Advertisements

Fabrication d'un xylophone / marimba

  • Auteur de la discussion Pierre Desvaux
  • Date de début
P
Pierre Desvaux
Ouvrier
11 Novembre 2014
334
Bourgogne
  • Auteur de la discussion
  • #1
Bonjour,

Je voulais réaliser un petit xylophone. Et puis, au fur et à mesure de lectures sur le web, le projet est devenu un peu plus ambitieux.

Voici donc un xylophone/Marimba/Balaphon à 2 octaves, 15 barres, 1m 30 de long. Les barres sont réalisées en padouk, un bois africain très sonore. Le nec plus ultra, c'est le palissandre du Honduras, mais il est 10 fois plus cher...

Pour une explication très technique concernant la réalisation pas à pas d'un xylophone, voici une adresse qui m'a été précieuse:

Building a xylophone
http://supermediocre.org/index.php/rich/richs-projects/xylophone-project/

Le réalisateur de ce magnifique instrument a été très loin dans la modélisation de la forme des barres, et dans la compréhension des mécanismes, mais on peut faire cela "au pif", et cela marche tout aussi bien.


J'ai trouvé chez mon marchand de bois local, du padouk sous forme de lambourdes pour les terrasses. C'est un bois dur, assez dense, et d'un superbe rouge vif quand on le coupe. Il vire ensuite vers une couleur lie de vin, très agréable également. Quand on le coupe ou l'usine, il dégage une odeur forte de vanille.

Chaque lame, dont la longueur décroit en fonction de la hauteur de la note, est creusée par dessous, en voûte.

Plus la lame est creusée au centre, plus la note est basse et plus la barre est courte, plus le son est haut. On peut donc, à l'aide d'un accordeur disponible sur le web, ajuster précisément la hauteur de la note obtenue. On peut également affiner la chose en accordant le premier et deuxième partiel (harmonique), en ponçant plus ou moins légèrement les bords de la voûte.

On a donc des lames de 22 mm d'épais, 65 mm de large et entre 42 cm et 25 cm de long.









Pour pouvoir vibrer librement, les barres sont soutenues aux extrémités à un point particulier, le point nodal, situé globalement à 2/9 de la longueur totale de la barre. Si on tient la barre n'importe où, elle sonne mat. Si on la tient au point nodal, elle vibre et a toute sa sonorité.

Ce point à 2/9 est théorique. Il peut légèrement varier, en fonction de la nature du bois, des veines, des défauts internes. Pour trouver le point nodal effectif, on place alors la barre sur deux patins de feutre, un peu de sel aux alentour des points théoriques, et on frappe la barre. Comme par magie, les grains de sel vont se placer selon une ligne qui correspond aux points nodaux effectifs.

On perce alors un trou à ce niveau, de chaque coté, afin d'y faire passer une cordelette, qui va soutenir la barre en suspension.





Des patins de feutre font en sorte que le chant de la barre ne touche pas non plus les plots destinés à soutenir la cordelette et l'empêchent de vibrer librement.

Et voici l'ensemble:

Les premiers essais réalisés avec des maillets maison (une sorte de pelote de laine enroulée autour d'une boule au bout d'une baguette), donc, pas l'idéal, montrent déjà un résultat auquel je ne m'attendais pas du tout. Cela sonne comme des cloches, c'est extraordinairement sonore, superbe...

Ce n'est sans doute pas un xylophone de concert pour professionnel, mais c'est déjà bien au delà de ce que je pensais pouvoir réaliser... Tout cela grâce à quelques pièces de bois venues d'Afrique...


(Certains pourront se demander pourquoi la décroissance de la longueur des barres n'est pas régulière. Tout simplement parce que la longueur des barres dépend de l'ajustage qui a été fait lorsqu'elles ont été accordées. Si la voûte a été trop creusée, il a fallut réduire un peu la barre pour retrouver le bon ton).








































A suivre!
 
Advertisements
Romain 63
Romain 63
Compagnon
23 Avril 2013
1 282
FR-28 Perche
Bonjour, belle réalisation et merci pour le cours sur le point nodal !
Vivement la vidéo !

