déformation suite soudure arc d'une plaque

  • Auteur de la discussion lion10
  • Date de début
lion10
lion10
Compagnon
7 Mai 2010
4 751
  • Auteur de la discussion
  • #1
Bonjour

je voulais faire une plaque pour cacher un canon de serrure qui dépasse de trop n'ayant ni trouver un canon asymétrique de bonne dimension ni de plaque suffisament robuste.

Seulement une fois soudée elle est gondolée, malgrè ses 4 mm d'épaisseur je n'y avais pas pensé avant, j'ai mal entrepris mes soudures et sans doute pas assez bridé la pièce.
J'ai lu qu'il fallait faire des passes dans des sens opposée pour limiter les déformations.

Ma question, comment la remettre plane, taper dessus c'est pas gagné, je sais qu'il y a la notion de point de chauffe , voir de soudure que l'on meule ensuite. Mais la lecture de doc sur le forum cela m'interesse bcp mais la pratique diffère.

Mais un peu néophyte en soudure, je ne sais pas concrètement où faudrait il que je chauffe (j'ai un chalumeau peut être un peu juste) ou de préférence que je fasse quelques points de soudure à limer ensuite.

Désolé je n'ai pas d'autres photos plus explicites sur la déformation, mais en tant qu'expert vous devinerez sans doute.

La plaque fait environ 5 cm de large, 5 mm d'épaisseur et 25 cm de longueur.
J'ai du la soudé avec quelques passe de 2,5 voir 3,2 mm à l'inverter avec une intensité raisonnable proche de la valeur théorique.

D'avance merci.
cdlt lion10

IMG_4611 (Large).JPG
la plaque vue sur le chant environ 3 mm au moins de déformation

IMG_4607 (Large).JPG
la plaque vue de dessus
 
Nico91
Nico91
Compagnon
9 Mai 2009
3 439
FR-91
c'est normal, quand tu soude ça à tendance à tirer du côté ou tu soude et donc dans ton cas cintrer. Tu pourrais faire une soudure identique à l'opposé sur l'autre face pour compenser et ensuite tu meules.
Mais bon vu la déformation je ne me fais pas ch*er avec ça, quelque coups de marteau bien placé et tout rentre dans l'ordre
 
A
Guest
Bonjour

Voila comment je ferais pour redresser cela

1) mettre la pièce à l'envers entre deux supports cest à dire la soudure en bas - les supports assez près des soudures c'est à dire 1 cm environ
Les mors de l'étau correctement ouverts peuvent faire l'affaire
2) Chauffer a rouge avec un bleuet ou chalumeau a gaz le milieu de la pièce, la ou i y a eu les soudures
3 Frapper avec un marteau de façon a retrouver la planéité -
utiliser pour cela, pince, gants etc
4) contrôler la planéité de la pièce après refroidissement sur une planche bien rabotée
Répéter l'opération si nécessaire
 
MR VECTRA
MR VECTRA
Compagnon
28 Déc 2009
1 407
Tunisie
souder c'est un vrai métier , y aura toujours des déformations du moment que tu ne brides pas tes pièces , un conseil , pour une pièce pareil , faire plusieurs pointages trés fins côte à cote , tu chauffera beaucoup moins et essaye de prendre une baguette beaucoup plus mince , et diminue l'intensité.
essaye de passer à la soudure tig ,sous gaz argon!
c'est autre chose comme qualité !:wink: :wink:
 
R
Roll
Compagnon
7 Déc 2008
663
89
Je doute que le bridage suffise à empêcher les déformations...sinon, je suis d'accord avec ton conseil.

Le mig\mag déforme moins que l'arc classique, qu'en est-il du tig par rapport au mig\mag?
 
