1. Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.

Technique de base : les limes

Discussion dans 'Autres' créé par Tourblanche, 20 Mars 2014.

  1. Tourblanche

    Tourblanche Compagnon

    Messages:
    2 215
    Inscrit:
    17 Octobre 2008
    Localité:
    Monterégie , Québec
    Technique de base : les limes
    J' aime assez travailler à la lime ( quand on a pas d' autre option ) mais je suis autodidacte , comme disait Raymond Devos
    je me sui fait moi-même ... et je me suis raté .

    Bref , quand tout va bien , que la lime est propre , elle fait un joli ronflement , mais parfois elle émet un bruit strident .....

    Pourquoi ? Je me doute que c' est une mauvaise technique ? :oops:
     
  2. FB29

    FB29 Compagnon

    Messages:
    4 406
    Inscrit:
    1 Novembre 2013
    Localité:
    F-29200 Brest Métropole
    Technique de base : les limes
    Bonjour Tourblanche,

    Sujet intéressant :-D . J'ai ça aussi parfois (souvent) :oops: !. Dès fois c'est dû à une vibration de la pièce, par exemple en limant le chant d'un morceau de plat pris dans un étau :???: . Suivant l'orientation de la lime par rapport à la pièce le bruit est plus ou moins important. On peut essayer de réduire le porte à faux, ou rajouter des cales derrière la pièce pour diminuer les vibrations. Quand cela me dérange trop je mets ... un casque anti-bruit :oops: .

    Parfois c'est quand la lime n'accroche pas assez, denture usée en partie, ou un angle d'attaque insuffisant (trop à plat). Je crois que c'est un problème de pression des dents sur la surface à limer. Il faut augmenter la pression pour que la denture accroche ... ou prendre une lime neuve 8-) .

    De ce point de vue il me semble que les limes à denture croisée sont plus sujette à ce problème. Celles qui ont des dentures dans un seul sens accrochent mieux me semble t'il.

    La qualité de la lime joue énormément. Certaine durent très longtemps, d'autres sont naze très rapidement et il n'y a rien à en tirer :???: :evil:

    Je crois que la lime doit faire des copeaux comme un outil de coupe de machine outil. Quand les conditions de coupe ne sont pas correctes c'est plutôt de l'arrachage de métal que l'on obtient et le résultat est bien souvent décevant :???:

    Cordialement,
    FB29
     
  3. ybou30

    ybou30 Modérateur

    Messages:
    2 319
    Inscrit:
    22 Avril 2011
    Localité:
    F-30900 F-86120
    Projets:
    CNC en cours
    Département:
    86120
    Technique de base : les limes
    Salut à tous,

    Pour bien limer, il faut d'abord que l'étau soit à la bonne hauteur:
    Pour çà, vous mettez votre coude sur les mors. Votre avant bras vertical, vos phalanges pliées doivent affleurer votre menton.
    Dans cette position, l'ensemble de votre corps doit être droit, de la tête aux pieds. :lol:

    Pour le sifflement, sur des pièces minces, comme vous l'avez observé, il faut
    - réduire le porte à faux;
    - Limer en biais, de plus en plus dans le sens de la longueur au fur et à mesure que la largeur de pièce se réduit.
    - Limer plus lentement. :wink:
    - ce sont les bras qui doivent pousser la lime, votre corps ne oit pas bouger. :lol:
    - Tenir fermement la lime des 2 côtés (manche et bout). :lol:
    - limer en traits croisés (alterner le côté limé).
    - Pour être précis, travailler uniquement avec la partie bombée de la lime qui est faite pour "compenser" le balancement des bras. :wink:

    - Préférer les limes à 2 tailles (2 stries croisées) qui ont moins tendance à riper sur le côté et mordent mieux. :lol:
    Les limes à une taille (tiers points d'affutage) ont leurs stries bien en travers dans un sens, mais quasi parallèles dans l'autre sens, ce qui fait la difficulté.
    - Pour la décrasser passer un coup de carde à lime (à défaut brosse métallique à fils fins et rigides) et y passer de la craie ou la fleur de souffre, surtout lorsque vous limez de l'alu de GSB. :smt003

