1. Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.

Réaliser ses propre pinces...

Discussion dans 'Accessoires et outils de coupe pour tournage' créé par vax, 7 Mai 2011.

  1. vax

    vax Modérateur

    Messages:
    3 470
    Inscrit:
    5 Mars 2008
    Localité:
    Guipavas (près de Brest)
    Réaliser ses propre pinces...
    Je vais avoir besoin de nombreuses pinces en W20 pour serrer des pièces très fines dont les diamètres vont de 28 à 41mm.

    J'utilise actuellement un autre type de pinces mais l'adaptation risque d'être lourde sur la "petite" broche W20 du 102... D'où ma question:

    Pensez-vous qu'il soit raisonnable d'envisager la fabrication en petite série (15 à 20 pièces) de pinces de dépannage ou entonnoir (j'ai les cônes de broche) ? Si oui, j'envisage de les réaliser en bronze ou en fortal (j'en ai une barre), penssez-vous que le filetage tiendra dans cet alu de très bonne qualité ?

    Je vous laisse les définitions des pinces que j'envisage. Mes deux principales conditions de choix sont qualité de serrage périphérique et concentricité/perpendicularité.

    pince-entonnoir.jpg
    ↑  Pince entonnoir, pour diamètre 56. je me demande si les efforts de serrages ne seraient pas mieux reportés avec ce type de pinces...


    Pince-depannage.jpg
    ↑  Pince de dépannage, ce serait le modèle diamètre 47mm.
     
  2. gaston48

    gaston48 Compagnon

    Messages:
    6 193
    Inscrit:
    26 Février 2008
    Localité:
    59000
    Réaliser ses propre pinces...
    Il faut savoir que ces pinces de dépannage sont très bien usinées, l’emmanchement
    et le cone sont rectifiée, elles ne sont simplement pas trempées.
    Si tu veux une bonne reproductibilité de préhension, la partie cylindrique de 20 doit être
    bien calibrée avec une qualité 6 au moins.
    Il y a du frottement sur le cône et dans le lamage que tu vas pratiquer pour recevoir
    tes pièces. Un alliage d’alu me semble pas approprié, un bronze, c’est mieux si
    c’est une nuance facile à usiner. Ma préférence irait plutôt vers un acier de décolletage
    au soufre plomb, doux ou mi dur, les additifs facilitent non seulement l’usinage
    (copeaux fragmentés) mais aussi le frottement d’utilisation.
    il faut usiner les 3 fentes assez profondes en laissant une liaison provisoire au centre.
    Lors de l’adaptation définitive, cette liaison est supprimée par un alésage qui suit
    le lamage qui va recevoir ta pièce. On a intérêt à ce que l’alésage soit bien
    recalibré pour toute modification future du lamage car on pratique comme lors de
    l’usinage de mors doux : il faut que la pince soit serrée sur un cylindre inséré dans
    l’alésage pour bloquer son élasticité. Pour recalibrer l’alésage tu mets une bague
    au diamètre de ta pièce, mais percée

    Ceci concerne une pince entonnoir, pour usiner l’alésage d’une pince de dépannage
    classique, il n’est pas possible d’insérer ce cylindre, dans ce cas l’élasticité de la pince
    est bloquée grâce à 3 petites goupilles insérées dans chaque fentes.

    Le brut dans lequel tu vas usiner la pince, doit être exempt de tensions internes,
    car une foi les 3 fentes libérées, la pince ne doit pas s’ouvrir ou se refermer.
    Tu peux faire un recuit de stabilisation du bronze à une température relativement
    basse de 200 à 350°C pendant une heure, donc dans le four de la baronne.

    Si tu veux utiliser le tirant standard, il y a l’usinage de ce fameux pas artillerie de 1.666
    aussi. Mais rien ne t’empêche de choisir ton pas et confectionner ton tirant.
    Vérifie soigneusement les cloches que tu vas visser sur ton nez de broche, pas
    de copeaux incrustés ou autres leurs répétitivités de positionnement doivent être
    très fiable car tu usines les pinces à partir des défauts de ces cloches.

    Sinon la pince entonnoir reste le meilleur choix pour ce que tu veux usiner .
    Ensuite viendrait le choix d’un petit mandrin de 80 par exemple avec des
    mors doux à secteurs pétales pour avoir un grip sur toute la circonférence.
    Si les pétales sont introuvables, il y a la possibilité de raccourcir au maximum
    par fraisage des mors doux classique, pour ne avoir de port à faux, et de braser
    3 secteurs de 120°.
     
  3. vax

    vax Modérateur

    Messages:
    3 470
    Inscrit:
    5 Mars 2008
    Localité:
    Guipavas (près de Brest)
    Réaliser ses propre pinces...
    Gaston... tu vas me couter une fortune en produit de mon pays (je suis Bordelais !!!!!)... MERCI beaucoup.