MR VECTRA
MR VECTRA
Compagnon
28 Déc 2009
1 407
Tunisie
le pénétration est meilleure au tig , l'aspect est meilleur ,le cordon plus mince , par contre le tig déforme plus , que le mig mag .
un vrai bridage en acier évite pour sur, les déformations ,je pourrais te faire des photos pour un bridage de cadre inox , qu'on est entrain de souder!

mais les deux techniques restent des solutions pour professionnels surtout !
l'arc est avantageux il est passe partout , beaucoup moins cher, ne requière pas de gaz d'apport!

:wink: !
 
M
Modeste
Apprenti
6 Juin 2008
197
Cher Nord
Voyant de grandes vis trainer sur l'établi, pourquoi ne pas tenter de redresser à l'étau ?
Méthode à froid et peu onéreuse, l'emploi de vis évite d'avoir besoin de 4 mains. 2 seront disposées de part et d'autre de l'entrée de serrure et du même côté, perpandiculairement bien sûr, une 3ème sera placée en plein centre côté plat. Un étau même moyen serrant à plus d'une tonne, c'est à tenter.

Modeste
 
R
Roll
Compagnon
7 Déc 2008
663
89
Oui, je suis d'accord sur les qualités du soudage tig, j'ai d'ailleurs eu l'occasion d'essayer ce procédé.

Je te crois pour le bridage: dans le cas de structures complexes si l'on empêche les déformations le temps de faire tous les assemblages, les contraintes se contrarient et s'annulent.

J'ai le cas d'un ami qui soude en mma (arc) et qui s'est fait faire un guide sérieux pour tenir des profilés en angle droit; sur la soudure en biais de deux plats, l'angle cesse d'être bon dès qu'il débride les pièces.
Il est vrai qu'ici on cumule les handicaps: arc + joint en angle sur des grandes longueurs...
 
X
xc1387
Apprenti
24 Jan 2009
183
vendée
comme dit plus haut simplement avec quelque coup de marteau bien placé sa devrait le faire sens problème, c'est juste un plat de 5mm.... :wink:
 
MR VECTRA
MR VECTRA
Compagnon
28 Déc 2009
1 407
Tunisie
oui c'est vrai ,si c'est pour souder une ou deux pièces c'est pas intérressant de brider , un vrai bridage ,coute cher , des qu'on peut redresser , pourquoi pas , ils nous arrivent de souder des series de 2000 cadres en inox , et c'est pas possible de donner à chaque fois un coup de maillet , donc ,pour nous c'est le bridage , il ne faut pas non plus débrider , à chaud , laisser refroidir le métal ! sinon pour ceux qui veulent s'y mettrent au soudage au tig
je les encourage vivement , surtout pour souder l'inox , l'alu , et l'apprentissage est trés facile , en plus maintenant des postes tig tu en trouve à partir de 400 euros , alors!!! :wink:
 
MR VECTRA
MR VECTRA
Compagnon
28 Déc 2009
1 407
Tunisie
bon pour info , aujourd'hui j'ai pu moi même constaté le résultat aprés débridage , c'est bleuffant ,l'equerrage d'un cadre inox sur les 04angles
n'a pas bougé ! :wink:
mais la soudure est au tig /argon pur donc je pense qu' avec la soudure à l'arc ,y'aurait quand même eu une légère déformation , je pense
:wink:
 
F
fabd42
Nouveau
5 Juin 2010
3
as tu des exemples de tig a 400 Euros?

est ce que la prise en main est compliquée?
 
TRD
TRD
Compagnon
13 Fev 2010
925
Rhône Alpes
Ne rêvez pas trop...

Le bridage peut parfois limiter les déformations mais il n'est jamais une garantie.

Voici l'explication :

1) on dépose du métal liquide, donc très chaud, donc dilaté sur une face de la pièce alors que l'autre face est moins chaude.

Une fois toute la pièce revenue à température ambiante, le coté soudé s'est plus rétracté que l'autre si la pièce n'était pas bridée. La pièce est donc gauchie.

Si la pièce est fortement bridée, elle refroidit sans se déformer, mais des tensions internes subsistent à froid. Elle va se gauchir dès qu'on la débridera.