Bonne continuation
 
Dardar88
Dardar88
Compagnon
27 Avril 2011
693
Je voulais réaliser un petit xylophone
Merci pour ce partage et toute la réflexion induite par le point nodal .
Une belle réalisation, de quoi donner du grain a moudre pour tous le papy bois qui aimeraient faire plaisir a leur petits enfants ,sinon pour eux même :)

Le nec plus ultra, c'est le palissandre du Honduras, mais il est 10 fois plus cher...
Il me semble qu'il s'agirait davantage d'acajou du Honduras (pas du Cedras Honduras ,different)
essence peut être maintenant protégée mais disponible sous d'autres appellations (contournement)..

Un bois qui est trés sonore et qui pourrait peut être fonctionner comme alternative
au palissandre serait le Wengé (ou ébène-frêne) vendu en GSB (encore un bois comme le teck sur-consommé et distribué en GSB sans grand etat d'âme) ,Attention Wengé => super protection anti poussiere et gaz induit par echauffement!!

Le Padouk semble avoir une sacré densité et une fibre rectiligne , il doit donner un son clair ,non ?
L'acajou du Honduras a un grain très fin ,mais moins dense , ce qui doit lui conférer un timbre plus chaud
et peut être davantage de durée dans la note...???...
 
P
Pierre Desvaux
Ouvrier
11 Novembre 2014
334
Bourgogne
  • Auteur de la discussion
  • #5
En ce qui concerne le "palissandre du Honduras", il s'agit de Dalbergia stevensonii, en anglais Honduras Rosewood, appelé en Français Palissandre du Honduras, mais aussi Bois de Rose du Honduras:

http://www.xycol.net/index.php?categorie=200&op=fiche&appellation_nsr=Dalbergia+stevensonii+Standl.,+1927&via=Xylotheque&tri=d

L'acajou du Honduras est un bois différent (Mahogani en anglais):

http://www.laboisserolle.com/fr/guide/essences/details/acajou-du-honduras-details.htm

Le palissandre du Honduras est très cher.

Le padouk donne un beau son, tant les aigus que dans le grave.
 
P
Pierre Desvaux
Ouvrier
11 Novembre 2014
334
Bourgogne
  • Auteur de la discussion
  • #6
Vu de dessous:

















Réalisation des résonateurs, dans un tube PVC:















Bouchons pour fermer l'extrémité basse des résonateurs:

Le système permet à la colonne d'air contenu dans le tube fermé d'entrer en résonance. La longueur du tube dépend donc de la hauteur de la note (fréquence).

La vis centrale permet d'avoir une prise quand on insère le bouchon dans le tube et de régler la hauteur de la colonne d'air.

Un jour, je referai les tubes en métal, pour le look. Mais pour la sonorité, cela n'a pas vraiment d'importance. Peu importe en effet la matière dans laquelle la colonne d'air vibre à l'intérieur.




Les bouchons insérés dans les tubes:




Ce qui est magique, c'est que quand on règle la hauteur du bouchon, soudain cela entre en résonance, et le son est amplifié.



A suivre...
 
P
Pierre Desvaux
Ouvrier
11 Novembre 2014
334
Bourgogne
  • Auteur de la discussion
  • #7
Pour les pieds, je pensais faire deux caissons tout simple, en hêtre.

Mais j'ai eu une autre idée. Il y avait au fond de l'atelier un gros modèle en bois, qui a servi pour faire couler un pieds en fonte destiné à soutenir les outils pour le tour à bois. J'aimais beaucoup sa forme, et ce bleu industriel étonnant. Lorsqu'il est ouvert en deux, c'est encore plus intéressant. Je me suis dit que j'allais l'utiliser pour faire les pieds...

Cela fait un peu volumineux, mais aussi "style industriel" que j'aime bien.


Et voila la "bête" terminée, avec ses haubans pour rigidifier la structure.




































































Et un maillet construction maison:





 
F
Francois57
Compagnon
21 Octobre 2010
2 413
Metz
Bonjour,
Super joli,possible une petite vidéo/son?
 
La dernière réponse à ce sujet date de plus de 6 mois
Advertisements
Haut