    Bon si je suis bien, je parts sur les pinces entonnoirs et je fais bien attention à la qualité des portages de mon cône vissé sur la broche.

    Je viens de lancer une demande de devis pour de l'acier S300Pb chez KDI et pour du Laiton CuZn39Pb3 (celui que j'utilise déjà, cela va me permettre de faire un test avec la réalisation d'une pince classique pour voir si ça tiens ou pas).

    J'avoue être plus à l'aise avec l'usinage des non ferreux ! Je commence à avoir l'habitude au bout de 8 ans assez intensif !

    Pour le recuit j'ai pas de problème (c'est moi qui cuisine à la maison donc c'est mon four !) et en plus j'ai aussi mon petit four que j'utilise pour cuire mes moules et chauffer mes creusets, il chauffera un peu moins pour une fois !!!!!!!!


    Par contre qualité 6 c'est quoi ? Un niveau de Ra ou un équivalent de tolérance d'ajustage ?

    Dernière question à propos du pas artillerie Schaublin, c'est si dur que ça à faire ? Je suis bien conscient qu'il faut se faire l'outil (une pente à 5° et l'autre à 45° ça doit pas être sorcier tout de même...) mais après ? Je peux bien fileter du 1,666 sur le 102 non ?


    Encore merci pour tout.
     
  4. gaston48

    gaston48 Compagnon

    Messages:
    6 193
    Inscrit:
    26 Février 2008
    Localité:
    59000
    Réaliser ses propre pinces...
    La cloche est comme un faux plateau que tu vas adapter sur un nouveau mandrin.
    Tu peux toujours usiner le cône de ta cloche ou les portées de futur mandrin, mais si tu
    veux que la concentricité parfaite que tu as obtenu naturellement en usinant sur le nez
    de broche perdure, il faut que le montage sur le nez qui a précédé l’usinage soit hyper
    propre et un peu rodé: filetage et face d’appui.

    Le S300Pb est ce qui se rapproche le plus du laiton de décolletage aux vitesses de coupe près.
    tu ne seras pas dépaysé. Il y a des aciers faiblement alliés ou prétraités à usinabilité amélioré aussi
    ainsi que des inox comme le 303 que j’aime beaucoup.
    Pour tes pinces, le laiton reste à mon avis possible. Mais attention, toutes ces pinces ne sont pas traitée,
    donc ne jamais forcer sur des diamètres inférieurs sinon, c’est déformation permanente.

    Qualité 6 détermine l’amplitude de la tolérance 13 microns pour une dimension de 20 mm
    Exemple : 20 H7 g6 ici l’arbre est en qualité 6 il doit être usiné à -7 microns jusqu’à – 20 microns.

    le pas de 1.666 correspond en fait au rapport 5/3 il faut que dans ton jeu de roues tu puisses
    faire intervenir ce rapport … c’est rarement possible avec le jeux standard .
     
  5. vax

    vax Modérateur

    Messages:
    3 470
    Inscrit:
    5 Mars 2008
    Localité:
    Guipavas (près de Brest)
    Réaliser ses propre pinces...
    J'ai la cloche N° 2 Schaublin, je pense donc que j'ai un Pb de moins à régler. Enfin... J'espère !

    En fonction du prix je passerai sur du S300Pb ou du LaitonCuZn39Pb3 ou CuZn40Pb3). C'est justement parce que je veux un grand nombre de pinces (de 0,2 en 0,2 je pense) que j'envisage la fabrication perso (sinon ruine assurée à 180€HT la pince !).
    L'autre avantage du Laiton c'est que les copeaux valent encore des sous alors que le S300Pb je pense que c'est "quasiment" en pure perte... Vu le prix des copeaux de ferreux chez les ferrailleurs...

    Je ne me souviens plus ce cette histoire de Qualité, pourtant j'en ai bouffé de la cotation fonctionnelle en dessin industriel dans le temps !!!!!
    Je vais retourner à mes cours. Merci pour l'exemple.
    Bon ça me parait pas insurmontable comme tolérance. C'est précis mais je veux bien faire le test !

    J'ai trouvé les montage de pignons pour le 1,666 marrant il n'est pas dans les tables Schaublin et pourtant il est hyper facile...
    Pas à fileter/Pas de la vis mère = Nbre de dents des roues menantes/Nbre de dents des roues menées= (5/3)/4 = 5/12 = 50/120
    J'ai un pignon de 50 dents un autre de 120 dents et 4 paires de roues identiques au choix pour faire la liaison...

    Je sais que je em répète mais Mille mercis Gaston.
     
Chargement...

Partager cette page