On peut la redresser "scientifiquement" de deux manières, la seconde a été évoquée plus haut, mais le mécanisme n'a pas été explicité, voici donc un peu plus de détails.

1) en martelant le coté de la soudure, on va allonger la partie la plus rétractée et on annulera une bonne partie des contraintes de traction. La pièce sera droite et légèrement précontrainte en compression, donc beaucoup plus solide que brute de soudage.

2) en réalisant une chaude de retrait sur la face non soudée. Très intéressant pour des pièces épaisses, mais fonctionne parfois pour des pièces fines surtout en métal mauvais conducteur (inox austénitique.)

Pour cela, on bride fortement la pièce et on forme un point rouge avec un chalumeau. La matière voudrait se dilater localement, mais elle ne peut pas parce que ce qui se trouve autour est bridé. Une contrainte de compression nâit dans la zone chauffée. Plus on chauffe, plus la contrainte augmente alors que plus on chauffe, plus la limite élastique du métal s'abaisse (principe de la forge) Ceci jusqu'au moment où la matière sort du domaine élastique et devient plastique. Alors, sous l'effet de la contrainte, la matière se tasse et la contrainte s'annule. A ce stade, la matière n'est plus contrainte, mais elle est toujours rouge. On laisse refroidir. Dans la matière rougie naît au fur et à mesure du refroidissement une contrainte de traction qui redresse la pièce puisqu'elle a une intensité très voisine de celle qui se trouve sur l'autre face de la pièce.

Tous les carrossiers connaissent ce truc. A force de taper sur une tôle on l'allonge et on arrive toujours à une espèce de cloque qui correspond à un excès de matière. Grâce à la chaude de retrait, on résorbe la cloque.

Ci-dessous quelques avis qu'on n'est pas obligé de partager avec moi, mais je soude depuis plus de trente ans et j'ai essayé tous les procédés sauf le plasma.


En ce qui concerne l'amplitude des déformations, on peut classer les procédés de soudage les plus courants du plus déformant au moins déformant en fonction de l'énergie linéaire de soudage ce qui en pratique revient à les classer dans l'ordre inverse de la densité d'énergie (plus la tâche chaude est large, plus les déformations sont importantes) :

chalumeau
électrode enrobée
TIG
TIG Plasma
MIG-MAG
L.A.S.E.R.
Faisceau d'électrons

Evidemment, le savoir-faire du soudeur est un élément essentiel. ça fait partie de ce qu'on appelle couramment la soudabilité opératoire.

La soudabilité opératoire est au même titre que la soudabilité métallurgique une des deux composantes d'une soudure réussie.

Si la soudabilité métallurgique s'apprend esentiellement dans les livres, la soudabilité opératoire est la plupart du temps le fruit de l'expérience.

Pour ceux qui en auraient la possibilité n'hésitez pas à vous faire offrir une formation à l'Institut de soudure par votre entreprise. Deux semaines là-bas vous feront apprendre autant que dix ans d'expériences et souvent de déboires.

Pour la prise en main du TIG, on peut le comparer à la peinture à l'huile... C'est plus difficile, mais c'est bien plus beau que la peinture à l'eau.

Il faut commencer par des tôles plates soudées bout à bout. On attaquera ensuite des angles sortants. Les angles rentrants commencent à nécessiter de l'expérience. Le soudage de tubes par l'intérieur et autres sont réservés à des soudeurs chevronnés.

On trouve de bons TIG d'occasion anciens à 500 Euros. Ils sont encombrants en ne peuvent pas souder les alliages d'aluminium.

Les postes à onduleur modernes chinois permettrent de souder tous les matériaux pour un prix variant entre 800 et 1000 Euros. Ce sont des outils d'usage exceptionnel. Pour un "bon" TIG capable de souder tous matériaux, il faut prévoir le double.

