Contrôleur pour moteurs pas à pas triphasés

  • Auteur de la discussion Halina
  • Date de début
H

Halina

Nouveau
Bonjour,

Nous recherchons un contrôleur de moteur pas à pas triphasé intégré pour deux de nos projets de moteurs pas à pas triphasés afin d'atteindre le FOC.
En raison du manque d’espace, la conception doit être aussi compacte que possible. Nous aimerions savoir quelles solutions sont disponibles pour répondre à ces exigences et être fiables.
Nous sommes plus intéressés par les solutions avec MOSFET intégrés (de préférence sans GaN).
C'est très urgent, alors merci pour votre réponse rapide.
 
O

Otatiaro

Compagnon
Salut,

Regarde peut-être du côté de chez ODrive Robotics, si tu cherches une solution sur laquelle tu as la main pour expérimenter.

Thomas.
 
G

gégé62

Compagnon
bjr,
peut-être voir un "pont en H" , mais en triphasé, il me semble que ça existe.
 
F

fauxjetons

Compagnon
salut
quant jetait au boulot
je suis intervenue sur une guillotine
avec une buter programmable en profondeur
avec un moteur freiner en 380 volts
avec un comparateur axial pour la lecture des données
a plus
 
G

gégé62

Compagnon
Bravo pour l'IA....je suis épaté !

à propos, c'est quoi " atteindre le FOC " ?
 
B

Bebeul

Compagnon
Mon chat m'a dit :

Le contrôle vectoriel ou "Field-Oriented Control" (FOC) est une technique avancée utilisée pour contrôler les moteurs électriques, notamment les moteurs à courant alternatif (AC) tels que les moteurs à induction et les moteurs à aimants permanents. Le FOC permet de contrôler le couple et le flux du moteur indépendamment, offrant une performance dynamique supérieure et une meilleure efficacité énergétique par rapport aux méthodes de contrôle traditionnelles.

Pour implémenter le FOC, un microcontrôleur externe peut être nécessaire pour plusieurs raisons :
  1. Calculs Complexes : Le FOC implique des calculs mathématiques complexes, notamment la transformation de coordonnées (Park et Clarke) et le contrôle de la vitesse et du couple en utilisant des régulateurs PI. Un microcontrôleur doté de capacités de calcul suffisantes est nécessaire pour exécuter ces algorithmes en temps réel.
  2. Détection de Position et de Vitesse : Le FOC nécessite des informations précises sur la position et la vitesse du rotor. Cela peut être réalisé à l'aide de capteurs (comme des encodeurs ou des résolveurs) ou par des techniques de détection sensorless. Le microcontrôleur doit être capable de traiter les signaux des capteurs ou de calculer ces valeurs sans capteurs.
  3. Modulation de Largeur d'Impulsion (PWM) : Le FOC utilise la modulation de largeur d'impulsion pour contrôler les inversions de courant du moteur. Le microcontrôleur doit être capable de générer des signaux PWM précis pour contrôler les transistors de puissance dans l'onduleur.
  4. Gestion de la Communication : Dans de nombreuses applications, le microcontrôleur doit également gérer la communication avec d'autres systèmes, tels que les interfaces utilisateur, les interfaces de réseau (comme CAN, Ethernet, etc.) et d'autres contrôleurs.
  5. Adaptabilité et Flexibilité : Utiliser un microcontrôleur permet de reprogrammer et d'ajuster facilement les algorithmes de contrôle, ce qui est crucial pour le développement et l'optimisation des performances du moteur.

Exemples de Microcontrôleurs Utilisés pour le FOC​

  • Microcontrôleurs STM32 : Très populaires pour les applications de contrôle moteur, ils offrent des performances élevées, des périphériques spécifiques pour le contrôle moteur et une large gamme de produits adaptés à différentes exigences.
  • Microcontrôleurs TI C2000 : Conçus spécifiquement pour les applications de contrôle numérique, ils sont largement utilisés dans le contrôle de moteurs et offrent des fonctionnalités optimisées pour le FOC.
  • Microcontrôleurs dsPIC de Microchip : Ils combinent les fonctionnalités des microcontrôleurs avec les capacités de calcul des DSP (Digital Signal Processors), ce qui les rend bien adaptés pour les algorithmes de contrôle moteur comme le FOC.

Conclusion​

Implémenter le FOC nécessite effectivement un microcontrôleur externe dans la plupart des cas, en raison des exigences élevées en termes de calcul, de traitement de signal et de génération de PWM. Choisir le bon microcontrôleur dépend des exigences spécifiques de l'application, telles que la puissance de calcul nécessaire, les périphériques disponibles et les exigences de communication.
 
O

Otatiaro

Compagnon
On rajoute un bouton "demander à l'IA" sur les posts ?
Mine de rien, il y a probablement beaucoup de questions qui pourraient être répondues correctement, ou au moins donner une base de discussion ...
Avant c'était "demande a google", maintenant c'est "demande a ChatGPT" :wink:

Thomas.
 
Haut