Encodeurs lineaires

  • Auteur de la discussion mosfet
  • Date de début
taureau
taureau
Apprenti
15 Nov 2008
217
nord et ardennes
ca peut etre une solution viable et pas cher mais imaginer pour une longueur de 1200..... ca va remplir de longue nuit d'hiver!!!!!!! amoins que je n'ai loupé une étape.....
 
M
mosfet
Nouveau
13 Oct 2009
31
San Francisco, California
  • Auteur de la discussion
  • #4
Tu veux dire que cela risque de prendre beaucoup de temps à bobiner ?
 
N
natale
Compagnon
6 Nov 2006
1 037
Yvelines 78
Je pense que c'est le principe des regles Sony
 
coredump
coredump
Compagnon
8 Jan 2007
4 532
FR-06
http://www.austriamicrosystems.com/eng/ ... c-Encoders
Dans le même genre, mais c'est sensible aux copeaux :wink:

Une simple bonne raison qui élimine ce genre de système de mesure: les parasites électromagnétiques.
C'est pour cela que les règles optiques et capacitives ont pris le dessus. Et ca coute rien ou presque pour les capacitives.
 
J
j.f.
Compagnon
22 Déc 2007
6 443
19
Je ne voudrais pas écrire de bêtise, mais le nec plus ultra des règles linéaires est basé sur un procédé magnétique. Au lieu d'avoir une succession de condensateurs ou de marques sur du verre, il y a une succession de billes et un système lecteur inductif.

http://www.newall.com/LEDs/leds.htm

Ces règles sont IP67, contrairement aux optiques et aux capacitives !

Il est vrai que c'est assez différent du système présenté, mais ça pourrait aussi intéresser des expérimentateurs.

Il est peut-être plus facile de réaliser un tube rempli de billes (que l'on trouve facilement en quincaillerie industrielle). Quand au capteur, il semble très proche de celui présenté plus haut.
 
J
JKL
Compagnon
1 Avr 2008
1 995
Les capteurs LVDT, tous les fabricants de métrologie en proposent mais leur fonction est autant que je sache réservée à des comparateurs. J'en ai de chez TESA. C'est dans le principe excellent MAIS si le capteur est à un prix "abordable" le coffret électronique est à un prix dissuasif pour un particulier. Le hic de ces capteurs vient de ce que le signal n'est pas linéaire avec le déplacement il faut donc que l'électronique le "linéarise" ( imparfaitement ) d'où leur emploi en comparateurs afin que la mesure se fasse sur des courses très faibles. J'ai utilisé autrefois une électronique TESA qui donnait en résolution le 1/100ème de micron et était utilisée pour la fabrication/controle des cales étalon. Autant vous dire que pour voir quelques centièmes de micron il faut une salle de métrologie climatisée, allumer l'appareil et revenir 3 heures après faire la mesure.
Le coût de ces capteurs/comparateurs était/est abordable car il y a déjà pas mal d'années l'industrie en faisait une consommation énorme. En effet pour controler une pièce on la plaçait dans un montage approprié et une floppée de comparateurs venait se placer d'un coup d'un seul prenant ainsi une grande quantité de côtes en même temps car l'électronique associée traitait statistiquement les valeurs relevées. Un vilebrequin de bagnole est entièrement controlé ainsi en quelques dizaines de secondes.
Le sommum en résolution est atteint avec des capteurs capacitifs qui permettent encore de gagner un facteur 10 et aller chatouiller le nanomètre.
 
M
MaX-MoD
Compagnon
17 Avr 2007
2 306
Annecy (74)
C'est le même principe que les "résolvers" pour servomoteurs AC, qui étaient très répandus au précédent millénaire.
C'est bien entendu une horreur à interfacer car il faut un générateur basse fréquence, faire attention à avoir un bon filtrage des entrées et des entrées analogiques qui suivent (tout en différentiel, résistance de terminaison/adaptation d'impédance etc.). C'est d'autant plus vrai que ce genre de capteur se retrouve à côté d'un moteur qui crache des ondes EM à cause de la commande PWM...
De plus, il faut complètement blinder l'assemblage pour éviter de ramasser les divers parasites environnants.
j'ai réussi à en tirer une résolution de l'ordre du 10000e de tour sans grosse difficultés, quant à la précision... ?

le problème est toujours le même, c-à-d de trouver une échelle de référence ("règle"). car pour passer à des courses supérieures à 100mm (un 10000e ne fait toujours que 0.1mm!) il va falloir subdiviser cet espace. Je ne pense pas qu'une "règle" en ferrite au µm ne soit abordable...

quant au capteurs capacitifs, le problème est le bruit très important de ces capteurs.
Je travaille justement (pour mon projet de fin d'étude) avec ce genre de capteurs, qui peuvent avoir une résolution inférieure à 0.1nm mais un bruit de plusieurs dizaines voir centaines de nm... sur une course de quelques µm.

par contre je ne connaissais pas le système magnétique avec des billes... c'est p-e à creuser. Le principal frein sera sans doutes l'électronique et la précision de l'assemblage du capteur...

dernier point: la bande passante.
Si un résolver est commandé par un signal sinus de fréquence 1KHz, on ne peut lire sa position que 1000 fois par seconde. Et encore, il ne faut pas dépasser les 10-20KRPM sous peine d'avoir un signal distordu :roll:
Idem pour le LVD.

Sans vouloir vous casser le moral, je pense que ce genre de capteurs ne vous donnera jamais, en DIY ou acheté neuf, un rapport qualité/prix des règles optiques. Perso je n'y mettrais pas un rond. :wink:

A+
Max
 
Haut