Le TIG est difficile, mais le soudeur voit bien la progression de son travail. S'il a fait de la non-qualité, avec un peu d'expérience, il le sait.

Le TIG exige des pièces parfaitement propres.

Le TIG SOUDE TOUT.

Vous ne trouverez pas facilement du fil de 25CD4, 15CDV6, inconel pour du MIG. Pour du TIG, c'est non seulement facile à trouver, mais on arrive a acheter ses baguettes au détail pour une poignée d'euros ce qui est particulièrement intéressant parce qu'une bobine de 15 kg d'Inconel coûterait probablement plus de 1000 Euros si ça existait. ça fait beaucoup si vous n'avez qu'un carter de turbocompresseur à ressouder dans toute votre vie de soudeur.

Le MIG est facile, mais il est très facile de faire du mauvais travail (collage) qui présente un aspect "irréprochable." Le MIG s'accomode avec plus ou moins de bonheur de pièces mal préparées. (Les tubes d'échappement un peu oxydés se soudent au MIG alors qu'en TIG on y parvient très mal.)

Caricaturalement, disons que le MIG est un outil de serrurier et que le TIG est celui du chaudronnier. On ne fabrique pas un portail et un appareil à pression avec le même niveau de qualité.

Si vous savez souder au chalumeau, alors le TIG va vous paraître plus facile. J'ai toujours eu une grande admiration pour les soudeurs au chalumeau qui font de la bonne qualité.

Quant au MIG sans GAZ, c'est à mon avis la plupart du temps un truc de bricoleur à éviter même si quelques rares professionnels l'utilisent dans certaines conditions particulières (par grand vent, l'argon est emporté et n'assure plus de protection, par exemple.)
 
R
Roll
Compagnon
7 Déc 2008
663
89
Merci pour la pertinence et l'étendue de tes renseignements.
Je sais souder au chalumeau et, effectivement, la soudure au tig m'a semblé facile car la chauffe et l'apport (éventuel) de métal sont dissociés, ce qui n'est pas le cas à l'électrode ou au mig/mag: il n'est pas évident pour un débutant de coordonner les bons gestes permettant de déposer un cordon régulier et correct.
Tu parle d'une moindre sensibilité du mig (relativement au tig) sur du métal souillé, mais on observe aussi une grande différence entre le mig et l'arc. Ce dernier est bien plus tolérant à la présence de rouille ou de peinture.
 
MR VECTRA
MR VECTRA
Compagnon
28 Déc 2009
1 407
Tunisie
quand tu parles de tig plama , tu veux dire microplasma!!!
en quoi consiste la technique tig plasma , je ne connais pas!
:wink:
 
MR VECTRA
MR VECTRA
Compagnon
28 Déc 2009
1 407
Tunisie
pour les postes oui j'en ai vu je pense c'est sur ebay il faut que retrouve l'offre , je pourrais ensuite la poster :wink:
 
J
JKL
Compagnon
1 Avr 2008
1 995
Merci TRD pour cet exposé car un tel niveau de qualité dans les informations données sur ce forum, est rare. Je n'ai pas noté dans les propositions faites celle de la déformation inverse préalable pourtant citée souvent sur le site soudeur.com et à mon avis ce serait particulièrement la plus adaptée ici.
 
TRD
TRD
Compagnon
13 Fev 2010
925
Rhône Alpes
MR VECTRA a dit:
quand tu parles de tig plama , tu veux dire microplasma!!!
en quoi consiste la technique tig plasma , je ne connais pas!
:wink:
Voici la copie d'une page d'un petit bouquin que j'ai écrit il y a quelques années à propos du soudage.

Copyright.

Comme on peut le voir sur mon dessin, la torche plasma utilise deux gaz.

