Fabriquer une alim electrique variable 12 volts et 50 Ampères avec des MOSFET

Compagnon
19 Octobre 2012
1 468
FR-39Arbois
avec un montage en série la totalités du courant traverse tous les élément et donc si l’élément variable est capable de fournir ce courant a une faible tension ça doit passer mais la dissipation elle vas grimper a l'inverse de la tension bien que le découpage(si c'est le cas) permet quand même de limiter ça ; par contre , la tension totale va se retrouver (risque ? ) au borne du régulateur , pas sur qu'il aime ça . c'est la ou une diode "roue libre" devient utile
 
Lexique
18 Février 2010
4 585
FR-91 Brétigny sur Orge
On peut même se demander ce qui se passe dans chaque alim, la "sortie" est prévue pour X ampères et on lui impose de "laisser passer" 2 ou 3 X ?
Si on raisonne (pour simplifier) avec des transfos en série, les fils de chaque secondaire sont dimensionnés pour un courant, pas pour le triple...
Sur des montages électroniques, c'est plus compliqué, mais faut voir (au moins les fils :-D )
 
Ouvrier
2 Février 2019
365
Bonjour,
en principe, une alimentation a un controle courant.
Les alim à découpage ont aussi un controle courant coté EDF. : le transistor hacheur doit couper avant le courant maxi. En effet, le courant monte de manière exponentielle, donc il faut couper avant emballement.
En plus, si on coupe, on crée une Fem induite qui fait monter la tension au secondaire du transfo férite : coté utilisation
Ce qui n'est arrivé sur une 24V 2A , demande 4A : la tension s'effondre, l'alim tente de redonner 24V, nouvel effondrement

Une alim à découpage a un avantage : moins de perte qu'une classique. En effet, la tension au secondaire de la férrite s'adapte à la tension demandée, donc peu de perte interne ; mais ondulation forte.... ca ne joue pas dans ce cas....
sauf si on a des parasites de fréquence proche de celle de l'oscilateur.... et qu'en plus, il soit sensible à la variation de tension d'alimenation.... alors, on fait comme le pont de Tacoma : prévu pour résister à des vents forts, tombé sous une petite brise à cause de résonnace mécanique de tous les éléments....

Il est difficile pour une alim à découpage de donner 0V, strictement 0.
En principe, pas de difficulté pour le montage série : le même courant pour tous.
Il faut que le courant maxi global des l'alims soit inférieur au courant maxi d'un élément : le moins disant va chuter sa tension s'il est "persuadé" de devoir trop fournir.
Il faut isoler les alim entre elles : si la masse du boitier métallique est raccordée sur une tension électrique, il y a des risques.
 
Compagnon
21 Décembre 2008
4 858
FR-57330 Moselle
On peut même se demander ce qui se passe dans chaque alim, la "sortie" est prévue pour X ampères et on lui impose de "laisser passer" 2 ou 3 X ?
Si on raisonne (pour simplifier) avec des transfos en série, les fils de chaque secondaire sont dimensionnés pour un courant, pas pour le triple...
Sur des montages électroniques, c'est plus compliqué, mais faut voir (au moins les fils :-D )
Bonjour
Dans un ensemble réalisé par la mise en série d'alimentations , le courant maxi de l'ensemble est le plus petit courant max des alimentations.
 
Compagnon
21 Décembre 2008
4 858
FR-57330 Moselle
avec un montage en série ...... c'est la ou une diode "roue libre" devient utile
Bonjour Fran
Je pense mettre une telle diode en // de chaque bloc d'alim. Comme ça si une alim ne débite pas, le courant généré par les autres alim pourra passer par la diode ajoutée.
Des diodes passant plus de 50 Ampères seront nécessaires.
Ça devrait fonctionner, enfin, peut être ....
 
Ouvrier
2 Février 2019
365
Bonjour,
je vois le danger suivant : la 3ème alim 0V en sortie, courant maxi autorisé 49A ; il passe 52A dans le circuit, les autres alims acceptent
La 3ème voit un courant trop fort, et se bloque, un effondrement de tension ne permettra pas de réduire le courant de l'ensemble.

Ajout d'une diode externe de protection :
Il faudrait une diode très faible chute de tension, genre 0.1V (éviter une silicium 0.6V) mais qui supporte 60 A
Les condensateurs de l'alim "0+ Volts" seront traversés par un courant, la bobine secondaire et la diode redressement aussi...d'autant plus vrai que la diode additionnelle a une tension seuil plus élevée que celle dans l'alim.
Risque de saturation du noyau de la ferrite...même si l'alim est transfo point milieu, donc partage du courant dans ls 2 demis enroulements.