    Effectivement, il ne doit pas être facile de trouver de bonnes limes aujourd'hui (çà fai longtemps que j'en ai pas touché une (pour ajuster s'entend). :roll:

    Voili Voilà

    Cdlt,
    Yanik
     
  4. Vieulapin

    Vieulapin Compagnon

    Messages:
    1 942
    Inscrit:
    24 Novembre 2008
    Localité:
    Chartres
    Département:
    28
    Technique de base : les limes
    Bonjour à tous

         À mon avis, le problème ne vient pas de l'opérateur ni de la lime : une lime usée (nous appelions ça une savonnette) ne mord pas, elle glisse sur la pièce et c'est très désagréable mais c'est tout. Je penserais plutôt à un mauvais serrage de la pièce dans un éventuel mauvais étau dont les mors ne seraient plus parallèles. La surface à limer doit être le plus près possible des mors et ceux-ci doivent serrer sur toute leur largeur. Un bon étau à mors parallèles est un outil qui a droit à des égards pour bien rendre les services qu'on peut en attendre : s'il a reçu de violents coups de marteau ou s'il a du jeu excessif dans tous les sens, il ne serrera pas la pièce correctement ce qui engendrera inévitablement des vibrations stridentes, un peu comme une pièce qu'on voudrait tourner sur un tour qui a du jeu partout. Il faut aussi qu'il soit fixé de manière bien rigide sur l'établi. Je me suis offert l'étau tout acier ci-dessous il y a une trentaine d'années et la deuxième photo montre l'état des mors après ce temps d'utilisation.

    Etau1.jpg

    Etau2.jpg
     
  5. pascalp

    pascalp Compagnon

    Messages:
    939
    Inscrit:
    30 Août 2007
    Localité:
    Agen, Sud-Ouest
    Technique de base : les limes
    Et que l'établi soit rigide et solidement fixé.
    J'ai déjà vu des artisans scier/limer sur des établis approximatifs, ils se seraient économisé de la sueur en revoyant leur plan de travail. Tout ce qui bouge au niveau du maintien de la pièce, fait perdre de la qualité de coupe.
     
  6. metalban

    metalban Compagnon

    Messages:
    1 160
    Inscrit:
    24 Février 2011
    Technique de base : les limes
    bonjour,
    :shock: on voit les gens soigneux :shock:

    mes étaux ont moins bonne mine :axe:
     
  7. Albert le Belge

    Albert le Belge Compagnon

    Messages:
    1 468
    Inscrit:
    5 Janvier 2013
    Localité:
    Tirlemont Belgique
    Technique de base : les limes
    Bonjour tout le monde,

    Je suis un peu étonné que personne n'ai soulevé explicitement un des élément du problème:

    le nombre de dent en contact avec la pièce.

    Il a été dit à raison "- Limer en biais, de plus en plus dans le sens de la longueur au fur et à mesure que la largeur de pièce se réduit." c'est justement pour mettre plus de dents en contact.

    imaginons qu'une seule dent pousse la pièce mince à la sortie de cette dent la pièce reviendra vers l'arrière avant d'être accrochée par la dent suivante et à nouveau fléchir vers l'avant, répétition de ce mouvement avec chacune des dents successives cette flexion se traduit dans toute la masse de la pièce, comme celle-ci est mince toute la partie non fixée fléchira et entrera en résonance, créant une "onde" qui va s'amplifier . l'air ambiant transmettra jusqu'à vos oreille ce mouvement.
    On à le même cas avec une simple scie à métaux.

    donc, il s'agit de mettre tout en oeuvre pour réduire cette flexion: :
    présenter plus de dents:
    en choisissant une lime à taille "plus douce"
    changer l'angle d'attaque

    réduire la flexion:
    en appuyant moins fort (le plus ou moins vite ne changera que la fréquence du bruit).
    réduire au maximum la partie "libre" de la pièce en revoyant sa fixation.

    empécher l'air de transmettre cette vibration:
    il suffit parfois simplement de rendre la pièce solidaire d'une simple planche (pince voir même papier collant
    ou "étouffer" cette vibration par un corps mou (un simple bout de chiffon accroché sur une tôle pendant son sciage ou l'ajustement d'un bord à la lime ou même à la meuleuse d'angle, peut faire de véritables miracles.)