Soudage plasma.jpg
 
TRD
TRD
Compagnon
13 Fev 2010
925
Rhône Alpes
JKL a dit:
Merci TRD pour cet exposé car un tel niveau de qualité dans les informations données sur ce forum, est rare. Je n'ai pas noté dans les propositions faites celle de la déformation inverse préalable pourtant citée souvent sur le site soudeur.com et à mon avis ce serait particulièrement la plus adaptée ici.
Bien sûr. C'est souvent la base d'un bon travail, mais ça ne suffit pas toujours. Et surtout ce n'est pas toujours possible. Par exemple, on ne va pas plier une aile arrière d'auto et le pavillon asociés avant de les souder au niveau de la custode.

Les déformations liées au soudage font partie de ce qu'on appelle la thermomécanique. Avec ce mot-clé on doit trouver pas mal d'articles d'approche scientifique du phénomène sur Internet.
 
TRD
TRD
Compagnon
13 Fev 2010
925
Rhône Alpes
Roll a dit:
Merci pour la pertinence et l'étendue de tes renseignements.
Je sais souder au chalumeau et, effectivement, la soudure au tig m'a semblé facile car la chauffe et l'apport (éventuel) de métal sont dissociés, ce qui n'est pas le cas à l'électrode ou au mig/mag: il n'est pas évident pour un débutant de coordonner les bons gestes permettant de déposer un cordon régulier et correct.
Tu parle d'une moindre sensibilité du mig (relativement au tig) sur du métal souillé, mais on observe aussi une grande différence entre le mig et l'arc. Ce dernier est bien plus tolérant à la présence de rouille ou de peinture.
La plus grande difficulté au chalumeau c'est comme tu l'expliques de travailler à deux mains en synchronisant les mouvements qui ne sont pourtant pas symétriques.


Pour le TIG, c'est exactement la même chose à un détail près : un bon soudeur au chalumeau sait que la flamme possède plusieurs zones de caractéristiques très différentes. Il doit donc gérer la distance entre la buse et la pièce de manière très fine alors que le soudeur TIG a (un peu) plus de liberté à ce niveau.

Allez, je vous remets un petit bout de mon bouquin.

Lorsqu'on n'utilise pas la zone réductrice de la flamme, le métal s'oxyde et la résistance mécanique diminue considérablement. Quant à la résistance à la corrosion, c'est une horreur...

Comme vous pouvez le lire, on peut en principe faire de la cémentation au chalumeau.

Je n'ai jamais vérifié en laboratoire si c'est efficace.

Copyright

Image2.jpg
 
A
Guest
Bonjour à tous :-D

Je laisse de coté le chalumeau en raison des gaz a acheter et des bouteilles consignées etc.... je reconnais que c'est utile pour l'artisan qui l'utilise souvent, mais pour une utilisation occasionnelle cela revient cher
Je viens de re(decouvir) le chalumeau électrique branché sur mon onduleur saf 135
Je suis impressionné par la puissance de la flamme, sa régularité et sa constance (réglage entre 50 et 70 ampères
La température atteinte doit être très supérieure a celle d'un chalumeau car on a vite fait de fondre le métal si on n'y prend garde
Autre avantage, beaucoup plus facile a déplacer que les bouteilles de gaz
J'ai déjà réalisé quelques brasures avec ce procédé sur du métal ( tole galva ) et j'envisage de l'essayer sur du cuivre ( brasure )
Je voulais savoir si il existait des informations la dessus notamment au sujet des températures atteintes
Seule contrainte actuelle, une éléctrode ( carbone ) à tendance à s'user plus que l'autre, il faut donc inverser de temps en temps les polarités sur le chalumeau électrique
 
MR VECTRA
MR VECTRA
Compagnon
28 Déc 2009
1 407
Tunisie
merci pour les infos :wink:

je vois , j'étais harcelé ya pas mal de temps par une société indienne qui voulait nous donner la representation pour commercialiser ce type de poste , ce que j'appelle aussi microplasma ,il est vrai encore peu répandu en comparaison du tig , mais tu dis l'apprentissage est plus difficile que le tig !!
et pour les postes tu dois avoir une idée qui les commercialise!

