1. Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.

xx

Discussion dans 'Blabla archive' créé par Anonymous, 7 Avril 2013.

  1. Anonymous

    Anonymous Guest

  2. Lmoutz

    Lmoutz Nouveau

    Messages:
    41
    Inscrit:
    12 Juin 2012
    Localité:
    suisse
    xx
    Re: Si je vous dis ....

    a ce qu'il ne faut pas que j'oublie de payer ma note d'electrac...
    et que 40millions de watts pour faire une fondue c'est beaucoup beaucoup... :-D
     
  3. moissan

    moissan Compagnon

    Messages:
    10 007
    Inscrit:
    13 Mars 2012
    Localité:
    FR-16 angouleme
    xx
    Re: Si je vous dis ....

    un bricoleur de plus qui fait de la fonderie dans son garage ... :butthead:

    enfin quand je vois nouvelle caledonie , ça ne serait pas plutot une usine de nickel ?
     
  4. Nabyss

    Nabyss Nouveau

    Messages:
    6
    Inscrit:
    26 Juillet 2012
  5. Fran

    Fran Compagnon

    Messages:
    806
    Inscrit:
    19 Octobre 2012
    Localité:
    Arbois jura
    xx
    Re: Si je vous dis ....

    non ça c'est quand ils avaient creusé pour enterrer le mont blanc :axe:
     
  6. fifrelin

    fifrelin Ouvrier

    Messages:
    427
    Inscrit:
    18 Février 2009
    Localité:
    09
    xx
    Re: Si je vous dis ....

    Je suis pas trop fromage, mais une fondue bourguignonne ou on jette les bœufs entiers à l’intérieur...?! :axe:
     
  7. fafnir70

    fafnir70 Compagnon

    Messages:
    3 229
    Inscrit:
    9 Janvier 2011
    Localité:
    FR-70150 Haute-Saône Val de l'Ognon
    xx
    Re: Si je vous dis ....

    Bonsoir,

    Les bœufs? Et moi qui croyais qu'on mettait du cheval dans le bourguignon :roll:

    Pour l'énigme, je pensais à un four de fusion nucléaire.

    Bernard
     
  8. Anonymous

    Anonymous Guest

    xx
    Re: Si je vous dis ....

    Avé a tous :-D
    Ben les gars vous avez tout fait le seul embryon de réponse c'est Moissan qui l'a donné

    Si vous avez 5 mn lisez ci dessous ( copier coller de la presse locale )

    Jour historique à Vavouto
    3 contributions
    Voter0

    Publié le jeudi 11 avril 2013 à 03H00

    Hier soir, une étape décisive a été franchie dans l’histoire de l’usine du Nord. La première coulée technique s’est déroulée aux alentours de 20 h 35, annonçant le coup d’envoi de la phase de production de métal par procédé pyrométallurgique.

    Le rêve de l’usine du Nord, porté par les indépendantistes depuis 1990 et le rachat de la SMSP par la province Nord, est en passe de devenir une réalité pour l’ensemble du pays.

    Photo KNS

    La date et l’heure resteront dans l’histoire. Le 10 avril 2013, à20 h 35, du nickel est sorti d’un four de Vavouto, pour la première fois. Le four a été progressivement porté à une température de 1 000 °C, pour transformer 230 tonnes d’acier en liquide. Un premier « bain de métal », auquel ont été ajoutés 1 000 tonnes d’un mélange de fer et de ferronickel. Environ 1 200 tonnes pour permettre cette première coulée technique. Le succès de l’opération laisse augurer une première coulée officielle à la fin de la semaine prochaine, avec du minerai en provenance du massif de Koniambo.

    En préparation de l’événement, 100 000 tonnes de minerai humide sont stockées à proximité de l’usine. Sur les hauteurs du Koniambo, le minerai, contenant 30 % d’humidité, est d’abord passé par les trois concasseurs de l’usine de préparation de minerai (OPP) pour obtenir une granulométrie de 16 millimètres. Descendu par convoyeur, il est stocké à proximité de l’usine. Ensuite, il empruntera le convoyeur secondaire pour atteindre l’unité de production. Le but est de le sécher et de le broyer davantage, pour atteindre une granulométrie d’un millimètre. Il est alors stocké dans une gigantesque cuve, le silo de minerai sec. 1 000 tonnes de ce minerai sec sont stockées. Une quantité permettant d’alimenter l’unité de production durant dix-huit heures.



    Cyclones. Sec, en fait, il ne l’est pas encore tout à fait, il reste « son eau de constitution ». Le minerai est alors propulsé par transport pneumatique jusqu’à l’unité de calcination. Dans un tuyau vertical, il est projeté au rythme de 180 tonnes par heure. Il passe ensuite trois « cyclones », sortes d’entonnoirs, et est soumis à des températures de 350°, 650° puis 1 000 °C. A ce moment, il contient 0 % d’humidité. Amené dans un « lit fluidisé », les oxydes de fer et de nickel le constituant y sont séparés.

    L’étape finale, c’est le four de fusion. A très haute température, le minerai fond. La scorie se forme sur le dessus et le métal, bien plus lourd, se dépose au fond. Vient alors, le temps de la « percée ». Le pas, historique, a été franchi hier soir par quatre ouvriers. Un premier trou est réalisé à la perceuse dans la paroi du four. Lorsqu’on ne peut aller plus loin, une lance à oxygène est utilisée. Génèrant une chaleur entre 1 600 et 1 700°C, elle achève de percer la paroi. Alors, le métal peut couler. Accompagné, sans doute, de larmes d’émotion des ouvriers qui voient un rêve devenir réalité.



    Rêve. Le procédé, « Nickel Smelting Technology » (NST), littéralement « technologie de fusion du Nickel » est innovant : composé de procédés qui ont fait leurs preuves séparément, ils n’avaient jamais été associés sur une même ligne de production.

    La première coulée officielle envisagée à la mi-avril rassemblera les partenaires historiques du projet : la province Nord, l’Etat, la SMSP et Xstrata. Elle lancera la phase de mise en production de l’usine du Nord, avec pour objectif 60 000 tonnes de nickel métal en 2014. D’ici fin 2013, 17 000 tonnes devraient être produites.

    La concrétisation du rêve, après cinq ans de travaux, 500 milliards d’investissement et 150 milliards de retombées économiques pour le pays. Un rêve qui, esquissé sur papier il y a maintenant quinze ans par les indépendantistes, est en passe de devenir une réalité pour l’ensemble du pays.
     
  9. Nabyss

    Nabyss Nouveau

    Messages:
    6
    Inscrit:
    26 Juillet 2012

Partager cette page