve dans d’autres partie de l’Asie .C’est l’ébène marron avec de belle veines , très utilisé en art déco.

Bien sur il existe d’autres ébènes : celui de Madagascar -Diospyros gracilipes ou Diospyros perrieri est un des plus foncé (quasi noir) mais les coupes sauvages et incontrôlées on réduis la production à peau de chagrin , mettant même en danger ces espèces.Sachez qu’il faut environ 200 ans pour faire un ébène adulte….Il y a aussi un ébène Indien Diospyros ebenum mais l’espèce est protégée donc seul les vieux stock peuvent être encore utilisés .

Attention aussi aux noms commerciaux qui peuvent induire en erreur : l’ébène du Mozambique ne fait pas partie des Diospyros mais des Dalbergia , c’est donc un Palissandre et non pas un ébène bien qu’il soit lui aussi noir avec un magnifique polis !Il fait des merveilles en lutherie car ses qualités acoustiques sont supérieures à l'ébène.(note perso : ça reste à prouver !!!)

Enfin sachez que les ébènes ont un prix qui varie certe en fonction de la qualité mais lorsque je vois de l’ébène à 3 euros , je me demande ou et surtout qui à bien pu couper 200ans d’histoires pour ce prix là….."""""
 
S
sapete1
Compagnon
21 Avr 2008
833
45 Loiret-Nord
Bonjour à tous,

Un peu absent du site à cause de pb de soft sur mon pc, c'est la vie!
En ce qui conncerne les trafics illicites, on voit que les types ne manquent pas de génie, mais les polices et les douaniers et les gouvernements, eux ils sont à zéro!

A+

sapète1
 
bois.debout
bois.debout
Compagnon
7 Juil 2008
2 144
Paris
uilleann a dit:
...Enfin sachez que les ébènes ont un prix qui varie certe en fonction de la qualité mais lorsque je vois de l’ébène à 3 euros , je me demande ou et surtout qui à bien pu couper 200ans d’histoires pour ce prix là…
Bonjour,
À ce prix-là, c'est un bois teinté, imitant l'ébène, comme celui des faux masques africains vendus à la sauvette au bord des trottoirs ou aux puces.

Depuis la Renaissance, on teinte en noir différents bois, de texture homogène et à grain fin, pour essayer d'imiter l'ébène d'Afrique qui est la plus noire. Le poirier, en particulier, traité avec une mixture à base de fer dissous dans de l'acide acétique, donne un assez bon résultat. Toutefois, les microscopiques veines blanchâtres d'une vraie ébène* du Gabon (dépôts siliceux) ne sont pas reproduites. Aujourd'hui, les teintes synthétiques ont remplacé cette vieille recette au vinaigre.

La dernière fois que j'ai acheté de l'ébène du Gabon à Paris (fin des années 90), le prix était à plus de 60 francs le kilo. Ce prix a dû encore grimper...

* Cela peut surprendre mais le mot "ébène" est un nom féminin : Une ébène.
 
Tourblanche
Tourblanche
Compagnon
17 Oct 2008
2 224
Monterégie , Québec
Ça surprend les gens , mais certains objects dits en ébène , comme
les dents de piano et les clés de violon sont généralement en poirier
teint .

Dans le cas des clés de violon , la silice contenue dans l'ébène
aurait tot fait d'aggrandir démeusurément les trous et de rendre
l'accordage difficile .

Il y a tellement de variétés d'arbre que l'identification est difficile
et les traductions souvent aléatoires . De plus en plus on utilise
le nom scientifique en latin pour éviter les erreurs.
 
D
diomedea
Ouvrier
15 Sept 2008
318
Bretagne
Bonjour à tous
Très intéressant le sujet de ce topic. J’ai entendu dire que le bois d’ébène était du a une maladie, un champignon me semble t-il ? Je poste deux photos, l’une montrant une veine de silice dans un bout d’iroko, j’ai un plateau de teak avec la même chose en son centre. Il est vrai que ses deux essences sont très abrasives, imaginez l’état d’affûtage de vos outils après avoir travaillé ce type de bois, pourtant très gras!
La deuxième montre du gaïac. La densité de se bois est impressionnant ! Les carrés mesurant 830 X 50 X 35 pèse plus de 2 Kg ! Le petit bout sur le dessus n’est autre qu’un coussinet de palier de ligne d’arbre, Je crois savoir que notre vénérable Jeanne d’Arc en est encore équipée.
Pour parler des trafics de bois. J’ai eu l’occasion de voir les forets primaires Africaine (Cameroun, Gabon, Congo) ou Australienne (Tasmanie). Je ne peux me résoudre à participer à la disparition de ces merveilles. J’ai décidé de ne plus acheter de bois exotique, ma terrasse sera en carrelage… le bois des photos a été sauvé de la cheminée, (Chute de chantier).
JPLL