- pour info , pour ceux que ça intéresse , j'ai une doc pour la formation théorique de la soudure tig !et mig mag on s'en sert pour notre centre
sinon , on fait des journées de formation théorique et pratique par groupe de 03.
- on ne peut pas comparer deux techniques quand même différentes
chaque cas de montage lui correspond une technique de soudage adapté.

- par exemple pour les gros réservoirs de fuel et pétrole , on commence par une passe à l'arc , puis une autre, aprés saignée et on termine au tig pour la finition !donc trois passes , mais sur des tôles d'acier à partir de 5mm.
- personnellement j'aime bien le mig mag sous argon ,pour sa capacité de couvrance .
par exemple pour reprendre un culasse usé .c'est en alu au mig mag sous argon ,le résultat est meilleur qu'avec le tig.
- par exemple pour souder un bloc moteur fissuré, donc en fonte , c'est au tig .
donc chaque cas à prendre à part si par exemple vous voulez souder un plat sur une tole pliée , en equerre côté plie ,c'est au mig mag pour sa capacité au remplissage vous aurez un beau cordon épais ,au tig ,c'est beaucoup plus difficile .
- aussi ,pour souder en alimentaire , le tig permet la double pénétration sous protection azote ,jonction de deux tubes , le mig mag ne le permet pas .
- enfin ,celui qui soude au chalumeau ou à l'arc ,verra son apprentissage facilité .
et pour terminer ,donc que ce soit pour le tig arc ou mig mag , une formation theorique est nécessaire avant de passer à la pratique .

bonne journée :wink:
 
MR VECTRA
MR VECTRA
Compagnon
28 Déc 2009
1 407
Tunisie
salut kamika

quesque tu appelles chalumeau électrique , c'est bien le tig je pense ,sinon l'électrode est en tungstène et non au carbone .

:wink:
 
TRD
TRD
Compagnon
13 Fev 2010
925
Rhône Alpes
kamika a dit:
La température atteinte doit être très supérieure a celle d'un chalumeau car on a vite fait de fondre le métal si on n'y prend garde
Pas forcément car l'acier est liquide vers 1600 °C (la température exacte dépend de la composition.)

J'insiste là-dessus parce qu'il ne faut pas confondre densité d'énergie et température. La flamme du chalumeau oxyacéthylénique Picard (chalumeau conventionnel) permet d'atteindre environ 3000 °C avec une tâche chaude de grande dimension. Le TIG plasma monte à environ 20 000°C avec une tâche chaude plus petite.

Pourtant c'est le chalumeau qui déforme le plus.

En fait, ça s'explique facilement. Quand l'apport d'énergie est lent, la chaleur se propage loin dans la pièce avant que le métal ait eu le temps de fondre (chalumeau.) On parle de zone affectée thermiquement (ZAT) importante. Quand l'appport d'énergie est extrêmement rapide (faisceau d'électrons, par exemple, la tâche chaude est minuscule car le métal fond presque instantanément. La quantité globale d'énergie d'énergie mise en jeu est très faible et il y a peu de déformation. Pourtant la densité d'énergie est énorme. (L'énergie est concentrée sur la zone fondue (ZF).)

Songez qu'en faisceau d'électrons une partie du métal de la ZF est vaporisée !

ça se produit d'ailleurs dans une bien moindre mesure pour tous les procédés à l'arc électrique.


Ce qu'on appelle courament du soudage à l'arc s'appelle soudage à l'électrode enrobée. C'est bien sûr un procédé à l'arc électrique.

TIG, MIG sont aussi des procédés à l'arc électrique.


Par opposition, le procédé que tu décris doit être du soudage par résistance si j'ai bien compris.

On l'appelle souvent "soudage par points" C'est l'effet Joule du à la résistance électrique du métal qui provoque l'élévation de température.

Si je ne me trompes pas, le "chalumeau électrique" ça ne doit pas fonctionner ni pour les alliages d'aluminium, ni pour le cuivre électrochimique. C'est bien ça ?
 