    A savoir qu'un aimant peut également vous aider. voir l'expérience
    bien sur uniquement avec des matériaux magnétiques!
     
  8. albatros_del_sur

    albatros_del_sur Compagnon

    Messages:
    3 305
    Inscrit:
    22 Avril 2012
    Localité:
    FR40 / FR64
    Technique de base : les limes
    Bonjour,
    Tout ou à peu près a été dit, nous apprenions ça à l'école. :) Mais aujourd'hui à force de vouloir faire des prix, il n'y a plus rien de la qualité que nous avons connue.
    Établi bancal et pas à la bonne hauteur = fatigue en plus et mal de dos
    étau pourri = pièce qui bouge et qui vibre --> effort inutile, et qualité du travail boff!
    Limes actuelles nulles et savonnette en 3 coups si l'acier se révèle de bonne qualité.
    J'ai toujours mon jeu de limes de l'école, il y avait des bâtardes pour dégrossir des 1/2 douces et des douces. Des grandes, mais aussi des petites. des limes 1/2 rondes des queues de rat des tiers points, et des carrées. Un plein tiroir qui a toujours fait un bon boulot. Vous avez dit tout ça, mais vous n'avez pas dit que le choix de la bonne lime adaptée au travail qu'on a à faire est aussi important.
    cordialement
     
  9. Tourblanche

    Tourblanche Compagnon

    Messages:
    2 215
    Inscrit:
    17 Octobre 2008
    Localité:
    Monterégie , Québec
    Technique de base : les limes
    La hauteur de l'étau .... j' en ai plusieurs et je dois avouer que mon préféré ( pour le métal ) est le plus haut tout simplement
    pour une question de vision . Ainsi je peux placer l'éclairage dans le même angle que si je vernissais du bois .
     
  10. ybou30

    ybou30 Modérateur

    Messages:
    2 319
    Inscrit:
    22 Avril 2011
    Localité:
    F-30900 F-86120
    Projets:
    CNC en cours
    Département:
    86120
    Technique de base : les limes
    Salut à tous,

    Ne pas oublier d'équiper votre étau de mordaches, çà absorbe aussi le vibrations, et çà évite de marquer vos pièces. :lol:

    Cdlt,
    Yanik
     
  11. JeanYves

    JeanYves Compagnon

    Messages:
    11 622
    Inscrit:
    28 Octobre 2008
    Localité:
    F - 56 Bretagne
    Avertissement:
    niveau 3
    Technique de base : les limes
    Bsr Robert , à tous ,

    Ben oui , un etau normal ! , un beau et bon Sambre et Meuse ! :-D

    Une petite anecdote , il y a quelques temps , j'ai eu besoin de 2 limes , je suis allé chez mon fournisseur habituel d'outillage et de pièces auto , et à ma demande , le magasinier me dit :
    "tu tombes bien , j'allais en jeter à la ferraille , plus personne ne nous achete ça ! "
    Et il me les a gracieusement donné ! .
     
  12. SULREN

    SULREN Compagnon

    Messages:
    1 926
    Inscrit:
    27 Janvier 2009
    Localité:
    Très proche de Toulouse, au Nord Ouest
    Technique de base : les limes
    Bonjour,
    Le sifflement qu'on entend quelquefois quand on lime, ou quand on scie, ou quand on usine, provient bien sûr d'une oscillation des pièces mécaniques.
    Mais il ne s'agit pas d'oscillations harmoniques (sinusoïdales, pour faire simple) comme celles produites par une tôle de carter qui entre en résonance à certaines fréquences.

