Changer branchement étoile en triangle : ça change quoi ?

traverse mobile

Apprenti
9 Août 2018
120
La formule est la suivante : N (tr/Mn) = 60 X F (Hz) /p (nombre de paires de pôles)
oui mais ça c est la formule de la vitesse de synchronisme (et c est pourquoi on l appele moteur ASYNCHRONE)
le moteur en realité tourne TOUJOURS moins vite (de la valeur du glissement)
et niée le glissement (donc les frottements) ce serait admettre le mouvement perpetuel ...... je crois que plus personne n en est la ?

d ailleurs si le moteur tournait a la vitesse de glissement (hypothese, bien sur) et bien ........ il ne tournerait pas (de lui meme) car c'est bien, cette différence de vitesse de rotation entre la vitesse du rotor et celle de synchronismme (champ tournant) qui cree le couple
 

CNCSERV

Compagnon
27 Décembre 2007
4 288
FR-28360
Cncserv, je pense que tu confonds moteur à courant continu qui a effectivement une fcem et moteur asynchrone qui n'en a pas!
Mrg-nk a raison de dire que un moteur donné par exemple pour 2850tr tournera à cette vitesse quand il delivrera sa puissance nominale. Si on lui demande moins de puissance, il tournera plus vite. A vide, il tournera presque à 3000tr...pour 50Hz bien entendu.
J'ai surement tord (encore) :smt021 , c'est vrai que c'est plus complexe dans le cas d'un asynchrone.
Si il y a un conducteur dans un champs magnétique ( il y a tension induite même pour les transfos), pour délivrer sa puissance nominale il faut qu'il est déjà sa tension nominale. Si on baisse la tension on augmente le glissement et aussi et le puissance mécanique diminue.
On ne peut pas avoir plus de puissance mécanique que de puissance électrique. Aussi pour la même puissance mécanique délivrée avec les mêmes pertes, si on diminue la tension on augmente le courant, contrairement a ce qui à été dit. un moteur à vide ça n'existe pas il y a toujours des pertes.
C'est que honnêtement je ne suis pas capable de calculer tout ça et mes cours d'électrotechnique sont très loin:smileyvieux:
 

Jmr06

Compagnon
14 Février 2017
1 023
Cannes
Je ne veux pas lancer un débat théorique que je maitrise pas, mais pour comprendre : qu'est-ce qui fait que le courant consommé est plus faible à vide qu'en charge ? Si non la fcem ?
Elle n'est jamais exprimée pour les assynchrones parce que cela ne sert pas à calculer la motorisation, mais je pense qu'elle y est présente néanmoins.
 

phil135

Compagnon
15 Septembre 2012
1 289
france, essonne, nord
grosso modo le courant consommé est lié au couple fourni, donc à vide pas besoin de grand chose.
je crois que ça peut se recalculer en passant par la notion de fcem et de rendement

dans la plupart des cas, les moteurs pour courant alternatif sont structurés d'une façon qui fait que leur rotation est synchronisée avec les ondulations du secteur (au glissement près) . donc augmenter la tension ne modifie pas la vitesse de rotation.

sous-alimenter ça veut dire qu'on laisse passer plus de glissement. si le couple demandé n'est pas un peu proportionnel à la vitesse, on va caler assez vite -> situation d'appel de courant de démarrage en permanence -> échauffement rapide.
sur-alimenter veut dire plus de courant dans les enroulements, donc plus d'échauffement. la spire du milieu doit faire passer sa chaleur à travers toutes les autres pour se refroidir, donc attention à ne pas abuser: si on dépasse la température de destruction du vernis le moteur est mort. mais au moins la ventilation fonctionne puisqu'on tourne.

exception notable: le bobinage série [entre rotor et stator], qui ramène à un comportement semblable à celui d'un moteur à courant continu. pas mal utilisé en électro-ménager, c'est pour ça que les aspirateurs ont tendance à s'emballer quand on bouche l'arrivée d'air (suppression du flux -> suppression du couple)
 
Dernière édition:

MRG-NK

Apprenti
2 Février 2019
216
Bonjour,
A vide, le moteur tourne PRESQUE à sa vitesse de synchronisme.
Qund il fut dit il tourne à 1000 tours, j'ai envisagé on a arrondi... la réalité pouvant être 990 tours minutes
Avec 2 paires de poles : 1500 tr/min ; c'est impossible glissement énorme ; le moteur décrocherait.

Si c'est un moteur synchrone, plus rare, plus cher à construire f= P * n la vitesse dépend aussi de la fréquence
On a bien É = k * p * n * N * PHI É la Fém induite : ce qui contribue à la force du moteur N nombre de conducteurs actifs PHI le flux émis par le rotor
Le synchrone coute plus cher : il faut bobiner du fil, ou il faut mettre des aimants.
L'asynchrone, on se contente de mettre de grosses barres en alu, on soude à chaque bout... pour faire simple

A vide le moteur tourne à ... presque 1000 tours, si alimenté en 50 Hz 1200 si alim 60 Hz
Comme il y a un convertisseur, on pouvait nvisager fréquence "réelle" 52 Hz ce qui explique un très proche de 1000

A mi charge, baisse de vitesse
Au 3/4 de charge rendement maxi de la machine, glissement voisin de 4%
Pleine charge glissement de 4%, et un peu plus Ca fertait environ 960 tr/min pour 50 Hz

a propos de l'inquiétude
sous alimenté, il tourne moins vite, comprendre netement moins vite ; possible, mais à une condition, on demande au moteur un trop forte puissance, ET le moteur ne peut que donner le tiers : aurait du metre triangle, mais est en Y Étoile ; voir le cas du décrochement...

A vide, le moteur consomme peu.... comme un vulgaire transformateur
La consommation s'adapte à la charge demandée : adaptation de la charge, comme un transfo.

On a bien un primaire : bobine stator ; un secondaire le rotor.
Sauf que le rotor est parcouru par un courant de fréquence égale au glissement

A vide, au démarrage le moteur à un Cos PHI très mauvais
Pour faire simple puissance utile nulle : le moteur tourne mais ne sert à rien
tout son courant est réactif : ce sont les bobines qui consomment un courant, mais pas de puissance
A vide et démarré son cos phi s'améliore, mais reste faible.

Démarrage en charge partielle, on peut avoir un courant supérieur au courant nominal
raison de faire un démarrage étoile ; puis triange ; ou (parfois et ) d'ajouter des réistances dans les fils d'alimentation. La réistance limite le courant, le moteur tourne sous tension plus faible.... puis le courant diminue ; on courcircuite les résistances, nouvelle montée de courant, puis stabilisation.

En charge, le moteur consomme un courant actif : de la puissance.
Le cos PHI augmente, et atteint environ 0.8 ; . 0.7 serait pas très bon

Plus on monte en charge, plus le glissement augmente.
Au dela du 3/4 : le rotor commence à consommer plus : la tension électrique y augmente
vers 130% de la charge nominale, le moteur grogne (le plus souvent) ensuite la vitesse s'effondre, puis arrêt machine
Ensuite, si on continue, l'alu du rotor fond.
Dans la pratique cela ne se produit pas ; sauf si on a un abonnement 600 A et qu'on arrive à refroidir le stator ; sous azote liquide. Refroidir que la carcasse et ses bobines, pas le rotor
 
Dernière édition:

Haut