04 janvier 2009 010.jpg
Gaïac

15 décembre 2008 061.jpg
Iroko
 
J
JKL
Compagnon
1 Avr 2008
1 995
Diomedea, j'ai eu la même réaction que toi lorsque j'ai entrepris de construire un avion en bois et toile.
Le bois idéal est le SPRUCE. Il a été très très utilisé pendant des décennies MAIS il provenait d'arbres de 50 à 80 m de haut ayant 200 ans au moins. Il faut savoir qu'on ne prend qu'une infime partie d'un arbre pour faire de la menuiserie/charpente. Seul le fut de l'arbre est exploitable pour cela. Il commence à 1à2 m du sol et finit à 1 ou 2m des premières branches. Ensuite sur beaucoup d'essence où l'aubier est distinct, on l'élimine. C'est l'histoire de "La Flute à 6 trous" histoire des Stroumpfs que j'ai lue autrefois : ils la taillaient au coeur d'un arbre.
Pensez aux tonneaux en chêne pour le vin taillés pareillement dans des arbres de 100 à 200 ans.
Et encore autrefois on exploitait correctement les forets en replantant les espèces que l'on abattait, mais maintenant on n'a pas le temps d'attendre il faut rentabiliser donc on plante des essences moins nobles poussant plus vite et on en fait soit de la pate à papier, soit du bois de chauffage. C'est pour cela que les bois tropicaux sont autant dévalisés mais pareillement la denrée s'épuise comme pour le pétrole.
Utiliser du bois pour se chauffer est une ineptie car en très peu de temps on détruit ce qui nécessite des dizaines d'années pour pousser. A grande échelle c'est une catastrophe écologique.
 
D
diomedea
Ouvrier
15 Sept 2008
318
Bretagne
Bonjour JKL
Je pense qu’il ne faut pas tout confondre. La gestion des forets européennes n’a pas grand-chose à voir avec les forêts équatoriales. En France la forêt crois tous les ans, et j’ai même entendu dire que les chênes de Colbert mouraient sur pied, et pourtant ils ont été cultivés. Ce bois n’est semble t-il plus à la mode, par contre le teak…
Tous ce que j’ai vu de l’Indonésie, ce sont des collines dénudées qui ont jadis du servir de support aux forets.
Pour ce qui ça intéresse, voici deux ouvrages (on y parle aussi du SPRUCE) de JM Ballu, qui balaient pas mal d’idées reçu sur le bois.
JPLL

100.jpg


84_002.jpg
 
G
gaston48
Compagnon
26 Fev 2008
9 574
59000
Bonjour,

Tour Cazeneuve :
Une des 3 touches réversibles de la lunette.
Un coté un galet, l’autre coté, une garniture en Gaïac.

L’huile qui imprègne le gaïac a la propriété de na jamais gommé,
d’où son application aussi à des coussinets de pendulerie

touche cazeneuve [1024x768].JPG
 
bois.debout
bois.debout
Compagnon
7 Juil 2008
2 144
Paris
Bonjour,

Oh, là... Sujet passionnant et à aspects multiples !

Tout d'abord, Diomedea :
J’ai entendu dire que le bois d’ébène était dû à une maladie, un champignon me semble t-il ?
Non, là je crois que tu confond avec les loupes, comme la loupe d'amboine, par ex. (le plus cher des bois), rendue célèbre par les tableaux de bord des Rolls Royce.
Les loupes sont effectivement des excroissances maladives dûes à des blessures ou des attaques de champignons ou d'insectes, selon les cas. Chez nous, celles qu'on voit le plus facilement sont les loupes de platane. Ce sont ces grosses bosses qui apparaîssent sur les troncs. Une fois débitées en placages, on les emploie en ébénisterie.
En France, les plus recherchées étaient les loupes de noyer et les loupes d'orme mais... Il n'y a plus (ou presque) d'ormes en Europe à cause de la la graphiose, une maladie mycosique.