    Il s'agit d'oscillations de relaxation, produites par la libération brutale d'une contrainte. Albert le Belge l'a bien expliqué.
    Quand on lime les copeaux ne se forment pas dès le début de la poussée. Les dents accrochent la pièce, la poussent, et celle ci fléchit. Puis la résistance au fléchissement augmente et d'un seul coup les dents coupent, les copeaux se détachent et la pièce revient à sa position de départ, avec éventuellement un petit train d'oscillations.
    - Plus le porte à faux est grand et plus l'amplitude des flexions est grande et plus le bruit est élevé.
    - Plus la fixation de l'étau est souple et plus il participe à la flexion.
    - Moins les dents coupent et plus forte doit être la pression sur la lime et donc là aussi l'amplitude de la flexion.
    - Quand on lime en biais, c'est à dire surtout dans le sens de la longueur de la pièce, on réduit sa flexion, donc le phénomène de relaxation,
    - Quand on équipe l'étau de mordaches molles on limite la transmission des vibrations de relaxation au corps de l'étau et à l'établi, donc on réduit le bruit en évitant l'effet de "caisse de résonance", mais les oscillations de relaxation existent toujours au niveau de la pièce si les conditions de leur existence sont réunies.
    - Etc.
    Ces oscillations, c'est à dire ces retours brutaux de la pièce sur l'outil, créent des chocs sur les dents de la lime, sur celles de la scie à métaux, sur l'outil de tour,..... qui peuvent abîmer les arrêtes de coupe.

    On obtient très souvent ces oscillations de relaxation dans la vie courante:
    - Plaquettes de freins qui crissent,
    - Pneus qui crissent en virage dans un parking au sol lisse,
    - Quand on pousse un doigt sur une surface qui a tendance à accrocher,
    - Quand on traîne un table sur le carrelage,
    - Porte qui grince,
    - Etc

    PS: Attention! La pratique du rocking chair, pour être "oscillatoire" et de "relaxation" n'en est pas pour autant une "oscillation de relaxation" au sens le la physique. C'est une oscillation harmonique entretenue.
     
  13. Tourblanche

    Tourblanche Compagnon

    Messages:
    2 215
    Inscrit:
    17 Octobre 2008
    Localité:
    Monterégie , Québec
  14. SULREN

    SULREN Compagnon

    Messages:
    1 926
    Inscrit:
    27 Janvier 2009
    Localité:
    Très proche de Toulouse, au Nord Ouest
    Technique de base : les limes
    Autre exemple d'oscillation de relaxation, mais dû au frottement et pas à un effort de coupe. C'est le phénomène de stick-slip (colle-glisse) comme disent les Anglais
    Celui du bâton de craie tenue de façon souple:
    [​IMG]


    En fait, tous les frottements secs se font de façon saccadée mais en général avec une fréquence si élevée qu'on ne s'en aperçoit pas. La craie bien tenue de façon ferme, qui trace un trait continu, est quand même une succession de micro stick-slip. Quand la fréquence tombe dans notre spectre audible cela devient un sifflement, un crissement, un grincement, un bruit de mitraillette (cas de la craie qui trace des pointillés, des pieds de la table qu'on traîne).

    Il y a dans tout cela matière à réflexion comme le dit Tourblanche.
    Il est possible que la vibration de relaxation ait une fréquence qui corresponde à la fréquence de résonance de la mécanique où elle prend naissance. Qui dit résonance dit énorme effet d'amplification.
    C'est peut être le cas de la lime quand elle émet un fort son strident.
    Elle ferait l'effet de l'archet sur les cordes du violon?
     
  15. pascalp

    pascalp Compagnon

    Messages:
    939
    Inscrit:
    30 Août 2007
    Localité:
    Agen, Sud-Ouest
    Technique de base : les limes
    Donc pour simplifier, nous avons un phénomène vibratoire sujet à réflexion.
    Ce qui ne simplifie pas le problème car il va falloir tenir compte de l'interaction incidente/réfléchie, si ça ce passe mal, l'ouvrier va se prendre l'établi mal fixé en pleine poire :)
     
Chargement...

Partager cette page