Ajout d'une résistance en sortie d'alim :
Mettre une résistance si on compte 0.5 V 50A : 10 m Ohm
Mais quand la tension de l'alim augmente, les 10 m Ohm ; valeur élevée pour ce besoin, va absorber tout le courant
Donc, il faut la couper.
La meilleure solution, c'est un MOS de puissance, il faudra créer un disposition additionnel pour sa gestion.
Si on bricole en électronique, c'est facile (tout est relatif )

Si on demande un courat supérieur au courant nominal
Une régulation interne limite le courant au secondaire du transfo ferrite, on reste dans une zone courant nominal
L'alim qui détecte va faire chuter sa tension. Dans un montage avec 1 alim I= U/R Udiminue I aussi
Alim asservies : l'alim maitre diminue sa tension, l'autre le fait également, on se retrouve comme dans le cas 1 seule alim

Si pas de régulation coté secondaire, c'est coté primaire qu'on détectera un un courant anormal dans la ferrite
Le hacheur donnera des impulsions plus courtes. Le courant montant de facon exponentielel dans une bobine, la tension coté primaire transo sera réduite, pareil au secondaire
Dans le cas 1 alim : tension réduite, courant baisse.

Remarque : une alim serveur peut avoir du 5 et du 12 V ; ce qui met très haut la barrière de protection
Si c'est une monotension ; c'est mieux pour cet usage.

Dans le cas où la 3ème alim donne une tension significative, si détection de courant maxi, la régulation va faire diminuer la tension de sortie.
Tension diminue ; le courant aussi.... si la charge est une résistance.
Si c'est un autre dispostif élecronique, il peut réclamer plus de courant....
c'est le cas des alim à découpages fonctionnant de 110 V à 240V
Dans ce cas, rien n'est résolu : la tension diminue encore, le courant restant au maxi.
 
Dernière édition:
Compagnon
27 Décembre 2007
4 512
FR-28360
Si c'est une alim a découpage la regulation est sur le primaire, sur le secondaire il y a juste un pont et un condo. Si une alimentation, est à l'arrêt le courant passera obligatoirement par le pont de diode mais aucun courant ne remontera vers le transfo, c'est impossible et pour qu'un courant transverse un condensateur et faut une variation de tension.
 
Ouvrier
2 Février 2019
365
Bonjour,
effectivement, la régul est sur le primaire.
Si on est en 1 seule tension de sortie, cela suffit.
Si on récupère une alim qui a plusieurs sorties, on peut trouver une protection sur une des sorties.
C'est ce cas que j'ai également envisagé, pour répondre à que se passe t-il si la tension passe à 0

Si un courant passe dans la diode, le courant passe aussi dans le transfo.
Une alim à découpage a au secondaire un redressement mono alterance, avec 1 enreoulement.
Pour les forts courants, c'est secondaire avec point milieu : 2 redressement mono
Il n'y a pas de pont 4 diodes comme sur un transfo classique.

Dans le transfo, il passe un courant continu,
donc, effectivement, il n'y a pas de transfert vers le secondaire.

On évoque une alim variable, on a probablement un controle de tension ET un controle de courant, donc un controle coté secondaire.
Exemple : sortie 12V 50A le primaire voit 600 W
Si l'alim réglable est réglée pour 6V ; sans régul secondaire, le primaire bloquerait à 600W soit 100A au secondaire.

Mon dessin montre le couplage de 2 alims ; j'ai mis alim réglable "en bas" sur le - mais cela ne change rien au propos. Pareil, la mesure courant peut être sur la masse, On aurait la même conséquence : détection du maxi, blocage.
La diode externe doit etre de type schottky : basse chute de tension pour éviter un courant de circulation vers le transfo, la (les) diodes de l'alim


alim.jpg
 
Dernière édition:
Ouvrier
2 Février 2019
365
Il serait peut être plus simple de prendre une alim monotension et fixe : 1 seule tension de sortie.
Dans ce cas, le primaire assure la régulation.
Trouver la résistance qui permet de régler la tension.... il sera relativement facile de faire baisser la tension secondaire. En revanche on pourra faire monter légèrement au dela de la tension de sortie nominale.
Mais, il faut avoir le schéma de l'alim, et accpeter le risque de détruire son alim.
Je joins un lien qui montre un schéma simplifié
http://jmespe.free.fr/electro/realisation/alim_flyback/index.html

En ce qui concerne la charge, si j'ai bien compris, c'est un convertisseur "HF" On crée une fréquence > 100 kHz
Le principe habituel : on envoie une impulsion plus ou moins courte, un repos plus ou moins long.
Parfois une salve positive composée de plusieurs impulsion ; puis une salve négative
On augmente la largeur des impulsions pour avoir plus de courant.