L'ébène est le nom donné au bois produit par plusieurs espèces d'arbres de la famille des Ebenaceae appartenant au genre Diospyros, appelés ébéniers (voir messages précedents).

Il y a quelques années, en sciant un plateau de 34 mm en iroko, une gerbe d'étincelles a jailli du trait de scie. J'ai stoppé net et j'ai découvert une poche vide de 15 x 100 mm env. en forme de fuseau, contenant ce que j'ai d'abord pris pour une pierre, que la lame avait effleurée. En fait, c'était une accumulation de sève chargée de silice qui s'était nichée là et qui avait durci comme une pierre.
J'ai conservé ce morceau :


La partie blanchâtre correspond au frottement de la lame carbure qui avait provoqué les éteincelles.


Le gaïac est, pour moi, le bois le plus agréable à tourner. Très cireux, il lubrifie le tranchant des gouges et fait de beaux copeaux. Effectivement, il désaffûte aussi les tranchants ! Mon grand-père, ancien de la "Royale", avant et pendant la Guerre de 14-18, me disait que l'eau de mer provoquait avec ce bois une sorte de mousse qui lubrifiait les arbres de couche.

Pilon en gaïac, tourné dans une branche (L 350, Ø max : 63). On voit la proportion de l'aubier :



D'accord avec toi pour la gestion des forêts :

"La surface boisée française a connu, par le passé, des périodes de fort accroissement : lors de la valorisation des landes de Gascogne au XIX° siècle, ou juste après la seconde guerre mondiale, avec les opérations de reboisement soutenues par le Fond forestier national. Mais ces dernières années, l'accroissement est devenu plus régulier ; il est d'environ 30 000 hectares par an sur la période 1998-2004. En France, les surfaces boisées ont progressé de plus de 10 % depuis 1981."
Source : l’Inventaire forestier national (IFN)
Voir : http://www.bois.com/mieux-connaitre/for ... progession

Contrairement à ce que certains affirment, la consommation de bois, que ce soit pour la construction, le chauffage ou d'autres usages est parfaitement écologique, à condition d'assurer le renouvellement des arbres, évidemment, comme on le fait ici depuis Louis XIV et Colbert. Les Anglais n'ont pas eu cette sagesse à la même époque et leur marine a consommé toutes leurs forêts.
Il faut savoir passer de l'attitude de "cueilleurs" à celle de "planteurs". Le blé et les pommes de terre ne disparaîssent pas parcequ'on les mange ! Le problème, c'est que les arbres poussent moins vite.
Lorsqu'on replante autant, et même plus, qu'on ne consomme, les forêts deviennent un réservoir d'énergie considérable. Le bois brûlé produit du carbone qui est capté par les arbres en cours de repousse et vogue la galère. En revanche, il ne faut pas interrompre le cycle et, malheureusement, tous les pays n'ont pas encore notre politique de gestion des forêts.

Par ailleurs, en dehors des pays industrialisés, la plupart des hommes sur la planète, cuisent leurs aliments au bois (ou au charbon de bois) sur des feux ouverts qui ont un rendement déplorable, et c'est là la plus grande consommation qui en est faite, touts essences confondues. Si on veut vraiment protéger les arbres et la forêt qui sont les meilleurs "pièges à carbone", il faudrait à la fois replanter à outrance, partout dans le monde, et fournir aux populations qui en ont besoin, les moyens très simples de limiter la consommation de bois de cuisson, au moins, tant que la replantation ne couvre pas les besoins. L'action de certaines associations humanitaires va dans ce sens mais est encore très insuffisante.