MR VECTRA
MR VECTRA
Compagnon
28 Déc 2009
1 407
Tunisie
re salut TRD :wink:

ça tombe bien d'avoir poster cette doc sinon ,je vais dévier un petit coup :-D sur le sujet , pour te demander s'il existe des torches pour découpe plasma avec entrée, (gaz de protection ,argon ou azote par exemple ), et en plus refroidit au liquide de refroidissement (ou à l'eau) tout simplement.

je pense ça correspond à peu de chose prés à ce que tu as posté , mais je souhaite expérimenter cette technique pour la découpe et non pour le soudage ( pour l'instant ) donc torche à installer sur un portique cnc

:wink:
 
TRD
TRD
Compagnon
13 Fev 2010
925
Rhône Alpes
MR VECTRA a dit:
merci pour les infos :wink:

et pour les postes tu dois avoir une idée qui les commercialise!
A ma connaissance, tous les grands fabricants de matériels de soudage ont ce type d'appareil (TIG plasma) dans leur gamme.

C'est encore peu répandu dans les ateliers et sur les chantiers, par contre le découpeur plasma qui fonctionne sur un principe similaire permet de remplacer les chalumeaux oxycoupeurs en faisant un travail net et précis. Souvent, les coupes peuvent rester brutes. Il y a très peu de déformation.

Ce type de découpeur semble connaître un essor important dans l'artisanat dans le domaine de la tôlerie-chaudronnerie.
 
TRD
TRD
Compagnon
13 Fev 2010
925
Rhône Alpes
Nos messages se sont croisés.

On parle bien de la même chose, mais les découpeurs plasma peuvent aussi s'utiliser à la main.

Un artisan m'en avait fait essayer un pour faire un trou rectangulaire destiné à recevoir un appareil de mesure dans le bâti d'un poste de soudage MIG robotisé. C'était il y a une quinzaine d'années. (épaissseur environ 3 mm)

Cet outil est réellement impressionnant. On n'a même pas eu besoin de repeindre la machine.

Il suffit de fixer une règle avec des serre-joints pour guider la main et le travail est presque parfait.
 
A
Guest
Un Chalumeau électrique c'est ça il faudrait que ça ce re-commercialise

Capture.PNG
 
MR VECTRA
MR VECTRA
Compagnon
28 Déc 2009
1 407
Tunisie
désolais l'ami ,ya eu une petite incompréhension ,je connais bien la découpe plasma on l'utilise depuis une dizaine d'années j'ai un poste saf nertazip pour ça , mais je suis entrain de mettre en oeuvre une cnc , pour la decoupe ,donc je recherche une torche qui soit refroidit , en plus avec entrée gaz protecteur , donc torche droite adaptée à un portique cnc
donc torche avec :
- une entree sortie gaz protection
- une entree sortie liquide de refroidissement

sinon pour chalumeau , jlddp a plus d'un tour dans son sac ,je ne connais pas ce type , mais ça doit etre bien pratique pour la tolerie , en tolerie fine
tu peux nous donner une adresse pour commander , une idée aussi sur le prix :wink:
ça ressemble plutot à une soudeuse par points mais bon :oops: :oops: :oops:


:wink:
 
J
JKL
Compagnon
1 Avr 2008
1 995
Je connais le "chalumeau" de kamika depuis des lustres. On crée un arc électrique entre 2 électrodes/charbons ( comme dans les vieux projecteurs de salles de cinéma ) un point c'est tout. Il faut l'alimenter en courant alternatif et l'usure des deux charbons ( de même taille, sinon en DC ils n'ont pas la même taille ) sera identique.
Une amélioration de ce "chalumeau" consiste à disposer les deux charbons en // et à souffler l'arc vers l'extrémité avec un champ magnétique car dans la disposition de la photo il faut ajuster les charbons constament pour avoir la même longueur d'arc.
 
Haut