Dans ce type d'alim : si la tension baisse, l'alim compense en augmentant son temps de conduction, le courant augmente.
Donc si l'alimentation "36V" baisse car courant trop fort ; l'alim coté récepteur va demander plus de courant
Voila pourquoi, j'ai comparé à une alim de box, chargeur de téléphone qui accepte en entrée de 100 à 240V
 
Compagnon
26 Octobre 2011
1 162
Rehello,
J'ai pas tout bien relu,
Mais une alim variable en série sur deux autres, ca me semble un peu hazardeux...
Avec des puissances telles, tu as vite des joyeusetés telles que oscillations, emballement thermique et autre bricoles qui peuvent apparaitre...
Actuellement tu as 3 alims identique il me semble, là ok,

Ca a peut être déjà été dit, mais pourquoi pas solution de bourrin avec de la corde a piano inox en série, en plus c'est ajustable a volonté ...
 
Compagnon
15 Octobre 2009
1 847
indre et loire
Bonjour,

Mettre des alim en série pas toujours top ! .

Risque d'oscillations sur la régulation.

La diode en externe comme au #25 est obligatoire sur chaque alim.
SINON:
Si une alimentation ne délivre plus de tension le courant venant des 2 autres la traverse à travers le secondaire du transfo et de la diode de redressement.
ce courant continu crée une saturation du transfo qui n'est pas fait pour le continu et génère une tension inverse aux borne du condensateur de sortie (risque explosion , au minimum détérioration)
On se retrouve dans le cas de piles ou batteries en série avec une tension inverse ( I x R interne) sur l'élément défectueux.
le système de régulation autour de la résistance de mesure et du condensateur risque d'avoir une alimentation inversée.

JF
 
Compagnon
19 Octobre 2012
1 468
FR-39Arbois
une saturation du transfo qui n'est pas fait pour le continu
pas sur que ça pose un réel problème dans ce cas , le courant ne pouvant augmenter du fait de la saturation . on a juste une bel électro aimant dans sa boite
et génère une tension inverse aux borne du condensateur de sortie
la effectivement et ça devient vite marrant enfin si on aime la fumée et le bruit et...
 
Ouvrier
2 Février 2019
365
... le sujet est 3 alim en série, c'est pas le top, mais c'est la proposition. La diode ajoutée doit être une base tension genre schottky, comme sur l'alim pour limiter la tension inverse une silicium donnerait presque 1V

Pour éviter les problèmes, les 3 alims doivent fournir du courant : ca évite une inversion comme avec des batteries. Pas question de flirter avec 0V sur une alim
Aussi, les alims devront être capables de fournir plus que le demandé. pour éviter l''arret d'une alim.

Si le convertisseur HF est prévu pour 36V la 3ème alim devrait donner environ 12V
Logiquement, si prévu pour 36V on n'aura Jamais une tension proche de 0, toujours supérieure à la tension de seuil de sa diode.... le minimun étant juste assez pour charger son condensateur

Certes, la tension d'alimentation aura une influence sur le récepteur

En sortie, c'est un convertisseur, il n'est pas sur qu'une augementation de 10% de la tension donne 21% de puissance en plus ( pour une résistance 110% de U donne 110% de I soit 121% de P)

La fréquence joue un rôle, idem le métal qu'on veut fondre. Même sa forme joue aussi : plusieurs morceaux isolés n'est pas la même choise qu'un gros bloc compact.

Il suffit que le circuit imprimé soit sale, et le GROS condensateur, ou la batterie de condso a une résistance en //
Ca change les caractéristiques du circuit RC.
On aurait une réistance de fuite, idem si la résistance de fuite est faible sur un condensateur : son isolant a pu chauffer sans se détruire, mais perdre des qualités.
On peut aussi avoir un effet self sur le condensateur : une mauvaise soudure, et on perd en rendement.

La température de la bobine augmente sa résistance électrique, ca limite le courant.
Le creuset peut aussi absorber de l'énergie, pas assez pour fondre, mais trop pour ne pas en laisser assez à la pièce.

La bobine d'induction se comporte aussi comme le primaire d'un transformateur : si on plac dans le creuset un morceau de bois, il ne se passera rien ! idem avec un plastique réputé fondre à basse température, idem à un métal oxydé en surface, l'oxyde ne conduisant que très mal le courant.
Par analogie, il faudrait vraiement beaucoup monter la tension pour faire flamber le bois.
 
Dernière édition:
Sujets similaires

Haut