En ce qui concerne l'emploi des bois dits "précieux", en gros, celles qu'on emploie en lutherie, ébénisterie d'art, coutellerie, etc, sur lequel certains "écolos" mal renseignés tirent à boulets rouges pensant qu'elles sont en voie d'extinction, il y a quelques années, j'avais appris quelque chose d'édifiant de la bouche de l'un des 3 ou 4 meilleurs spécialistes en la matière en France :

Sur la totalité de ces essences "précieuses" coupées, SEPT POUR CENT seulement sont réellemnt exportées vers les pays consommateurs et utilisées pour les usages cités. Le reste, hélas sert à faire la cuisine.
Évidemment, on ne peut pas reprocher aux gens de cuire leur riz ! La solution se trouve bien plus dans l'éducation et l'apport de moyens concrets, plutôt que dans des interdictions qui, de toute façon, ne produiraient QUE 7% de résultats positifs !


Gaston 48 :
Je pense que la matière lubrifiante contenue dans le gaïac s'apparente plus à une cire végétale qu'à une huile, mais ce serait à vérifier. Cela expliquerait peut-être pourquoi ça ne gomme pas ?
 
Dernière édition par un modérateur:
Tourblanche
Tourblanche
Compagnon
17 Oct 2008
2 224
Monterégie , Québec
tous les pays n'ont pas encore notre politique de gestion des forêts.

C'est très vrai hèlas .

C'est la rareté qui fait la valeur . Quand j'était enfant
a l'école on nous parlait encore de nos ancètres qui avaient " combattu
et vaincu la foret " ( j'habite au Québec. )

Je suis tout de même content que le sujet soit abordé sur
un forum d'usinage .

L'utilisation secondaire du bois devient un sujet important
http://www.sibo.ca/fr/index.shtml pour éviter le gaspillage des ressources, et ce n'est possible qu'avec un outillage sophistiqué.

L'usinage a la rescousse de la foret , c'est sympa.
 
D
diomedea
Ouvrier
15 Sept 2008
318
Bretagne
Merci et bravo !
Il fallait que cela soit dit ! En tout cas encore merci d’avoir éclairées nos lanternes sur un sujet aussi important. Pour moi travailler le bois, passe aussi par la connaissance de tout ce tu viens d’écrire.
Allez, encore un exemple d’usage du gaïac en mécanique, ici des réas de poulies, et pour finir un meuble fait en « tu récupère ou j’fous à la poubelle » (Iroko)
JPLL

460.jpg


04 janvier 2009 013.jpg
 
Fred69
Fred69
Compagnon
2 Déc 2008
4 260
F-69 sud-ouest Lyon
moi aussi j'utilise régulièrement ma fraiseuse (BF20 L) pour travailler du bois (ébène, palissandre, merisier).
Une défonceuse, même montée en fixe sur une table, ne peut en aucun cas remplacer une fraiseuse.
J'utilise des fraises pour le bois (queue de 8mm) et je n'ai pas de problème d'afutage.
J'essayerai bien de mettre quelques photos mais je n'ai toujours pas compris comment on pouvais insérer des images sur ce groupe alors qu'ailleurs ça ne pose pas de problèmes, alors si qq peut m'expliquer, merici d'avance.
A+ Fred
 
G
gaston48
Compagnon
26 Fev 2008
9 574
59000
D’abord tu réduis un peu le "poids" de ta photo le transfert est
beaucoup plus rapide et tu vas pas saturer ton cotât

j’utilise le version gratuite de Image vso resizer
mais tu verra après…

Ensuite sous la fenêtre ou tu rédige ton post,
tu cliques sur "parcourir" ce qui te permet de localiser ta photo sur ton disque
dur et de l’ "ouvrir"
et ensuite tu la charges sur le forum en cliquant sur "joindre un fichier"

tu peux "prévisualiser" avant ou "envoyer" tout de suite

l’ordre des photos est inversés en prévisualisant mais redeviens normal
en envoyant
 
J
jungo1
Compagnon
14 Jan 2008
2 101
06140 Vence
Salut Fred69b,

Lorsque tu as écrit ton message tu cliques sur prévisualisation

ensuite sur la page qui s'ouvre tu cliques sur parcourir dans la fenêtre tu choisi le fichier (stocké sur ton ordinateur) correspondant à l'image que tu veux joindre (Attention le fichier ne doit être trop lourd 5 Mo max), ,une fois selectionné, tu cliques sur joindre un fichier, une nouvelle fenêtre s'ouvre, tu peux faire un commentaire.

pour vérification tu peux cliquer sur prévisualisation, et si ça te convient tu peux l'envoyer.

A plus
 
Haut